Le monde grec et l'Orient (à paraître)
search
  • Le monde grec et l'Orient (à paraître)

Le monde grec et l'Orient

23,70 €

404 - 200 avant notre ère

Sous la direction de Madalina Dana.

Avec la collaboration de Richard Bouchon, Philippe Clancier, Jérémy Clément, Michaël Girardin, Laëtitia Graslin-Thomé, Franck Prêteux et Gaëlle Tallet.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout ce dont l’étudiant a besoin pour le sujet 2022-2023 d’Histoire ancienne de l'agrégation d'Histoire. Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :

   - Repères : le contexte historique;

   - Thèmes : comprendre les enjeux du programme;

   - Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un personnage, une référence.

Fiche technique

Référence
460731
ISBN
9782350307312
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
400
Reliure :
broché

INTRODUCTION

CADRES GÉOGRAPHIQUE ET CHRONOLOGIQUE . . . . . . . . . .19

HISTORIOGRAPHIE ET DÉBATS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22

LES GRECS ET L’ORIENT, LES GRECS EN ORIENT . . . . . . . . .29

UN SIÈCLE MAL AIMÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29

LES GRECS EN ASIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31

LES EFFETS DE LA CONQUÊTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32

SOURCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38

 

REPÈRES

ESPACES ET TERRITOIRES (CADRE GÉOGRAPHIQUE,

CONNAISSANCES DE L’AUTRE, RESSOURCES) . . . . . . . . . . . .51

LE CADRE GÉOGRAPHIQUE DU MONDE GREC ET DE L’ORIENT . .51

RESSOURCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58

LES MILIEUX ET LES HOMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60

PEUPLES DE MARINS, PEUPLES DE TERRIENS ? . . . . . . . . . . . . . . . .60

CIRCULER ENTRE LE MONDE GREC ET L’ORIENT . . . . . . . . . . . . . .61

LES ZONES DE CIRCULATION MONÉTAIRES ET LES ÉCHANGES

ÉCONOMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68

FORMES ÉTATIQUES ET POLITIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70

LE MONDE GREC : DES CITÉS ET DES PEUPLES . . . . . . . . . . . . . . . . .70

L’ORGANISATION GÉNÉRALE DE L’EMPIRE ACHÉMÉNIDE . . . . . . .73

LA CONCEPTION DE LA ROYAUTÉ ENTRE GRÈCE ET ORIENT . . . .79

LES STRUCTURES DES ROYAUMES HELLÉNISTIQUES . . . . . . . . . . .81

CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86

LE MONDE GREC ENCORE TRAUMATISÉ

PAR LA GUERRE DU PÉLOPONNÈSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86

L’EMPIRE PERSE : UN COLOSSE AUX PIEDS D’ARGILE . . . . . . . . . .87

404–386 : LES IMPÉRIALISMES GRECS

AU CONTACT DE L’ORIENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88

LE “CONCERT DES PUISSANCES”

AU TEMPS DE LA PAIX DU GRAND ROI (386–371) . . . . . . . . . . . . . . .90

À QUI LA PAIX DU GRAND ROI A-T-ELLE PROFITÉ ? . . . . . . . . . . . . .90

LES HISTOIRES LOCALES DE CHYPRE ET DE L’ÉGYPTE . . . . . . . . .91

PHILIPPE DE MACÉDOINE, ATHÈNES ET L’ORIENT (360–336) . . . . .92

L’EXPÉDITION D’ALEXANDRE LE GRAND :

UNE RUPTURE DANS LES RELATIONS

ENTRE LES GRECS ET L’ORIENT ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94

 

THÈMES

UN MONDE EN GUERRE :

LA GRÈCE BALKANIQUE ET ÉGÉENNE (404–334)

LES SOCIÉTÉS GRECQUES ET LA GUERRE (404–334) . . . . . .106

DES SOCIÉTÉS EN CRISE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107

LE COÛT DE LA GUERRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111

LES PAIX COMMUNES,

UN APPRENTISSAGE DE L’HÉGÉMONIE ? (386–337) . . . . . . .114

KOINÈ EIRÉNÈ : PRINCIPES GÉNÉRAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114

