L'Asie du Sud-Est Agrandir

L'Asie du Sud-Est

Sous la direction de Marion Sabrié et Raymond Woessner

Plus de détails

460604

9782350306049

23,70 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Traitant du sujet 2020 et 2021 de Géographie des territoires des agrégations d'Histoire et de Géographie ainsi que du capes d'Histoire-Géographie, cet ouvrage explore l'Asie du Sud-Est dans l'ensemble de ses dimensions. 

Comme tous les clefs-concours, l'ouvrage est structuré en trois parties :

- Repères : le contexte historique

- Thèmes : comprendre les enjeux du programme

- Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un personnage, une référence. 

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 480

SOMMAIRE

 

TABLE DES FiGURES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

 

iNTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

UNE RÉGION À L’IDENTITÉ GÉOGRAPHIQUE COMPLEXE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

Un espace fragmenté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

Des facteurs d’unité inégalement déployés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

UNE RÉGION DANS UN SYSTèME D’ENJEUX EMBOîTÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

L’Asie du Sud-Est, une pièce stratégique du système monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

Une intégration régionale en cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

LES FORMES DE L’ÉMERGENCE ET SES REVERS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

Une émergence inégale et inachevée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

Des États en quête de stabilité géopolitique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

La montée en puissance de nouveaux acteurs privés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

Un environnement menaçant et menacé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

NOMMER ET DÉLIMITER L’ASIE DU SUD-EST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

Un “angle de l’Asie” ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

Asie des Moussons, Insulinde ou Indochine ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

Extrême-Orient, Asie Orientale ou Asie du Sud-Est ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

Une Asie du Sud-Est : définition d’une région et remise en question . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

 

ENSEIGNER L’ASIE Du SuD-EST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

L’ASIE DU SUD-EST DANS L’ÉVOLUTION DE LA GÉOGRAPHIE SCOLAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

L’esprit des programmes scolaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

La place de l’Asie du Sud-Est dans l’histoire des programmes scolaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

UNE RÉGION SUD-EST ASIATIQUE DÉSORMAIS IGNORÉE DE LA GÉOGRAPHIE SCOLAIRE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

L’Asie du Sud-Est dans les programmes de collège de 2015 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

L’Asie du Sud-Est dans les programmes du lycée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

 

REPÈRES

 

“L’ANGLE DE L’ASiE” : LA CoNSTRuCTioN GÉoPoLiTiquE FACE AuX FoRCES CENTRiFuGES. . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

L’ASIE DU SUD-EST : UNE CONSTRUCTION EXOGèNE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

L’Asie d’entre Inde et Chine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49

L’Asie du Sud-Est : espace de colonisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

L’ASEAN, RÉFÉRENCE HISTORIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

L’ASEAN, outil de consolidation stato-nationale et mécanisme de réconciliation régionale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

Des fonctions souples et larges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

Un fonctionnement simple. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

L’ASIE DU SUD-EST ASPIRÉE PAR DE NOUVELLES DYNAMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

La satellisation de l’Asie du Sud-Est ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

L’Indo-Pacifique : l’Asie du Sud-Est prise en tenaille ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

Le retour de la Chine et la perspective de nouveaux conflits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

LES QUERELLES POUR L’APPROPRIATION DE LA MER DE CHINE DU SUD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

Les acteurs de la mer de Chine du Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

Les principaux enjeux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

• Ressources halieutiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

• Hydrocarbures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

• Enjeux politiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

L’impact de la Convention de Montego Bay de 1982 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

Évolution historique et développements récents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

• Premiers accrochages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

     Face-à-face dans les Spratly. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

                       De l’Impeccable à la plateforme 981 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

• Les constructions artificielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

Géographie militaire de l’Asie du Sud-Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

• Les rôles des militaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

     Fonctions conventionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

     Ces généraux qui gouvernent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

     Les “armées rouges” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

     Fonctions économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

• Conflits dormants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

• Conflits actifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

LES FONDEMENTS ÉCONOMIQUES ET DÉMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN ASIE DU SUD-EST :

DÉCOLONISATION, INDUSTRIALISATION, LIBÉRALISATION ET MONDIALISATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

Croissance et déclin de l’Asie du Sud-Est du milieu du XIXe siècle aux années 1950. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

Instabilités politiques et programmes de nationalisation aux Philippines, en Birmanie et en ex-Indochine. . . . . . . . . . . . . 75

Ressources naturelles, industrialisation et ouverture à l’étranger en Indonésie, Singapour, Malaisie, Thaïlande et Brunei . . 77

L’Asie du Sud-Est dans l’économie capitaliste globalisée des années 1980 à aujourd’hui. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

L’intégration économique incomplète en Asie du Sud-Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81

L’Asie du Sud-Est, un modèle de croissance pour les pays en développement ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

LES MUTATIONS AGRICOLES CONTEMPORAINES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

La riziculture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

• L’autosuffisance en riz, une donnée géostratégique et politique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86

• Techniques et paysages variés des rizières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

L’huile de palme, boom économique, problème environnemental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89

L’Asie du Sud-Est, exportatrice des produits du secteur primaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91

• Le riz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91

• Le teck, un bois recherché. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

• Les agglomérés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94

• D’une agriculture vivrière et de l’autosuffisance agricole aux cultures commerciales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

• La révolution du monde agricole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

La Révolution verte en Asie du Sud-Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98

De nouveaux agriculteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

LE BOOM DES TRANSPORTS AU LONG COURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

