Les espaces ruraux en France
search
  • Les espaces ruraux en France
  • Les espaces ruraux en France

Les espaces ruraux en France

23,70 €

Dirigé par Daniel Ricard et Raymond Woessner

Aragau, Baysse-Lainé, Brun, Cavard, Cognard, Dahache, Desse, Edelblutte, Gobert, Goeury, Le Clec'h, Le Couédic, Letourneur, Monot, Monpelat, Petit-Berghem, Rouget, Rudolf, Saffache, Sierra, Tommasi, Vollet

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Traitant du sujet 2019 et 2020 de Géographie des territoires des agrégations d’Histoire et de Géographie ainsi que du Capes, cet ouvrage interroge la notion de ruralité en France.
Comme tous les clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :
- Repères : le contexte historique
- Thèmes : comprendre les enjeux du programme
- Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un chiffre, une référence

Fiche technique

Référence
460523
ISBN
9782350305233
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
17,8 cm
Nombre de pages :
368
Reliure :
broché
Format :
carré

 

TABLE DES FIGuRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

INTRoDuCTIoN : quELLES PRoBLéMATIquES PouR LA FRANCE RuRALE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

SÉMANTIqUE ET SÉMIOTIqUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

LA FLExIBILITÉ DE LA NOTION DE POSSIBILISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

LA LOI DAIRAIN DE LA COMPÉTITIVITÉ ÉCONOMIqUE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

LE DÉSIR DESPACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

LA PROBLÉMATIqUE POLITIqUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

ENSEIGNER LA FRANCE RURALE

LES GéoGRAPhES FRANçAIS ET LE RuRAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

LA GÉOGRAPHIE DU xIxE SIèCLE : UNE FAIBLE PRISE EN COMPTE DES CAMPAGNES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

LA GÉOGRAPHIE CLASSIqUE : DES CAMPAGNES DE PLUS EN PLUS PRÉSENTES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

MUTATIONS DE LA GÉOGRAPHIE, TRANSFORMATION DES CAMPAGNES, NOUVELLE APPROCHE DU RURAL . . . . . . . . . . . . 35

LES PRoGRAMMES ET LENSEIGNEMENT DE LA FRANCE RuRALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

LES qUESTIONS AGRAIRES ET RURALES DE MOINS EN MOINS ENSEIGNÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

L’ENSEIGNEMENT DU RURAL DANS LES PROGRAMMES DU COLLèGE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

qUEL ENSEIGNEMENT AU LYCÉE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

REPèRES

LES éVoLuTIoNS SoCIoDéMoGRAPhIquES RéCENTES DES ESPACES RuRAux FRANçAIS :

DES DYNAMIquES PLuRIELLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

LA POPULATION RURALE” : UN POIDS DÉMOGRAPHIqUE VARIABLE EN FONCTION DES DÉFINITIONS RETENUES. . . . . . . 43

UN RENOUVEAU DÉMOGRAPHIqUE RURAL DURABLE, MAIS INÉGAL ET INCOMPLET. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

Le retournement démographique de la décennie 1970 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

• De l’exode rural à la “renaissance rurale” : le tournant du recensement de 1975-1982 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

• Un renouveau diversement interprété . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

Une reprise démographique qui s’inscrit dans la durée et se diffuse géographiquement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

• Confirmation et amplification de la reprise : les années 1980, 1990 et 2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

• Un ralentissement récent de la croissance rurale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49

Un renouveau inégalement partagé et incomplet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

• Une reprise démographique inégale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

• Une revitalisation incomplète, soulignant le rôle toujours majeur du solde migratoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

Ruralite MEP7 vcorrigée 09/11/2018 17:47 Page9

DE NOUVEAUx HABITANTS AUx PROFILS DIVERSIFIÉS, MAIS ANIMÉS PAR UN DÉSIR DE CAMPAGNE” . . . . . . . . . . . . . . 55

Des dynamiques migratoires plurielles : entre périurbanisation et migrations d’agrément . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

• La poursuite de la périurbanisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

• Une dynamique plus nouvelle de migrations d’agrément. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

Le nouveau contexte des sociétés post-industrielles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

• Des “choix de vie” facilités par un renouvellement du contexte socio-économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