LA PROSTASIA COMME OUTIL DE DOMINATION . . . . . . . . . . . . . . .117

DE LA PAIX SANS LE ROI À LA PAIX CONTRE LUI . . . . . . . . . . . . . .119

POLITIQUES DES GRECS D’EUROPE

EN ORIENT 404–334 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121

ATHÈNES EN ÉGÉE :

RESPECTER LES ACCORDS EN MÉNAGEANT SES INTÉRÊTS . . . .121

REPRENDRE LE PASSÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .128

FAÇONNER LE MYTHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .129

RÉÉCRIRE L’HISTOIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130

FORGER LA MÉMOIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .131

LES GRECS FACE AU POUVOIR ACHÉMÉNIDE (404–334)

LES GRECS D’ASIE SOUS LA DOMINATION ACHÉMÉNIDE .134

LES CITÉS GRECQUES ET L’ADMINISTRATION SATRAPIQUE . . . .134

RÉSISTANCES ET ACCOMMODEMENTS

FACE À LA DOMINATION ACHÉMÉNIDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .152

GRECS, PERSES ET ANATOLIENS :

DE LA COHABITATION À L’HYBRIDATION CULTURELLE . . . . . . .165

CIRCULATIONS ET CONTACTS

ENTRE LE MONDE GREC ET L’ASIE ACHÉMÉNIDE . . . . . . .175

AU SERVICE DES BARBARES :

L’OUVERTURE DU MARCHÉ DES MERCENAIRES GRECS . . . . . . .176

À LA PORTE DU ROI :

LES RELATIONS DIPLOMATIQUES ENTRE GRECS ET PERSES . . .194

LA DÉCOUVERTE DES MONDES ORIENTAUX :

CURIOSITÉS SAVANTES ET CONSTRUCTION IDÉOLOGIQUE .209

LE REGARD DES GRECS D’ASIE, AUTEURS DE PERSICA . . . . . . . .209

XÉNOPHON ET LE MONDE ACHÉMÉNIDE :

ENTRE FASCINATION ET MÉPRIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .215

DANS LES PAS D’ALEXANDRE :

CONQUÊTE ET APPROPRIATION DU MONDE ACHÉMÉNIDE

(334–323)

LA GUERRE PANHELLÉNIQUE (340–333) . . . . . . . . . . . . . . . . .235

LA GUERRE CONTRE LES BARBARES :

CONCEPTION ET MISE EN ŒUVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .235

L’ENTRÉE ROYALE À SARDES :

POLITIQUE IRANIENNE ET ORGANISATION DE L’EMPIRE . . . . . .245

ALEXANDRE ET LES GRECS D’ASIE : UNE LIBÉRATION ? . . . . . . .248

ALEXANDRE, PHARAON D’ÉGYPTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .258

AU CŒUR DE L’EMPIRE (331–330) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .263

GAUGAMÈLES (1er OCTOBRE 331) ET LE FACTEUR MILITAIRE

DANS LA CONQUÊTE MACÉDONIENNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .264

AU CŒUR DU POUVOIR ACHÉMÉNIDE :

ALEXANDRE SUR LE PLATEAU IRANIEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .270

VERS LES CONFINS DU MONDE (330–325) . . . . . . . . . . . . . . .277

LES ENJEUX DE LA CAMPAGNE EN ASIE CENTRALE . . . . . . . . . . .277

L’“ORIENTALISATION” D’ALEXANDRE :

LES CONTESTATIONS MACÉDONIENNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .280

LES PARTICULARITÉS DE LA CAMPAGNE INDIENNE . . . . . . . . . . .288

BABYLONE OU PELLA : MACÉDONIENS ET IRANIENS

DANS LE PROJET D’ALEXANDRE (324–323) . . . . . . . . . . . . . .294

LA FIN DE LA CAMPAGNE MILITAIRE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .294

L’EMPIRE GRÉCO-PERSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .296

L’EMPREINTE GRÉCO-MACÉDONIENNE EN SYRIE,

EN MÉSOPOTAMIE ET DANS LES HAUTES SATRAPIES

LA TRANSITION

AU TEMPS D’ALEXANDRE ET DES DIADOQUES . . . . . . . . . .303

L’ADMINISTRATION DU LEVANT ENTRE DARIUS ET LES

DIADOQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .304

LA BABYLONIE EN TRANSITION AU IVe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . .307

