search

Du Bellay, Les Regrets, Le Songe, Les Antiquités de Rome

18,01 €

Par Nina Mueggler, Mathilde Thorel et Emma Fayard.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Traitant de l’œuvre de la Renaissance au programme des agrégations externes et internes de Lettres classiques et de Lettres modernes, l’ouvrage propose tous les éléments nécessaires à la réussite du candidat.

Comme tous les Clefs-concours de Lettres modernes, l’ouvrage est structuré en quatre parties :

-Repères : le contexte historique et littéraire; -Problématiques : comprendre les enjeux de l'œuvre; -Le travail du texte : questions de langue, de stylistique et de grammaire; Outils : pour retrouver rapidement une définition ou une référence.

Fiche technique

Référence
460753
ISBN
9782350307534
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
300
Reliure :
broché

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11

REPÈRES

DU BELLAY EN RÉSEAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19

FAMILLES DE SANG ET DE PLUME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19

RÉSEAU DES REGRETS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22

TROIS MODÈLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26

Modèle des modèles : Pétrarque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27

 • Translatio et pétrarquisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30

Modèle dévoyé : Marot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31

Anti-modèle : Ronsard, ami et rival . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34

DU BELLAY EN CONTEXTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39

CONTEXTE RELIGIEUX, POLITIQUE ET MILITAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39

SOCIÉTÉ ET NATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45

La hiérarchie sociale, organisation et valeur . . . . . . . . . . . . . . . . . .45

La race et le terroir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49

ROME DANS TOUS SES ÉTATS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52

Rome vers 1550 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52

Du Bellay à Rome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

Les ruines, les vestiges et les “antiquailles” . . . . . . . . . . . . . . . . . . .57

PROBLÉMATIQUES

DEUX RECUEILS, TROIS PROJETS ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65

LES REGRETS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65

LES ANTIQUITÉS… PLUS UN SONGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66

COMPOSITIONS ET CONSTRUCTIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71

LES REGRETS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71

L’édition princeps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71

Sonnets en alexandrins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .73

Titre et plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78

LES ANTIQUITÉS DE ROME ET LE SONGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81

Intitulation et articulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81

Les éditions, l’alternance des mètres et la question des nombres . .83

MODES DE LECTURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86

VARIÉTÉ DES STYLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91

“JE” ET LES AUTRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94

VARIATIONS DU STYLE BAS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100

Refus du style haut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100

Poésie du quotidien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .103

Élégie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106

Satire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113

Satire : réflexions métapoétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113

Satire : illustrations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119

L’hypocrisie comme hyper-vice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122

La satire dans les Antiquités et le Songe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125

VERS LE STYLE HAUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .128

Éloges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .129

Tragique et pathétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136

Mythologie et épopée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .139

ONOMASTIQUE, DE BAS EN HAUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .143

ESPACES ET TEMPORALITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .151

DU BELLAY, POÈTE HISTORIEN OU HISTORIEN POÈTE ? . . . . . . . . . . . . .151

POÉTIQUE DU REGARD : LE MONDE ET LES ARTS . . . . . . . . . . . . . . . . .154

Le regard et Les Regrets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .154

Rome et ses ruines : l’hypotypose paradoxale des Antiquités . . . .156

Les visions du Songe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .160

VOYAGES DANS L’ESPACE-TEMPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162

Distorsions spatio-temporelles dans Les Regrets . . . . . . . . . . . . . .162

Le temps des Antiquités et du Songe : cycle et chaos . . . . . . . . . .167

ITINÉRAIRES PHILOSOPHIQUE, SPIRITUEL ET POLITIQUE . . . . . . . . . . . .173

PHILOSOPHIE MORALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .173

“Poéthique” horatienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .173

Éléments d’épicurisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .174

La tentation stoïcienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .175

SPIRITUALITÉ ET ÉSOTÉRISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .178

Le démon : figure protéenne au confluent des trois œuvres . . . . .179

L’attrait de l’alchimie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .183

EN GUISE DE CONCLUSION : ÉPOPÉE POLITIQUE ? . . . . . . . . . . . . . . . . .186

TRAVAIL DU TEXTE

MORPHOSYNTAXE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .193

SYNTAXE DU GROUPE NOMINAL :

LES EXPANSIONS DU NOM (R91) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .193

Adjectifs et participes en fonction épithète . . . . . . . . . . . . . . . . . .195

• La proposition de l’épithète . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .196

• L’antéposition de l’épithète . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .197

Groupes prépositionnels en fonction complément du nom . . . . . .198

Ordre et ordonnancement

des expansions du nom dans le GN étendu . . . . . . . . . . . . . . . . . .198

LES EMPLOIS DU SUBJONCTIF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .199

