L'Amérique latine
search
  • L'Amérique latine

L'Amérique latine

23,70 €

Par Hervé Théry et Marie-Françoise Fleury.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout ce dont l’étudiant a besoin pour le sujet 2022-2023 de Géographie des territoires de l'agrégation de Géographie et de la session 2023 du Capes d'Histoire-Géographie. Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :

   - Repères : les lignes forces du sujet;
   - Thèmes : comprendre les enjeux du programme;

   - Espaces : les échelles structurantes;
   - Outils : cartes, graphiques, images, chronologie et glossaire.

Fiche technique

Référence
460736
ISBN
9782350307367
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
17,8 cm
Nombre de pages :
300
Reliure :
broché

TABLE DES FIGURES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

AMÉRIQUE ET LATINE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

POIDS ET MESURES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

PROXIMITÉS ET DISTANCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

LE CONTENU DU LIVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

Repères. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

Notions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

Espaces. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

Amérique latine et les concours de l’enseignement secondaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

Outils. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

REPÈRES

GRANDS ENSEMBLES RÉGIONAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

“PLEINS” ET “VIDES”. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

POURQUOI CES DISPARITÉS ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

La mise en place du peuplement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

Un modèle structural. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

Des pôles culturels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

LES PÔLES ET AXES MAJEURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

Un continent très urbanisé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

UNE VISION GLOBALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

CONCLUSION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

LES MILIEUX NATURELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

L’ISTHME CENTRAMÉRICAIN. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

Une situation de transition entre le Nord et le Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

Entre la Cordillère centrale et les Océans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

Une opposition entre l’Est et l’Ouest . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

L’AMÉRIQUE LATINE DES ANDES IMPÉRIALES À L’OUEST. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

La position méridienne de la cordillère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

Entre démesure, sismicité et volcanisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

L’AMÉRIQUE LATINE DES BOUCLIERS, DES BASSINS, DES PLAINES ET PLATEAUX À L’EST. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

Des boucliers et des bassins dans le nord de l’Amérique du Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

Le bassin amazonien. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

De la Pampa à la Patagonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

CONCLUSION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

ENVIRONNEMENT, RESSOURCES ET DÉVELOPPEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

LES BASES COLONIALES DU RAPPORT SOCIÉTÉS/NATURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

LES SOCIÉTÉS EN TRANSFORMATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

L’ANTHROPOCÈNE : DÉFINITION ET RISQUES PRINCIPAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

L’INCONNU DES SEUILS DE RUPTURE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

LES SOCIÉTÉS LATINO-AMÉRICAINES À L’ANTHROPOCÈNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

LES POPULATIONS, UN RÉGIME DE TRANSITIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

LA TRANSITION DÉMOGRAPHIQUE ET URBAINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

UN MODÈLE MIGRATOIRE INTERMÉDIAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

EFFETS SOCIAUX ET TERRITORIAUX, MULTIPLES ET PROFONDS, DE LA RÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE . . . . . . 77

RACE, COULEUR DE PEAU ET ETHNIE : LA LENTE RECONNAISSANCE… DE L’URGENCE SOCIALE. . . . . . . . . . . . . . 79

AGRICULTURE ET AGROBUSINESS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

UN MODÈLE À PLUSIEURS ENTRÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

DES AGRICULTURES TRÈS CONTRASTÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

Le monde de l’agrobusiness . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86

Des paysanneries menacées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

Conquêtes et déprises. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88

Les réformes agraires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89

LE BRÉSIL, FERME DU MONDE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

Cultures et cheptels 1990-2019 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

Les deux agricultures brésiliennes : agriculture familiale et non familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

VILLES ET POPULATION URBAINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

VILLES, POPULATION URBAINE : DE QUOI PARLE-T-ON ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

Trois types d’approches statistiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

Harmoniser les données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

Un cadre théorique pour l’analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

LES FACTEURS DE L’UNITÉ LATINO-AMÉRICAINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

Le Sabre et le Goupillon. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

Villes pleines, campagnes vides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105

Le “patron” urbain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

GRANDES AGGLOMÉRATIONS, INTÉRIEUR ET LITTORAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108

Le poids des grandes agglomérations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109

Littoralisation et re-littoralisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111

La réappropriation du territoire par l’intérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

Trois ensembles régionaux relativement équilibrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

