Fictions animales
search
  • Fictions animales

Fictions animales

23,70 €

Apulée, Miguel de Cervantès, Franz Kafka, João Guimarães Rosa

Par Nicolas Correard, Carole Boidin, Florence Godeau et Michel Riaudel.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Traitant du nouveau sujet de littérature comparée au programme des agrégations externe et interne de Lettres modernes, l’ouvrage propose tous les éléments nécessaires à la réussite du candidat.

Comme tous les Clefs-concours de Littérature comparée, l’ouvrage est structuré en cinq parties :

-Repères : le contexte historique et littéraire de chaque œuvre;
-Analyse de chacun des corpus;
-Thématiques structurantes;
-Synthèse;
-Outils méthodologiques, notamment bibliographiques.

Fiche technique

Référence
460758
ISBN
9782350307589
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
400
Reliure :
broché

 

SOMMAIRE

 

Introduction                

REPÈRES et analyses

Apulée : L’Âne d’or           

Repères               

Apulée et son temps         

• Un auteur multiscius ?    

• L’Empire au iie siècle : culture romaine, culture grecque   

• La Seconde sophistique et la littérature latine impériale     

• “Romans grecs”, “romans latins”     

• Cadres et pratiques de la littérature romaine : quelques repères           

• Pluralisme religieux, mysticismes, philosophie 

L’Âne d’or questions de composition              

• Dispositif narratif           

• Organisation des onze livres            

• Symétries, effets de miroir, motifs unifiants      

Questions de traduction  

Analyses           

D’un titre à l’autre            

Sources et intertextualité

• La tradition grecque des histoires de l’homme changé en âne              

SermoneistoMilesio : la tradition des histoires milésiennes

• Fabula graecanica : des histoires “à la grecque                

Périple satirique ? Roman d’initiation ? Des interprétations en débat           

Un modèle littéraire fondateur         

Cervantès : “Le Mariage trompeur” et “Le Colloque des chiens”    

Repères               

Destins croisés de Bergantes et de Cervanza 

Deux “nouvelles” dans un recueil “exemplaire”             

Réception, imitations et histoire critique : une niche de l’histoire littéraire ?                

Analyses           

Cultures humanistes, littérature baroque         

La ruée vers l’animal : sources et modèles     

La traduction : une course d’obstacles pour le lecteur   

Kafka : “La métamorphose” et “un rapport pour une académie”        

Repères               

Contexte historique          

Tentatives d’évasion hors de la sphère paternelle (1883-1924)     

Genèse et publication      

Analyses           

Une écriture ascétique     

Questions de traduction  

Les rouages de la Machine               

Bestiaire            

Guimarães rosa : “Mon oncle le jaguar     

Repères               

Du médecin au diplomate                 

L’écrivain         

Une synthèse du modernisme et du régionalisme ?        

Énigmes et mystères        

Analyses           

Parcours éditorial             

Sertão, gerais, veredas     

Enquêtes de terrain          

Une culture imprégnée de tupi        

Horizons anthropologiques              

THÉMATIQUES

Hybridations génériques et linguistiques 

Apulée : L’Âne d’or          

Vocis immutatio : travail du style et de la langue           

Desultoria scientia : mélange des genres et intertextualité             

Cervantès : “Le Mariage trompeur” et “Le Colloque des chiens”        

Nouvelle ou dialogue ?   

Du picaresque au second degré       

Parodies            

Théâtralités      

Pot-pourri satirique          

Kafka : “La Métamorphose” et “Un rapport pour une académie”          

Hybridité et intertextualité               

Creuser la fosse de Babel

Guimarães Rosa : “Mon oncle le jaguar”  

Dans la fabrique d’une langue         

História”, “estória” et “causo     

Expérimentations narratives : énonciation et composition

Apulée : L’Âne d’or          

Un pacte de lecture inaugural          

Varias fabulas conseram : comment rassembler des histoires ?    

