Silves grecques 2020-2021 Agrandir

Silves grecques 2020-2021

Hérodote, Histoires, livre V

Quintus de Smyrne, La Suite d'Homère, livres XII-XIII

Karim Mansour, Laury-Nuria André et Christophe Cusset

Plus de détails

460620

9782350306209

18,01 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Traitant des nouveaux éléments du programme de grec des agrégations externe et interne de Lettres classiques, l'ouvrage propose tous les éléments nécessaires à la réussite du candidat. 

Comme tous les clefs-concours Lettres classiques, l'ouvrage est composé de deux parties consacrées à chacune des deux nouvelles oeuvres du programme, elles-mêmes subdivisées en Repères, Problématiques et Boîte à outils. 

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 288
  • Reliure : broché
  • Format : poche

Hérodote, Histoires, livre V

Introduction             19

REPÈRES

Hérodote, à la confluence des courants         25

Naissance de l’historiê     26

Hérodote dans son “contexte”    27

Hérodote le logios ?          29

Le modèle de l’épopée       31

Questions de structure et de genèse      35

Structure d’ensemble des Histoires       35

Genèse : la théorie “développementale”          37

Analystes et unitariens    38

Synthèse(s)   38

L’expansion perse et l’histoire des guerres médiques            41

Le fil de l’Histoire 42

L’expansion perse avant le conflit (549-500)   42

La révolte de l’Ionie (499-494)    43

Les guerres médiques (490-478)    43

Les Histoires : une réflexion sur l’impérialisme et la liberté           44

La composition du livre V 49

Première partie : L’avance des Perses en Europe         49

1. Les conquêtes de Mégabaze (1-16)      49

2. Du côté de la Macédoine… (17-22)     50

3. Mesures prises par Darius (23-27)       50

Deuxième partie : La révolte de l’Ionie 50

1. Le rôle premier d’Aristagoras (28-38)           50

2. Aristagoras à Sparte et Athènes ; développements sur l’histoire

des deux cités (39-97)          51

3. L’extension de la révolte (98-116)      52

4. Les campagnes des généraux perses et la mort d’Aristagoras

(117-126)       52

La multiplicité des strates           53

L’unité de la structure     54

PROBLÉMATIQUES

Le discours de l’enquêteur : l’historiês apodexis       59

La composante géo-ethnographique     60

Le travail de l’historien   63

La mise en scène apodictique        65

Les statuts de la parole : l’historiographie des logoi          69

La parole diplomatique et stratégique 70

La parole prophétique et herméneutique         72

La parole symbolique (expressive et métaphorique)  76

L’accomplissement des actes : l’ergôn apodexis         81

Les actes accomplis           82

Les actes non accomplis    87

Étude des personnages : les principaux acteurs          93

Les acteurs à présence fréquente          94

Aristagoras, gouverneur de Milet        94

Histiée, tyran de Milet      97

Darius, roi de Perse            99

Les acteurs à présence intermittente     101

Artaphernès, gouverneur de Sardes     101

Hippias, tyran d’Athènes  101

Cléomène, roi de Sparte    102

Les acteurs à présence limitée     104

Clisthène l’Athénien        104

Périandre, tyran de Corinthe      104

Onésilos, roi de Salamine 105

Les figures féminines : objets ou sujets agissants ?       107

Les figures collectives     108

Les figures individuées      110

La réflexion politique ; le sens de l’Histoire   115

Athènes, Sparte et l’Ionie 116

L’impérialisme perse et Athènes  119

Tyrannie, démocratie et liberté  120

Histoire et pensée de l’Histoire   121

BOÎTE À OUTILS

Hérodote et le dialecte ionien    127

Phonétique   128

Traitement des voyelles   128

Traitement des consonnes            129

Morphologie          130

Morphologie nominale    130

Morphologie pronominale          130

Morphologie verbale       131

Syntaxe         132

Vers une syntaxe classique          132

Particularités syntaxiques          133

Métrique      134

Dans le discours de l’enquêteur            135

Dans les discours de personnages          135

D’une édition à l’autre : remarques sur le texte         137

Morphologie lexicale et flexionnelle 138

Ordre des mots, syntaxe, phraséologie 141

Grammaire de l’interphrase        143

Quelques divergences lexicales 144

Bibliographie          147

Quintus de Smyrne,

La Suite d’Homère, livres XII-XIII

INTRODUCTION [LNA]    153

REPÈRES [LNA]