Emplois du subjonctif en indépendante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .202

• En phrase non assertive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .202

• En phrase assertive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .204

Emplois du subjonctif

en parataxe formelle (subordination implicite) . . . . . . . . . . . . . . .204

Emplois du subjonctif en subordonnée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .205

• Le subjonctif en subordonnée conjonctive substantive . . . . . . . . . . . . . .205

• Le subjonctif en subordonnée relative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .206

• Le subjonctif en subordonnée conjonctive adverbiale . . . . . . . . . . . . . .207

Concordance des temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .212

LES FORMES EN -ANT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .212

Rappel : les modes non personnels, définitions et propriétés . . . .213

Le participe en emploi adjectival . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .215

• Fonction apposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .216

• Fonction épithète . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .218

• Fonction attribut du COD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .218

Gérondif et emploi adverbial des formes en -ant . . . . . . . . . . . . . .219

• Le gérondif : en + forme en -ant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .219

• Emploi adverbial sans en . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .220

Aller + forme en -ant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .222

Le participe en construction absolue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .222

Emplois du participe et cohésion textuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . .224

L’adjectif verbal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .227

• Graphie et morphologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .227

• En fonction épithète du nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .227

• L’adjectif verbal peut être aussi épithète du pronom . . . . . . . . . . . . . . .228

• Cas ambivalents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .228

Substantivations et autres recatégorisations . . . . . . . . . . . . . . . . . .229

REMARQUES SUR L’ATTRIBUT

ET LES CONSTRUCTIONS ATTRIBUTIVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .230

Attributs du sujet : l’ordre des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .231

• Place de l’attribut du sujet en phrase assertive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .231

• Ellipse du verbe en phrase assertive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .231

• Place de l’attribut du sujet en phrase non assertive . . . . . . . . . . . . . . . .232

La prédication attributive en phrase non verbale . . . . . . . . . . . . . .232

Attributs accessoires du sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .233

Attributs du COD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .234

• Classes de verbes transitifs à attribut du COD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .234

• L’attribut en construction indirecte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .235

• Constructions pronominales attributives :

attribut du COD ou du sujet ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .235

STYLISTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .237

TROUBLE DANS LE STYLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .237

TYPOLOGIE DES FIGURES DE RÉPÉTITION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .240

Répétition “en incertain lieu et ordre” :

phonèmes, morphèmes, lexèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .241

• Homéotéleutes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .241

• Homéoptotes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .241

• Figure de dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .242

• Répétition stricte d’un même mot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .242

• Paronomase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .243

• Polyptote . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .243

Répétition “en certain lieu et ordre” :

la répétition, figure de construction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .244

• Anaphore . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .244

• Hypozeuxe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .245

• Épizeuxe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .246

• Anadiplose . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .246

• Épanalepse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .247

• Gradation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .247

• Chiasme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .247

• Cas limites et difficultés d’identification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .248

VALEURS ET FONCTIONS DE LA RÉPÉTITION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249

Une figure de cadrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249

Une figure du mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .251

LA RÉPÉTITION, “FIGURE DE NOMBRE” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .252

La poétique nombreuse de Du Bellay . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .253

La musique du sonnet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .255

Le rythme balancé des Regrets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .256

Le sonnet et le style périodique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .258

ACCUMULATION ET VARIATION :

LA RÉPÉTITION ENTRE COPIA ET VARIETAS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .260

La tentation de l’amplification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .260

La répétition, figure du changement ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .263

RÉPÉTITION ET ÉNONCIATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .266

Un écho lyrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .267

Répétition des noms propres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .268

L’énergie et la mimesis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .270

• La voix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .270

• Le regard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .272

FIGURES DE RÉPÉTITION ET RÉPÉTITION DES FIGURES :

L’UNITÉ STYLISTIQUE DU RECUEIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .276

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .279

Nina Mueggler est maître-assistante en littérature française de la Renaissance à l’université de Fribourg (Suisse). Ses travaux portent essentiellement sur les émulations poétiques du XVIe siècle. Elle a rédigé les sections “Introduction”, “Repères” et “Problématiques” du présent volume.

Emma Fayard, agrégée de lettres modernes, est doctorante en Langue française du XVIe siècle à Sorbonne Université. Ses recherches en stylistique et rhétorique portent principalement sur la notion d’amplification, chez Érasme et Ronsard. Elle a rédigé la partie “Stylistique” de la section “Travail du texte” du présent ouvrage.

 Mathilde Thorel est maîtresse de conférences à l’université d’Aix-Marseille. Elle a rédigé la partie “Morphosyntaxe” de la section “Travail du texte” du présent ouvrage.