Cervantès : “Le Mariage trompeur” et “Le Colloque des chiens”        

La relation entre les deux nouvelles : boîtes chinoises, poupées russes et vertiges baroques       

La forme de l’informe : comment composer une “vie” 

La dynamique récit/commentaire   

Un chien-poulpe chimérique            

Kafka : “La Métamorphose” et “Un rapport pour une académie”          

Guimarães Rosa : “Mon oncle le jaguar”  

Le maître de la parole      

Labyrinthe diégétique et prouesse rhétorique

Le personnage principal 

Apulée : L’Âne d’or          

Cervantès : “Le Mariage trompeur” et “Le Colloque des chiens”        

Un chien protéiforme      

Mal faire / mal dire          

Humanoïdes     

Scipion philosophe, commentateur, ami         

Kafka : “La Métamorphose” et “Un rapport pour une académie”          

Guimarães Rosa : “Mon oncle le jaguar”  

Métamorphoses ?               

Apulée : L’Âne d’or          

Cervantès : “Le Mariage trompeur” et “Le Colloque des chiens”        

Croire ou ne pas croire    

Un tour de passe-passe magique     

Fiction animale/fiction démonologique          

Kafka : “La Métamorphose” et “Un rapport pour une académie”          

Guimarães Rosa : “Mon oncle le jaguar”  

Satire et représentation de la société : normes et marges  

Apulée : L’Âne d’or          

Cervantès : “Le Mariage trompeur” et “Le Colloque des chiens”        

La société des gens ordinaires : gueux, bergers et bourgeois         

À exclure : Gitans et Morisques*    

Pédants et poètes : de la folie des intellectuels                

Cervantès conservateur ? Un ordre à la fois légitimé    

Kafka : “La Métamorphose” et “Un rapport pour une académie”          

Guimarães Rosa : “Mon oncle le jaguar”  

Animal littéraire ou animal figuré ?          

Apulée : L’Âne d’or          

Une galerie d’animaux connus du lecteur       

Animaux allégoriques et symboliques             

Perturbations : quand l’animal prend le dessus               

Une narration à bonnet d’âne ?        

Animaux énigmatiques   

Cervantès : “Le Mariage trompeur” et “Le Colloque des chiens”        

Symboliques et emblématiques canines          

Des chiens philosophes : cynismes 

Des chiens saints ou des chiens démons ?      

Des chiens chiens             

Kafka : “La Métamorphose” et “Un rapport pour une académie”          

Guimarães Rosa : “Mon oncle le jaguar”  

Zoologie subjective          

Dans la peau des jaguars 

Mythologiques

Un traité “naturaliste”     

Les relations humanité/animalité                

Apulée : L’Âne d’or          

L’animal imaginé à partir de l’homme            

L’animalisation comme châtiment : des effets contrastés               

Violence, bestialité, monstruosité   

Dégager l’homme de l’animal ?      

La nourriture carnée et son interdiction          

Cervantès : “Le Mariage trompeur” et “Le Colloque des chiens”        

Intelligences avec l’animal               

Bêtes humaines : métaphorisation et contamination      

Employés et battus           

Kafka : “La Métamorphose” et “Un rapport pour une académie”          

Persistance (de l’humanité dans l’animalité) et résistance (de l’animalité contre l’humanité)     

Violence et bestialité (des hommes)                

Guimarães Rosa : “Mon oncle le jaguar”  

Rire, passions et émotions                

Apulée : L’Âne d’or          

Cervantès : “Le Mariage trompeur” et “Le Colloque des chiens”        

Une érotique ironique      

Cupidité, vanité, hypocrisie             

Une satire lumineuse, plutôt que sanglante    

Kafka : “La Métamorphose” et “Un rapport pour une académie”          

Guimarães Rosa : “Mon oncle le jaguar”  

Interpréter : la question du sens 

Apulée : L’Âne d’or          

Menteurs et incrédules : les métaphores de la fiction    

Énigmes, oracles et sagacité            

Présences de la magie      

Cervantès : “Le Mariage trompeur” et “Le Colloque des chiens”        

Un horizon évangélique  

Des chiens siléniques, et d’un sens caché       

Des “pasteurs” et des puissants, ou de la nécessité d’une lecture à plus haut sens        

À défaut de changer le monde, y voir clair     

Kafka : “La Métamorphose” et “Un rapport pour une académie”          

Guimarães Rosa : “Mon oncle le jaguar”  

L’initiation du lecteur    

Apulée : L’Âne d’or          

Structures initiatiques      

Égarer le lecteur : les déplacements de l’âne et les fausses pistes
                

Solliciter la participation du lecteur                 

Cervantès : “Le Mariage trompeur” et “Le Colloque des chiens”        

Jeux de perspectives        

Discrétion, dissimulation : de l’art de ne pas (tout) dire

Le chien-lecteur : flairer le sens      

Kafka : “La Métamorphose” et “Un rapport pour une académie”          

Guimarães Rosa : “Mon oncle le jaguar”  

SYNTHÈSE

L’imaginaire métamorphique, ou comment sortir de son espèce par la fiction                

L’inspiration animale : création par hybridation    

Monstres de littérature    

Grotesques       

Ensauvager la langue       

Manifestes de l’irréalisme            

Impossibilia     

Le jeu du chat et de la souris            

Pour de rire ou pour de vrai ?          

