Silves latines 2021-2022 Agrandir

Silves latines 2021-2022

Virgile, Énéide, chant VIII
Saint Augustin, Les Confessions, livres I à IV

Emmanuelle Raymond-Dufouleur et Jérôme Lagouanère

Plus de détails

460681

9782350306810

23,70 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

  • Genet, Les Bonnes, Le Balcon

    Genet, Les...


    Victor Furno, Jérémie Majorel, Héléna O'James,...

  • George Sand, Mauprat

    George Sand,...


     Marie-Astrid Charlier, Marie-Ève Thérenty et...

  • Marguerite de Navarre, L’Heptaméron

    Marguerite...


    Marie-Claire Thomine-Bichard et Véronique Montagne

LA référence pour l’agrégation de Lettres

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 250
  • Reliure : broché

VIRGILE, ÉNÉIDE,

CHANT VIII

INTRODUCTION

“L’IMMENSE VIRGILE” (MART., EP. XIV, 186) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

Une vie, des Vies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19

Gloire et réputation d’un poète hors du commun . . . . . . . . . . . . . . .25

Cecini pascua, rura, duces : diversité de l’oeuvre virgilienne . . . . .29

 

“LE PLUS BEAU MONUMENT QUI NOUS RESTE DE TOUTE L’ANTIQUITÉ”

(VOLTAIRE, ESSAI SUR LE GENRE ÉPIQUE, III) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32

Quelques mots sur l’Énéide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32

Le livre VIII de l’Énéide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36

 

REPÈRES

 

LE CONTEXTE POLITIQUE ET CULTUREL: LE SIÈCLE D’AUGUSTE

 

ENTRE RÉPUBLIQUE ET PRINCIPAT :

LA RES PUBLICA RESTITUTA SELON AUGUSTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

 

RESTAURATION DE L’ORDRE ET DE LA MORALE :

LES VALEURS AUGUSTÉENNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45

 

L’ARCHITECTURE ET LES ARTS AU SIÈCLE D’AUGUSTE . . . . . . . . . . . . . .49

 

LE CONTEXTE LITTÉRAIRE

 

LA LITTÉRATURE AUGUSTÉENNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

Les prosateurs au siècle d’Auguste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54

Les poètes augustéens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

 

LE GENRE ÉPIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59

Essai de définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59

Les différents types d’épopée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61

Le style épique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62

Le héros épique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65

L’influence des épopées antérieures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69

• Homère et Apollonios de Rhodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69

• Prémices de l’épopée romaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .73

Aspects de l’originalité de l’épopée virgilienne . . . . . . . . . . . . . . . .76

 

ARCHITECTURE DU LIVRE VIII

 

LE COUPLE VII-VIII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

PLAN DU LIVRE VIII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82

 

PROBLÉMATIQUES

 

LE PERSONNAGE D’ÉNÉE AU LIVRE VIII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87

 

UNE ÉVOLUTION CRUCIALE CHEZ LE HÉROS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

Un héros aux prises avec le passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

Signes d’un engagement personnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90

Une pietas en action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91

Le temps de l’acceptation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93

 

ÉPIPHANIE D’UNE VICTOIRE ANNONCÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95

Affirmation d’un discours bienveillant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95

Le dévoilement de la victoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97

Les moyens de la réussite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

 

LE COMBAT D’HERCULE ET CACUS,

PRÉFIGURATION DE LA VICTOIRE D’ÉNÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101

Un combat manichéen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102

Énée et le modèle herculéen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .104

Hercule, Énée et Auguste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .108

 

LE BOUCLIER DE LA VICTOIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111

Implications narratologiques du bouclier :

Énée armé pour la victoire finale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111

L’outil de la victoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111

Références littéraires et extratextuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113

Victoires et triomphes au coeur du bouclier . . . . . . . . . . . . . . . . . .116

 

LE TEMPS ET LESPACE AU LIVRE VIII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121

 

LE TEMPS, L’HISTOIRE ET LA MÉMOIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122

Une conjugaison des temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122

• Le présent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122

• Le passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126

Le passé de la diégèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126

Le passé mythologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130

• Le futur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133

Stratification des temporalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135

• Cyclicité ascensionnelle du temps virgilien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135

• Le dialogue des mémoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137

La poétique des lieux au livre VIII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141

 

LE LIVRE D’AUGUSTE ET DE LA ROMANITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .147

Réflexions sur l’identité romaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .147

