search

Villes et construction étatique en Europe du Nord-Ouest

23,70 €

XIIIe - XVe siècle
Empire, anciens Pays-Bas, France, Angleterre

Par Cécile Becchia, Tobias Boestad, Morwenna Coquelin, Aude Mairey, Julie Pilorget, Aurélie Stuckens

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout ce dont l’étudiant a besoin pour le sujet 2022-2023 d’Histoire médiévale de l'agrégation d'Histoire. Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :

   - Repères : le contexte historique

   - Thèmes : comprendre les enjeux du programme

   - Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un personnage, une référence.

Fiche technique

Référence
460732
ISBN
9782350307329
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
552
Reliure :
broché

AVANT-PROPOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15

INTRODUCTION

DE L’HISTOIRE DES VILLES À CELLE DES ÉTATS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

SOURCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

Angleterre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

Empire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

Anciens Pays-Bas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

 

REPÈRES

 

LE RENOUVEAU URBAIN ET ÉTATIQUE DU XIIIe SIÈCLE

AFFIRMATION ET EXPANSION DE L’AUTORITÉ CAPÉTIENNE . . . . . . . . . . . . . . . 35

L’héritage des premiers Capétiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

Philippe Auguste

et le renforcement de l’autorité royale (1180-1223) . . . . . . . . . . . . . . . . 36

Le court règne de Louis VIII (1223-1226) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

Louis IX (1226-1270) et Philippe III le Hardi (1270-1285):

la consolidation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

L’ANGLETERRE :

LES FONDATIONS D’UNE MONARCHIE CENTRALISÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

L’EMPIRE ENTRE AMBITIONS ET EFFACEMENT

D’UN POUVOIR UNIVERSEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

LE COMTÉ DE FLANDRE AU XIIIe SIÈCLE :

TENSIONS CROISSANTES AUTOUR DE LA GOUVERNANCE URBAINE . . . . . . . . 49

 

VILLES ET POUVOIRS :

LE TEMPS DES AFFRONTEMENTS (XIVe SIÈCLE)

LE ROYAUME DE FRANCE PLONGÉ DANS LA GUERRE DE CENT ANS . . . . . . 55

Philippe le Bel (1285-1314) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

La fin d’une dynastie (1314-1328) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

Les Valois et le début de la guerre de Cent Ans (1328-1380) . . . . . . . 58

L’ANGLETERRE AU XIVe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

L’ÂGE D’OR DE L’AUTONOMIE URBAINE DANS L’EMPIRE . . . . . . . . . . . . . . . . 65

LE COMTÉ DE FLANDRE AU XIVe SIÈCLE :

LA VILLE FACE AUX PRINCES, DES DAMPIERRE AUX BOURGUIGNONS . . . . . 71

 

VILLES ET POUVOIRS

À LA RECHERCHE DE NOUVEAUX ÉQUILIBRES (XVe SIÈCLE)

LA FRANCE, UN ROYAUME QUI RENAÎT DE SES CENDRES . . . . . . . . . . . . . . . . 77

Les premières années

de Charles VI “le Bien-Aimé” (1380-1392) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

La maladie du roi et la rivalité des ducs (1392-1515) . . . . . . . . . . . . . . 78

• La guerre civile profite aux Anglais (1415-1420) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

• De la paix de Troyes au traité d’Arras:

les trois France (1420-1435) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

• La reconquête et l’unification du territoire (1435-1461) . . . . . . . . . . . . . . . 80

• Louis XI et l’affrontement bourguignon (1461-1483) . . . . . . . . . . . . . . . . . 81

L’ANGLETERRE DES LANCASTRES AUX TUDORS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

L’EMPIRE ENTRE RÉFORMES ET MENACES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84

LE TEMPS DE LA SPLENDEUR BOURGUIGNONNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

Philippe le Hardi (1363-1404):

de la fondation d’une principauté à la régence du royaume . . . . . . . . . 92

Jean sans Peur (1404-1419):

de la guerre des princes à l’assassinat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

Philippe le Bon (1419-1467):

de l’alliance anglaise à la rivalité française . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

Charles le Téméraire (1467-1477):

des aspirations royales à la disparition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96

 

THÈMES

 

DYNAMIQUE ET DIVERSITÉ DU MONDE URBAIN

DANS LES ÉTATS DU NORD-OUEST DE L’EUROPE

L’ESSOR URBAIN : FACTEUR ET MODALITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

