search

La construction de l'État monarchique (1380-1715)

23,70 €

par Damien Fontvieille, Boris Lesueur et Jean Sénié

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout ce dont l’étudiant a besoin pour le sujet 2023 et 2024 d’Histoire médiévale et moderne du CAPES d'Histoire-Géographie.

Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :
- Repères : le contexte historique ;
- Thèmes : comprendre les enjeux du programme ;
- Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un personnage, une référence

Fiche technique

Référence
460802
ISBN
9782350308029
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
576
Reliure :
broché

INTRODUCTION

HISTORIOGRAPHIES

NAISSANCE DE L’ÉTAT MONARCHIQUE
ENTRE LA FIN DU MOYEN GE ET 1715
Une centralisation : l’affirmation du souverain et de son autorité
Guerre, fiscalité et justice : le contrôle monopolistique de l’État
L’État comme Léviathan ?

“L’É
TAT CEST MOI” : ABSOLUTISME, POUVOIR ROYAL
ET MONARCHIE ADMINISTRATIVE
Le problème de l’absolutisme
Pouvoir du roi et de la dynastie royale
L’administration monarchique
L
A COMPLEXITÉ DE L’ÉTAT MONARCHIQUE ENTRE 1380 ET 1715
L’État et les instances de médiation
L’État et la société politique
L’État, les clientèles et le féodalisme

REPÈRES

1380-1515. LA RECONSTRUCTION DE LA MONARCHIE
ET LA NAISSANCE DES PREMIERS OUTILS DE L
’ÉTAT

1380, UN ÉTAT MONARCHIQUE AFFERMI
APRÈS LA CRISE DU XIVe SIÈCLE
LE RÈGNE DE CHARLES VI : DE LAFFERMISSEMENT DE LAUTORITÉ
MONARCHIQUE À LA GUERRE CIVILE
La consolidation de l’État monarchique (1380-1392)
Luttes de pouvoir : les princes, la folie du roi et la crise
de l’État monarchique (1392-1407)
Armagnacs et Bourguignons : le début d’une guerre civile
pour le contrôle de l’État monarchique

CHARLES VII, LA RECONQUËTE DU ROYAUME ET LA RESTAURATION
DE L
’ÉTAT MONARCHIQUE
La division du royaume 
Le lent affermissement de l’autorité royale
LA CONSOLIDATION DE L’ÉTAT MONARCHIQUE DANS LA DEUXIÈME MOITIÉ DU XVe SIÈCLE
Louis XI, “l’universelle aragne” (Commynes) et la lutte contre les princes territoriaux
Charles VIII et les horizons élargis de l’État monarchique vers l’Italie
Louis XII, “père du peuple” : un État monarchique renforcé à la fin du X
Ve siècle

1515-1610. ENTRE AFFIRMATION ET CONTESTATION DE L’ÉTAT MONARCHIQUE

LES RÈGNES DE FRANÇOIS Ier ET D’HENRI II (1515-1559)
François Ier, “un roi entre deux mondes” (Cédric Michon)
Le règne d’Henri II (1547-1559)
L’ÉTAT ET LES GUERRES DE RELIGION :
LA MONARCHIE CONTESTÉE (1559-1598)
1559-1562 : les années tournant
1562-1574 : l’état dans la tourmente
Henri III et la royauté sacrificielle
LA RESTAURATION HENRICIENNE (1598-1610)
Les réformes intérieures
La politique étrangère et les relations internationales
Les critiques, les tentatives d’assassinat et le régicide

LES ROIS ABSOLUS : DE LOUIS XIII LOUIS XIV (1610-1715)

LE TEMPS DE LEXTRAORDINAIRE
1610-1624 : de la mort d’Henri IV à l’appel de Richelieu au conseil du roi
Richelieu, principal ministre, et la réduction des oppositions
Richelieu et le régime de guerre (1629-1642) 

LA FRONDE
LOUIS XIV : LOUIS LE GRAND
“Le roi gouverne par lui-même”
L’autorité du roi
Une monarchie administrative ?