• L’identité troyenne : manipulations narratives et enjeux . . . . . . . . . . . . .148

• Une identité romaine en construction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .152

Le prisme de l’idéologie augustéenne : défense et illustration . . . .155

  • Humanitas et ordre moral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155

• Grandeur et frugalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159

• Guerre et paix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163

 

RELIGION ET DIVINITÉS AU LIVRE VIII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .169

 

UNE DÉFINITION DE LA RELIGION ROMAINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .171

La religion du rite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .172

La religion du sacrifice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .175

Le culte de l’Ara Maxima et le carmen saliare de Virgile . . . . . . .178

 

LES DIEUX AU LIVRE VIII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .182

“Les dieux machinistes de l’épopée” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .182

Le panthéon d’Auguste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187

 

            BOÎTE À OUTILS

 

CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194

 

CARTE DES LIEUX DU LIVRE VIII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .200

 

LES PERSONNAGES DU LIVRE VIII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .203

 

STYLE, LANGUE ET MÉTRIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207

 

QUELQUES RAPPELS SUR L’HEXAMÈTRE DACTYLIQUE . . . . . . . . . . . . . .207

Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207

Les coupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .208

Les élisions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .209

 

ÉLÉMENTS DE LANGUE ET DE MÉTRIQUE VIRGILIENNES . . . . . . . . . . . .210

 

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .215

 

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .227

 

AUGUSTIN,

LES CONFESSIONS I-IV

 

INTRODUCTION

 

LES CONFESSIONS, UNE OEUVRE UNIVERSELLE… . . . . . . . . . . . . . . . . .235

 

… MAIS INSCRITE DANS UN LIEU ET UN TEMPS DÉTERMINÉS . . . . . . . . 237

 

LES CONFESSIONS, UNE RÉVOLUTION LITTÉRAIRE ET SPIRITUELLE . . . .239

 

REPÈRES

 

L’AFRIQUE ROMAINE ET CHRÉTIENNE AUX IVe-Ve SIÈCLES APRÈS J.-C.

 

L’ORGANISATION POLITIQUE ET SOCIALE DE L’AFRIQUE

AU TEMPS D’AUGUSTIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .243

L’arrière-plan politique et économique des Confessions . . . . . . . .243

La vie culturelle à Carthage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .246

 

L’AFRIQUE CHRÉTIENNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249

La première Église chrétienne latine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249

Une Église divisée : le donatisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .251

La persistance du paganisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .255

Le cas du manichéisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .258

• La cosmologie manichéenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .260

• L’eschatologie manichéenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .261

• L’herméneutique manichéenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .261

• L’éthique manichéenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .262

• L’Église manichéenne en Afrique à l’époque d’Augustin . . . . . . . . . . .262

 

LES CONFESSIONS D’AUGUSTIN,

UN ÉVÉNEMENT LITTÉRAIRE ET SPIRITUEL

 

AUGUSTIN, UN HOMME DANS SON TEMPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265

Une enfance et une jeunesse africaines (354-383) . . . . . . . . . . . . .266

Le séjour en Italie : de l’ambition du siècle

au retour vers l’Église catholique (383-388) . . . . . . . . . . . . . . . . .268

Le retour à Thagaste et l’espérance d’une vie d’otium chrétien

(388-391) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .271

Augustin prêtre, puis évêque (391-401) :

la vie et l’oeuvre d’Augustin lors de la rédaction des Confessions 272

 

DATES ET CIRCONSTANCES DE RÉDACTION DE L’OEUVRE . . . . . . . . . . . . 274

 

LES ANTÉCÉDENTS D’UNE OEUVRE SINGULIÈRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .275

Le récit de soi, une tradition antique et chrétienne . . . . . . . . . . . .276

Les premiers récits autobiographiques d’Augustin . . . . . . . . . . . .277

 

LA STRUCTURE DE L’OEUVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .282

La question de l’unité de l’oeuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .282

Résumé synthétique des treize livres des Confessions . . . . . . . . . .284

 

LA RÉCEPTION DES CONFESSIONS PAR SES CONTEMPORAINS . . . . . . . . .286

 

PROBLÉMATIQUES

 

LE GENRE LITTÉRAIRE DES CONFESSIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .293

 

LE GENRE AUTOBIOGRAPHIQUE EN QUESTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .295

Un pacte autobiographique décentré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .296

Une scénographie dialogique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .299