Animaux siléniques et protéisme interprétatif         

Un regard singulier sur la faune humaine : l’individu animalisé face à la société        

Soi-même comme un animal             

Espèces de sociétés          

Organismes sociaux         

Contre-pouvoirs ?             

Primitivismes ?

Trop humains… ou pas assez ?       

Qui veut faire l’homme (ou la femme), fait la bête        

Régimes carnivores          

Un devenir-humain est-il possible ?                

Y a-t-il de l’animalité dans l’animal littéraire ?   

Des symboles qui explosent           

Surcharges métaphoriques et détonation des imaginaires               

Malédiction ou salut ?     

De la figuration à l’incarnation

Incarnations et désintégration          

Reconceptions de l’animal               

Braire, aboyer, siffler, rauquer… ou, comment se faire entendre ?                

Poétiques de la relation                 

La violence est une          

De la mort : sur la ligne de faille éthique        

De l’amour : zoophilies   

OUTILS

Bibliographie               

Glossaire        

Nicolas Corréard est maître de conférences en littérature comparée à l’université de Nantes.  Spécialiste des origines du roman moderne européen (roman quichottesque, roman picaresque, “histoires comiques”) et des relations entre littérature et histoire des idées dans l’Europe de la première modernité, il a rédigé les pages consacrées à Cervantès ainsi que l’introduction et la synthèse.

Carole Boidin est maîtresse de conférences en littérature comparée à l’université Paris Nanterre. Spécialiste de l’antiquité gréco-romaine et des mondes arabes, des traditions narratives anciennes en Europe et dans les mondes arabes, et de leur réception moderne, elle a rédigé les pages consacrées à Apulée.

Florence Godeau est professeure de littérature comparée à l’université Jean Moulin-Lyon III. Spécialiste de l’étude comparée des formes narratives aux xixe et xxe siècles, elle est l’auteure de travaux portant, en particulier, sur Proust, Kafka, Musil, T. Mann, Woolf et Beckett. Dans le présent volume, elle a rédigé les pages consacrées à Kafka.

Michel Riaudel est professeur d’études lusophones à la faculté des lettres de Sorbonne Université. Spécialiste des échanges culturels entre la France et le Brésil et du modernisme brésilien, traducteur de grands noms de la littérature moderne brésilienne, il a rédigé les pages consacrées à Guimarães Rosa.

"• Un auteur multiscius ?

Magie, érotisme, énigmes et frissons : telle semble être la recette à succès de L’Âne d’or. D’une construction narrative remarquable, l’œuvre semble en outre transmettre des contenus spirituels et philosophiques d’une manière agréable et intrigante, ce qui fut la clef de sa survie jusqu’à nous, et de son considérable succès dans l’histoire de la littérature. L’auteur supposé de l’œuvre est tout aussi fascinant.

La plupart des informations dont nous disposons concernant Apulée, jusqu’à son praenomen supposé, Lucius, sont tirées de ses œuvres, notamment de l’Apologie, plaidoyer qu’il aurait composé pour se défendre à l’occasion d’un procès, ainsi que des Florides, compilation de discours où l’on trouve quelques détails autobiographiques [Lévi, 2014b]. C’est d’ailleurs la datation de son procès, vers 157-158 de notre ère, qui permet de situer sa naissance vers 125, probablement à Madaure (actuelle M’daourouch en Algérie), comme l’indiquent plusieurs manuscrits ainsi que le témoignage d’Augustin, qui le désigne sous le nom d’Apuleius Platonicus Madaurensis (Apulée, philosophe platonicien de Madaure), dans sa Cité de Dieu. Cette origine est d’ailleurs curieusement associée à Lucius dans L’Âne d’or (XI, 27), alors qu’il s’était jusque-là présenté comme originaire de Corinthe – incohérence souvent considérée par la critique comme une signature de l’auteur, ou un ajout de copiste, sous l’effet d’une lecture autobiographique de l’œuvre, fréquente jusqu’à la Renaissance. Apulée ne mentionne cependant L’Âne d’or dans aucun de ses autres textes. C’est par la traduction manuscrite, ainsi que des témoignages indirects, que cette attribution s’est stabilisée. Nous considérerons cependant, pour la suite de cette présentation, qu’Apulée en est bien l’auteur.