LES TRANSPORTS ENTRE CONSTRUCTION, RÉORIENTATION ET DIFFICULTÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

LES CONNEXIONS MARITIMES AU MONDE : L’AMÉRIQUE LATINE COMME ESPACE SECOND . . . . . . . . . . . . . . . . . 123

L’INDISPENSABLE MONDE AÉRIEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

FLEUVES ET NAVIGABILITÉ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

LES TRAVERSÉES BI-OCÉANIQUES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

Le désenclavement de l’Amazonie par la route . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133

LES CHEMINS DE FER EN PANNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135

INSUFFISANCES ET ORIGINALITÉ DES TRANSPORTS PUBLICS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136

LES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES : LE POIDS DES HÉRITAGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139

DES RESSOURCES ABONDANTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140

Les régions du pétrole et du gaz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140

Un potentiel hydro électrique considérable mais difficile à valoriser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142

LES TERRITOIRES DE L’ÉNERGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

La question de l’intégration nationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

Les espaces de la consommation et l’accès à l’énergie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145

LES ENJEUX GÉOPOLITIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146

Nationalismes et impérialismes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146

Promesses et impasses de l’intégration régionale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147

GÉOPOLITIQUES SOUS INFLUENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

CINQ SIÈCLES DE DÉPENDANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

L’“arrière-cour” des États-Unis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150

La “civilisation” des géopolitiques en uniforme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

Une mondialisation subie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

De nouveaux voisinages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153

À GAUCHE TOUTE, À DROITE TOUTE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154

DÉRIVES DU CONTINENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156

Intégrations décevantes et flux réels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156

Où se situe l’Amérique latine ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158

RÉSURGENCE DES TERRITOIRES AUTOCHTONES :

DE L’INVISIBILISATION À LA RÉAFFIRMATION CARTOGRAPHIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

LA COLONISATION ET SON LEGS SUR LES TERRITOIRES AUTOCHTONES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

Les spoliations historiques des territoires autochtones. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

Les cartes au service du colonialisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162

CHANGEMENT DE DONNE À LA FIN DU XXe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

Des changements politiques et légaux majeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

Remise en cause du monopole de la cartographie d’État. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167

DE LA CARTE À LA RÉAPPROPRIATION TERRITORIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168

Succès et limites des contre-cartographies autochtones. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168

LES PROMESSES D’UNE STRATÉGIE DE TRANSPARENCE GLOBALE D’INFORMATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171

THÈMES

INJUSTICES SOCIALES ET INJUSTICES SPATIALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175

L’AMÉRIQUE LATINE, UNE CONSTRUCTION TERRITORIALE FAITE POUR SERVIR L’INJUSTICE SOCIALE . . . . . . . 175

VILLES ET CAMPAGNES : INTÉGRATION ET/OU EXCLUSION SOCIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177

La pauvreté est plus grave dans les campagnes que dans les villes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177

Dans les villes : une injustice spatiale très visible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

Dans les campagnes : la modernisation de l’injustice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

Partout, intégrer ou exclure, toujours pour dominer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181

LA PLACE DES TERRITOIRES DANS LA QUESTION INDIENNE ET DANS LA QUESTION NOIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . 181

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183

TERRORISME ET DIVERSITÉ DES VIOLENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185

LA GUÉRILLA ET SES TRANSFORMATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187

LES MUTATIONS DU CRIME ORGANISÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

LA CENTRALITÉ CROISSANTE DU TERRORISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191

LES FRONTS PIONNIERS AMAZONIENS AU BRÉSIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195

LE FRONT PIONNIER AMAZONIEN OU UNE VOLONTÉ DE L’ÉTAT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195

Éviter une réforme agraire et assurer la souveraineté nationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195

Intégrer un espace en devenir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196

Coloniser inexorablement vers l’ouest. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197

DIFFÉRENTES VISIONS DU FRONT PIONNIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200

La vision rose . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200

La vision noire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200

La vision réelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201

LES CRITÈRES DES FRONTS PIONNIERS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202

Les critères démographiques et sociaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202

Les critères économiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202

Les critères d’aménagement ou les marqueurs territoriaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203

L’AMAZONIE, FABRIQUE DES PLANTES GLOBALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205

UN MODÈLE POUR COMPRENDRE LA GLOBALISATION À PARTIR DES VÉGÉTAUX DE L’AMAZONIE. . . . . . . . . . 205

LA DIFFUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207

LA COLONISATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207

LA MASSIFICATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208

LA MARCHANDISATION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209

TRAJECTOIRES DE MONDIALISATION ET GLOBALISATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210

RELATIONS AVEC LES ÉTATS-UNIS ET LA CHINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215