Un traitement original de la temporalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .302

Confessions I-IV: un roman familial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .303

 

LE GENRE DE LA CONFESSIO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .307

Confessio peccatorum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .308

Confessio fidei . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .309

Confessio laudis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .311

 

LE GENRE PROTREPTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .312

 

CONFESSIONS I-IV. UN RÉCIT DAPPRENTISSAGE . . . . . . . . . . . . . . . . .315

 

L’APPRENTISSAGE DES SAVOIRS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .315

L’apprentissage du langage (Conf. I, 8, 13) . . . . . . . . . . . . . . . . . .315

Augustin et l’école romaine,

ou quand un discipulus devient un magister . . . . . . . . . . . . . . . . .317

• Augustinus discipulus (livres I à III) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .318

• Augustinus magister (livre IV) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .321

La première oeuvre d’Augustin:

le De pulchro et apto (Conf. IV, 13, 20 - 15, 27) . . . . . . . . . . . . . .323

La lecture des Catégories d’Aristote par Augustin

(Conf. IV, 16, 28-29) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .327

L’enjeu culturel et spirituel de la lecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .329

 

UN APPRENTISSAGE SOCIAL DÉCEPTIF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .330

La découverte de la sexualité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .331

La découverte de l’amitié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .332

La découverte d’une ‘fausse religion’ :

l’adhésion d’Augustin au manichéisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .335

• Les motifs de l’adhésion d’Augustin au manichéisme . . . . . . . . . . . . . .335

• Augustin manichéen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .337

• Le rejet du manichéisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .338

 

LE PÉCHÉ ET LA GRÂCE DANS LES LIVRES I À IV DES CONFESSIONS . .341

 

L’EXPÉRIENCE DU PÉCHÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .342

Le péché d’origine (Conf. I) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .342

La triple concupiscence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .344

• La concupiscence de la chair : la uoluptas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .344

• La concupiscence des yeux: la curiositas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .347

• L’ambitio saeculi : la superbia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .351

Un récit paradigmatique : le récit du vol des poires

(Conf. II, 4, 9 - 10, 18) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .352

 

L’INTERVENTION DIVINE DANS LE RÉCIT AUGUSTINIEN . . . . . . . . . . . . .355

La première conversion d’Augustin:

la découverte de l’Hortensius de Cicéron (Conf. III, 4, 7 - 5, 9) . .355

Le songe prophétique de Monique (Conf. III, 11, 19 - 12, 21) . . .358

L’amertume divine : la mort de l’ami (Conf. IV, 4, 7 - 9, 14) . . . .360

Le motif de la misericordia divine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .362

 

ENTRE TRADITION ET MODERNITÉ, UN CHEF-DOEUVRE LITTÉRAIRE . .365

 

CONTINUITÉ ET RUPTURES AVEC LA TRADITION CLASSIQUE . . . . . . . . . .365

La présence discrète de Salluste et d’Horace . . . . . . . . . . . . . . . . .365

Le rapport d’Augustin au théâtre et à Térence . . . . . . . . . . . . . . . .367

Augustin et l’Énéide de Virgile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .369

Augustin et Cicéron . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .371

 

UN UNIVERS SYMBOLIQUE ET POÉTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .373

Un imaginaire nourri du texte biblique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .373

Entre prose et poésie, la poétique augustinienne . . . . . . . . . . . . . .375

• Le jeu des images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .375

• Quelques traits de la stylistique augustinienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .376

Une écriture psalmique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .377

 

BOÎTE À OUTILS

 

RETRACTATIONES II, 6, OU QUAND AUGUSTIN RELIT LES CONFESSIONS . 383

 

L’ÉTABLISSEMENT ET L’ÉDITIONS DU TEXTE LATIN . . . . . . . . . . . . . . . .384

L’impossible établissement du texte latin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .384

Éditions et principaux lieux variants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .384

• Principales éditions critiques du texte latin au XXe siècle . . . . . . . . . . . .384

• Principaux lieux variants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .385

 

LA LANGUE D’AUGUSTIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .388

La question du ‘latin chrétien’ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .388

Caractéristiques du lexique augustinien en Conf. I-IV . . . . . . . . . .388

Principaux faits syntaxiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .389

• Les subordinations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .389

Les subordonnées complément d’objet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .389

Les subordonnées circonstancielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .390

• Les éléments de la proposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .391

La négation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .391

Les formes nominales du verbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .392

 

