search

Silves latines 2023-2024

18,86 €

Cicéron, Philippiques I-II

Claudien, La Guerre contre les Gètes

et Panégyrique pour le sixième consulat d'Honorius

Par Marie Ledentu et Adrien Bresson

Quantité

  Livraison en lettre suivie

3€ en France métropolitaine et à l'international, 8€ dans les DOM-TOM

Par Marie Ledentu et Adrien Bresson

Traitant des nouveaux éléments du programme de grec des agrégations externe et interne de Lettres classiques, l’ouvrage propose tous les éléments nécessaires à la réussite du candidat.

Comme tous les Clefs-concours Lettres classiques, l’ouvrage est composé de deux parties consacrées à chacune des deux nouvelles œuvres au programme, elles-mêmes subdivisées en Repères, Problématiques et Boîte à outils.

Fiche technique

Référence
460825
ISBN
9782350308258
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
210
Reliure :
broché

Cicéron, Philippiques I-II


Introduction
Cicéron, une vie d’orateur
sur fond de dictatures et de guerres civiles : cedant arma togae ?    ⁠13
Les Philippiques : une œuvre témoin d’une époque de crise    ⁠16


Repères
Le contexte politique des Philippiques i et ii    ⁠19
Jules César et Marc Antoine    ⁠19
• La dictature césarienne    ⁠19
• Marc Antoine : le lignage des Antonii et une carrière par les armes    ⁠20
L’année 44 av. J.-C. :
chronologie des principaux faits politiques et oratoires    ⁠22
Les Philippiques de l’année 43 : chronologie et résumé    ⁠30
La publication des Philippiques et la création d’un corpus    ⁠31
Les quatorze discours contre Antoine :
un corpus sélectif sur le modèle de Démosthène    ⁠31
La stratégie de publication    ⁠34
Les Philippiques I et II : résumés et structures des discours    ⁠35
La Première Philippique ou l’art de l’insinuation :
enjeux, résumé du contenu, structure analytique    ⁠35
La “divine Philippique” ou la charge d’un discours de haine :
enjeux, résumé du contenu, structure analytique    ⁠38

Problématiques
Cicéron et son rôle politique dans les Philippiques    ⁠45
Justifier le césaricide : les ides de mars et la tyrannie de César    ⁠46
Se souvenir de la dictature césarienne comme d’une tyrannie    ⁠46
Inscrire les Ides de mars dans l’histoire des luttes pour la liberté    ⁠47
Les honneurs post mortem rendus à César    ⁠50
Antoine est pire que César    ⁠51
Cicéron, le dvx togatvs
et la défense de la libertas populi Romani    ⁠52
Dégrader Antoine et susciter l’indignation :
stratégie de l’invective et mise en scène de l’adversaire    ⁠56
Non solum unum actum, sed totam fabulam :
espace oratoire et espace scénique    ⁠56
Attaques ad hominem et fonctionnement rhétorique de l’invective dans le discours politique romain    ⁠58
Détruire l’adversaire par le rire :
Cicéron et l’art du risum movere    ⁠60
Faire d’Antoine une figure de la transgression    ⁠61
“Moi, consul et Antoine ! ” : un consul sans moralité    ⁠64
Le rôle des figures féminines
dans l’argumentation éthique et la dégradation d’Antoine    ⁠66
L’Antoine des Philippiques :
de l’anti-Romain au monstre politique    ⁠69


Boîte à outils
Index des personnages politiques et figures historiques
cités dans les Philippiques I et II    ⁠71
Traits stylistiques des Philippiques    ⁠78
Bibliographie    83



Claudien, Guerre contre les Gètes et Panégyrique pour le Sixième consulat


Introduction
Claudius Claudianus : essais biographiques    ⁠91
Une vie mal connue de poète officiel    ⁠91
Une grande renommée littéraire    ⁠92
Les œuvres de Claudien    ⁠94
Les panégyriques    ⁠94
Les invectives    ⁠96
Les épopées historiques    ⁠98
Les œuvres mythologiques    ⁠99
Les Carmina minora    ⁠100
Les autres poèmes    ⁠102


Repères
Le contexte historique    ⁠105
Un déclin progressif de l’empire, du iiie au ive siècle    ⁠105
L’apparition de tensions de plus en plus grandes    ⁠107
La fragmentation du pouvoir    ⁠108
La figure de Théodose    ⁠110
La partition de l’Empire    ⁠112
Stilicon et la gestion de l’Empire (395-399)    ⁠114
Le contexte culturel    ⁠116
Une orientalisation de l’Empire    ⁠116
Un empire romain décentré de Rome    ⁠118
La barbarisation de l’Empire : une intégration    ⁠119
Un empire christianisé    ⁠121
La “naissance” du paganisme    ⁠124
Le contexte littéraire    ⁠126
La littérature chrétienne    ⁠126
L’insertion dans la tradition littéraire    ⁠128
La réinvention littéraire : le ive siècle comme creuset    ⁠130
Les événements de 400 à 404    ⁠133
Résumés détaillés des œuvres    ⁠137
La Guerre contre les Gètes    ⁠137
Le Panégyrique pour le sixième consulat d’Honorius    ⁠141