LA BACTRIANE À L’ÉPOQUE DE TRANSITION . . . . . . . . . . . . . . . . .318

ALEXANDRE À JÉRUSALEM ENTRE MÉMOIRE ET HISTOIRE . . . .320

LA CONSTRUCTION DU TERRITOIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .324

MÉSOPOTAMIE SYRIE :

LA STRUCTURATION DE L’EMPIRE SÉLEUCIDE À L’OUEST . . . . .324

l’exemple de l’Apolloniatide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .339

LES HAUTES SATRAPIES :

GRÉCO-BACTRIENS ET INDO-GRECS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .340

UN ESPACE DISPUTÉ : LA CŒLÉ-SYRIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .345

• Une région stratégique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .345

• L’affirmation du pouvoir lagide en Cœlé-Syrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . .346

• La Cœlé-Syrie entre Lagides et Séleucides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .348

RUPTURES ET CONTINUITÉS ADMINISTRATIVES . . . . . . . .349

QUADRILLAGE DU TERRITOIRE

ET INDICESD’UNE ADMINISTRATION LOCALE . . . . . . . . . . . . . . . .349

L’AFFIRMATION DES SANCTUAIRES

COMME POUVOIR LOCALFIN IVe ET IIIe S. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .364

L’EXPLOITATION DU TERRITOIRE SÉLEUCIDE . . . . . . . . . . . . . . . . .375

LE MODÈLE ROYAL SELEUCIDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .380

LE ROI SÉLEUCIDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .380

LE CULTE ROYAL SÉLEUCIDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .392

L’ÉGYPTE ET L’AVENTURE GRECQUE

(404–200)

L’ÉGYPTE INDÉPENDANTE (404–343 AV. J.-C.) :

DES DYNASTIES INDIGÈNES SOUS INFLUENCE GRECQUE 399

UN FRONT GRÉCO-EGYPTIEN ANTI-PERSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .399

LA DÉPENDANCE MILITAIRE

ET LE COÛT DU MERCENARIAT GREC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .402

L’IMPOPULARITÉ DES NECTANÉBIDES :

L’HOSTILITÉ DES SANCTUAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .404

LA DEUXIÈME DOMINATION PERSE (343–332)

ET LES ARGÉADES (332–306) :

UNE ÉGYPTE EN TRANSITION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .406

LA FICTION D’UNE RUPTURE :

LA LÉGENDE D’ALEXANDRE LIBÉRATEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . .407

UN RESPECT PRAGMATIQUE DES CULTES TRADITIONNELS . . . .411

UN APPUI INTERESSÉ SUR LES ÉLITES LOCALES . . . . . . . . . . . . . .413

L’ÉGYPTE LAGIDE : CONTINUITÉS ET RUPTURES . . . . . . . .417

LES AMBIVALENCES DU POUVOIR LAGIDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .418

UN SYSTEME COLONIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .425

GRECS ET ÉGYPTIENS :

ACCULTURATION ET CONTRE-ACCULTURATION . . . . . . . . . . . . . .433

LA PORTE DE L’ORIENT : CIRCULATIONS ET RÉSEAUX

ÉCONOMIQUES, CULTURELS ET RELIGIEUX

(CARIE, LYCIE, CILICIE, SYRIE, LEVANT, ÉGYPTE ET

CYRENAÏQUE)

LES CIRCULATIONS COMMERCIALES

ET LES RÉSEAUX ÉCONOMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .448

LES FACILITATEURS ET LES FREINS DES ÉCHANGES :

SYSTÈMES MONÉTAIRES, POIDS ET MESURES . . . . . . . . . . . . . . . . .449

LES CIRCUITS COMMERCIAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .458

LES MARCHÉS, LES COMMERÇANTS

ET LES RÉSEAUX D’AFFAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .463

DIFFUSION ET CIRCULATION

DES MODÈLES CULTURELS, ARTISTIQUES ET RELIGIEUX :

L’HELLÉNISATION EN QUESTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .470

L’ÉPINEUSE QUESTION DE L’HELLÉNISATION . . . . . . . . . . . . . . . . .472

CIRCULATION DES ARTISTES, DES SAVANTS ET DES ATHLÈTES . .490

HONORER LES DIEUX GRECS ?

