La princesse de Montpensier Agrandir

La princesse de Montpensier

Madame Lafayette et Bertrand Tavernier

Par Véronique Leclerc et Émilie Richard

Plus de détails

460446

9782350304465

11,37 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Clefs-concours
S'adressant à tous les candidats aux concours, en particulier Agrégation et CAPES, Clefs-concours offre une synthèse par sujet. Conçu comme un repère par rapport aux monographies et aux cours et comme un outil de révision, chaque ouvrage est articulé autour de fiches thématiques permettant de faire le point sur les acquis de la recherche.
Synthèse des travaux les plus récents, Clefs-concours permet de s'orienter dans la bibliographie et de mettre en perspective l'évolution des savoirs.
 
Clefs concours Lettres
Tous les titres sont organisés autour d’une structure commune :
- des repères : un rappel du contexte historique et littéraire ;
- les grandes “problématiques”, indispensables à la compréhension des enjeux de l'œuvre ;
- le “travail du texte” consacré aux questions de langue, de stylistique et de grammaire ;
- des outils méthodologiques, notamment bibliographiques ;
- un système de circulation entre les fiches et les références bibliographiques.
 
  • Hauteur : 17,8
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 284

Introduction

Repères

Repères biographiques

Biographie de Madame de Lafayette
Biographie de Bertrand Tavernier

Repères historiques et culturels

Evolution du genre narratif au XVIIe siècle
Panorama du cinéma français au début du  XXIe siècle
Place de La Princesse de Montpensier dans l'oeuvre de Madame de Lafayette
Place de La Princesse de Montpensier dans l'oeuvre de Bertrand Tavernier

Se repérer dans les oeuvres

Composition de la nouvelle de Madame de Lafayette
Composition du film
L'adaptation cinématographique : une forme de réécriture

Thématiques

Les personnages

Les lieux

La passion et les désirs

Dissimulation et révélation : signes, masques et regards croisés

Place et rôle de l'histoire

Des perspectives esthétiques contradictoires ou complémentaires ?

Outils

Présentation des épreuves et attentes du jury

Comment se préparer ?

Méthode pour l'analyse filmique

Analyses d'extraits

Propositions de sujets

Résumé détaillé des oeuvres

 

Annexes

Bibliographies

Glossaires

Véronique Leclerc est professeure certifiée de Lettres modernes et de cinéma, et enseigne au lycée Millet de Cherbourg. Sa thèse, en cours, mêle littérature, théâtre et cinéma et porte sur Patrice Chéreau.

Emilie Richard est professeure agrégée de Lettres modernes et enseigne en classe préparatoire au lycée Malherbe de Caen. Elle a également assuré des cours de cinéma.

"Mais il serait non seulement insuffisant, mais évidemment injuste de réduire le film de Bertrand Tavernier à une simple mise en images de la nouvelle, adaptée à un public peu au fait de l’Histoire tourmentée de la France de la fin du XVIe siècle. Le choix de l’ampleur est aussi et avant tout un choix esthétique qu’il nous faudra expliquer : est-il lié à une conception “spectaculaire” du cinéma ? Et si oui, quel plaisir éprouve-t-on face au film en costumes ? Est-il lié à une certaine idée du cinéma patrimonial ? Et si oui, quel est son sens – et son sens en 2010 ? Est-il enfin lié à une volonté d’exploiter la “modernité” de la nouvelle, d’en déplier l’intrigue*, d’en déployer toutes les possibilités, d’en tirer tous les fils ? Et si oui, pour lui faire dire quoi exactement ?
La filmographie de Bertrand Tavernier montre à la fois un souci de parler du réel, du monde tel qu’il est – et souvent de manière engagée –, mais aussi un goût pour l’Histoire et ses tragédies (la guerre en particulier), le tout lié par un amour profond pour le cinéma et ses potentialités. Il est possible qu’il y ait un peu de tout cela dans La Princesse de Montpensier, et il nous faudra voir en quoi.
L’étude de ces deux œuvres, dans le cadre de l’objet d’étude “Littératures et langages de l’image” doit donc permettre aux élèves de Terminale L d’envisager l’adaptation cinématographique comme une forme de réécriture à part entière et de confronter non seulement deux langages, mais aussi deux arts, deux époques, et même deux visions du monde et de l’homme. La brièveté du récit de Madame de Lafayette doit d’ailleurs les encourager à un permanent va-et-vient entre les deux œuvres, propre à nourrir cette confrontation."