THÈMES

ROYAUME ET NATION
L
E ROYAUME DES PREMIERS VALOIS
Les fondements du royaume
Une autorité royale encore fragile
Une consolidation idéologique
UN GRAND ROYAUME À LA RENAISSANCE
Une étendue reconnue
Des limites plus que des frontières
Un sentiment d’appartenance
La fin des principautés territoriales

L’AGRANDISSEMENT DU XVIIe SIÈCLE
De nouvelles frontières : pré carré et expansion outre-mer
Vers une unité nationale ?

FINANCES
LA NAISSANCE DUNE STRUCTURE FINANCIÈRE
À LA FIN DU MOYEN GE
L’impôt permanent

La naissance d’une administration financière
L’accroissement des besoins
LES RÉFORMES DU XVIe SIÈCLE : NAISSANCE ET CROISSANCE DUNE ADMINISTRATION FINANCIÈRE
Le règne de François Ier, un temps décisif
Les réformes de la deuxième moitié du X
VIe siècle
La croissance des dépenses et la diversification des prélèvements
L
E XVIIe SIÈCLE ET LESSOR DES BESOINS MONARCHIQUES
La poursuite de la hausse des dépenses
La mise en place du système fisco-financier et de nouveaux expédients
L’organisation des finances au Grand Siècle

DE LARMÉE DU ROI À LARMÉE ROYALE
LES ARMÉES DE LA GUERRE DE CENT ANS
La guerre de Cent Ans : entre retenues et armée de levée
Les compagnies d’ordonnance : un tournant dans l’organisation

D
ES GUERRES D’ITALIE AUX GUERRES DE RELIGION : UN NOUVEL ART MILITAIRE
L’armée de la première modernité

L’organisation de l’armée dans la deuxième moitié du XVIe siècle
L
E TOURNANT DU RÈGNE DE LOUIS XIII
UN GÉANT DU GRAND SIÈCLE : LARMÉE DE LOUIS XIV
Construire l’armée royale
Les guerres du roi 

MARINE ET TAT
LA GUERRE DE CENT ANS
LE XVIe SIÈCLE : UNE RENAISSANCELIMITÉE
RICHELIEU ET LA CONSTRUCTION DUNE MARINE
LA MARINE DE COLBERT

JUSTICE

LA JUSTICE DU ROI : LA MISE EN PLACE DUNE PYRAMIDE JUDICIAIRE
Les tribunaux royaux
Les autres juridictions
L’AFFIRMATION DE LA JUSTICE ROYALE
Les sources du droit et la montée en puissance du droit royal
Justice et législation royales face à ses concurrents
LE SPECTACLE DE LA JUSTICE : LA JUSTICE ET LEXERCICE DU POUVOIR
Le roi justicier
La justice du roi, outil d’affirmation du pouvoir royal
Le spectacle de la justice, manifestation de l’ordre monarchique

LE ROI ET L’ÉTAT

LES FONDEMENTS DU POUVOIR ROYAL
La succession royale
Le domaine royal 
La royauté sacrale et le pouvoir royal
La souveraineté royale
• La place particulière du roi dans l’État
• La souveraineté royale au Moyen Âge
• Puissance ordinaire et puissance absolue
• Les X
VIe et XVIIe siècles : penseurs de la monarchie absolue et raison d’État
La dynastie royale
La reine et sa place dans l’État monarchique
• Les princes et la famille royale

La mise en scène de l’État dynastique

• Le rituel du sacre
• L’entrée royale
• Le lit de justice
• Les funérailles

“LE ROI, LA COUR ET L’ÉTAT” [LE ROUX, 2013]
La Maison du roi
• Une définition du service domestique du roi
• Une militarisation progressive
La cour, un instrument de gouvernement au service du roi
De l’itinérance curiale à la sédentarisation
Les cérémonies de cour
La société de cour
Les fastes de la cour