LE BOOM DU TRANSPORT MARITIME ET LE MODèLE SINGAPOURIEN. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

UN TRAFIC AÉRIEN EN PLEIN DÉVELOPPEMENT EN ASIE DU SUD-EST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

Un nouvel espace aérien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

Le rôle du transport aérien low cost aux Philippines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109

Un secteur en plein essor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110

• Le transport aérien relais du transport maritime pour le transport passager . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110

• La croissance du trafic domestique par le Low Cost Carrier (LCC) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111

La concentration croissante des acteurs du LCC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

• Cebu Pacific . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

• Air Asia Philippines issue de la recomposition de plusieurs entreprises. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

• Pal express, filiale low cost de PAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

De nouvelles infrastructures aéroportuaires en vue d’une réorganisation des centralités et des flux aériens . . . . . . . . . . . 116

• L’aéroport de Clark . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116

• Un autre grand projet qui concerne aussi l’île de Luçon et la province de Bulacan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118

Aéroport et compagnies aériennes créatrices de destinations touristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119

Le concept de couloir ou de corridor comme facteur structurant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120

LE TOURISME EN ASIE DU SUD-EST : UNE AFFAIRE DOMESTIQUE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

Trajectoires récentes du tourisme en Asie du Sud-Est. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

Quel tourisme domestique en Asie du Sud-Est ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128

• Des chiffres à la hausse… presque partout . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128

• Qui sont les touristes domestiques en Asie du Sud-Est ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132

Motivation des voyages du tourisme domestique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132

Émergence d’une classe moyenne qui voyage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132

• Le Cambodge : un cas particulier de tourisme domestique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136

Le cas du Vietnam . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136

• Le tourisme domestique en pleine expansion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136

• Potentiels et retombées socio-économiques du tourisme au Vietnam. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138

La durabilité, nouvel enjeu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138

POPULATIONS ET DYNAMIQUES DÉMOGRAPHIQUES DES PAYS D’ASIE DU SUD-EST : UNE HISTOIRE EN ACCÉLÉRÉ . . 141

     LES ENJEUX DE LA CONCENTRATION HUMAINE ET DE LA TRANSITION URBAINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

     LES ENJEUX D’UN ACCROISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE ABSOLU CONSIDÉRABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144

     DIFFÉRENTS MODÈLES DE TRANSITION DÉMOGRAPHIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146

Des baisses considérables de la mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146

Une transition accélérée de la fécondité marquée par des variations d’intensité et de calendrier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150

Une planification familiale d’État : le cas du Vietnam . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152

• Fondation de la norme familiale socialiste (1961-1980). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152

• Les années 1980-1990 : propagande de masse et encadrement des populations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153

• Les années 2000 : gestion étatique de la quantité et de la qualité de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153

     LES OPPORTUNITÉS DE L’IMPORTANT DIVIDENDE DÉMOGRAPHIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155

     UN DÉFI MAJEUR DE DEMAIN : LE VIEILLISSEMENT ACCÉLÉRÉ DE LA POPULATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156

LA QUESTION DU GENRE EN ASIE DU SUD-EST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

     NOTIONS THÉORIQUES ET CONTEXTUELLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

     DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

     ÉVOLUTION DE L’ÈRE COLONIALE À NOS JOURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160

     LA CONDITION DE LA FEMME EN ASIE DU SUD-EST :

      DU FOYER À LA SPHÈRE PUBLIQUE EN PASSANT PAR L’ACCÈS À L’EMPLOI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162

     FOCUS SUR LA BIRMANIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163

Quelles opportunités au sein de la société civile ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163

La question du genre en Birmanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163

• Agendas internationaux et nationaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

• Aspects culturels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

Domaines d’action laissés aux femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166

Médias et Internet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166

TYPoLoGiE DES MoBiLiTÉS ET MiGRATioNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

LES MIGRATIONS INTÉRIEURES : LES EXEMPLES DE LA THAïLANDE ET DU VIETNAM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170

LES MIGRATIONS INTERNATIONALES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172

SYSTèMES MIGRATOIRES ET ESPACES RÉSEAUX. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174

Le système péninsulaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174

Le système archipélagique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174

Les réseaux nés de la crise communiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176

Départs volontaires : la communauté transnationale philippine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177

DE LA TRoPiCALiTÉ à LA GESTioN DES RiSquES ENviRoNNEMENTAuX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

LA MORPHOLOGIE ET LA BIOGÉOGRAPHIE DU SUD-EST ASIATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

L’Asie du Sud-Est péninsulaire, entre confins himalayens et anciennes plates-formes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

• Les confins himalayens en Birmanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180

• Les reliefs du centre de la péninsule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180

• Plaines et bassins. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182

Les arcs insulaires indonésiens et philippins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183

Des îles majoritairement volcaniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184

LA TROPICALITÉ PAR LE CLIMAT, LES SOLS ET LA BIODIVERSITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185

Le climat tropical de mousson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185

Types de sols en Asie du Sud-Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187

• Les sols zonaux : sols forestiers, latérite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187

• Les sols azonaux alluviaux et volcaniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188

La biodiversité, somptueuse et menacée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188

• Les biomes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188

• Les menaces sur la biodiversité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

UNE UNITÉ PAR LA VULNÉRABILITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190

Les risques tsunami et cyclonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191

Les aléas tsunami et cyclonique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191

• Les tsunamis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192

• Les cyclones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194

Des enjeux aux vulnérabilités diverses mais complémentaires et complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195

Le cas du cyclone Nargis et la gestion de la catastrophe humaine en Birmanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198

• Un cyclone tropical d’une force inhabituelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198

• Des dégâts humains et économiques majeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198

