Écrits, pouvoirs et société en Occident. XIIe-XIVe siècles Agrandir

Écrits, pouvoirs et société. Occident. XIIe-XIVe s.

Natalie Gorochov (dir.), Amélie de las Heras, Arnaud Fossier, Sara Fourcade, François-Olivier Touati.

Plus de détails

460603

9782350306032

23,70 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Après les Repères, qui présentent l’histoire des pouvoirs et des sociétés du XIIe siècle à la fin du XIVe siècle, en relation avec l’essor de l’écrit, suit une série de chapitres thématiques (dix thèmes) successivement consacrés aux apprentissages de l’écrit, aux lieux et aux acteurs de l’écrit, aux aspects matériels de l’écriture, à la production savante, à la compilation et à la diffusion du savoir, aux différents types d’écrits pratiques, à la production historiographique, à la production littéraire, enfin à la vie des écrits, c’est-à-dire à la fois à leur diffusion, leur traduction et leur publication, à la conservation des écrits, à la censure et à la destruction documentaire. Le choix de lieux et de personnages proposé dans les Outils a été guidé par la bibliographie la plus récente et les travaux en cours. Puisse cet ouvrage servir de tremplin à de multiples approfondissements sur un sujet qui est au centre de toute approche historique.

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 624
  • Reliure : broché
  • Format : poche

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19

Une “révolution” de l’écrit entre 1100 et 1400 . . . . . . . . . . . . . . . .19

Historiographie de l’écrit médiéval . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20

Écrit et pouvoirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22

L’écrit dans les écoles et les universités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23

Écrit et société . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24

Plan de l’ouvrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24

REPÈRES

CADRE POLITIQUE ET INSTITUTIONNEL - POUVOIRS ET SOCIÉTÉ AU XIIe SIÈCLE

LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27

Essor des campagnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27

Essor économique des villes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28

L’ÉGLISE ISSUE DE LA RÉFORME GRÉGORIENNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30

L’avènement de la théocratie pontificale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30

Le “nouvel épiscopalisme” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32

“Une institutionnalisation des formes de la vie religieuse” . . . . . .35

L’ESSOR DU POUVOIR ROYAL EN FRANCE ET EN ANGLETERRE . . . . . . . .37

Dans le royaume de France au XIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37

En Angleterre au XIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .43

LES MONARCHIES ISSUES DE LEXPANSION CHRÉTIENNE . . . . . . . . . . . . .45

Le royaume de Sicile au XIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45

Monarchies de la péninsule Ibérique au XIIe siècle . . . . . . . . . . . . . .46

L’ESSOR DES COMMUNES AU XIIe SIÈCLE (FRANCE, ITALIE, ESPAGNE) . . .49

En Italie, dans le Midi de la France, en péninsule Ibérique . . . . . . .49

Les communes du Nord du royaume de France . . . . . . . . . . . . . . . .50

NOUVELLES FIGURES SOCIALES : LE MARCHAND ET LINTELLECTUEL . . .52

Les marchands . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52

Maîtres et étudiants : les “intellectuels” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53

RENAISSANCE DU XIIe SIÈCLE :

TRADUCTIONS, ÉLARGISSEMENT DES BASES DU SAVOIR . . . . . . . . . . . . . .55

La Renaissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55

Les traductions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55

L’impact dans les écoles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

CCHMe Ecrit3:maq cc 27/12/19 11:12 Page 7

CADRE POLITIQUE ET INSTITUTIONNEL - POUVOIRS ET SOCIÉTÉ AU XIIIe SIÈCLE

L’ÉGLISE DU BEAU XIIIE SIÈCLE” : LA RÉVOLUTION PASTORALE” . . . . .59

Naissance et essor des ordres mendiants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63

L’apogée de l’absolutisme pontifical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66

LES GRANDES MONARCHIES : FRANCE ET ANGLETERRE AU XIIIe SIÈCLE .71

Le royaume de France au XIIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71

Le royaume d’Angleterre au XIIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75

DIVERSITÉ DES POUVOIRS DANS LA PÉNINSULE ITALIENNE AU XIIIe SIÈCLE .81

Le royaume de Sicile au XIIIe siècle : de Frédéric II aux rois angevins . .81

Communes italiennes au temps des podestats

(fin XIIe-milieu XIIIe siècles) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83