Quelle définition pour la ville médiévale ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

L’émancipation urbaine,

un processus complexe et contrasté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104

• Les facteurs de l’émancipation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104

• Des contrastes régionaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

Quelle typologie pour les villes médiévales

au nord de l’Europe ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

• Le critère historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

• Le critère démographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112

• Fonctions et activités de la ville médiévale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122

• Des spécificités de localisation: les villes portuaires . . . . . . . . . . . . . . . . . 138

L’ORGANISATION DU TISSU URBAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142

Place du marché et maillage paroissial:

éléments d’organisation intra-urbaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142

• Le maillage paroissial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142

• La place du marché, lieu et enjeux de pouvoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

L’enceinte, élément d’identification et d’unification . . . . . . . . . . . . . . 145

• Les fonctions de l’enceinte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146

• Le financement et l’entretien de l’enceinte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148

• L’enceinte, objet de fierté et d’identité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

Hors les murs: faubourg, banlieue et plat-pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150

• Éléments de définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150

• La ville et sa banlieue en Angleterre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

• Centre et périphérie dans les villes allemandes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153

Ville et campagne : des espaces complémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . 155

Le peuple des villes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157

• Riches et pauvres, “bonnes gens” et “oiseux” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157

• Le droit de bourgeoisie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162

• Des statuts personnels variés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168

 

INSTITUTIONS URBAINES ET ÉTATIQUES :

L’ÉLABORATION DE NOUVEAUX MODÈLES POLITIQUES

LES COMMUNAUTÉS URBAINES, DES SOCIÉTÉS POLITIQUES . . . . . . . . . . . . . 177

Des sociétés démocratiques ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177

Les formes politiques de l’autogouvernement urbain . . . . . . . . . . . . . 178

• Les cadres de l’exercice du pouvoir:

un gouvernement urbain limité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178

• Le rôle des assemblées urbaines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187

• Les métiers et le gouvernement de la cité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190

La ville, lieu de pouvoirs concurrents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197

• L’incarnation de l’identité urbaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197

• Une marqueterie de juridictions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199

DE LA COUR FÉODALE

AU GOUVERNEMENT DES ÉTATS EN FORMATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210

Suzeraineté et souveraineté :

la précocité du modèle anglais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210

Le développement de l’État sous les derniers Capétiens . . . . . . . . . . 211

• La figure du roi-souverain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211

• Les organes centraux du gouvernement monarchique . . . . . . . . . . . . . . . . 211

• De multiples offices à caractère politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215

• De nouvelles façons de gouverner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216

Le rôle des principautés

dans la paix territoriale de l’Empire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220

Vers un État bourguignon? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223

• Un vaste ensemble princier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223

• Unifier des principautés en quête de souveraineté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224

• Un État et une nation? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226

 

VILLES ET ÉTATS : DES RELATIONS CONTRACTUELLES

CHARTES, FRANCHISES ET PRIVILÈGES :

DES AUTONOMIES À DEGRÉ VARIABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229

Origines et diversité des formes de l’autonomie urbaine . . . . . . . . . . 229

• Le contenu des libertés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

• Requêtes et privilèges:

les nouvelles modalités de l’échange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232

Les villes, relais du pouvoir royal des derniers Capétiens . . . . . . . . . 234

• L’octroi des chartes de franchises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234

• Concessions, lettres de non-préjudice et sauvegarde royale :

le gouvernement par la grâce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236

• Les “bonnes villes” du royaume :

entre équilibre et contradiction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239

Du comté à la principauté :

le sort des villes de Flandre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241

La confirmation et le contenu des libertés en Angleterre . . . . . . . . . . 247

Liberté, immédiateté, territorialité :

statuts et autonomie des villes allemandes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250

• Villes libres et villes d’Empire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250

• Les villes territoriales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256

COMMUNAUTÉS URBAINES ET ÉTATS EN CONSTRUCTION :

FORMES ET ENJEUX DU DIALOGUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259

Les fondements de l’échange :

ambassades et messageries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259

• L’instauration d’un dialogue inter absentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259

• La place des messageries urbaines

dans la diplomatie princière et impériale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261

• Messagères et porteresses de lettres

dans la guerre de Cent Ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270

Les assemblées représentatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273

• Le moment parlementaire en Angleterre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274

• La consultation des États généraux

et la formation d’une opinion publique

dans le royaume de France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276

• Le régime des diètes dans l’Empire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279