LE SOLEIL SE LÈVE À L’EST, ET LA CHINE APPARAÎT EN PLEIN JOUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217

VERS UNE NOUVELLE DISPUTE HÉGÉMONIQUE EN AMÉRIQUE LATINE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218

 

ZOOMS

LA PATAGONIE, UN TERRITOIRE LOINTAIN ET CAPTIVANT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223

DES ESPACES À DÉCOUVRIR. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224

DES ÉTATS DANS UNE PÉRIPHÉRIE À CONTRÔLER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225

EXPLOITATION, PROTECTION ET DURABILITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229

CONCLUSION : DIVERSITÉ D’UN GRAND ENSEMBLE UNIQUE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230

GUYANES : LES DIFFICULTÉS D’INTÉGRATION D’UNE INTERFACE CARIBÉO-AMAZONIENNE . . . . . . . . . . . . . . . 231

UN ESPACE FRAGMENTÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

Une extension caraïbe en Amérique du Sud ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

Une mise en valeur essentiellement littorale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234

UN ESPACE ENTRE TENSIONS ET INTÉGRATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235

Tentatives d’intégration régionale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235

Des inégalités ethniques et sociospatiales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237

Des revendications frontalières récurrentes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238

LES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET LEUR GESTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239

DÉVELOPPEMENT, LITTORALISATION, URBANISATION À L’ORIGINE DU RISQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241

LES APPORTS DE L’AMÉRIQUE LATINE DANS L’ÉTUDE DES RISQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242

LA CONSTRUCTION DU RISQUE À LIMA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243

QUITO : RISQUES ET TERRITORIALISATION DES MARGES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245

UN TOURISME DIVERSIFIÉ, EN MARGE DES FLUX INTERNATIONAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247

L’AMÉRIQUE LATINE EN MARGE DES FLUX TOURISTIQUES INTERNATIONAUX ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247

TOURISME URBAIN ET TOURISME RELIGIEUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248

Les villes, hauts lieux du tourisme culturel et patrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248

Le patrimoine religieux, un atout touristique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250

ZOOM SUR QUATRE DESTINATIONS TOURISTIQUES LATINO-AMÉRICAINES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252

Le Mexique, première destination touristique d’Amérique latine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252

La Colombie, une destination touristique émergente. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252

Le Chili, première destination du tourisme d’aventure au monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253

Le Brésil, “champion de l’événementiel”. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254

• Le Brésil, le pays des événements festifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254

• Les chutes d’Iguaçu, une destination transfrontalière. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254

• Le Brésil, le pays des événements sportifs planétaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255

L’AMÉRIQUE LATINE, UN MARCHÉ TOURISTIQUE PROMETTEUR ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255

VIVRE ET TRAVAILLER EN AMÉRIQUE LATINE :

DE LA PROMOTION DU TOURISME RESPONSABLE À LA RECHERCHE-ACTION PARTICIPATIVE . . . . . . . . . . . . . . . . 257

Guide accompagnateur : entre éducation populaire et rencontres hors des sentiers battus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259

Agent de développement : des villages garifunas Honduras au Mayab

en passant par les Pueblos Mancomunados de la sierra Juarez de Oaxaca. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259

Enseignant-chercheur et responsabilité sociale universitaire dans le Yucatán . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262

L’arrière-pays maya, une nouvelle région touristique dans le Yucatán . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 264

OUTILS

L’AMÉRIQUE LATINE DANS LES PROGRAMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267

COMPOSITION DE CAPES EXTERNE-CAFEP D’HISTOIRE-GÉOGRAPHIE: LES FRONTIÈRES DE L’AMÉRIQUE

LATINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275

ÉPREUVE ÉCRITE DISCIPLINAIRE APPLIQUÉE EN GÉOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285

STATISTIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 308

CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319

WEBOGRAPHIE . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329

SIGLES ET ACRONYMES . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335

Paulo Roberto de Almeida, docteur en Sciences sociales (Université Libre de Bruxelles, 1 984), est diplomate et professeur à l’Ibmec de Brasília. Il a dirigé l’Institut de recherches en relations internationales (2016-2019) du ministère brésilien des Affaires étrangères. Il a publié Le Mercosud : un marché commun pour l’Amérique du Sud, Paris, L’Harmattan (2000) et Révolutions bourgeoises et modernisation capitaliste : Démocratie et autoritarisme au Brésil, aux  Éditions Universitaires Européennes (2015). Il  est l’auteur du chapitre “Relations avec les États-Unis et la Chine”.