Les communes italiennes au temps du “popolo

(après le milieu du XIIIe siècle) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84

Émergence des seigneuries en Italie après 1250 . . . . . . . . . . . . . . .85

ROYAUMES IBÉRIQUES AU XIIIe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86

ÉMERGENCE DUN TROISIÈME POUVOIR, LE STUDIUM :

NAISSANCE ET ESSOR DES UNIVERSITÉS AU XIIIe SIÈCLE

ET LENTE DIFFUSION DES TEXTES TRADUITS AU XIIe SIÈCLE . . . . . . . . . . .88

Naissance des universités au XIIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88

L’institutionnalisation des universités au cours du XIIIe siècle . . . . .92

L’enseignement dans les universités au xiiie siècle :

entre l’oral et l’écrit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93

POUVOIRS ET SOCIÉTÉ AU XIVe SIÈCLE

LE CONTEXTE DE CRISE DU XIVe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95

LE POUVOIR ROYAL EN FRANCE, DE PHILIPPE IV À CHARLES VI . . . . . .97

Les derniers Capétiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97

L’avènement des Valois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98

La guerre de Cent Ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98

Du dauphin Charles au roi Charles V . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99

Le début du règne de Charles VI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100

LE POUVOIR ROYAL EN ANGLETERRE, D’ÉDOUARD II À RICHARD II . . .101

LA PAPAUTÉ D’AVIGNON OU LA CAPTIVITÉ DE BABYLONE” . . . . . . . . . .103

LA PÉNINSULE ITALIENNE ENTRE ANGEVINS,

COMMUNES ET SEIGNEURIES AU XIVe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106

Au Sud de la péninsule, le royaume de Naples se perpétue . . . . . .106

En Italie du nord et du centre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107

POUVOIRS ET SOCIÉTÉS EN PÉNINSULE IBÉRIQUE AU XIVe SIÈCLE . . . . .109

ÉCOLES ET UNIVERSITÉS AU XIVe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111

Multiplication des universités

en France, Italie et péninsule Ibérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111

Multiples fondations de collèges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112

Diversité des écoles au XIVe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113

Gradués, lettrés, letrados, “gens de savoir”

dans la société . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115

CCHMe Ecrit3:maq cc 27/12/19 11:12 Page 8

THÈMES

APPRENTISSAGES DE LÉCRIT

APPRENDRE À LIRE ET À ÉCRIRE AU SEIN DE LA FAMILLE . . . . . . . . . . .119

Une instruction pour tous ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119

Les cadres de l’instruction familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119

Les objets abécédaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .120

Apprendre dans les livres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121

Transition avec l’école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122

LE CAS DE LÉDUCATION PRINCIÈRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122

Le niveau d’instruction des princes et princesses . . . . . . . . . . . . . .122

Modalités de l’instruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123

• Intervenants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123

• Les lieux de l’éducation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .124

• Le préceptorat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125

Contenu de l’instruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125

Matériel pédagogique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126

LES PETITES ÉCOLES :

LENSEIGNEMENT ÉLÉMENTAIRE DU XIIe AU XIVe SIÈCLE . . . . . . . . . . . .127

Le réseau se densifie du XIIe au XIVe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127

Des écoles sous contrôle du pouvoir ecclésiastique,

mais aussi sous le patronage des pouvoirs laïques . . . . . . . . . . . . .128

Écoles de notaires, écoles d’abaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130

LIEUX ET ACTEURS DE LÉCRIT

LA TRADITION MONASTIQUE ET CANONIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .131

Écrit et choix de vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .131

Écrit et domination sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133

ÉCOLES ET UNIVERSITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134

De l’oral à l’écrit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134

La mise par écrit des exercices académiques . . . . . . . . . . . . . . . . .135

• La reportatio ou prise de notes par les étudiants . . . . . . . . . . . . . . . . . .135

• Les notes écrites par les professeurs pendant les disputes . . . . . . . . . . .136

• La dictée des maîtres (pronunciatio) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136

• Diffusion des textes, système de la pecia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137

• Oral et écrit dans les examens universitaires XIIIe-XIVe siècles . . . . . . . .137

L’écrit administratif dans les universités :

le gouvernement par l’écrit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .138