• Une gestion du risque trop tardive par les autorités birmanes, concentrées sur le référendum constitutionnel . . . . . . 198

• L’ingérence de la communauté internationale et des grands bailleurs :

une réponse standardisée inadaptée aux besoins locaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200

LA PRÉVENTION DES RISQUES, ENTRE PRISE DE CONSCIENCE ET DÉFIS POUR LA COOPÉRATION. . . . . . . . . . . . . . . . . 201

ESPACES

LA MÉTRoPoLiSATioN EN ASiE Du SuD-EST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209

L’ACCÉLÉRATION DE L’ÉMERGENCE MÉTROPOLITAINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209

SINGAPOUR COMME RÉFÉRENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216

Un territoire intégré à la mondialisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216

• Un site et une situation exceptionnels mis à profit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216

• Un essor économique fondé sur l’insertion à la mondialisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218

• Une métropole mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219

Un territoire moteur à l’échelle régionale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221

• Un hub de redistribution en Asie Pacifique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221

• Un État investisseur en Asie du Sud-Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221

• Singapour en Asie du Sud-Est, entre intégration et concurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224

Une cité-État en permanente “révolution du territoire”. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225

• Un territoire façonné et spécialisé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225

• Une société singapourienne multiple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226

• Un État omniprésent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229

• Le choix de la ségrégation géographique des communautés à Singapour sous l’ère coloniale . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

• La crise urbaine à la veille de l’indépendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

• L’accession à l’indépendance et le choix de la promotion du multiculturalisme CMIO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236

Une révolution du territoire pour mettre fin à la ségrégation coloniale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236

La politique de promotion de territoires “vitrines” des identités des communautés CMIO par l’État . . . . . . . . . . . 241

HANOï ET LE DELTA DU TONKIN : UNE MÉTROPOLE QUI VEUT ÉMERGER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241

La “civilisation urbaine” au secours de l’État-parti. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242

• Pouvoir et territoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242

• Le discours international sur le genre en planification urbaine et sa réception au Vietnam. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244

• La “civilisation urbaine”, un projet hégémonique… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246

• … et autoritaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248

Arrangements, résistances et révoltes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250

• Corporatisme d’État-parti . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250

• Compromis, résistances du quotidien et gouvernance itérative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251

• Révoltes foncières ou désaveu politique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253

Les enjeux socio-spatiaux de la métropolisation de Hanoï . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254

• De capitale d’empire à métropole régionale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255

• Hanoï et sa nouvelle province élargie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256

• Hanoï et son aire métropolitaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256

La fabrique urbaine : diversité des acteurs et enjeux de la “conversion foncière” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259

• Une “terre sans prix” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259

• L’urbanisation par le haut : décentralisation et collusions public-privé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260

• Encourager le développement provincial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260

• L’urbanisation par le bas ou comment les habitants négocient leur place dans la métropolisation . . . . . . . . . . . . . . . 261

• Augmentation des inégalités socio-spatiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261

Vulnérabilité urbaine et dégradation écologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262

EN BIRMANIE, LES CAS DISTINCTS DE YANGON ET NAYPYIDAW . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266

La métropolisation émergente de Yangon et ses conséquences socio-spatiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266

La croissance urbaine sans précédent et désorganisée de Yangon. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268

• La congestion massive comme principale externalité négative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268

• Le “droit à la ville” birmane : la lente diffusion d’un concept exogène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269

La métropolisation de Yangon, source de plus grandes injustices socio-spatiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269

Le droit à la ville de tous les Yangonais bafoué ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270

La ville nouvelle de Naypyidaw . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271

• Un site très symbolique à proximité d’un ancien foyer de peuplement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271

• Un site défensif et à proximité des États ethniques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274

• Naypyidaw, la capitale administrative et diplomatique, et Yangon, la capitale économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274

MOBILITÉS, FLUX ET TRANSPORTS À L’ÉCHELLE URBAINE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275

Les transports et les mobilités dans la ville en développement, quels défis ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 277

Bandung, une capitale provinciale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278

• Les lacunes du système de transport public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280

• L’arbitrage des ménages en faveur des deux-roues motorisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 281

Yangon : la fragmentation de la gouvernance des transports urbains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285

• Une politique municipale de transport limitée et des stratégies de substitution au transport public favorisant la congestion . 285

• Les débuts insuffisants d’une solution de transport public avec l’expertise japonaise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285

L’HABITAT INFORMEL, UNE TRèS GRANDE VARIÉTÉ DE RÉALITÉS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287

Le développement des logements informels à Yangon, réaction à une offre de logements inadaptée . . . . . . . . . . . . . . . . 289

Les autorités publiques entre la difficile reconnaissance des bidonvilles et la volonté d’éradication. . . . . . . . . . . . . . . . . 290

Hlaingthayar, principal quartier informel de Yangon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291

Les bidonvillois tamouls de Kampung Padan face à la politique d’éradication des logements informels à Kuala Lumpur . 293

DES LiGNES DE CRêTE AuX LiTToRAuX : LA REMiSE EN CAuSE Du TEMPS LoNG. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

LES HAUTES TERRES OU MONTAGNES NORD-INDOCHINOISES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300

“Montagnards” et groupes ethniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301

La Zomia ou périphérie de l’Asie du Sud-Est continentale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302

• Étagement et stratification ethnique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302

• Les sociétés égalitaires des hauteurs en marge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 303

L’ESPACE DES SOCIÉTÉS À ÉTAT DES BASSES TERRES : LES ÉTATS-MANDALA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304