LA RELIGION COMME CAS-LIMITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .500

GRÈCE BALKANIQUE ET ASIE MINEURE :

LES AFFAIRES DES GRECS

LES DOMAINES DES ROIS GRECS EN ASIE MINEURE . . . . .508

L’EMPRISE LAGIDE ET SÉLEUCIDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .508

INTÉGRER LES TERRITOIRES CONQUIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .509

NOUVEAUX ESPACES, NOUVEAUX POUVOIRS,

NOUVEAUX ÉTATS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .512

LA DÉLÉGATION DU POUVOIR, AU RISQUE DU SÉPARATISME:

DYNASTES ET ÉTATS SACERDOTAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .513

NOUVEAUX ROYAUMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .514

LES CITÉS GRECQUES INDÉPENDANTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .515

LES CITÉS GRECQUES ET LE ROI :

L’APPRENTISSAGE DE LA NÉGOCIATION . . . . . . . . . . . . . . .516

LE ROI DOMINE, LE ROI CONCÈDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .516

NÉGOCIER SA POSITION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .518

ENTRER DANS UN JEU DE RÉCIPROCITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .521

LES CITÉS AUTONOMES DANS L’HÉGÉMONIE ROYALE :

“SECOND APOGÉE DE LA DÉMOCRATIE” ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .524

MOBILITÉS, RÉSEAUX, RIVALITÉS EN ASIE MINEURE . . . . . . . . . .529

LES CITÉS GRECQUES D’EUROPE ET L’ORIENT

AU IIIe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .530

CONSÉQUENCES SOCIALES DE LA CONQUÊTE . . . . . . . . . . . . . . . .531

LA GRÈCE ÉGÉENNE,

UN ENJEU POUR LES MONARCHIES HELLÉNISTIQUES ? . . . . . . . .532

DES AMBITIONS ANTIGONIDES EN ASIE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .533

DE L’USAGE RAISONNÉ DU SOFT POWER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .534

 

OUTILS

LIEUX

AÏ KHANOUM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .539

ALEXANDRIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .540

ANTIOCHE-SUR-L’ORONTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .542

BABYLONE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .543

BITHYNIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .543

CAPPADOCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .544

CHYPRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .545

CYRÉNAÏQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .546

FAYOUM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .546

PERSÉPOLIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .548

PHÉNICIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .548

PONT (ROYAUME DU) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .549

PTOLÉMAÏS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .550

SARDES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .550

SUSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .551

Madalina Dana est professeur d’Histoire grecque à l’université Jean Moulin Lyon 3. Ses recherches portent sur les réseaux culturels en Méditerranée.

Richard Bouchon est maître de conférences HDR en Histoire ancienne à l’université Lumière Lyon 2.

Philippe Clancier est maître de conférences en Histoire ancienne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Jérémy Clément est maître de conférences en Histoire ancienne à l’université Paris Nanterre.

Michaël Girardin est maître de conférences en Histoire ancienne à l’université du Littoral – Côte d’Opale.

Laetitia Graslin-Thomé est membre junior de l’Institut universitaire de France et maître de conférences en Histoire ancienne à l’université de Lorraine.

Franck Prêteux est maître de conférences en Histoire grecque à l’université Paris Sorbonne.

Gaëlle Tallet est professeur d’Histoire ancienne à l’université de Limoges.

"• L’affaire de la proskynèse

À Bactres en 327, Alexandre célèbre son mariage avec Roxane fille d’Oxyartès. Il étend alors à toute sa cour l’obligation de la proskynèse, une génuflexion perse accompagnée d’un geste de la main et d’une incli[1]nation du buste qui est, dans le cérémonial achéménide, une marque d’obéissance et que les Iraniens de la cour pratiquent déjà depuis 330. Ce n’est pas une reconnaissance de la divinité du roi, lequel n’est d’ailleurs, pour les Perses, que le représentant d’Ahura Mazda sur terre et non son incarnation, mais les Macédoniens l’interprètent comme une marque de servilité orientale en l’assimilant à un geste de piété que les Grecs réservent habituellement aux statues de culte. L’historien Callisthène, qui est pourtant un courtisan empressé, refuse d’accomplir la proskynèse et affirme qu’Alexandre viole la coutume macédonienne. Il se retrouve, peu après, compromis, sans doute faussement, dans la conjuration des pages formée autour d’Hermolaos, lequel a été son élève. Deux pages avouent sous la torture que Callisthène les a incités à comploter contre le roi, et Alexandre est intimement persuadé de sa culpabilité. Mis aux fers en attendant d’être jugé par la Ligue de Corinthe, il meurt de maladie pendant la campagne indienne selon Charès et Aristobule. Dès lors, Aristote et Alexandre s’éloignent et les péripatéticiens du Lycée en tiennent rigueur à Alexandre : ils érigent Callisthène en martyr de la liberté contre le despotisme oriental.