• La rédaction de statuts et de règlements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .138

• L’université gouverne à l’aide de registres et de cartulaires . . . . . . . . . .139

• Les rôles de suppliques universitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .140

• Au sein des collèges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141

CCHMe Ecrit3:maq cc 27/12/19 11:12 Page 9

LA COUR PONTIFICALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .142

Naissance de la curie (vers 1080) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .142

La croissance des “offices” curiaux (vers 1180-vers 1310) . . . . . .144

• L’afflux des demandes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .144

• L’âge d’or de la chancellerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .146

La curie avignonnaise (vers 1310-vers 1370) . . . . . . . . . . . . . . . . .148

• Le tournant comptable et financier de la papauté . . . . . . . . . . . . . . . . . .148

• Lettres, suppliques et litiges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150

• La cour du pape . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .152

PAROISSES, ÉVÊCHÉS ET ARCHIDIACONÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153

Les premières chancelleries épiscopales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .154

Naissance et mutations des tribunaux diocésains . . . . . . . . . . . . . .156

Institutions locales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159

• La justice au village . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159

• La paroisse, territoire de l’écrit ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161

LES COURS ROYALES, PRINCIÈRES ET SEIGNEURIALES . . . . . . . . . . . . . .162

Cour et écrit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162

Des lettrés dans les administrations princières . . . . . . . . . . . . . . . .163

L’affirmation de l’historiographie curiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .164

Des cours aux personnalités diverses. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .165

Vers la bureaucratisation des cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167

Les petites “cours” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167

DANS LES BUREAUX DES COMMUNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .168

Les principaux acteurs de l’écrit communal : les notaires . . . . . . .168

• Dans les communes italiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .168

• À Montpellier et dans le Midi de la France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .170

L’écrit, outil du gouvernement communal . . . . . . . . . . . . . . . . . . .171

• En Italie : la rédaction des Libri jurium au temps des podestats . . . . . .171

• En Italie :

la “révolution documentaire” au temps des régimes du popolo . . . . . . . .173

• En Languedoc, le gouvernement communal et l’écrit (XIIIe-XIVe siècles) .174

Mettre en liste, enquêter, expertiser, communiquer

pour gouverner la commune . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .174

DANS LA BOUTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .175

COPISTES, SCRIBES ET ÉCRIVAINS PUBLICS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177

LA FABRICATION DU LIVRE ET LES ASPECTS MATÉRIELS DE L'ÉCRITURE

LES SUPPORTS DES ÉCRITURES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180

Le parchemin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180

Le papier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181

Les tablettes et les rouleaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181

CCHMe Ecrit3:maq cc 27/12/19 11:12 Page 10

LES ÉTAPES DE LA FABRICATION DU LIVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .182

Le livre de l’Occident médiéval : le codex . . . . . . . . . . . . . . . . . . .182

La mise en page et la réglure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .183

La copie : matériel et encres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .184

Les décors . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .184

• Décors de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .184

• Les enluminures du livre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .185

• Les chartes ornées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .186

La reliure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187

LES ÉCRITURES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187

Écriture et lecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187

Écriture posée et écriture cursive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187

Les évolutions des écritures médiévales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .189

LES ÉTAPES DE LA RÉDACTION : DU BROUILLON À LA COPIE . . . . . . . . .190

Les brouillons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .191

Mise au net . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .192

Copies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .192

LA PRODUCTION SAVANTE : LES SCIENCES DIVINES

EXÉGÈSE ET COMMENTAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .198

SOMMES ET TRAITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .201

SERMONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .203

HAGIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .205

LA PRODUCTION SAVANTE : LES DISCIPLINES PROFANES . . . . . . . . . . . .208

Le trivium (grammaire, rhétorique, dialectique) . . . . . . . . . . . . . .208

• La grammaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .208

• La rhétorique et l’ars dictaminis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .209

• La dialectique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .211

Le quadrivium (arithmétique, géométrie, astronomie, musique) . .213

• Quatre voies à (d’)écrire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .213

• L’arithmétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .215

• L’astronomie et l’astrologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .216

• La musique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .220

• Élargissement, diffusion et limites du quadrivium . . . . . . . . . . . . . . . . .223

ÉCRIRE LA NATURE ET LE MONDE, LA MÉDECINE . . . . . . . . . . . . . . . . .224

Une vision globalisante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .224

L’apport des traductions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .226