L’étage intermédiaire austro-asiatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305

L’effacement progressif de l’étagement ou de la stratification ethnique en Thaïlande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306

La stratification ethnique des montagnes est-elle en voie de disparaître ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 308

FOCUS SUR LA VALLÉE DE L’IRRAWADDY . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309

Le très lent déclin de la première grande région agricole birmane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309

La vallée de l’Irrawaddy, le “bol de riz birman” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310

L’Irrawaddy, la vallée agricole traditionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 314

Des ressources ligneuses centrées sur la vallée de l’Irrawaddy ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 314

LES FLEUVES D’ASIE DU SUD-EST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 322

Les fleuves d’Asie du Sud-Est continentale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 330

• Le Mékong . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 330

• Le réseau hydrographique birman dominé par la vallée de l’Irrawaddy. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 330

• La Salouen. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336

• Le Ménam Chao Phraya, un fleuve national à la vallée incontournable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336

• Les deltas très peuplés des grands fleuves continentaux

Les fleuves d’Asie du Sud-Est insulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 338

• Les fleuves de Malaisie : entre écosystèmes pollués et cultures commerciales intensives et riveraines . . . . . . . . . . . 338

• Le réseau hydrographique d’Indonésie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 338

• Les cours d’eau majeurs des Philippines. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340

Le retour du rôle du fleuve en ville : le cas de l’Irrawaddy en Birmanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340

• Une réappropriation des rives ou les fonctions fluviales contemporaines en Birmanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340

• Une rive peu dédiée à la restauration et à l’hôtellerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 342

• Une rive essentiellement portuaire lentement colonisée par les infrastructures touristiques et de loisir . . . . . . . . . . . 342

L’AQUACULTURE EN ASIE DU SUD-EST : L’EXEMPLE DU POISSON-CHAT AU VIETNAM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 345

L’aquaculture vietnamienne traditionnelle avant les années 1990. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 346

La “success story” du Pangasius vietnamien. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 350

Le défi du changement climatique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 353

ARCHIPELS ET RUGOSITÉ DE L’ESPACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 355

Le lien indispensable des ferries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 355

Un projet étatique : déplacer les populations pour développer et contrôler Mindanao . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 356

• Historique de Mindanao aux Philippines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 356

• Dynamiques spatiales contemporaines des populations indigènes : le cas des Blaans. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 363

• Mindanao : les relais du développement dans un cadre régional . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 366

CHINE ET ASIE DU SUD-EST : LES TROIS FRONTIèRES TERRESTRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 369

La réinvention des frontières : la Chine comme opportunité et comme menace. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370

Birmanie, Vietnam, Laos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371

La pénétration chinoise en Birmanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371

La Birmanie, pays charnière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 373

La frontière sino-vietnamienne entre confrontation et compénétration. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 374

La pénétration chinoise au Laos septentrional. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 375

Les projets avortés du percement d’un canal maritime dans l’isthme de Kra . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 377

LA RÉGION DU GRAND MÉKONG (RGM) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 377

Un programme d’intégration transnational sous l’égide de la Banque Asiatique de Développement. . . . . . . . . . . . . . . . . 377

La reconfiguration urbaine à l’échelle de la région : têtes de corridors, villes relais et doublons frontaliers . . . . . . . . . . . 378

La valorisation des villes frontalières situées sur les corridors . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 380

• Un changement d’échelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 380

• Les villes frontalières dans la planification nationale : l’exemple de la Thaïlande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 382

• L’internationalisation : le cas des doublons Mukdahan-Savannakhet et Chiang Khong-Houay Xay. . . . . . . . . . . . . . 383

Des villes périphériques aux noeuds structurants des corridors . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 383

Des doublons support des flux commerciaux régionaux accélérés par les projets de la RGM dans la période 2000-2010 . 384

Les transformations des villes frontalières : une internationalisation accrue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 385

• Un processus porté par des acteurs variés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 385

• Une reconfiguration urbaine par les flux d’IDE : l’exemple de la zone en tête de pont à Savannakhet. . . . . . . . . . . . 386

• L’impact inégal de l’intégration régionale sur l’organisation spatiale des villes frontalières. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 386

CoNFLiTS AuTouR DES DiASPoRAS ET DES ETHNiES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 389

LES CONFLITS ETHNIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 389

Les révoltes millénaristes, premiers conflits “ethniques” de l’histoire du Sud-Est asiatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 390

Les conséquences de la colonisation (et semi-colonisation) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 393

La “semi-colonisation” et la naissance du nationalisme au Siam . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 393

Les Jawi du sud de la Thaïlande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 393

Les Moros du sud des Philippines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 395

Birmanie : reprise de la guérilla kachin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 395

• Le poids persistant des militaires en Birmanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 396

• Un corps national de garde-frontières refusé par des groupes armés ethniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 396

• Les déplacés kachin dans des camps rudimentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 396

Des minorités musulmanes en révolte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397

MOBILITÉS, MIGRATIONS, DIASPORAS EN ASIE DU SUD-EST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397

Les facteurs de l’accroissement récent des mobilités et migrations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 398

• La transition agraire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 398

• L’urbanisation et l’industrialisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 398

• Les politiques de redistribution spatiale de la population. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 399

• Les politiques d’exportation de la main-d’oeuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 400

• Le cas de la diaspora hmong . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 401

Les Chinois en Asie du Sud-Est. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 401

• Panorama de la présence chinoise en Asie du Sud-Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 402

Les Chinois d’Indonésie, le renouveau après les épreuves . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 402