• Un “désir de campagne” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

Une cohorte de “nouveaux habitants” assez composite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

• De nouveaux habitants actifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

• De nouveaux habitants retraités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

• De nouveaux résidents en situation de plus ou moins grande fragilité sociale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

• Des migrants nord-européens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

UNE PROFONDE RECOMPOSITION SOCIALE DES ESPACES RURAUx. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

Une “recomplexification” des sociétés rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

Des migrations accentuant parfois les inégalités sociospatiales dans les campagnes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

LES FEMMES DANS LE MONDE RURAL : DE LOMBRE à LA LUMIèRE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

Retour sur le système de patriarcat dans la ruralité d’autrefois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

L’industrialisation agricole et rurale au fondement de nouveaux rapports sociaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

La féminisation des professions agricoles et rurales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

LA TRANSFORMATION DES PAYSAGES RURAUx . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72

Les héritages paysagers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72

Mutations agricoles et transformations paysagères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

Maintien ou renouveau des campagnes ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75

LES DYNAMIquES TERRIToRIALES ENDoGèNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

BASSINS DE VIE BRETONS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

L’ÉCONOMIE RÉSIDENTIELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

Définition et bases conceptuelles de l’économie résidentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

La géographie des activités résidentielles et productives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

quelles conséquences pour les territoires ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

Un équilibre à trouver entre économie résidentielle et productive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88

Diversité et conflits d’usage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89

quelle durabilité d’un développement de l’économie résidentielle ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89

Un enjeu pour les politiques publiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89

LE COMMERCE DES TERRITOIRES RURAUx . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90

L’âge d’or du commerce rural, 1880-1950, a-t-il vraiment existé ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91

L’irruption déstabilisante des grandes surfaces. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

Évolution de l’organisation spatiale du commerce des bourgs-centres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94

Le renouveau du commerce dans les espaces périurbains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94

Les nouveaux modes de consommation en milieu rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96

Les nouveaux formats commerciaux en lien avec l’hypermobilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

Renouveau et renouvellement des formes commerciales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

Ruralite MEP7 vcorrigée 09/11/2018 17:47 Page10

quelques formes isolées d’initiatives collectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

Les politiques d’aides publiques et leurs limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

Ruralité et proximité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102

CHALON-SUR-SAôNE, LARCHÉTYPE DE LA VILLE DIFFUSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

Une histoire entre croissance et décroissance démographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

Une concentration de la vie quotidienne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104

Avec l’espace de proximité, une complémentarité par la pratique des ménages périurbains et ruraux . . . . . . . 106

Une ville diffuse qui se comprend entre les notions d’“attraction” et d’“attractivité” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

RuRALITé, TRANSPoRTS ET ACCESSIBILITé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109

LA PROBLÉMATIqUE FERROVIAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111

LA ROUTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112

UNE SURPRISE PERMISE PAR LA DÉRÉGLEMENTATION : LAVIATION Low CoSt. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

LES ESPOIRS DE LA DIGITALISATION : SmaRt CoUntRySIdE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

LES RISquES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119

RISqUE ET RURALITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119

LES PRINCIPAUx TYPES DE RISqUES NATURELS” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

Les inondations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

Les avalanches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

Les mouvements de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

Les feux de forêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

Le risque sismique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125

Les risques climatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125

Le risque littoral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125

La rupture de barrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

LES RISqUES NATURELS MAJEURS DANS LES ANTILLES FRANçAISES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

Ouragans, éruptions volcaniques et séismes : des risques de plus en plus “maîtrisés” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

Tsunamis et inondations, des risques naturels à prendre en compte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128

La mise en place des plans de prévention des risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129

DES IMAGINAIRES Aux RéALITéS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

LE FONCIER NAF : UNE RESSOURCE ÉMINEMMENT RURALE à PROTÉGER, PARTAGER ET VALORISER . . . . . . . . . . . . . . 131

Mutations et protection du foncier agricole et rural . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132

Une ressource aménagée et en cours de concentration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133

Des terres appropriées et régulées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134

LE FRONT NATIONAL DANS LES CAMPAGNES FRANçAISES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137

L’émergence d’un vote FN extra-urbain à partir les années 2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137