• Des États de Bourgogne et États généraux des Pays-Bas . . . . . . . . . . . . . 286

 

VILLES ET POUVOIRS EN TEMPS DE CRISE

UN ÉTAT DE GUERRE PERMANENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291

La ville, relais financier du prince . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291

• L’encadrement de l’économie urbaine par les pouvoirs princiers . . . . . . 291

• Fiscalités urbaines et étatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294

La ville, relais militaire du prince . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 308

• Les fortifications urbaines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 308

• Guet et milices urbaines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310

Garnisons urbaines et serments de villes

au nord de la France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315

• La ville en état de siège . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317

Prévenir le conflit:

dans l’Empire, le rôle des ligues

pour la préservation de l’autonomie urbaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319

LA VILLE EN CONFLIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 324

La grammaire du conflit :

insurrections, révoltes, guerres civiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 324

Les principaux temps de l’affrontement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326

• Causes et conséquences de révoltes urbaines en Angleterre . . . . . . . . . . . 326

• En Allemagne, des “révolutions des métiers” ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328

• Le rôle de l’industrie drapière dans les révoltes flamandes . . . . . . . . . . . . 333

• De multiples révoltes populaires

et leurs meneurs dans le royaume de France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339

Les citadins plongés dans la guerre civile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343

• Paris au temps de la guerre civile

entre Armagnacs et Bourguignons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343

• Les villes anglaises pendant la guerre des Deux Roses . . . . . . . . . . . . . . . 347

 

LA VILLE, SIÈGE DU POUVOIR

LA VILLE, LIEU DE RÉSIDENCE DU POUVOIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 349

Circuler pour gouverner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 349

• L’itinérance des rois et empereurs des Romains dans l’Empire . . . . . . . . 349

• Les déplacements des souverains anglais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 351

• Les résidences urbaines des ducs de Bourgogne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 353

• La relative sédentarisation des derniers Capétiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 356

L’affirmation des villes capitales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 357

• Paris, “chef et source du pays” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 358

• Existe-t-il une ou des capitales pour les États bourguignons ? . . . . . . . . . 362

• Londres est-elle une capitale ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 368

• Les Residenzstädte allemandes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370

Les transformations de la ville par le prince . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 374

LA REPRÉSENTATION DU POUVOIR EN VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 376

Officiers et hommes de pouvoir en ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 376

• Les représentants du pouvoir royal en ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 376

• La noblesse en ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 379

• Élites urbaines au service des pouvoirs supérieurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 382

La ville en fête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 393

• Les Entrées des souverains anglais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 393

• Les villes de cérémonies dans le royaume de France

et le duché de Bourgogne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 395

• Entrées et célébrations impériales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 399

 

OUTILS

 

ÉVÉNEMENTS

L’ASSASSINAT DU COMTE CHARLES LE BON (2 MARS 1127) . . . . . . . . . . . 413

LA CONFÉDÉRATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 413

LE CONFLIT COMMERCIAL

ENTRE LA FLANDRE ET L’ANGLETERRE (1270-1274) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 416

LA BATAILLE DE WORRINGEN (1288) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 416

LES MATINES BRUGEOISES (18 MAI 1302)

ET LA BATAILLE DES ÉPERONS D’OR (11 JUILLET 1302) . . . . . . . . . . . . . . . . 417

LE SOULÈVEMENT DE LA FLANDRE MARITIME (1323-1328) . . . . . . . . . . . 418

LIGUE DES VILLES DE SOUABE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 418

LA GUERRE GANTOISE (1379-1385) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 420

LE TRAITÉ DE MALINES (1379)

ET LA PAIX DE TOURNAI (1385) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 421

LA DIÈTE HANSÉATIQUE DE 1418 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 422

GUERRE DES VILLES DU SUD (1449-1450) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 423

LES GRANDS PRIVILÈGES (1477) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 425

LE CHÂTIMENT D’ARRAS

ET DE DOLE PAR LOUIS XI (1477-1479) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 426

LA PAIX DE CADZAND (1492) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 427

DIÈTE DE WORMS (1495) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 428

 

VILLES ET LIEUX

AIX-LA-CHAPELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 431

AMIENS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 432

AUGSBOURG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 436

BÂLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 437

BRÊME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 439

BRISTOL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 441

BRUGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 443

BRUNSWICK . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 445

CALAIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 446

COLOGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 447

DÉCAPOLE ALSACIENNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 449

DIJON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 450

ERFURT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 451

ESSLINGEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 454

FRIBOURG-EN-BRISGAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 455

GAND . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 456

KAMPEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 457

LILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 458

METZ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 459

NUREMBERG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 460

REIMS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 462

ROUEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 463

SOLEURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 465

YORK . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 467

 

CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .469

 

GÉNÉALOGIE

ROIS D’ANGLETERRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 481

ROIS DE FRANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 482

COMTÉS DE FLANDRE ET DE HAINAUT (XIIIe

-XIVe SIÈCLE) . . . . . . . . . . . . . 483

DUCS DE BOURGOGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 486

ROIS DES ROMAINS ET EMPEREURS GERMANIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 486

 

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .489

 

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .433

 

INDEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .547

 

Cécile Becchia, agrégée et docteure en Histoire médiévale, est membre associée au Centre Roland Mousnier (UMR 8506) et enseignante au lycée Frédéric Mistral (Fresnes). Elle a rédigé les parties traitant du Duché de Bourgogne.

Tobias Boestad, ancien élève de l’ENS-Lyon, est agrégé et docteur en Histoire médiévale (Lettres Sorbonne Université), ATER à l’université de La Rochelle. Il a rédigé les parties traitant de l’Allemagne du Nord.

Morwenna Coquelin, agrégée et docteure en Histoire médiévale (EHESS/Paris IV), est enseignante au lycée Maurice Ravel en section Abibac (Paris). Elle a rédigé les parties traitant de l’Allemagne du Sud.

Aude Mairey est agrégée et docteure en Histoire médiévale ainsi que directrice de recherche (LaMOP-CNRS). Elle a rédigé les parties traitant de l’Angleterre.

Julie Pilorget, agrégée et docteure en Histoire médiévale, est membre associée au Centre Roland Mousnier (UMR 8506) et enseignante vacataire à Sciences Po Paris. Elle a dirigé l’ouvrage et rédigé les parties traitant de la France du Nord.

Aurélie Stuckens, docteure en Histoire médiévale, est responsable scientifique à la Maison du patrimoine médiéval mosan. Elle a rédigé les parties traitant de la Flandres.

"Le court règne de Louis VIII (1223-1226)

L’élan de reconquête ne retombe pas pendant le règne du fils de Philippe Auguste, qui a maintes fois combattu à ses côtés. Il parvient à rattacher le Poitou et la Saintonge au domaine en 1224 avec le Périgord et le Limousin. Surtout, Louis VIII est le premier à parvenir jusqu’à l’océan Atlantique avec le port de La Rochelle. Espérant également rattacher le littoral méditerranéen, il se lance dans une campagne, à l’été 1226, qui lui permet d’annexer le Bas-Languedoc, mais trouve la mort sur le chemin du retour vers le nord.

Louis IX (1226-1270) et Philippe III le Hardi (1270-1285) : la consolidation

L’aîné des cinq fils de Louis VIII n’a que douze ans à la mort de son père. Selon la volonté de celui-ci, la régence est assurée par la reine, Blanche de Castille, qui va, au-delà de la minorité de Louis, exercer une influence considérable sur la gouvernance du royaume jusqu’à sa mort en 1252. La politique de Louis IX est avant tout le reflet d’une certaine morale. Toute l’action royale est déterminée par des vues eschatolo[1]giques. Le roi n’est guère sensible aux avis des barons de son entourage, mais davantage à ceux des dominicains et franciscains nombreux autour de lui. Cela étant, il sait prendre les armes lorsque cela apparaît néces[1]saire, notamment pour convertir les infidèles ou asservir les Juifs du royaume, en les privant, au moyen de nombreuses ordonnances, de leurs moyens d’existence et de leurs possibilités de vie cultuelle [SIBON, 2016]. Le renforcement du pouvoir monarchique est pour lui le moyen d’assurer le salut des âmes. Il n’hésite pas pour cela à s’opposer au pape et aux évêques du royaume afin de faire respecter ses prérogatives royales et son indépendance politique et financière. Louis IX s’attache également au cours de son règne à mettre un terme aux divers conflits qui déchirent le royaume. Après une ultime révolte du comte de Toulouse Raymond VII, il parvient avec le traité de Lorris (1243) à soumettre définitivement la France méridionale. Il négocie avec le pieux Henri III, fils de Jean sans Terre, qu’il estime : par le traité de Paris (1258-1259), il rend au souverain anglais une partie de ses terres allant du Limousin au Quercy en passant par la Saintonge. Louis IX pense alors avoir assuré la paix avec son vassal anglais et assurer l’appartenance définitive à la couronne de France de l’essentiel de l’héritage des Plantagenêts : Normandie, Anjou, Touraine, Maine et Poitou.