Les Chinois des Philippines : l’insécurité durable n’exclut pas l’ascension sociale et la mixité . . . . . . . . . . . . . . . 403

Les Chinois du Vietnam : tenus pour l’ennemi héréditaire, ils doivent toujours avoir leur valise prête . . . . . . . . . . 404

Peu de place pour les Chinois dans le Cambodge des Khmers Rouges. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 404

Les Chinois de Birmanie : un voisin envahissant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 405

Les Chinois de Malaisie et le parti communiste de Malaisie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 405

Les Chinois de Thaïlande. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 405

• Communautés chinoises outre-mer et nouveaux migrants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 406

• Divisoria au coeur des dynamiques urbaines entre Sino-Philippins et nouveaux migrants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 408

• Des activités économiques qui épousent et modifient les centralités urbaines voire nationales. . . . . . . . . . . . . . . . . . 412

La restauration “rapide”. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 412

Une implication plus grande dans le tertiaire commercial et foncier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 413

La distribution et des centres commerciaux adaptés à la population locale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 414

• Territoires chinois et violences dans le contexte du Sud-Est asiatique contemporain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 415

Les atteintes aux personnes : les populations chinoises ciblées lors des crises politiques et économiques . . . . . . . 415

La destruction des invariants communautaires : les cimetières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 417

• Les communautés chinoises outre-mer à l’interface des demandes politiques de la Chine continentale :

des enjeux territoriaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 418

Les autres diasporas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 419

• Les Vietnamiens du Laos et du Cambodge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 419

• Les Hmongs du Laos et du Vietnam . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 420

• Les ethnies minoritaires de Birmanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 420

• Les Papous d’Indonésie en révolte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 421

• Quand le facteur ethnique permet la solution d’un conflit : le cas des “Chams” de Ban Khrua à Bangkok (Thaïlande) . 421

• Un conflit d’ordre linguistique aux Philippines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 422

• Les “Rohingya” d’Arakan : une crise sans issue ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 422

 

OUTILS

CHRoNoLoGiE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 429

BiBLioGRAPHiE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 439

OUVRAGES ET ARTICLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 439

VIDÉOS ET RESSOURCES WEB. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 463

SiGLES ET ACRoNYMES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 465

GLoSSAiRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 467

 

TABLE DES FIGURES

Fond de carte pour l’Asie du Sud-Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

Les pays d’Asie du Sud-Est : récapitulatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

Données sur le développement et la condition des femmes en Asie du Sud-Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

Les corridors dans la péninsule Indochinoise et l’Archipel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

Dates de ratification des accords UNCLOS 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

Pays riverains de la mer de Chine Méridionale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

Personnel actif et budget annuel des forces armées sud-est asiatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

La croissance de la production de riz, en millions de tonnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86

Contrastes grandissants sur le marché international du riz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

Population travaillant dans le secteur primaire en Asie du Sud-Est par pays (2013-2017) (en %) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

Le secteur primaire dans le PIB des pays d’Asie du Sud-Est (1990-2017) (en %). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

Les grands ports de l’Asie du Sud-Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102

Les aéroports du Sud-Est asiatique parmi les 50 premiers mondiaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

Nombre d’avions par compagnie aérienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

Aéroports indonésiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108

Les principaux aéroports domestiques aux Philippines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

Les aéroports de Clark, restructurant NAIA, et de Bulacan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

Palawan et le développement de l’aérien low cost . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

Origine des arrivées touristiques internationales en Asie du Sud-Est, 2015 (en %) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125

Augmentation annuelle des dépenses du tourisme domestique en Asie du Sud-Est de 2007 à 2017 (en %) . . . . . . . . . . . . . . . . . 129

Population et touristes domestiques en Asie du Sud-Est (2018). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

Nombre de visiteurs domestiques et internationaux par pays, vers 2017 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

Population, urbanisation et classe moyenne en Asie du Sud-Est, 2018 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134

Indonésie, population en fonction des dépenses mensuelles des foyers (en %) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135

Vietnam, touristes domestiques, 2000-2018 (en millions) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137

Dépenses des touristes domestiques au Vietnam (en % du total dépensé) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139

Les effectifs et la densité de population des pays de l’Asie du Sud-Est en 2018 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142

Populations d’Asie du Sud-Est et croissances démographiques de 1950 à 2050 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145

Évolution du taux d’accroissement annuel moyen (en %), 1950-2015. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147

Espérance de vie à la naissance dans les pays d’Asie du Sud-Est, 2019 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

Taux de mortalité infantile* dans les pays d’Asie du Sud-Est, 2019 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150&

Raymond Woessner est professeur honoraire à la Sorbonne. 

Marion Sabrié est docteur en géographie et enseignante à l'INALCO. 

Ratna Agustina est urbaniste, maître de conférences à l’Institut Teknologi National, Bandung en Indonésie et spécialiste de transport urbain. Elle se concentre sur le système de transport durable en développant une meilleure compréhension de l’impact de la configuration de l’utilisation des sols, de la forme urbaine sur le comportement des déplacements afin de prendre des décisions stratégiques en matière de planification des transports. Elle a acquis une expérience internationale en rejoignant plusieurs projets et études en France, y compris la recherche sur la modélisation du transport de marchandises en Europe. Elle a aussi mené de nombreuses études sur la mobilité, les transports en commun, les émissions de véhicules et le choix des modes de transport. Elle a rédigé le chapitre sur la mobilité à Bandung.

