Silves grecques 2021-2022 Agrandir

Silves grecques 2021-2022

Eschyle, Les Perses
Isocrate, Panathénaïque

Anne-Sophie Noel et Sophie Gotteland

Plus de détails

460680

9782350306803

18,01 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

  • Silves latines 2015-2016

    Silves...


    Tite-Live, Histoire romaine, Livre XXI...

  • Silves latines 2020-2021

    Silves...


    Par Marion Faure-Ribreau et Gérard Salamon

  • Casanova, Histoire de ma vie

    Casanova,...


    Raphaëlle Brin et Florence Balique

LA référence pour l’agrégation de Lettres

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 250
  • Reliure : broché

                              ESCHYLE, LES PERSES

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19

REPÈRES

VIE DESCHYLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23

ESCHYLE ET LA TRAGÉDIE GRECQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24

ESCHYLE, PÈRE DE LA TRAGÉDIE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25

LES PERSES : TRAGÉDIE À SUJET HISTORIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26

LA COMPOSITION DES PERSES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29
Parodos (1-154) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29
Premier épisode (155-531) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29
Premier stasimon (532-597) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30
Deuxième épisode (598-851) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31
Deuxième stasimon (852-907) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31
Troisième épisode / exodos (908-1077) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31
Remarques sur la composition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32

LES PERSONNAGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34
Le choeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34
La Reine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
Darios . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36
Xerxès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37
Le messager . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39
Distribution probable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40

LES PERSES SUR LA SCÈNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40
L’espace théâtral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40
Une skénè dans les Perses ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41
La représentation du barbare sur la scène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .43
  • Les vêtements perses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45
  • L’arc perse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47
  • Les chars perses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48
Grandeur et destruction de l’Empire perse sur la scène . . . . . . . . . .49

PROBLÉMATIQUES

UNE TRAGÉDIE ÉPIQUE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
“Les miettes d’Homère” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
La tragédie contre l’épos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .57
La bataille eschyléenne : une bataille cosmique . . . . . . . . . . . . . . .59
Les Grecs au combat : des héros épiques ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61

L’UNIVERSEL ET LE POLITIQUE EN TENSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63
Lectures politiques de la pièce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64
L’interprétation universaliste contre la politique ? . . . . . . . . . . . . .66
Dramaturgie et politique : une autre lecture de l’exodos . . . . . . . .68

ÉPILOGUE : TRAGÉDIE ET HISTOIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72
Poésie et histoire : une opposition anachronique du temps d’Eschyle ? . . . . . . . . . . . .72
Les libertés prises par rapport à l’histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .74
Œuvre d’histoire et œuvre de mémoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77

BOÎTE À OUTILS

LES GUERRES MÉDIQUES : CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79

LES PERSES : PROSODIE ET MÉTRIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80
Vers et mètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80
Le trimètre iambique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81
L’anapeste (ou mètre anapestique) non chanté . . . . . . . . . . . . . . . .82
Le tétramètre trochaïque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84
Les vers lyriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .85

LES PERSES : QUELQUES SUJETS DE LEÇON POSSIBLES . . . . . . . . . . . . . .87

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88
Principales éditions pour les textes d’Eschyle . . . . . . . . . . . . . . . . .88
Les Perses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88
Autre traduction française . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88
Études générales sur le théâtre antique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89
  • L’architecture du théâtre de Dionysos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89
  • Ouvrages généraux sur la tragédie grecque et le spectacle antique . . . . .89
Études sur Eschyle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91
Études sur les Perses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .92
Métrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95
Autres références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95

                               ISOCRATE, PANATHÉNAÏQUE

Introduciton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99

QUELQUES ÉLÉMENTS BIOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101

LE PANATHÉNAÏQUE : POINT DORGUE DUNE PRODUCTION ABONDANTE .105

LA POSTÉRITÉ D’ISOCRATE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107

REPÈRES

PAROLE ET POUVOIR À ATHÈNES AU IVe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . .109

À L'ÉCOLE D’ISOCRATE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111
La paideia d’Isocrate : une philosophia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112
Une éducation politique : Isocrate conseiller et maître (σύμβουλον καὶ διδάσκαλον) . .114
Des discours d’un nouveau genre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115
  • Les logoi politikoi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115
  • Plaisir et utilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .116
  • Des discours écrits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119