ADMINISTRATION CENTRALE

AU COEUR DU POUVOIR : LE CONSEIL DU ROI
Imaginaires du conseil : une institution et ses discours
Naissance et évolution du conseil du roi entre les X
Ve et XVIIe siècles
La réforme de Louis XIV et la stabilisation du conseil
AUX CÖTÉS DU SOUVERAIN : LEXERCICE DU POUVOIR AU COEUR DU GOUVERNEMENT

Le chancelier, “ciment du gouvernement royal”
Favoris et principaux ministres
L’É
TOFFEMENT DES INSTITUTIONS CENTRALES
La naissance des ministères
Les ministres, leur famille et leurs clients,
un instrument de contrôle au service du roi
Les serviteurs de l’administration centrale

L’ÉTAT ET LA RELIGION EN FRANCE

L’ÉTAT ET L’ÉGLISE
De 1380 à 1516
De 1516 à 1715
L’ÉTAT ET LES DIVISIONS RELIGIEUSES
Les huguenots
Le jansénisme

UNE RELIGION ROYALE ?
Le Très Chrétien
Les saints 
Le gallicanisme

L’ÉTAT, LES RÉVOLTES ET LE MAINTIEN DE LORDRE DANS LE ROYAUME

ESQUISSE DE CHRONOLOGIE ET DE TYPOLOGIE DES RÉVOLTES
Les révoltes populaires entre la fin du Moyen Âge et la Renaissance : la naissance des révoltes antifiscales
Les révoltes nobiliaires entre la fin du Moyen Âge et la Renaissance : le “devoir de révolte” contre l’État monarchique
Du temps de révolte face à l’État monarchique, entre 1630 et 1660, à
la “contagion de l’obéissance”
L
A GRAMMAIRE RÉBELLIONNAIRE
La révolte et son déroulement
Acteurs et pratiques de la rébellion
La révolte et le pouvoir royal ou les éléments d’un dialogue

M
AINTENIR LORDRE
L’ordre des villes : milices et lieutenance générale
L’ordre des campagnes : la maréchaussée

ACTEURS ET LIEUX

FEMMES ET TAT
LES FEMMES DANS LA GUERRE DE CENT ANS (XIVe-XVe SIÈCLES)
LINVENTION DE LA LOI SALIQUE
REINES ET RÉGENTES : LE XVIe SIÈCLE
LES FEMMES FACE À LA MONARCHIE ABSOLUE
De Marie de Médicis à Anne d’Autriche
Après 1661
La législation royale 

L’ÉTAT MONARCHIQUE ET SES SERVITEURS DANS LE ROYAUME
LA MULTIPLICATION DES OFFICIERS DU ROI ENTRE LES XVe ET XVIIe SIÈCLES
L’officier à la conquête du royaume
De l’élection à la vénalité des offices
DES RELAIS DU POUVOIR MONARCHIQUE DANS LES PROVINCES
Multiplication des agents de la Couronne dans les provinces et contrôle de la monarchie
Les gouverneurs
Les intendants
LES ÉLITES OFFICIÈRES ET L’ÉTAT : UNE ÉTROITE ASSOCIATION ÉTAT MONARCHIQUE
Officier, un statut envié
L’émergence d’une noblesse de robe, au service de la Couronne

NOBLESSE ET TAT

L’IDENTITÉ NOBILIAIRE FACE À L’ÉTAT ROYAL
LA NOBLESSE DANS LES CRISES DU XVIe SIÈCLE
LA NOBLESSE FACE À LA MONARCHIE ABSOLUE

L’ÉTAT MONARCHIQUE, LES ÉTATS ET LES PARLEMENTS
LA NAISSANCE DES INSTITUTIONS DE DIALOGUE ENTRE XVe ET XVIe SIÈCLE
Les états du royaume : états généraux et états provinciaux
Les parlements
ÉTATS ET PARLEMENTS
DANS LA MONARCHIE ABSOLUE DU XVIIe SIÈCLE
Face à l’“Extraordinaire”