Déclinaisons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .230

Savants d’Angleterre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .231

Intégrations encyclopédiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .233

Aristotélisme et quête d’authenticité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .235

Médecine pratique et pratique médicale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .237

Écrire l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .242

Essor des écrits vernaculaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .246

CCHMe Ecrit3:maq cc 27/12/19 11:12 Page 11

LES DROITS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .248

Le droit romain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249

•Une “renaissance” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249

• Diffusion et expansion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .251

Le droit commun face aux droits particuliers . . . . . . . . . . . . . . . . .256

• L’invention du jus commune et les mutations du droit coutumier . . . . .256

• Le roi législateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .258

• La jurisprudence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .259

• Le cas anglais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .260

La science canonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .261

• Des prémices grégoriennes au Décret de Gratien . . . . . . . . . . . . . . . . . .262

• L’âge des décrétales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .265

• L’utrumque jus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .268

COMPILER ET DIFFUSER LE SAVOIR

ENCYCLOPÉDIES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .271

LES MANUELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .273

Les instruments de travail de l’étudiant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .273

Les outils du prédicateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .275

Les manuels de confesseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .278

Le manuel de l’inquisiteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .281

TRAITÉS DÉDUCATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .283

Instruire les gouvernants : les Miroirs des princes . . . . . . . . . . . . .283

Un souci éducatif élargi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .286

Les parents pédagogues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .286

Les traités d’éducation féminine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .287

La formation des professionnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .288

RÉCITS DE VOYAGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .289

Envoyés et prédicateurs pontificaux et royaux . . . . . . . . . . . . . . . .289

Le succès des récits de voyage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .290

Les récits de pèlerinage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .290

Mappemonde, cartes et portulans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .291

LIVRES DE CUISINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .292

ÉCRIRE LE GESTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .297

LES ÉCRITS ORDINAIRES : LÉCRIT PRATIQUE

CHARTES, ARCHIVES, CHARTIERS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .303

Chartriers laïques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .305

CARTULAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .307

DOCUMENTATION COMPTABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .311

Comptes royaux anglais : les pipe rolls . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .312

Comptes manoriaux en Angleterre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .313

Les comptes de l’Hôtel des rois de France . . . . . . . . . . . . . . . . . .315

L’exemple des comptes de Thierry d’Hireçon . . . . . . . . . . . . . . . .316

CCHMe Ecrit3:maq cc 27/12/19 11:12 Page 12

ÉCRITS D’ÉGLISE : PRODUCTION ET ENREGISTREMENT . . . . . . . . . . . . .317

Les modèles d’écriture : entre ars dictaminis et formulaires . . . . .317

• L’ars dictaminis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .318

• Les formulaires pontificaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .320

Lettres, registres et comptes de la papauté . . . . . . . . . . . . . . . . . . .322

• Typologie des lettres et des suppliques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .322

• Écrire pour le pape . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .325

• Enregistrer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .326

• Les écrits comptables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .330

Évêques, moines et inquisiteurs : leurs écrits ordinaires . . . . . . . .332

• La pratique de l’enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .332

• Les registres judiciaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .334

• Comptabilités ecclésiastiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .340

PRODUCTIONS ÉCRITES DES POUVOIRS ROYAUX

EN FRANCE, ANGLETERRE ET PÉNINSULE ITALIENNE . . . . . . . . . . . . . . .342

La production écrite du pouvoir royal capétien (XIIe-XIVe siècles) .342

• Les diplômes royaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .343

• Les chartes royales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .344

• La lettre patente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .345

• le mandement royal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .345

• Le développement d’actes écrits “au nom du roi” . . . . . . . . . . . . . . . . .346

• Les actes écrits émanés du roi et expédiés hors chancellerie . . . . . . . . .346

• Actes des cours, conseils, officiers, services royaux, centraux et locaux 347

La production écrite du pouvoir royal anglais (XIIe-XIVe siècles) . .349

• La pratique de l’enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .349

• Comptes de l’Échiquier : les pipe rolls . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .351

• Écrit, droit et justice royale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .352

• Les writs… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .354

•… et toutes les autres écritures de la chancellerie royale anglaise . . . . .354