Bastien Beaufort est docteur en Géographie de l’Université Sorbonne Nouvelle (Centre de recherche et de documentation des Amériques-Creda). Il est actuellement directeur adjoint de l’entreprise de commerce équitable de produits écologiques Guayapi. Il est l’auteur du chapitre “L’Amazonie, fabrique des plantes globales”.

Bernard Bret est agrégé de Géographie et docteur d’État. Il  a  enseigné notamment à l’Université Paris 12 Val-de-Marne et à l’IEP (Sciences Po Paris) puis à l’Université Jean Moulin, Lyon 3. Spécialiste du Brésil et des inégalités, il poursuit ses travaux sur la justice spatiale et s’inspire de la théorie morale du philosophe John Rawls pour analyser les territoires dans une démarche géo-éthique. Il est l’auteur du chapitre “Injustices sociales et injustices spatiales”.

Silvina Cecilia Carrizo est architecte, chercheuse au Centre national de recherches scientifiques et techniques (CONICET) argentin et au  Centre de recherches urbaines et territoriales (CIUyT) de l’université nationale de La Plata. Elle a également dirigé le Centre d’études Territoire, Énergie et Environnement de l’université nationale de Buenos Aires. Elle est l’auteure, avec Sébastien Velut, du chapitre “La Patagonie, un territoire lointain et captivant”.

Cathy Chatel est ingénieure de recherche et docteur de l’université de Paris au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA). Depuis 2014, elle est associée à l’université d’État de São Paulo où elle a développé la base de données urbaine BRASIPOLIS et est membre du programme de recherche Fragmentation Urbaine. Elle a également participé à la conférence mondiale des Nations-Unies Habitat III de Quito (2016). Elle est l’auteur, avec François Moriconi, du chapitre “Villes et population urbaine”.

Daniel Dory est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’université de La Rochelle. Ses travaux portent sur l’analyse géopolitique des terrorismes. Il est l’auteur du chapitre “Terrorisme et diversité des violences”.

Fabrice Dubertret est docteur en Géographie à l’université Sorbonne Nouvelle (Centre de recherche et de documentation sur les Amériques-Creda). Ses  recherches portent sur les nouveaux usages de la cartographie par les peuples autochtones afin de sécuriser leurs territoires. Il est un des cofondateurs de l’Observatoire mondial des droits fonciers collectifs LandMark. Il  est l’auteur du chapitre “De  l’invisibilisation à la réaffirmation cartographique: résurgence des territoires autochtones”.

Marie-Françoise Fleury est maître de conférences en géographie à l’UFR Sciences Humaines et Sociales, site de Metz, université de Lorraine. Elle  est co-responsable du Master MEEF et chercheur au LOTERR (EA  7304). Elle mène des recherches portant principalement sur le Brésil et plus particulièrement sur l’Amazonie brésilienne et les fronts pionniers. Elle a co-dirigé un numéro d’Espace Populations et Sociétés sur le Brésil et rédigé des chapitres dans divers ouvrages de géographie ainsi que des articles dans diverses revues de géographie. Elle est actuellement vice-présidente du jury du Capes externe-Cafep d’histoire-géographie en mise en situation professionnelle (MSP). Elle est l’auteur des chapitres “Les milieux naturels”, “Les fronts pionniers amazoniens au Brésil”, “L’Amérique latine dans les programmes scolaires”, “Les  frontières de l’Amérique latine” avec  Hervé Théry, “Amérique ET latine” avec Christophe Marchand et Fabien Vergez, “Épreuve écrite disciplinaire appliquée en géographie” ainsi que des “outils” “Glossaire” et “Acronymes”. Elle a, avec Hervé Théry, dirigé le présent volume.

Stéphane Granger est docteur en Géographie, professeur en section internationale brésilienne du lycée Melkior Garré de Cayenne et chargé de cours à l’université de Guyane. Ses travaux et publications portent essentiellement sur la géopolitique de la Guyane et son intégration au sein du monde caribéo-sud-américain. Il est l’auteur du chapitre “Guyanes : les difficultés d’intégration d’une interface caribéo-amazonienne”.