Sous Louis XIV : entre imposition de la volonté royale et coopération

LES VILLES

LE TEMPS DES BONNES VILLES” :
UNE ÉTROITE ALLIANCE ENTRE LE ROI ET LES VILLES DU ROYAUME (FIN XIVe SIÈCLE-MILIEU XVIe SIÈCLE)
L’affirmation des “bonnes villes”
Le rôle des villes dans la construction de l’État monarchique
Les échanges entre le roi et les villes 

UNE RUPTURE DE L’ÉQUILIBRE ENTRE L’ÉTAT ET LES BONNES VILLES (MILIEU XVIe SIÈCLE-DÈBUT XVIIe SIÈCLE)
La fin du “modèle intégrateur” et la tentation de l’autonomie
L’aggravation de la tutelle royale sur les villes

LES COLONIES

UN DESTIN MARITIME CONTRARIÉ
UN RENOUVEAU AU XVIIe SIÈCLE
LA ROYALISATION OU L’ÉTATISATION DES COLONIES

OUTILS


CARTES 

CHRONOLOGIE

BIOGRAPHIES

CHRISTINE DE PIZAN (1365-V. 1430)
F
LORIMOND ROBERTET (V. 1465-V. 1527)
P
HILIPPE DE COMMYNES (1445-1511)
L
ES BRIÇONNET (FIN XVe SIÈCLE)
L
OUISE DE SAVOIE (1476-1531)
JEAN DE LORRAINE (1498-1550)
A
NTOINE DUPRAT (1463-1535) 
J
EAN BODIN (1529-1596) 
L
ES CHÂTILLON (XVe-XVIIe SIÈCLES)
C
ARDIN LE BRET (1558-1655)
PIERRE

</

Damien Fontvieille, archiviste-paléographe et enseignant à l’Université Bordeaux-Montaigne.
Boris Lesueur, docteur en Histoire et enseignant à l’Université de Nanterre.
Jean Sénié, maître de conférences en Histoire moderne à l’Université de Tours.

La réflexion sur la construction de l’État monarchique a été renouvelée par le projet “État moderne” mené par Jean-Philippe Genêt à partir des années 1990. Pour lui, l’État naît en Europe entre 1280 et 1350 “lorsque, confrontés à des guerres incessantes, les rois et les princes d’Occident ont voulu et pu faire appel à ceux qui résidaient sur leurs terres pour qu’ils contribuent, de leur personne et de leurs biens, à la défense et à la protection de la communauté”. Par la suite, les États suivent des voies différenciées, entre la monarchie absolue en France, l’essor d’une monarchie “tempérée” ou encore des formes de République en Europe [GENêT, 1990]. Sa définition tient en plusieurs points. L’État est une “forme d’organisation sociale, qui, au nom de sa propre légitimité, garantit sa propre sécurité et celle de ses membres – sujets disposant au moins à cette fin d’un contrôle sinon d’un monopole de la justice et d’une force militaire spécifique”. “Sa base matérielle repose sur une fiscalité publique”. Cette fiscalité est acceptée, d’où un nécessaire dialogue avec la société politique à travers des institutions, mais aussi des intermédiaires comme les hôtels princiers, ou encore les rituels et cérémonies qui entourent la liturgie royale. La fiscalité est acceptée “par la société politique”, qui désigne, selon l’auteur, “la société civile” travaillant en étroite collaboration avec l’État et doit se comprendre dans un système hiérarchisé d’ordres sociaux. L’État moderne ne s’entend que “dans une dimension territoriale supérieure à celle de la cité”, car l’État est avant tout une abstraction et l’obéissance à celui-ci se justifie par la construction d’un sentiment national.