• L’augmentation spectaculaire des pétitions (XIIIe-XIVe siècles) . . . . . . . .356

• À l’échelon local . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .356

• Suivant le modèle royal, les documents des manoirs . . . . . . . . . . . . . . .357

Multiplication des bureaux, en France et en Angleterre,

consultation et diffusion de l’écrit royal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .357

La production écrite dans les cours d’Italie du sud,

des rois normands aux Angevins (XIIe-XIVe siècles) . . . . . . . . . . . .359

• Quelques remarques sur la documentation royale normande au XIIe siècle . .359

• Écrits ordinaires à la cour de Frédéric II (1220-1250) :

la “rhétorique du pouvoir” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .359

• Écritures des rois angevins de Sicile et de Naples

(fin XIIIe-XIVe siècles) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .362

CCHMe Ecrit3:maq cc 27/12/19 11:12 Page 13

ÉCRITS ÉMANANT DES POUVOIRS COMMUNAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . .365

Premiers écrits communaux : le XIIe siècle italien . . . . . . . . . . . . .365

Les Libri jurium italiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .366

La législation communale italienne : les statuts . . . . . . . . . . . . . . .367

Les registres de délibérations des conseils urbains,

en Italie et hors d’Italie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .368

Proximité des genres : cartulaires, registres, statuts urbains . . . . .369

Les actes de juridiction communale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .371

Écritures financières et fiscales des communes . . . . . . . . . . . . . . .372

LES ÉCRITS DU FOR PRIVÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .372

Livres de famille italiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .373

Livres de raison français . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .374

Correspondances privées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .375

ÉCRITURES ÉPIGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .376

Usage des inscriptions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .376

Évolution formelle du XIIe au XIVe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .378

Le cas particulier des peintures infamantes de l’Italie communale .380

HISTORIOGRAPHIES

ÉRIRE LHISTOIRE DANS LE ROYAUME DE FRANCE . . . . . . . . . . . . . . . .381

Écrire l’histoire dans les monastères

et les communautés de chanoines réguliers . . . . . . . . . . . . . . . . . .381

Écrire sur l’Orient et sur les exploits guerriers

pour le public aristocratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .382

Les frères mendiants et l’écriture de l’histoire aux XIIIe et XIVe siècles .383

Une histoire “officielle” des rois de France aux XIIIe et XIVe siècles ? 383

L’ÉCRITURE DE LHISTOIRE EN ANGLETERRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .385

Écrire l’histoire après la conquête normande

(fin XIe-milieu XIIe siècles) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .385

Écrire l’histoire pour distraire les grands laïcs . . . . . . . . . . . . . . . .388

Les historiens séculiers sous le règne d’Henri II (1154-1189) . . . .389

L’écriture de l’histoire dans les monastères

du milieu du XIIe siècle au XIIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .390

Les frères mendiants et l’écriture de l’histoire

en Angleterre aux XIIIe et XIVe siècles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .392

Écrire l’histoire de Londres aux XIIIe et XIVe siècles . . . . . . . . . . . .392

Écrire l’histoire en Angleterre pendant la guerre de Cent Ans . . . .393

ÉCRIRE LHISTOIRE EN ITALIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .394

Fin de l’âge d’or des chroniques monastiques et épiscopales

au XIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .394

Écrire l’histoire de la ville au XIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .395

CCHMe Ecrit3:maq cc 27/12/19 11:12 Page 14

Diversification de l’historiographie communale italienne

au XIIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .396

• Des notaires qui se font chroniqueurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .397

• Les frères mendiants italiens et l’écriture de l’histoire . . . . . . . . . . . . . .398

• Les hommes d’affaires et l’écriture de l’histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . .398

Écrire l’éloge des seigneuries et des oeuvres humanistes après 1350 .399

LA PRODUCTION HISTORIOGRAPHIQUE EN PÉNINSULE IBÉRIQUE . . . . . .400

LITTÉRATURES

LES CHANSONS DE GESTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .403

Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .403

Espace et chronologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .404

Les cycles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .404

LES ROMANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .405

Matière de Bretagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .406

Matière de Rome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .407

Chansons de geste et romans dans le reste de l’Occident . . . . . . .408

• Italie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .408

• Péninsule Ibérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .408

• Angleterre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .409

POÉSIE EN LATIN ET EN LANGUE VERNACULAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . .410