Socio-anthropologue et historien spécialiste de la Thaïlande, Jean Baffie est actuellement chercheur associé à l’Institut de Recherches Asiatiques (CNRS-Aix-Marseille Université). Chercheur au CNRS de 1992 à 2016, il a été directeur de l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique (CNRS-Université de Provence) de 2004 à 2007 et directeur de la Maison Asie-Pacifique (CNRS-EHESS-Aix-Marseille Université) de 2008 à 2011. Sa bibliographie est disponible à l’adresse https://journals.openedition.org/moussons/4090. Il a rédigé le chapitre dédié aux conflits ethniques.

Édouard de Bélizal est docteur en géographie et professeur en classes préparatoires aux Grandes Écoles à Lyon. Il travaille sur les risques associés au volcanisme en Indonésie. Il est l’auteur du chapitre sur les milieux et les paysages.

Sophie Boisseau du Rocher, docteure en Sciences politiques de l’IEP de Paris, est chercheure au Centre Asie de l’IFRI (Institut Français des Relations Internationales). Elle travaille sur les dynamiques régionales en Asie du Sud-Est ainsi que sur les évolutions politiques et géopolitiques des pays-membres de l’ASEAN. Elle collabore à de nombreux ouvrages et revues en Europe et en Asie du Sud-Est. Elle a écrit le chapitre consacré à la géopolitique et à l’ASEAN.

Arnaud Brennetot est professeur de géographie à l’université Rouen-Normandie et membre de l’UMR CNRS 6266 IDEES. Il est spécialiste de géographie politique et s’intéresse aux relations entre les systèmes idéologiques et les politiques territoriales. Il travaille en particulier sur la néolibéralisation des territoires. Il a été membre du jury de l’agrégation externe de géographie entre 2015 et 2018. Il a coécrit l’introduction.

Michel Bruneau, agrégé de géographie, Directeur de Recherche émérite au CNRS, a mené des recherches en Thaïlande et dans divers pays de l’Asie du Sud-Est, depuis 1966, à diverses échelles, du local au continental. Sa thèse d’État a porté sur l’organisation de l’espace dans le nord de la Thaïlande. Il a codirigé le volume Asie du Sud-Est- Océanie (1995) de la Géographie Universelle RECLUS (Belin, Roger Brunet dir.) et dirigé la partie Asie du Sud-Est du livre-atlas Asies Nouvelles (Belin, 2002, Michel Foucher dir.). Il a publié en 2006 un essai de géohistoire L’Asie d’entre Inde et Chine : Logiques territoriales des États (Belin). Il a également travaillé sur les Diasporas et espaces transnationaux (Anthropos-Economica, 2004) et a récemment participé au livre Géopolitique de l’Asie (Nathan, 2017, sous la direction de Nicolas Balaresque).

Géographe des risques, professeur indépendant et vacataire de l’Éducation nationale, Mathis Burnel est spécialisé dans la prévention du risque tsunamis. Il a d’abord travaillé au sein de la Commission Océanographique Intergouvernementale de l’UNESCO et de la Disaster Risk Reduction and Recovery Unit de l’UNDP (à Bratisalva), notamment sur la mise en place d’un système d’alerte aux tsunamis et des projets de réduction des risques. Il a également fait partie du projet européen ASTARTE au sein du Labex Dynamite et du Laboratoire de Géographie Physique à Paris. Il a ensuite consacré ses recherches aux inégalités des chances face au risque tsunami et aux implications pour la planification des évacuations. Il est l’auteur du chapitre consacré à la gestion des risques.

Diplômée en maîtrise d’urbanisme de l’Université de Montréal et candidate au doctorat en études urbaines à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) à Montréal, Mélissa Côté-Douyon continue ses recherches sur les questions du genre et de la ville. Sa thèse porte sur l’approche de genre en planification urbaine et son adoption au Vietnam. Les données présentées dans l’encadré consacré au discours international sur le genre en planification urbaine et sa réception au Vietnam découlent d’une recherche de terrain qu’elle a menée au Vietnam en 2018 et 2019.

Steve Déry est professeur titulaire au département de géographie de l’Université Laval. Ses recherches portent surtout sur les transformations des régions rurales d’Asie du Sud-Est continentale, plus spécialement celles du Vietnam, du Laos et de la Thaïlande. Il a écrit La colonisation agricole au Vietnam (PUQ, 2004) et ses recherches récentes l’ont amené à étudier “À qui appartiennent les paysages en Asie ?”, en particulier là où des régions marginales ont été ouvertes au tourisme. Ses thèmes privilégiés portent sur l’État, les minorités ethniques, la marginalité, les paysages. Il a coécrit le chapitre consacré au tourisme domestique.

Yves Duchère, géographe spécialiste du Vietnam est actuellement ATER à l’INALCO et chercheur associé au CESSMA. Il est l’auteur de plusieurs articles et d’un ouvrage sur la gouvernance urbaine et la métropolisation au Vietnam. Il est l’auteur du chapitre sur la gouvernance et fabrique urbaine sous des régimes autoritaires à travers l’exemple vietnamien et du chapitre dédié à la métropolisation et ses conséquences socio-spatiales.

Catherine Guéguen est géographe, docteure de l’université Paris IV. Elle a soutenu une thèse sur les Philippines en 2007 (“Les Chinois de Manille, Ancrage et évolutions socio-spatiales”) sous la direction d’Olivier Sevin. Pour mener à bien son terrain de thèse, elle a travaillé au lycée français de Manille de 2001 à 2004. Elle enseigne actuellement en collège et en lycée dans l’académie de Rennes et donne des cours de géographie dans le cadre du DAEU à l’UBO depuis 2016. Associée à l’UMR 8586 (PRODIG) et l’Institut Convergence Migrations (ICM), ses recherches actuelles intègrent les mobilités et la comparaison des implantations des Chinois outre-mer dans les villes de Manille et Kolkata. Son deuxième angle d’étude relève de la compréhension des centralités dans l’agglomération-capitale des Philippines où elle séjourne tous les ans. Elle a rédigé les chapitres consacrés aux Chinois en Asie du Sud-Est, au transport aérien aux Philippines et à la Transmigration à Mindanao.