LA COMPOSITION DE L’ŒUVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .120
Une mise en scène fictive : les Grandes Panathénées . . . . . . . . . .120
Isocrate et l’éloge en prose . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121
Plan du discours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123
  • § 1-41 : Exorde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123
  • § 42-198 : Éloge d’Athènes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .124
  • § 199-265 : Discussion entre Isocrate et ses élèves au sujet du discours en train d’être élaboré . .126
  • § 266-272 : Péroraison – Considérations personnelles . . . . . . . . . . . . . .127

PROBLÉMATIQUES

LE PANATHÉNAÏQUE, UN TESTAMENT POLITIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . .129
“Tout régime est l’âme de la cité” (Panathénaïque, 138) . . . . . . .129
Panhellénisme et expédition contre les barbares . . . . . . . . . . . . . .133
Une relecture de l’histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137
  • L’utilisation des exemples empruntés au passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137
  • La réinterprétation du matériau historique : quelques exemples . . . . . .139

LA CONSTRUCTION DE L’ÉLOGE D’ATHÈNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .143
La forme de l’éloge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .143
  • Un éloge “qui dépasse la mesure” (Panathénaïque, 123) . . . . . . . . . . . .143
  • éloge et apologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .144
  • La comparaison avec Sparte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145
Les thèmes de l’éloge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .149
  • Les éléments attendus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .149
  • Un cadre traditionnel renouvelé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150
La place du mythe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .151
  • Défense de la tradition orale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .151
  • Figures paradigmatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153

LA FABRIQUE DU DISCOURS : DANS LATELIER D’ISOCRATE . . . . . . . . .155
Les “règles” de composition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .156
Un guide de lecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .158
L’imitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159
Le Panathénaïque, un éloge d’Isocrate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .160

DU DISCOURS AU DIALOGUE : ISOCRATE AU MILIEU DE SES ÉLÈVES . . .162
Un aperçu sur les méthodes d’enseignement d’Isocrate . . . . . . . . .162
Un élève modèle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .165
Le mystère du Panathénaïque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .166

BOÎTE À OUTILS

LA FÊTE DES PANATHÉNÉES : QUELQUES PRÉCISIONS . . . . . . . . . . . . . .169

ISOCRATE COMMENTATEUR DE LUI-MÊME PETIT GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES DE RHÉTORIQUE UTILISÉS DANS LE PANATHÉNAÏQUE . . .171

TEXTES EN ANNEXE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .174
Nicoclès, 7-9 (= Sur l’Échange, 255-257) . . . . . . . . . . . . . . . . . . .174
Sur l’Échange, 183-184 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .175
Éloge d’Hélène, 4-6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .176
Sur l’Échange, 45-46 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177
Contre les sophistes, 12-13 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .178
Panégyrique, 8-9 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .179

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180
Éditions et traductions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180
  • Textes au programme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180
  • Traductions et commentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180
  • Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180
Études . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180
  • La rhétorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180
  • Contexte historique et institutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181
  • Sur Isocrate et sur le Panathénaïque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181

Anne-Sophie Noel est agrégée de Lettres classiques, ancienne élève de l’ENS, maîtresse de conférences en Langue et Littérature grecques à l'ENS de Lyon et membre du laboratoire HiSoMA (UMR 5189). Dans le présent volume, elle a rédigé l'étude des Perses d'Eschyle.

Sophie Gotteland est agrégée de Lettres classiques, ancienne élève de l'ENS, professeur de Langue et Littérature grecques à l'université Bordeaux-Montaigne et membre de l'Institut Ausonius (UMR 5607). Dans le présent volume, elle a rédigé l'étude du Panathénaïque d'Isocrate.