Samuel Jouault est docteur en Géographie, enseignant-chercheur à la faculté de sciences anthropologiques de l’université autonome du Yucatán (UADY) et chercheur associé au Centre d´Études Mexicains et Centraméricains (CEMCA-UMIFRE nº16). Il a publié Mayas d’hier et d’aujourd’hui, le rôle des sociétés locales dans le développement touristique en 2018 aux éditions des Presses Universitaires de Rennes. Il est l’auteur du chapitre “Vivre et travailler en Amérique latine: de la promotion du tourisme responsable à la recherche-action-participative”.

Christophe Marchand, agrégé et inspecteur d’académie, est inspecteur pédagogique régional d’Histoire-Géographie de l’académie de Strasbourg. Il a été responsable du master MEEF à l’INSPE de l’Université de Strasbourg et a collaboré à la rédaction d’une demi-douzaine de manuels scolaires. Il a collaboré avec Fabien Vergez et Marie-Françoise Fleury au chapitre “Épreuve écrite disciplinaire appliquée en géographie”.

François Moriconi, agrégé de Géographie, directeur de recherche au CNRS, a été professeur invité à l’Université d’État de São Paulo (UNESP) de 2014 à 2018. Il est l’auteur de la base de données mondiale Geopolis ainsi que de plusieurs ouvrages universitaires sur l’urbanisation du monde. Expert auprès de l’OCDE, il est également président de Geopolis Institute. Il est l’auteur, avec Cathy Chatel, du chapitre “Villes et population urbaine”.

Alexis Sierra, agrégé et docteur en Géographie, est maître de conférences HDR à CY Cergy Paris Université NSPE, chercheur en délégation à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Il a dirigé le master MEEF 2 HG de Cergy et a été trésorier de l’Institut des Amériques (IDA). Il a réalisé une habilitation à diriger des recherches intitulées “Les territoires de l’incertitude à Lima” et publié plusieurs articles et chapitres d’ouvrage sur les dimensions politiques et territoriales des risques et des crises urbaines en Amérique latine. Il est l’auteur du chapitre “Les risques environnementaux et leur gestion”.

Sylvain Souchaud, docteur en Géographie, est chargé de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), rattaché à l’UMR “Migrations et société” (IRD / CNRS / Université de Paris / UCA). Il a publié Pionniers brésiliens au Paraguay en 2002 aux éditions Karthala, Le Brésil aux éditions Atlande en 2018 et Géographie de l’atelier. Migrations, confection, urbanisation à São Paulo en 2019 aux éditions de l’IHEAL et de l’IRD. Il est l’auteur des chapitres “Environnement, ressources et développement”, “Les populations, un régime de transitions” ainsi que des “Outils” et “Statistiques”.

Hervé Théry, agrégé et docteur en Géographie, est  directeur de recherche émérite au CNRS et professeur à l’Université de São Paulo (USP-PPGH). Il  est coéditeur de la Revue franco-brésilienne de géographie Confins et auteur du carnet de recherche Braises. Il est l’auteur des chapitres “Grands ensembles régionaux”, “Agriculture et agrobusiness”, “Géopolitiques sous influence” avec Marie-Françoise Fleury, du chapitre “Amérique ET latine” ainsi que des “Outils”, de la “Bibliographie”, de la “Webographie” et de la “Chronologie”. Il a, avec Marie-Françoise Fleury, dirigé le présent volume.

Sébastien Velut, agrégé et docteur en Géographie, est professeur à l’université Sorbonne Nouvelle et travaille pour l’Institut des hautes études de l’Amérique latine, dont il a été le directeur de 2011 à 2014. Son habilitation à diriger des recherches, en 2007, portait sur les liens entre mondialisation et développement. Ses recherches portent sur la géographie politique du développement et de l’environnement. Il travaille actuellement sur les liens entre énergie et territoires. Il est l’auteur du chapitre “Systèmes énergétiques : le poids des héritages” et, avec Silvina Cecilia Carizzo, du chapitre “La Patagonie, un territoire lointain et captivant”.

Fabien Vergez est agrégé et inspecteur d’académie. Il exerce comme inspecteur pédagogique régional d’histoire-géographie dans l’académie de Toulouse. Il a été membre de nombreux jurys de concours (Capes, agrégation…) et participe au pilotage du site Geoimage, auquel il contribue régulièrement. Il a collaboré avec Christophe Marchand et Marie-Françoise Fleury au chapitre “Épreuve écrite disciplinaire appliquée en géographie”.