La poésie latine au XIIe et au début du XIIIe siècle . . . . . . . . . . . . . .410

La poésie en langue vernaculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .412

CORRESPONDANCES, DU XIIE SIÈCLE À LHUMANISME . . . . . . . . . . . . . .415

Le genre épistolaire au Moyen Âge : un genre littéraire complexe .415

Lettres et correspondances d’un humanisme à l’autre

(XIIe-XIVe siècles) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .416

Écrire une lettre entre le XIIe et le XIVe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . .417

Collections épistolaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .419

LES FORMES NARRATIVES BRÈVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .420

France et Angleterre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .420

Italie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .420

Angleterre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .421

LA VIE DES ÉCRITS

DIFFUSER LES OEUVRES LITTÉRAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .423

TRADUIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .425

CONSERVER LES ÉCRITS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .427

Écrire pour la postérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .427

La conservation des documents écrits : la lente naissance

du trésor des chartes, en France (XIIe-XIVe siècles) . . . . . . . . . . . . .428

Les aléas de la conservation des écrits royaux en Angleterre . . . .432

Consulter les écrits anciens : l’exemple des archives royales anglaises 434

CCHMe Ecrit3:maq cc 27/12/19 11:12 Page 15

Du souci de mémoire à la fabrication de faux . . . . . . . . . . . . . . . .435

Lieux de conservation et classement des écrits

dans les églises et les communes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .436

PUBLIER LES ÉCRITS ; PROCLAMATION, PLACARDS, AFFICHES, HÉRAUTS .437

La publication des écrits du pouvoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .438

Écrits partisans et polémiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .439

LES BIBLIOTHÈQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .440

La bibliothèque pontificale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .440

Les bibliothèques privées laïques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .443

• Les premières librairies princières (XIIe-début du XIVe siècle) . . . . . . . . .444

• La bibliophilie des Valois en France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .445

• Librairies aristocratiques et bibliothèques professionnelles . . . . . . . . . .446

Les bibliothèques ecclésiastiques et monastiques . . . . . . . . . . . . .448

Bibliothèques de collèges et d’universités . . . . . . . . . . . . . . . . . . .450

• Le réseau des bibliothèques de collèges et d’universités . . . . . . . . . . . .450

• Gestion et entretien des bibliothèques de collèges et d’universités . . . .452

CENSURER LÉCRIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .454

Quels effets de la censure entre le XIIe et le XIVe siècle ? . . . . . . . .454

Censure et condamnations au XIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .455

Censures des écrits universitaires aux XIIIe et XIVe siècles . . . . . . .456

DÉTRUIRE LES ÉCRITS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .459

La “vie des écrits” (Paul Bertrand), de la brièveté à l’éternité . . . .459

Pertes, destructions accidentelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .460

La destruction d’anciennes versions écrites au profit de nouvelles .461

Censurer et détruire les écrits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .462

Brûler les écrits comme symboles du pouvoir . . . . . . . . . . . . . . . .462

OUTILS

CARTES

L’Europe vers 1100 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .464

Les centres intellectuels du XIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .465

Les universités jusqu’en 1400 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .466

Les écoles en Angleterre 1100-1300 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .468

LIEUX

AVIGNON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .469

BARCELONE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .471

BOLOGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .472

ORLÉANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .474

PARIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .475

ROME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .477

SAHAGÚN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .480

CCHMe Ecrit3:maq cc 27/12/19 11:12 Page 16

SAINT-JACQUES DE COMPOSTELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .481

SALAMANQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .482

SANTA CRUZ DE COIMBRA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .483

TOLÈDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .484

PERSONNAGES

ACCURSE (vers 1180-av. 1262) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .487

ADÉLARD DE BATH (vers 1080 - † vers 1152) . . . . . . . . . . . . . . . . . .487

ALDEBRANDIN DE SIENNE (XIIIe siècle) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .488

ALPHONSE X LE SAGE (1221-1284) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .490

ANSELME DE LAON (vers 1055-† 1117) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .493

AVERROÈS († 1198) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .494

BALDO DEGLI UBALDI, DIT BALDE (1327-1400) . . . . . . . . . . . . . . . . .495

BARTOLO DA SASSOFERRATO, DIT BARTOLE (1313/1314-1357) . . . . . .496

BERNARD GUI (vers 1262-1331) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .497