À la suite de Philippe Auguste, Louis IX renforce les prérogatives de la justice royale, envoyant des enquêteurs dans le royaume redresser les plaintes contre ses agents et tout en améliorant l’efficacité du Parlement. Il instaure le monopole du monnayage royal en 1263, les espèces frappées par les barons ne pouvant plus avoir cours que dans leurs propres seigneuries, puis lance en 1266 le gros tournois, pièce d’argent valant un sou, enfin les premiers écus, pièces d’or inspirées des frappes italiennes. Au cours de son règne, la royauté continue de s’installer en ville. De 1248 à 1260, Louis IX lève six aides sur les villes pour la croisade et, à son retour en 1254, sa politique à leur égard se fait de plus en plus nette et précise. Deux ordonnances, datant vraisemblablement de 1256, sont les premières mesures générales prises par la royauté à l’égard des “bonnes villes du royaume” [SCHNEIDER, 1971]. C’est en effet sous son règne que l’expression de “bonne ville” devient récurrente (v. Les “bonnes villes” du royaume). Par la suite, il exige de chaque commune, dont la charte a été confirmée par l’autorité royale, qu’elle acquitte une somme fixe en compensation des allégements financiers anciens et des abonnements de taxes. Un tour de vis fiscal prend place après le traité de paix signé à Paris en 1259 : la majeure partie des cent trente-quatre mille livres versées à Henri III, doit l’être par les villes. Face aux protestations, des enquêtes sont diligentées entre 1259 et 1261 sur les dettes municipales. Elles aboutissent, en 1260, à exiger de 35 villes de commune de la région parisienne et du Nord-Est qu’elles rendent des comptes sur leurs revenus et leurs dépenses. En 1262, saint Louis prescrit que désormais chaque commune de France et de Normandie présente l’état annuel de ses finances, et il rend les édiles personnellement comptables de leur endettement. Ces mesures ont pour principal objectif d’assainir les finances urbaines et d’assurer une répartition équitable des charges. Les alliances et “conjurations” sont également interdites. En 1256, quatorze bourgeois de Corbie, qui s’étaient associés pour lever en trois années une taille de 9000 livres, dépensée entièrement pour les besoins de la communauté, sont condamnés à la prison et une amende de 500 livres. Avant de mourir à Tunis en 1270, Louis IX a transmis ses Enseignements à ses enfants. Or, il est un passage très éclairant sur la prise de conscience par la royauté de la place des villes, dans un extrait adressé à son fils : “Surtout, garde les bonnes villes et les communes de ton royaume dans l’état et dans la franchise où tes devanciers les ont gardées ; et s’il y a quelque chose à amender amende-le et redresse-le, et tiens-les en faveur et en amour ; car à cause de la force et des richesses des grandes villes, tes sujets et les étrangers redouteront de rien faire contre toi, spécialement tes pairs et tes barons”. [LE GOFF et al., 1998]

Son fils, Philippe le Hardi (1270-1285), a donc la lourde tâche de succéder à un roi prestigieux et son règne est encore aujourd’hui mal connu. Pourtant, il se place dans la droite ligne de son père et agrandit de nouveau le domaine royal. Il parvient à annexer le Midi languedocien sans grandes difficultés à la mort d’Alphonse de Poitiers en 1271. Philippe III reprend également des statuts émis par son père et son arrière-grand-père à l’encontre des Juifs, notamment avec un édit de 1282, bien qu’il soit alors de portée limitée puisque les trois-quarts des Juifs du royaume vivent alors hors du domaine, à l’exception de Paris où la communauté atteint près d’un millier de personnes. Il poursuit également la politique de Louis IX à l’encontre des villes et intervient à plusieurs reprises dans différentes localités pour assainir les finances municipales (Noyon en 1278).

Depuis Philippe Auguste jusqu’à Philippe le Hardi, la superficie du domaine a été multipliée par quatre et il couvre, en 1285, 65 % de la superficie du royaume. Le XIIIe siècle marque ainsi l’apogée de la monarchie féodale, entendue comme un régime dans lequel le roi gouverne un royaume en dominant une hiérarchie féodale."