Les cités grecques d’orient, l’évolution des cités

sous l’empire romain tardif          159

Rapide aperçu de l’histoire de l’Asie Mineure côtière,

des origines à la domination romaine    159

Un postulat à corriger :

la cité ne disparaît pas à la période hellénistique     165

Qu’est-ce qu’une cité grecque ? Rappel des enjeux originels

et déplacement des problématiques       166

La ville de Smyrne, Homère et Quintus  169

Brève histoire de la ville de Smyrne      170

Une spécificité locale : les cultes homériques à Smyrne       171

Les poètes post-homériques et Quintus de Smyrne      175

L’épopée après Homère :

conditions culturelles d’un renouveau littéraire    176

Quintus de Smyrne et la création littéraire

des poètes d’époque impériale     177

Composition de La Suite d’Homère,

place des chants XII et XIII          181

La composition générale de l’œuvre      181

Les chants XII et XIII         187

PROBLÉMATIQUES

Homère, le Cycle épique et La Suite d’Homère [CC]   193

La suite de l’Iliade 193

Quintus et le Cycle épique           194

Quintus face à la Petite Iliade et au Sac d’Ilion         198

L’intertextualité dans le poème de Quintus [CC]        203

Les emprunts fidèles à Homère    203

Le jeu des variations et amplifications   205

La réélaboration de la matière épique  207

La question de l’influence virgilienne

dans La Suite d’Homère [LNA]     209

Histoire du texte, transmission et présupposé virgilien         210

Récit virgilien, récit smyrnien : une dette illusoire   211

Les personnages emblématiques : Énée et Sinon ou les vecteurs polémiques des identités latines et grecques        216

L’homme et les dieux [CC] 221

Un exemple : le traitement de la déesse Athéna         221

Théomachie et amplification cosmique du récit           224

La distance creusée entre hommes et dieux       228

Le traitement des héros [CC]        231

Le catalogue des héros entrant dans le cheval :

des héros nivelés dans une ressemblance globalisée            231

L’évolution particulière de la représentation de Néoptolème      234

De l’île au cheval : entre ekphrasis épique

et description insulaire, la ruse paysagère [LNA]     239

Les îles Calydnes,

support de la montée de la tension narrative  240

Ténédos, le paysage insulaire entre repère géographique

et dénouement épique        243

(Re)visiter Troie [LNA]      245

Lecture comparative de la Prise d’Ilion de Triphiodore

et de La Suite d’Homère     246

Troie épique et remodelage de l’espace urbain chez Quintus          247

Regard, émotions et construction du paysage urbain comme

lieu du drame : la peur comme prisme déformant la ville     251

BOÎTE À OUTILS

Quelques remarques sur les difficultés du texte [CC]          255

Chant XII      255

Chant XIII    260

De quelques particules et adverbes expressifs [CC]   263

L’usage des comparaisons [CC]   265

L’hexamètre de Quintus de Smyrne [LNA]        271

Rappels généraux sur l’hexamètre dactylique          271

Évolution de la métrique en diachronie et usages de Quintus         272

L’hexamètre dactylique des chants XII et XIII            274

BIBLIOGRAPHIE    277

Karim Mansour est agrégé de grammaire, docteur en Etudes grecques et professeur en CPGE au lycée Louis Bathou (Paris). 

Laury-Nuria André est docteur en Lettres classiques et en Histoire de l'art, elle enseigne à l'Institut catholique de Toulouse.

Christophe Cusset est professeur de Littérature grecque à l'ENS de Lyon.

En 1842, dans le Blackwood’s Edinburgh Magazine, Thomas De Quincey publiait un vibrant éloge d’Hérodote, dont il jugeait l’importance sous-évaluée par la critique littéraire de son temps. “Peu savent (écrivait-il en ouverture) – y compris parmi les littérateurs – la vraie place qu’occupe Hérodote, de facto ou de jure, dans la littérature universelle. On peine, en outre, à trouver de-ci de-là, au fil des siècles,

un savant qui aurait médité la multiplicité des liens tissés par Hérodote avec ce que l’on appelle la civilisation, et ce dans toutes ses dimensions” [De Quincey, 2009, p. 7]. L’auteur des Confessions d’un mangeur d’opium anglais se proposait en effet de montrer qu’Hérodote n’était absolument pas réductible au statut de simple historien qu’il détenait dans la conscience du public, puisqu’il était aussi bien géographe, ethnographe, penseur humaniste ou encore “le premier des polymathes philosophiques, appellation qui se rapproche le plus de ce qui, dans la littérature grecque, se désigne communément par le terme d’encyclopédiste” [ibid., p. 8]. Qui plus est, le surnom de “Père de l’Histoire” (que la tradition littéraire a emprunté au jugement de Cicéron, De Legibus, 1.5) ne lui paraissait pas seulement réducteur sur le plan du contenu de l’œuvre, mais aussi parce qu’Hérodote était, de façon plus large et plus déterminante encore pour une histoire des formes littéraires, le “Père de la Prose” – ce qui représentait sans doute son plus grand titre de gloire [ibid., p. 12]. Ainsi, l’extraordinaire richesse thématique et scientifique de l’œuvre, d’une part, et de l’autre l’exceptionnelle singularité historique de ce mode de “composition en prose” pleinement maîtrisé justifiaient d’attribuer à Hérodote, aux yeux de celui qui était d’ailleurs un brillant helléniste, la “position majestueuse d’assesseur fraternel siégeant sur le même trône qu’Homère” [ibid., p. 58].