CLÉMENT VI / PIERRE ROGER (1290/1291-1352) . . . . . . . . . . . . . . . .498

ÉTIENNE LANGTON (vers 1150-† 1228) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .500

GEOFFROY DE VINSAUF († vers 1220) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .501

GILLES DE ROME (1243/1247-1316) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .503

GONZALO DE HINOJOSA (vers 1260-1327) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .504

GRATIEN (?-av. 1159) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .505

GUILLAUME DURAND (vers 1230-1296) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .506

GUY DE CHAULIAC (vers 1290-1368) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .507

HENRI DE MONDEVILLE († 1320) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .509

HENRI DE SUSE (ENRICO DA SUSA), DIT HOSTIENSIS (vers 1200-1271) .511

HUBERT WALTER (vers 1160-† 1205) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .511

INNOCENT III / LOTARIO DI SEGNI (1160-1216) . . . . . . . . . . . . . . . . .513

IRNERIUS ( ?-1125) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .514

JEAN FROISSART (vers 1337-apr. 1404) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .515

JEAN LE BEL (vers 1290-1370) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .516

LUCAS DE TUY († 1249) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .517

MARIE DE FRANCE (deuxième moitié du XIIe siècle) . . . . . . . . . . . . .518

ORDERIC VITAL (1075-1142) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .518

PIERRE LOMBARD († 1160) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .520

RICHARD DE FOURNIVAL (1201-1259/1260) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .520

RICHARD DE MORES (vers 1160-† 1242) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .523

SALIMBENE DE ADAM (1201-† 1288) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .526

YVES DE CHARTRES (vers 1040-1116) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .528

CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .530

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .539

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .609

INDEX RAISONNÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .620

Nathalie Gorochov, ancienne élève de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud, agrégée d’Histoire, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Paris-Est Créteil.

Amélie de las Heras, agrégée d’Histoire, ancienne membre de la Casa de Velasquez, ancienne pensionnaire de la Fondation Thiers, docteur de l’EHESS.

Arnaud Fossier, ancien élève de l’ENS de Lyon, agrégé d’Histoire, ancien membre de l’École Française de Rome, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de Bourgogne.

Sara Fourcade, agrégée d’Histoire, ancienne pensionnaire de la Fondation Thiers, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université Paris-Est Créteil.

François-Olivier Touati, agrégé d’Histoire, ancien pensionnaire de la Fondation Thiers, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université de Tours.

Après la fin de l’Antiquité, du Ve au XIe siècle, en Occident, s’est produit un déclin général des écritures les plus courantes. Le haut Moyen Âge a certes connu une floraison d’oeuvres littéraires, théologiques et poétiques, de texte narratifs et de recueils de lois. Mais tous ces textes n’intéressaient qu’une étroite élite du personnel politique et ecclésiastique.

Après 1100, tout change. C’est une véritable explosion scripturaire qui se produit, qualifiée de “révolution documentaire” par Jean-Claude Maire-Vigueur et Paolo Cammarosano à propos de la péninsule Italienne, par Paul Bertrand pour la France du Nord, et par Michael Clanchy pour l’Angleterre. Pendant les trois siècles qui séparent 1100 de 1400, les documents écrits prolifèrent et se diversifient à l’extrême dans la zone géographique considérée, qu’ils soient produits par les pouvoirs publics (rois, princes, seigneurs laïques, communes), par les communautés ecclésiastiques et les églises (cathédrales, chapitres de chanoines, monastères), par des notaires ou même par des particuliers. Qu’ils soient clercs ou laïcs, ces particuliers produisent toutes sortes d’écrits, du livre de compte et des ricordanze et mémoires, aux chroniques et oeuvres littéraires, chansons de geste, poésies, romans, farces, etc. Tandis que la production savante prend une ampleur sans précédent, l’écrit documentaire et l’écrit littéraire ne sont plus produits par les seuls clercs ou de rares souverains, comme dans le haut Moyen Âge, ni ne sont plus réservés à un petit nombre de monastères et chapitres cathédraux. Et l’usage du latin, exclusif avant 1100, recule lentement entre le XIIe et le XIVe siècle.