search

Silves grecques 2023-2024

18,86 €

Euripide, Médée

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, livre XI

Quantité

  Livraison en lettre suivie

3€ en France métropolitaine et à l'international, 8€ dans les DOM-TOM

Par Marie Anne Sabiani et Cécile Durvye

Traitant des nouveaux éléments du programme de grec des agrégations externe et interne de Lettres classiques, l’ouvrage propose tous les éléments nécessaires à la réussite du candidat.

Comme tous les Clefs-concours Lettres classiques, l’ouvrage est composé de deux parties consacrées à chacune des deux nouvelles œuvres au programme, elles-mêmes subdivisées en Repères, Problématiques et Boîte à outils.

Fiche technique

Référence
460824
ISBN
9782350308241
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
258
Reliure :
broché

Introduction     15

Repères

Le théâtre à Athènes     21
Les festivals     21
Les concours tragiques     21
Le théâtre de Dionysos     22
• Theatron et orchestra     22
• La skénè     23
• Décors, accessoires et machines     24
Euripide     25
Vie d’Euripide     25
L’œuvre d’Euripide     28
Un poète novateur     29
• Le réalisme     30
• La langue d’Euripide     31
• Le poète philosophe     33
• Euripide et la rhétorique     34
Le personnage de Médée dans la tradition     35
Reconstitution d’une “biographie” de Médée     36
Le filicide : invention d’Euripide ?     37
La Médée d’Euripide     38
La trilogie tragique     38
La structure de Médée     39
Remarques sur la composition de la tragédie     42
• Effets de symétrie     42
Parodos et exodos     42
Jason et Médée     42
Médée et les deux rois     43
• Médée moteur de l’action tragique     44
Remarques sur le rôle du chœur     45
Mise en scène     47
• Lieux et personnages     47
• Distribution     48
• Costume grec ou barbare ?     49
Problématiques
Masculin/Féminin     53
Un ἦθος féminin en question     53
Une polarité masculin/féminin équivoque     54
• Supplications de femmes     54
• La double nature de Médée     55
• Le tort fait à l’épouse     56
• Ἔρως et τιμή     56
• La colère     58
• Ἀνδρεία et ἀνανδρία     59
Le chant des femmes     62
Φιλια     64
Φίλοι et ἐχθροί     64
Χάρις et φιλία     65
Φιλίαι anciennes et nouvelles     67
• Les anciens crimes de Médée     67
• Les nouveaux φίλοι     67
Maternité et paternité     68
• Le monologue de Médée et l’amour maternel     69
Le langage ambigu de la séparation     70
Les revirements de Médée     70
La double peine     72
• Être père dans Médée     72
Jason : paternité refusée     72
Égée : paternité à venir     73
Créon : paternité fatale     74
Le mariage perverti     76
• Le mariage de Médée     76
• Le mariage de Glaukè     77
Deux figures d’épouses en miroir     78
Rituel nuptial et renversement     79
Σοφια     80
Φάρμακα et σοφία     80
• L’ambiguïté de la σοφία : Médée face à Créon     81
• La σοφία et la χάρις : Médée face à Égée     82
Δόλος et σοφία     84
• Le chœur manipulé ?     84
• L’anti-ἀγών : la victoire en trompe-l’œil de Jason     86
La σοφία athénienne     88
Espaces et frontières     89
Les Grecs et la Barbare     89
“La mer infinie” et les Symplégades     91
Entre humain et divin     94
L’action des dieux     94
Médée humaine et au-delà de l’humain     96
Boîte à outils
La parole et le chant     101
Prosodie et métrique     101
Le trimètre iambique    103
Le dimètre anapestique     104
Les vers lyriques     105
Les mythes de la Toison d’or et des Argonautes
(textes annexes)     107
La Toison d’or     107
Jason et les Argonautes     108
Quelques Médée après Euripide     110
Bibliographie     113
Glossaire     125
Quelques contemporains d’Euripide     125
La cité     125
Poésie et théâtre     127


Diodore de Sicile,
Bibliothèque historique, livre XI


INTRODUCTION     131
Qui a lu Diodore ?     131
La Bibliothèque historique dans l’antiquité    131
De la Renaissance au xixe siècle    132
Rationalisme et Quellenforschung    132
Nouvelles lectures de l’œuvre    133
Éléments biograpiques    134
Un Sicilien d’Agyrion    134
Une œuvre du deuxième tiers du ier siècle av. J.-C.    135
Autopsie géographique et travail en bibliothèque    135
Qui est Diodore ?    135
Une œuvre unique    136
Une histoire totale    136
Composition de la Bibliothèque historique    137
Le sens de l’histoire    138


REPÈRES


Contexte politique : vivre en Sicile au ier siècle av. J.-C.    141
Comment Rome a conquis le monde    141
La crise de la République    143
La Sicile romaine au ier siècle av. J.-C.    144
Contexte culturel : la littérature du ier siècle av. J.-C.    147
La production littéraire grecque du ier siècle av. J.-C.    147
L’âge d’or de la littérature latine    148
L’encyclopédisme    149
Écrire l’histoire au ier siècle av. J.-C.    150
Les enquêtes d’Hérodote : curiosité et ethnographie    150
La causalité thucydidéenne : une histoire logique    151
L’invention d’Éphore : une histoire “universelle”    152
Alexandre et la personnalisation de l’histoire    152
L’historiographie perdue du iiie siècle    153
Polybe : une histoire unifiée par les conquêtes romaines    153
Diodore et l’“histoire commune”    154
La matière du Livre XI :
les débuts de l’histoire classique    155
Cadre chronologique    155
Une histoire des Grecs d’Orient    156
• Les sources    156
• Les guerres médiques    157
• Les débuts de la Ligue de Délos    158
• La “première guerre du Péloponnèse”    160
• La version de Diodore    161
Une histoire des Grecs d’Occident    162
• Les sources    162
• Les tyrans de Sicile    163
• Les débuts de la démocratie    164
• La version de Diodore    165
Une brève histoire de Rome    166
Organisation de la matière    167
Le cadre annalistique    167
• Un système de triple datation    167
• Problèmes de concordance    169
Des histoires régionales    170
• Transitions géographiques    171
• Le problème de la simultanéité    171
Annales et histoire κατὰ γένος    172
Tableau analytique : plan du récit     174