REPÈRES CHRONOLOGIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .394

 

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .399

 

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .412

Emmanuelle Raymond-Dufouleur, agrégée de Lettres classiques, est maître de conférences en langue et littérature latines à l’université d’Angers. Auteur d’une thèse sur l’Énéide deVirgile (Forsan et haec olim meminisse iuuabit : Recherches sur les formes et aspects de la mémoire dans l’Énéide de Virgile, Lyon, 2011) dont elle prépare actuellement la publication, elle a dirigé l’édition du volume Vox poetae. Manifestations auctoriales dans l’épopée gréco-latine, Paris, De Boccard, 2011. Membre du Memoria Romana Project (sous la direction de Karl Galinsky) et collaboratrice au projet Hyperdonat (avec Bruno Bureau et Christian Nicolas), ses recherches portent sur la dialectique de la mémoire et de l’oubli de la fin de la République romaine à la fin du principat augustéen. Elle est également membre du Comité de rédaction de la revue Vita Latina.

Jérôme Lagouanère, agrégé de Lettres classiques, est maître de conférence HDR en langue et littérature latines à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 membre de l’équipe de recherche CRISES et de l’Institut d’Études Augustiniennes. Après une thèse intitulée Intériorité et réflexivité dans la pensée de saint Augustin préparée sous la direction de P. Cambronne et publiée en 2012 dans la Collection des Études Augustiniennes, il a mené des travaux sur la question du sujet et de l’altérité dans la philosophie antique, tout particulièrement dans l’oeuvre d’Augustin. Il a édité ou coédité plusieurs ouvrages collectifs (Tertullianus Afer. Tertullien et la littérature chrétienne d’Afrique, Turnhout, 2015; La Naissance d’autrui, de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, 2019) et prépare une nouvelle édition critique et une traduction du De animae quantitate d’Augustin qui paraîtra dans la collection de la Bibliothèque Augustinienne.

La découverte de la sexualité

La première de ces expériences vécue par Augustin est celle sur laquelle l’on a beaucoup glosé, pour ne pas dire phantasmé : la découverte de la sexualité. Pourtant, le récit qu’il nous en donne est des plus déceptifs. En effet, il ne nous donne guère de détails précis sur sa vie sexuelle à l’adolescence dans les livres II et III des Conf. : la sexualité n’y est finalement abordée que de manière symbolique, à l’aune d’une réflexion sur le péché (v. Le péché et la grâce). Par ailleurs, la description qu’Augustin en donne est assez décevante pour le lecteur en quête de détails grivois ; car, s’il dit très clairement le besoin qu’il avait besoin de jouir sexuellement de l’être désiré (Conf. III, 1, 1 : “Aimer, être aimé, m’était plus doux, quand je jouissais du corps de l’être aimé”), il ne nous dit ni avec qui, ni comment il a pu jouir, ce qui laisse la place à de très nombreuses hypothèses sur sa vie sexuelle, par exemple celle de rapports homosexuels (v. La concupiscence de la chair). En outre, la période de licence sexuelle qu’Augustin a connue s’avère extrêmement courte, puisqu’il se mit en couple avec une jeune femme à la suite d’une grossesse non désirée – jeune femme à qui il resta fidèle et qui lui donna un fils, Adéodat, dont on situe la naissance en 372 (Conf. IV, 2, 2). Étant donné qu’Augustin est arrivé à Carthage pour ses études en 370, cela signifie que sa période de licence sexuelle a duré un peu plus d’un an, ce qui est bien peu en définitive ! Enfin, et surtout, le constat qu’Augustin fait de cette expérience de la sexualité est en lui-même négatif et amer : “Je fus aimé ! j’en vins mystérieusement aux liens de la jouissance (ad uinculum fruendi), et joyeux je m’embarrassais dans un réseau de misère (aerumnosius nexibus), pour être bientôt livré aux verges de fer brûlantes de la jalousie, des soupçons, des craintes, des colères et des querelles” (Conf. III, 1, 1). Contrairement aux élégiaques romains qui pouvaient voir dans les querelles ou dans la jalousie le sel de la passion amoureuse, Augustin y décèle une logique mortifère. Il y a une part obscure du désir amoureux et sexuel qui conduit à tellement vouloir posséder l’autre et son corps, que l’on en vient à se perdre soi-même : le lien de la jouissance qui m’unit à l’autre est aussi le lien qui me condamne à me perdre moi-même.