Problématiques
Une poésie historique    ⁠145
Claudien et la réécriture de l’histoire    ⁠145
Évocations et images de Rome    ⁠147
• Rome : une glorieuse cité protégée par les dieux    ⁠147
• Rome et son glorieux passé    ⁠148
La valeur historique des poèmes de Claudien    ⁠149
Présages et images    ⁠151
Poésie et codes poétiques    ⁠155
La composition du Panégyrique pour le sixième consulat d’Honorius : une composition classique ?    ⁠155
Une poésie classique ?    ⁠157
Les codes de la poésie classique    ⁠157
Des références à la tradition poétique    158
La Guerre contre les Gètes : une épopée ?    ⁠160
Poésie et mythographie    ⁠162
Poésie et politique    ⁠165
Stilicon et l’Âge d’or    ⁠165
Roma aeterna    ⁠168
Convaincre, justifier, influencer    ⁠170
Le blâme des ennemis    ⁠172
“Révérence de l’irrévérence”     ⁠174
• Honorer Théodose    ⁠174
• Stilicon et le salut de l’Empire    ⁠176
• Un blâme d’Honorius à peine voilé    ⁠178
Le poète et son texte    ⁠180
Présence du poète dans son œuvre    ⁠180
L’expression d’une pensée personnelle ?    ⁠183
Le lector in fabula    ⁠185


Boîte à outils    189
Chronologie générale : 394-404    ⁠189
Les principaux protagonistes    ⁠190
Rappels métriques    ⁠192
Prosodie    ⁠192
Métrique    ⁠193
Bibliographie    197
Glossaire    207

Marie Ledentu est agrégée de Lettres classiques et professeure de Langue et littérature latines à l’Université Jean-Moulin Lyon 3. Elle coordonne le master Mondes anciens commun aux universités de Lyon, à celle de Chambéry et à l’ENS Lyon ainsi que le master MEEF 2nd degré. Elle est également experte du panel SHSS auprès du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Adrien Bresson est professeur agrégé de Lettres classiques, doctorant contractuel en langue et littérature latines, chargé de cours à l'Université de Lyon-Saint-Étienne. Spécialiste de poésie latine tardive, ses travaux portent plus spécifiquement sur le concept d'écriture de soi chez Ausone et Claudien, dans un examen des relations entre poétique et politique. Il a publié sur les œuvres au programme “La Gigantomachie de Claudien : la réécriture d’un mythe à l’aune d’une poétique de la colère”, in Genre et formes poétiques de la colère, Hélène Vial éd., Paris, Classiques Garnier, 2022 ; ainsi que “Claudian’s Gigantomachia : Coping with Reality and Dealing with Loss”, Vox patrum, vol. 82, juin 2022.

La biographie de Cicéron (né à Arpinum en 106 et mort en 43 av. J.-C.) se confond avec la période de crise politique et sociale qui entraîna la disparition de la république romaine. L’homme fut le témoin de ce naufrage et tenta de l’éviter. S’appuyant sur son génie d’orateur, il croyait au pouvoir des mots. Il voulait voir les armes céder le pas devant la toge, Cedant arma togae, comme il l’avait écrit en 60 av. J.-C. dans un poème sur son consulat (De consulatu suo). Cette phrase, qui formait la première moitié d’un hexamètre dactylique, Antoine allait d’ailleurs la railler dans son discours contre Cicéron après les Ides de mars [Phil., 2, 20]. La postérité, en élevant des statues à Cicéron, rendit hommage à l’écrivain, non au consul.
Son entrée en éloquence coïncide avec la guerre civile entre Marius et Sylla (88-81 av. J.-C.) puisqu’il prononce en 81, sous la dictature de Sylla, le Pro Quinctio et l’année suivante le Pro Roscio Amerino (une sombre affaire de parricide qui met en cause un affranchi de Sylla), discours dans lequel Cicéron choisit le camp du sénat conservateur hostile au dictateur.
En 76, avec la questure qu’il exerce en Sicile, il commence son cursus honorum qui le conduit à devenir édile en 70 (année où il accuse Verrès, triomphe et publie les Verrines) et préteur en 66 : il soutient alors les sénateurs qui ont confié à Pompée les pleins pouvoirs pour triompher du roi Mithridate et des pirates qui troublent le commerce romain en Méditerranée orientale. Le discours qu’il prononce alors, le De imperio Gnaei Pompei, constitue son premier discours politique.