PROBLÉMATIQUES


Composition d’ensemble : une structure tripartite    187
Place du livre XI dans la structure d’ensemble
de la Bibliothèque historique     187
Le choix du cadre du livre XI    188
Une histoire en trois périodes    189
Les enjeux du récit    190
Composition de la première période : Grecs contre Barbares    190
• Les batailles orientales    190
• Himère au centre du récit    191
Composition de la deuxième période : l’hégémonie et la paix    192
• L’Athènes hégémonique et ses grands hommes    192
• La Sicile de Gélon et Hiéron    192
• Hétoimaridas, Gélon et l’incitation à la paix    193
Complexité de la troisième période : des désordres à la guerre     194
• Faiblesse politiques internes    195
• L’expédition d’Égypte et les mercenaires syracusains    196
• La première guerre du Péloponnèse    196
• Les difficultés de la démocratie syracusaine    198
Les thèmes centraux de l’histoire diodoréenne    199
Les acteurs de l’histoire    200
Répartition des personnages    201
• Répartition par origine    201
• Répartition par fonction    202
• Répartition par registre narratif    205
Hiérarchie des personnages    205
• Caractérisation des personnages    205
• Des portraits en action    206
• Les qualités des grands hommes    207
La causalité humaine    208
Poikilia de l’histoire    210
Un genre mixte    210
Histoire et rhétorique    211
• Faut-il introduire des discours dans l’histoire ?    211
• Le discours des personnages    212
Histoire et philosophie    214
• Le discours de l’historien : les excursus critiques    214
• Le discours sur l’histoire : une visée éthique    214
Géographie et ethnographie    216
Biographie et roman    217
• Histoire et biographie    217
• Histoire et roman    217
Histoire et théâtre : représenter l’histoire    219
Diodore dans son histoire    220
Un narrateur externe omniscient    221
L’usage de la première personne    222
L’absence de la première personne    223
Une histoire apolitique ?    224


BOÎTE À OUTILS


Chronologies     229
Chronologie du ier siècle av. J.-C. à Rome     229
Chronologie grecque orientale, 499-449    230
Chronologie grecque occidentale, 485-451    231
Chronologie romaine, 494-450    232
Liste des personnages du livre xi    233
Les personnages du récit oriental    233
• Athéniens    233
• Lacédémoniens    234
• Autres Grecs    235
• Perses    235
• Égyptien    236
Les personnages du récit occidental    236
• Syracusains    236
• Agrigentins    237
• Tyrans de Zancle et Rhégion    238
• Les autres    238
Exemples de sujets de leçons et d’études littéraires    239
Leçons    239
Études littéraires    239
Textes en annexe    240

BIBLIOGRAPHIE     245
GLOSSAIRE    251

Marie Anne Sabiani est maîtresse de conférences à Sorbonne-Université. 
Cécile Durvye, maître de conférences à l'Université d'Aix-Marseille.

Les premières représentations théâtrales se tenaient sur l’agora, mais à l’époque classique, lors des Lénéennes et des Grandes Dionysies, elles ont lieu dans le théâtre de Dionysos aménagé, dans les premières années du ve siècle, près du sanctuaire de Dionysos Éleuthereus, sur le flanc sud de l’Acropole. Le théâtre, à ciel ouvert, est composé de deux espaces distincts entre lesquels il n’existe pas de séparation, l’orchestra, “la place de la danse”, et le theatron, “le lieu d’où l’on voit”. Les vestiges qui en subsistent aujourd’hui datent pour les plus anciens du ive siècle, et pour la plupart de l’époque romaine. L’hypothèse selon laquelle l’orchestra n’aurait pas toujours eu la forme circulaire des théâtres du ive siècle dont Épidaure est un exemple parfait est aujourd’hui à peu près communément admise par les archéologues. On peut raisonnablement penser qu’au ve siècle l’orchestra du théâtre de Dionysos, surface plane de terre battue de 20 à 30 mètres de long, était rectangulaire et que les gradins en bois du theatron étaient “rectilignes, marqués d’un léger retour à angle droit sur chacun des côtés” [Jaccottet, 2011, p. 23, cf. Moretti, 2011]. Contrairement à ce qui a longtemps été cru, il n’y avait pas d’autel de Dionysos (thymélè) installé au centre de l’orchestra [Davidson, 2005, p. 200]. Le theatron pouvait probablement accueillir entre 15 000 et 17 000 spectateurs – ou un peu moins, peut-être entre 10 000 et 15 000 [Wyles, 2014] –, les premiers rangs étant réservés aux dignitaires athéniens (bouleutes, prêtres, magistrats) et étrangers ainsi qu’à des citoyens et des étrangers auxquels un décret du peuple accordait le privilège de la proédrie.