Madaure se situe alors dans la province d’Afrique, c’est une colonie romaine, administrée par un sénat que le père d’Apulée a dirigé en tant que magistrat supérieur (duumvir). Apulée fait donc partie d’une élite qui dispose de la citoyenneté romaine, et s’il se définit, dans son Apologie, en tant que “demi-numide, demi-gétule” (Apologie, XXIV), du nom de peuples ayant longtemps résisté à la domination romaine, c’est que cette appellation a été utilisée contre lui, pour le discréditer en évoquant des origines obscures, et non pour revendiquer une identité “postcoloniale” par anticipation [sur “l’africanité” d’Apulée, voir Lee, Finkelpearl et Graverini, 2014].

Après s’être familiarisé avec la rhétorique et la philosophie à Carthage, il se rend à Athènes et y approfondit ses connaissances, tout en étudiant également la musique, la géométrie et la poésie. Il reçoit ainsi une éducation conforme au modèle de la fameuse paideia grecque, qui vise, en cultivant l’esprit et le corps, à former des citoyens accomplis, modèle repris dans les écoles platoniciennes qu’Apulée fréquente assidûment. Il acquiert ainsi une solide culture lettrée [Plantade et Vallat, 2018] et on peut le qualifier de multiscius (polymathe, savant dans plusieurs domaines), adjectif que Lucius revendique pour lui-même dans L’Âne d’or (IX, 13). Ses voyages le mènent jusqu’en Asie Mineure et probablement à Rome ; il en retire, une fois rentré en Afrique, une réputation d’homme savant, capable de produire de brillants discours sur des sujets variés, ce que confirment plusieurs traités qui lui sont attribués, à savoir des résumés ou des traductions de textes platoniciens (Sur Platon et sa doctrine, Sur le dieu de Socrate, Sur le monde), mais aussi des ouvrages scientifiques, pour la plupart perdus.

Au cours de l’un de ses voyages, il épouse la veuve Pudentilla, mère de son ancien condisciple à Athènes, Pontanius. Cela lui vaut l’inimitié de la famille du premier mari, qui l’accuse d’avoir séduit la veuve par des opérations magiques afin de capter sa fortune. Pontanius étant mort dans l’intervalle, il se trouve également accusé de meurtre. La magie, à l’époque, est prise au sérieux et recouvre des savoirs et des pouvoirs multiples (v. Interpréter : la question du sens). La pratiquer pour nuire à autrui est passible de sanctions légales importantes. C’est dans le cadre de ce procès qu’il aurait prononcé le plaidoyer de défense qui nous est parvenu sous le titre d’Apologie, dans lequel il saisit l’occasion de définir la vraie science et de la distinguer des pratiques criminelles dont on l’accuse. Apulée y défend une conception englobante du savoir : le philosophe, le médecin, le magicien, qui observent le monde pour en connaître la nature et les fins, affichent un même esprit de curiosité, qui élève spirituellement l’individu. Apulée fut d’ailleurs prêtre d’Esculape, dieu de la médecine, célèbre pour permettre la guérison par les rites d’incubation (consultation du dieu pendant le sommeil) pratiqués dans ses sanctuaires. Dans les sciences, la religion ou la philosophie, de nombreuses pratiques peuvent donc, selon lui, passer à tort pour nuisibles, mais il n’est pas magicien : il est philosophe. Plus ironiquement, il conclut son plaidoyer en mentionnant des descriptions littéraires fameuses de magiciens, où ses accusateurs auraient pu, selon lui, trouver des façons de rendre leur accusation plus solide. Il conviendra donc de ne pas négliger, en abordant dans L’Âne d’or la présence de la magie, aussi bien ses liens avec les sciences et la philosophie que sa présence topique dans la littérature (v. Métamorphoses ?)."