Panhellénisme et expédition contre les barbares

Ce même exorde insiste notamment sur la différence de sujets traités par les orateurs qui parlent à la tribune et par Isocrate. Prétendant qu’il a choisi de traiter des sujets “plus grands et plus nobles” (περὶ μειζόνων καὶ καλλιόνων... τοὺς λόγους ἐποιούμην, § 11), il précise qu’il a été le pilote (ἡγέμων) des discours qui incitent les Grecs à la concorde (ὁμόνοιαν) et à une campagne (στρατείαν) contre les barbares (§ 13). La suite du passage insiste sur la facilité d’une expédition promise au succès et sur la sagesse d’une telle politique, qui permettrait de résoudre les problèmes économiques auxquels est confrontée la Grèce grâce à l’installation d’une colonie (ἀποικία) sur un territoire réputé pour sa taille et ses richesses. Aucun projet ne saurait être “plus beau, plus grand et plus utile” pour eux (§ 14). Isocrate reprend là les éléments d’un programme politique qu’il n’a cessé de décliner, avec quelques variantes, durant toute son existence et qu’il inaugure véritablement dans le Panégyrique (380). Prenant pour cadre fictif le festival panhellénique d’Olympie en 380, ce discours se fixe pour objectif, en effet, de “donner des conseils touchant la guerre contre les barbares et la concorde entre [les Grecs]” (§ 3 ; cf 173, 187) aux différentes cités grecques rassemblées pour l’occasion. L’ensemble de l’œuvre décrit ainsi les avantages d’une expédition menée en commun contre le barbare. Et si, dans un premier temps, l’orateur propose de persuader Sparte et Athènes d’agir sur un pied d’égalité et de partager l’hégé- monie (§ 17), il poursuit en rappelant les services rendus par Athènes à l’ensemble de la Grèce, les périls affrontés pour défendre les Grecs opprimés, et conclut le premier temps de son discours, avant une rapide comparaison entre le comportement de l’une et l’autre cité à l’égard des Grecs (§ 100-128), en affirmant qu’“à juste titre” (δικαίως, § 100 ; cf 20-21), l’hégémonie devrait revenir à la seule Athènes. Le second temps de son exposé (§ 129-169) est consacré à souligner la nécessité d’une expédition contre les barbares et les avantages que la Grèce retirerait d’une telle campagne. Le Panégyrique expose donc longuement une politique qu’Isocrate décline de nouveau à plusieurs reprises par la suite, sans hésiter à se tourner ailleurs pour trouver le chef capable de mener cette expédition commune aux Grecs lorsque les relations entre les cités grecques lui paraissent trop délicates pour qu’Athènes puisse s’imposer à leur tête. Ainsi, dans le Philippe (346), l’autre grand discours centré sur ce programme politique et dont Isocrate souligne lui-même les liens avec le Panégyrique (Philippe, § 11, 84), c’est au roi de Macédoine qu’Isocrate présente son projet, et c’est lui qu’il invite à mener cette expédition panhellénique contre les Perses, non sans avoir pris la peine, toutefois, de rattacher le souverain aux Grecs par le biais de son ancêtre Héraclès. Dans le Panathénaïque, il réitère ainsi pour la dernière fois “son appel à l’expédition militaire et colonisatrice” et, plus encore, sans doute, que dans ses discours précédents, “légitime [...] l’expédition à venir en la situant dans une tradition” [BOUCHET, 2014, p. 129-130]. Il l’inscrit en effet dans une longue suite d’affrontements entre Grecs et barbares qu’il fait remonter jusqu’à la guerre de Troie, et qui explique la haine ancestrale qui dresse les Grecs contre les barbares (τὴν πρὸς τοὺς βαρβάρους ἔχθραν, Panathénaïque, § 42). Cette haine, selon lui, est un sentiment “naturel” (τοὺς βαρβάρους τοὺς φύσει πολεμίους ὄντας, § 163), mais elle repose également sur une analyse du comportement des barbares à leur égard : ces derniers “ont toujours conspiré contre eux” (πάντα τὸν χρόνον ἐπιβουλεύοντας [αὐτοῖς], ibid). Là encore, le Panathénaïque ne fait que reprendre un leitmotiv qui court à travers tous ses discours : dès lors qu’il entreprend de parler des rapports entre Grecs et barbares, l’orateur évoque une haine ancestrale et héréditaire (φύσει πολεμικῶς πρὸς αὐτοὺς ἔχομεν, Panégyrique, § 158 ; ἐπὶ τοὺς καὶ φύσει πολεμίους καὶ πατρικοὺς ἐχθρούς, id., 184 ; τῶν πατρικῶν ἐχθρῶν, Philippe, § 126). Derrière le terme “barbares”, il faut à l’évi- dence entendre les “Perses”. Cette vision dichotomique d’un monde scindé à tout jamais entre Grecs et barbares se retrouve parfois, certes, chez d’autres auteurs (par exemple chez Platon, Ménexène, 245c et république 5, 470c), mais nulle part avec la même constance que chez Isocrate, comme l’a très bien montré D. Lenfant, pour qui “l’influence des propos d’Isocrate sur la vision moderne des rapports gréco-perses est patente”, alors même que cette vision ne reflète que partiellement et imparfaitement la réalité de ces rapports durant le IVe siècle [LENFANT, 2015, p. 278-283].