Raymond Woessner, agrégé et docteur de Géographie, est professeur honoraire de géographie. Il a dirigé le master Transports, Logistique, Environnement et Territoires de Sorbonne université de 2011 à 2017. Il a publié La crise du transport aérien, vers  une nouvelle planète ? en 2020. Il  est directeur de la publication pour la géographie aux éditions Atlande. Il est l’auteur du chapitre “Les transports entre construction, réorientation et difficultés”.

Nassima Kacimi Zeggaï est docteure en Géographie de l’université Paris Sorbonne et qualifiée maître de conférences en section 23. Elle est attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) en hospitalité et tourisme au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) et chercheure associée au Centre d’études sur la mondialisation, les conflits, les territoires et le Vulnérabilités (CEMOTEV). Elle a co-écrit avec Raymond Woessner Les littoraux dans le monde, publié aux éditions Atlande en 2019. Elle est l’auteure du chapitre “Un tourisme diversifié, en marge des flux internationaux”.

"Un continent très urbanisé

L’Amérique latine est l’une des régions les plus urbanisées au monde avec  un taux d’urbanisation de 75  %. Selon les estimations des Nations Unies d’ici à 2030, il  atteindra 84  %, et  90  % d’ici à 2050. La région compte quelques-unes des plus grandes méga[1]lopoles mondiales. Six  d’entre elles comptent plus de dix millions d’habitants (Mexico, São Paulo, Buenos Aires, Rio de Janeiro, Lima et Bogotá). Outre leur poids absolu, ces  mégalopoles ont un poids considérable (démographique, économique, culturel, etc.) par rapport aux autres villes du même  pays. Elles  sont de bons exemples de deux processus que l’on observe aussi ailleurs, mais  nulle part avec la même intensité : la métropolisation et la macrocéphalie*.

De fait, dans la plupart des pays d’Amérique latine, le  poids de la capitale est écrasant par rapport à celui des villes secondaires (figure  6). Tout  au plus est-il atténué quand le pays comporte non pas une seule mégalopole, comme  en Argentine, au  Pérou ou au Mexique, mais  deux comme en Équateur, au  Brésil, ou même trois, comme en Colombie.

Les pôles nationaux sont de mieux en mieux reliés à leurs hinterlands respectifs, permettant enfin l’intégration nationale des plus grands pays. Plus récemment des connexions internationales* sont apparues : pour la première fois depuis leur indépendance, les pays du continent ont cessé de se tourner le dos en regardant chacun vers leurs façades maritimes et se sont découverts voisins.

Il a dès lors été possible d’envisager des liaisons transcontinentales, comme cela a par exemple été proposé par l’IIRSA (Initiative d’intégration de l’infrastructure de la région sud-américaine), lancée pour organiser les connexions “bi-océaniques”, de la façade atlantique à la façade pacifique. Soutenu par la BID (Banque interaméricaine de développement) et  la  Corporación andina de fomento (CAF) au  sommet de Brasília d’août 2000, il avait pour objectif d’intégrer les axes de transport – existants et en projet (routes, aéroports, voies  navigables, chemin de fer, liaison à fibre optique, etc.) – en Amérique du Sud pour promouvoir le commerce, les échanges et les exportations.

Associant la Colombie, l’Équateur, le  Pérou, la  Bolivie, le  Brésil, l’Argentine, soit  presque tous les pays du continent, le  plan comprenait en 2011 335 projets d’infrastructure de transport, d’énergie et de télécommunications pour un montant total de 37,47  milliards de dollars US. Ces projets ont été permis par les prêts de la CAF, de la BID et du Fonds financier pour le développement du bassin du Plata (FONPLATA).

Tous n’ont pas été réalisés, tant s’en faut [FRANCO, 2016 et SOUZA, 2013], mais quelques-uns ont pu avancer rapidement, notamment là où la nécessité était la plus impérieuse et où les conditions de leur réalisation étaient remplies. D’autres sont restés à l’état de souhaits, mais  ont du moins manifesté le souci de corriger, de  façon parfois volontariste, les  déséquilibres de l’organisation régionale du continent.

Nul ne sait encore comment celle-ci va évoluer dans le futur, mais on peut tenter d’en faire le bilan à l’heure actuelle, d’en  donner une vision globale en proposant une synthèse de l’état actuel des choses et une esquisse de prospective fondée sur la dynamique des structures majeures."