Stéphane Heim, sociologue, maître de conférences à l’université de Kyôto (Japon), travaille sur les industries et marchés automobiles, et les relations de travail en Asie. Dans une perspective de sociologie économique, il consacre une grande partie de ses travaux actuels aux effets de la (dé)mondialisation sur les espaces de production, les trajectoires d’internationalisation, les modes de consommation, les relations salariales et la transition vers des modèles productifs alternatifs des industries automobiles asiatiques. Il est, entre autres, membre du comité international duGERPISA (réseau international de chercheurs en sciences sociales sur l’automobile, http://gerpisa.org/), et du comité de rédaction de la revue International Journal of Automotive Technology and Management. Il est par ailleurs coresponsable d’un séminaire de jeunes chercheurs sur la sociologie de l’Asie de l’Est, liant l’université de Kyôto, l’université nationale de Séoul et l’université nationale de Taïwan. Il a écrit le chapitre sur l’économie de l’Asie du Sud-Est.

Elsa-Xuân Lainé est titulaire d’un doctorat en Géographie obtenu en décembre 2013 à l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales). Ses recherches portent sur les transformations des villes frontalières de la Thaïlande dans le contexte de la régionalisation et de l’intégration transnationale. L’essentiel des données présentées dans cette contribution a été collecté au cours de terrains de recherche menés en Asie du Sud-Est continentale entre 2009 et 2012. Elle a rédigé le chapitre consacré aux transformations des espaces frontaliers par la régionalisation.

Jérôme Lazard, docteur ingénieur habilité à diriger des recherches (HDR), est spécialiste d’aquaculture tropicale et a exercé son activité au sein du CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) dont il a dirigé l’unité de recherche “Aquaculture”. Il a conduit des projets de recherche et de R&D Côte d’Ivoire, au Niger et en Ouganda et a réalisé des missions d’appui scientifique, technique et de formation dans une cinquantaine de pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie du sud et du sud-est. Il est membre de la Society of Aquaculture Engineers of the Philippines, de la Sociedade Brasileira de Aqu?icultura et de l’Académie d’agriculture de France. Il est l’auteur du chapitre sur l’aquaculture.

Delon Madavan, géographe, est chercheur associé au Centre d’études de l’Inde et l’Asie du Sud (CEIAS - EHESS/CNRS) et au Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS - Université de Québec à Montréal). Dans le cadre de sa thèse, il a travaillé sur l’intégration socio-spatiale de la minorité tamoule à Colombo, Kuala Lumpur et Singapour. Il a comparé, à l’aide de ces trois terrains asiatiques, les différents modes et degrés d’intégration des minorités tamoules, tant localement (en évaluant leur “citadinité”) ou nationalement (en évaluant leur citoyenneté) que mondialement (en situant leurs “transnationalités” diasporiques). Il a écrit le chapitre consacré aux ethnoterritoires de Singapour et celui sur les bidonvilles de Kuala Lumpur.

Initialement diplômée en Tourisme, Manon Mariller étudie actuellement l’environnement et la coopération au développement à la Faculté de Géosciences et d’Environnement de l’université de Lausanne. Elle mène ses recherches sur les associations féministes basées à Yangon, en Birmanie, et leur implication dans la société civile.

Martin Michalon est un ancien élève de l’ENS de Lyon et agrégé de Géographie. Il est doctorant à l’EHESS, au sein du Centre Asie du Sud-Est (CASE). Sa thèse porte sur l’économie politique du tourisme en Birmanie. Il est l’auteur de l’encadré sur les Rohingya.

Alexandra Monot est géographe, agrégée et docteure. Elle est PRAG à l’université de Strasbourg où elle est responsable de la préparation aux concours. Ses travaux portent principalement sur le développement durable, les espaces ruraux et la géographie économique. Dans le présent ouvrage, elle a notamment rédigé les chapitres sur Singapour et la place de l’Asie du Sud-Est dans la géographie scolaire.

Thanh Trang Nguyen est doctorante au département de géographie de l’université Laval. Sa thèse porte sur la mise en oeuvre et la durabilité du tourisme communautaire au Vietnam. Au Vietnam, elle était vice-doyenne de la Faculté de tourisme de l’université Van Lang à Ho Chi Minh ville. Elle a coécrit le chapitre consacré au tourisme domestique.

Jean-François Rancourt est doctorant en Science politique à l’université de Montréal (Canada). Spécialisé en politique comparée et en relations internationales, ses intérêts académiques portent principalement sur l’autoritarisme et les transformations des régimes politiques en Asie de l’Est et du Sud-Est. Fasciné par les multiples rôles joués par les militaires birmans, il travaille actuellement sur un projet de thèse portant sur la question de la censure de la musique en Birmanie. Il a contribué à l’ouvrage en rédigeant la section sur la géographie militaire de l’Asie du Sud-Est.

Yann Roche, géographe, est professeur à l’Université du Québec à Montréal, et il travaille sur la gestion des ressources naturelles en Asie du Sud-Est, notamment via l’utilisation des systèmes d’information géographique et de la cartographie. Il se spécialise sur le Vietnam et le Laos et se rend régulièrement dans la région depuis 1994. Il a écrit le chapitre consacré à la mer de Chine méridionale.