La prise en compte stratégique de la ruralité par le parti d’extrême droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138

INNOVATIONS SOCIALES ET MOBILISATIONS DANS LA MONTAGNE LIMOUSINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142

Un renouveau porté par les flux migratoires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142

Un haut lieu de pratiques alternatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144

Des mobilisations qui révèlent les lignes de clivage au sein de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147

Ruralite MEP7 vcorrigée 09/11/2018 17:47 Page11

LES ESPACES RURAUx, LIEUx DE CONFRONTATION SUR LES MODèLES DE DÉVELOPPEMENT :

ZAD ET RETOUR DES COMMUNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

Les zones à défendre : hauts lieux de la confrontation des modèles d’aménagement des espaces ruraux . . . . . 150

Un cas emblématique : le projet de l’aéroport du Grand Ouest à Notre-Dame-des-Landes . . . . . . . . . . . . . . . 152

La ZAD comme nouveau mode d’habiter et de cultiver : lieu de vie, lieu de lutte par l’agriculture . . . . . . . . . 154

De nouvelles hétérotopies agricoles : le retour des communs fonciers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155

ZAD partout : conflits de deux ordres sociaux agricoles ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156

Deux modèles de développement en confrontation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157

LES ESPACES DE LA FRANCE RURALE

VUS à TRAVERS LEURS FACTEURS STRUCTURANTS

L’AGRICuLTuRE, LAGRoALIMENTAIRE ET LEuRS TERRIToIRES EN FRANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

L’AGRICULTURE : UNE RELATION ÉVOLUTIVE AU TERRITOIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

DES RAPPORTS COMPLExES AU TERRITOIRE SELON LÉCHELLE DOBSERVATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162

Le territoire de l’exploitation : un parcellaire agricole complexe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162

De l’exploitation au bassin de production et au territoire des firmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163

Des territoires particuliers : du territoire au terroir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164

qUELLE GÉOGRAPHIE AGRICOLE DE LA FRANCE ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

Les territoires de grande culture : Bassin parisien et Bassin aquitain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

Le Grand Ouest et la construction d’un modèle agricole en Bretagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

L’agriculture du Massif central . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174

Daniel Ricard est professeur de Géographie à l’Université de Clermont-Ferrand, il dirige le CERAMAC, laboratoire traitant des espaces ruraux fragiles, ainsi que le master Déveleloppement des territoires et nouvelles ruralités; il a réuni une équipe de spécialistes autour du sujet.
Raymond Woessner est professeur émérite de Géographie à Sorbonne-Université et directeur de collection aux éditions Atlande.

Avec la participation de: Claire Aragau, Adrien Baysse-Lainé, Jérémie Brun, Jean-Claude Cavard, Françoise Cognard, Sabrina Dahache, René-Paul Desse, Simon Edelblutte, Julie Gobert, David Goeury, Iwan Le Clec'h, Daniel Le Couédic, Guillaume Letourneur, Alexandre Monot, Linsey Monpelat, Yves Petit-Berghem, Nicolas Rouget, Florence Rudolf, Pascal Saffache, Philippe Sierra, Gret Tommasi, Dominique Vollet.

L’État a pour mission régalienne d’encadrer ses territoires et, dans le contexte COP21, d’y assurer les conditions du développement durable. Il se doit d’assurer une forme de justice spatiale en ne négligeant aucune composante du pays. Par tradition jacobine, il impose volontiers ses vues à ses territoires. Mais le monde rural lui pose problème. Les services publics coûtent cher dans la ruralité du fait de leur dispersion, du peu d’importance quantitative des populations ainsi que d’éventuelles difficultés topographiques. Or, l’État central a fait sienne l’expression de Jacques Lévy prononcée en 1993 au Festival international de géographie (FIG) de Saint-Dié-des-Vosges, “Oser le désert”, puisque dès le début des années 2000, la rationalisation de l’action publique a conduit à la fermeture d’hôpitaux, de casernes de militaires, de gendarmes et de pompiers, de tribunaux, de bureaux de poste, de perception, d’écoles ou de classes, d’agences de l’Office national des forêts (ONF), etc.