"Translatio et pétrarquisme

La très forte dimension politique de l’utilisation permanente et copieuse du corpus pétrarquien par Du Bellay relève de la translatio studii qui accompagne la translatio imperii. Il s’agit de l’idée humaniste selon laquelle l’hégémonie du pouvoir culturel et du pouvoir politique, associés étroitement, se transmet et se déplace de civilisations en civilisations, de l’Ouest vers l’Est. L’idée est déjà énoncée dans Le Quadrilogue invectif d’Alain Chartier en 1422 : “la monarchie du monde et la dignité du souverain empire fu jadiz translatée des Assiriens aux Persans, et des Persans aux Grecs, des Grecs aux Rommains, des Rommains es mains des François et des Germains” [CHARTIER, 1950, p. 4].

La revendication de cet héritage s’accompagne de rivalités féroces entre les puissances dominantes [PETRIS, 2019]. Au milieu du XVIe siècle, la France dispute le pouvoir aussi bien à Charles Quint – Empereur du Saint Empire romain germanique, autrement dit un candidat privilégié à la réalisation du rêve de la “Monarchie” exposée dans La Deffence, et illustration de la langue françoyse [BURON, CERNOGORA, 2007, p. 90- 93] – qu’à l’Italie. Cette Monarchie se veut à la fois chrétienne et universelle, et oscille donc entre “affirmation d’un universalisme et propagande nationaliste”, incarnée dans une nation élue [PETRIS, 2019, p. 27]. Au milieu du XIVe siècle, Pétrarque, parmi bien d’autres humanistes, est convaincu que l’Italie est l’héritière légitime de l’Empire Romain, lui-même héritier des Grecs, et avant eux, des Babyloniens. Mais l’idée d’“Italie” nécessite quelques précautions historiennes : l’Italie, très loin d’être unifiée (il faut attendre 1861), se compose de plusieurs duchés, royaumes, principaux et États pontificaux, eux-mêmes associés aux puissances étrangères. Pourtant, malgré cette bigarrure politique sans équivalent, dès le milieu du XIVe siècle se développe un sentiment d’appartenance à une entité culturelle, géographique et politique commune, la latinité de l’Italie, forgée en partie pour s’opposer à la “barbarie” des nations voisines, gauloise et germanique ; “latin” fonctionne dès lors presque comme synonyme d’ “italien” [STRANIERI, 2018]. Selon cette conception, Rome, en vertu de son passé mythique, rassemble symboliquement tous les habitants de la Péninsule : l’Italie, “notre mère commune à tous, et Rome capitale de cette Italie” [Pétrarque cité par PETRIS, 2019, p. 31]. L’ambition “patriotique” de Pétrarque l’encourage à commencer son épopée Africa, dédiée au roi de Naples qui le couronne ensuite au Capitole de Rome. Pétrarque y traite d’un épisode matriciel de la Romanité : les exploits de Scipion l’Africain contre Hannibal lors de la deuxième guerre punique, moment historique que Du Bellay a parfaitement à l’esprit lorsqu’il compose ses Regrets. Pour Pétrarque, se servir du passé, que ce dernier soit intellectualisé ou inscrit dans les ruines [voir “Les ruines, les vestiges et les “antiquailles””], s’avère le meilleur moyen de redonner vigueur à la Rome antique, qui présente un net avantage mythique et patrimonial sur les autres cités. Finalement, tous les “Italiens” se sentent fils de la Rome républicaine, dont la puissance s’est vérifiée aussi bien dans la culture que sur les champs de bataille [LAURENS, 2005, p. 26]. En vue de devenir le poète épique de la Romanité, Pétrarque diversifie sa palette pour orner au mieux ce texte-monument : il prend le masque de l’antiquaire, du philosophe, du politique, et le ton se fait au besoin pathétique et prophétique. Un “songe” structure en effet les deux premiers chants de l’épopée, qui sert de support à la dénonciation de la vaine gloire humaine, dans une perspective chrétienne à partir d’un modèle païen, celui du songe de Scipion (qui figure à la fin de la République de Cicéron, avant d’être commenté par Macrobe, puis Boèce). Du Bellay, sans que l’on sache s’il a eu connaissance de l’Africa de Pétrarque, fait preuve, dans son Songe, d’un syncrétisme tout à fait similaire, lequel prend corps sur un substrat de rivalité internationale. Grâce au travail comparatiste de William J. Kennedy, on sait à quel point le pétrarquisme de Du Bellay, comme tant d’autres (à l’instar de Marot), relève de l’expression d’un premier sentiment national, foncièrement politique [KENNEDY, 2004]."