Marion Sabrié a consacré sa thèse au rôle joué par le fleuve Irrawaddy dans l’intégration nationale et internationale de la Birmanie. Elle travaille aujourd’hui sur la métropolisation de Yangon et ses défis. Sa thèse porte sur le rôle joué par le fleuve Irrawaddy dans l’intégration nationale et internationale de la Birmanie. Elle s’est investie dans la préparation des concours de l’enseignement, en particulier dans les Master MEEF à l’université Paris XIII, ainsi qu’à l’université Rouen-Normandie. Elle a aussi enseigné la géographie de l’Asie du Sud-Est à l’Institut national des langues et des civilisations orientales (INALCO) à Paris pendant plusieurs années. Elle a rédigé les chapitres consacrés aux fleuves, à nommer et délimiter l’Asie du Sud-Est, aux logements informels, les encadrés sur la métropolisation de Yangon, le “droit à la ville”, la mobilité à Yangon, Naypyidaw, la pêche en Birmanie, le cyclone Nargis et les populations déplacées du nord de la Birmanie et coécrit l’introduction et le chapitre dédié à l’agriculture.

Catherine Scornet, socio-démographe, est maître de conférences au département de sociologie de l’université Aix-Marseille, et chercheur au Laboratoire population, environnement, développement (LPED/UMR 151 IRD – AMU). Ses recherches actuelles, menées en partenariat avec l’Institut de sociologie (Académie de Sciences sociales du Vietnam), portent sur la politisation et la construction sociale de la sexualité au Vietnam et se placent dans la continuité de ses travaux sur les politiques de régulation de la fécondité et les changements reproductifs, dans une confrontation permanente entre le global et le local. Elle a écrit le chapitre consacré à la démographie en Asie du Sud-Est.

Raymond Woessner, agrégé de Géographie, professeur honoraire de l’université Paris-Sorbonne où il a dirigé le master Transport, logistique, territoire et environnement, est directeur de la publication pour la géographie aux éditions Atlande. Il a publié Atlas de l’Alsace, enjeux et émergences en 2019 et prépare un ouvrage sur le transport aérien face au choc carbone pour 2020. Il a coécrit le chapitre dédié à l’agriculture, ainsi que contribué aux chapitres sur les transports, notamment portuaires et aériens, les villes et la métropolisation.

INTRODUCTION

La géographie des grandes régions du monde représente un champ d'étude à la fois classique et en perpétuelle évolution (RICHARD et MAREÏ, 2018). Niveau intermédiaire entre le monde et les États, l'approche macrorégionale (que l'on appellera régionale par la suite puisque l'on se concentrera sur une région spécifique) offre un terrain d'observation idéal pour saisir la manière dont les logiques d'intégration et de fragmentation se conjuguent dans l'espace. Elle ne se réduit ni à l'encyclopédisme propre au continentalisme épistémologique (GRATALOUP, 2009), ni au souci d'offrir une classification descriptive de l'espace mondial. La régionalisation du monde est en effet devenue un phénomène mouvant (BECKOUCHE, 2008) et une ralité concrète, souvent lourde d'enjeux pour les acteurs territoriaux. L'intégration régionale des systèmes de flux (migratoires, commerciaux, touristiques), la multiplication des organisations et des accords intergouvernementaux régionaux, la multipolarisation de la puissance géopolitique et géo-économique attestent de la vivacité du fait régional. C'est la raison pour laquelle, outre la géographie, nombre de sciences sociales s'y intéressent également: l'histoire, les sciences politiques et juridiques, l'économie, la sociologie, l'anthropologie, etc. La reconfiguration des grands ensembles régionaux apparaît ainsi comme le corollaire de la mondialisation (que l'on aurait tort de confondre avec un simple phénomène d'uniformisation géographique).

À cette aune, l'Asie du Sud-Est apparaît comme une région participant activement à cette recomposition progressive du monde (FRÉCON et PAUTET, 2015; TERTRAIS, 2002). Tout en étant porteuse d'héritages complexes, elle s'affirme comme un espace régional en cours d'intégration et ouvert sur l'extérieur. Ainsi, et au-delà de son intérêt intrinsèque, la connaissance de la géographie de l'Asie du SUd-Est est donc susceptible d'aider à répondre aux nombreux objectifs contemporains que se donnent la recherche scientifique comme la discipline enseignée.

C'est pourquoi se pose la question de la territorialisation de la région du Sud-Est asiatique. Trois conditions sont nécessaires pour faire territoire: un sentiment partagé d'appartenance; un jeu d'acteurs qui sont actifs dans différentes sphères ou forums; un projet pour un destin commun (WOESSNER, 2010). Il apparaît que la région est entrée plus tardivement dans la mondialisation contemporaine que l'Asie du Nord-Est. Elle est restée sous la coupe de puissances extérieures, ou bien certaind pays se sont repliés sur eux-mêmes. L'Assocation des Nations du Sud-Est (ASEAN) est certes apparue dès 1967, mais, hier comme aujourd'hui, elle doit composer en interne avec des forces politiques centrifuges. Toutefois, une fois soldée la crise financière de 1997, la machine économique s'est emballée principalement à partir du pôle du détroit de Malacca, et il existe désormais une volonté partagée de s'enrichir en s'appuyant sur le dynamisme et la brillance des world class cities. Il en résulte un laboratoire multiculturel qui devra dépasser les tensions interreligieuses, interethniques, interrégionales...