Outre la disgrâce de Callisthène, la deuxième leçon de cette affaire est le désaveu de la politique royale par les pages, une vieille institution macédonienne développée par Philippe. Il s’agit des fils de grandes maisons aristocratiques qui, entre 14 et 18 ans, poursuivent leur formation à la cour auprès du roi. Ils sont investis de plusieurs fonctions honorifiques liées directement à la personne du roi : ils lui amènent son cheval, l’aident à monter, l’accompagnent au combat et à la chasse, surveillent sa porte, gèrent son armurerie. Les pages jouent certes le rôle d’otages, garants de la loyauté de leurs familles, mais ils constituent aussi une pépinière d’officiers, dont la proximité avec le roi permet de les surveiller autant que de les fidéliser et d’assurer leur formation.

À la chasse, les pages ne forment pas qu’une escorte mais participent activement à la battue et s’inscrivent dans une dynamique d’émulation entre le roi et ses proches (Arrien, IV, 13, 1). Ils cherchent aussi à tirer le gibier comme le montre la scène peinte sur la frise d’entrée de la tombe de Philippe II à Vergina. D’ailleurs, tuer un sanglier constitue un rite de passage dans la société macédonienne (Athénée, I, 18a). La prouesse fait entrer les pages dans la classe d’âge des adultes et leur donne accès au banquet couché. La chasse macédonienne traditionnelle cultive donc la compétition (agôn), tandis que la chasse royale perse met en scène la puissance du souverain. Or, il y a, dans l’idéologie du roi chasseur un équilibre, parfois difficile à trouver, entre la nécessité de laisser le roi faire la démonstration de sa supériorité (Plutarque, Vie d’Alexandre, 40, 4) et garantir la sécurité de sa personne si sa vie se retrouve en danger (Quinte-Curce, VIII, 1, 14-18) [BRIANT, 1991b ; 1994]. De la sorte, les chasses d’Alexandre présentent en réduction les éléments du débat entre royauté autocratique et royauté collaborative, et elles portent les germes de la conspiration des pages. En effet, le jeune page Hermolaos tue, au cours d’une chasse, un sanglier qui chargeait le roi. Or, Alexandre cherche, à cette période, à affirmer sa puissance dans le domaine cynégétique au péril de sa vie, comme en témoigne la chasse sogdienne dans laquelle, voulant absolument tuer un lion, il suscite l’inquiétude des Compagnons (Quinte-Curce, VIII, 1, 14-18). De ce fait, le roi tient rigueur à Hermolaos de son zèle et le punit, comme la coutume l’y autorise, en le privant de son cheval et en le faisant battre de verges (Arrien, IV, 13, 2 ; Quinte-Curce, VIII, 6, 5 ; Elien, Histoire variée, XIV, 49 ; Valère Maxime, III, 3). L’injustice de cette disgrâce et de cette humiliation pousse Hermolaos à fomenter son complot avec d’autres pages pour tuer Alexandre. En faisant référence à Philotas, Parmenion et Cleitos, il donne une dimension politique à son projet : se libérer d’un tyran. Manifestement, au cours de ces trois épisodes, le fossé de l’incompréhension se creuse entre Alexandre et les Macédoniens. Alexandre n’a jamais cherché à poser des bases théocratiques de son pouvoir, contrai[1]rement à ce qu’affirme une tradition grecque qui lui est hostile, mais les rumeurs qu’il a laissé courir sur son ascendance divine et les prodiges qu’il a laissé narrer par Callisthène (la mer se serait retirée devant lui en Lycie) lui ont été amèrement reprochés, d’abord par Cleitos, puis lors des séditions de l’Hyphase (326) et d’Opis (324), pendant lesquelles les soldats suggèrent à Alexandre de poursuivre la guerre avec son père Ammon."