search

Shakespeare, Hamlet

18,86 €

par Muriel Cunin

Quantité

  Livraison en lettre suivie

3€ en France métropolitaine et à l'international, 8€ dans les DOM-TOM

Traitant d’un des sujets 2023 et 2024 des agrégations externe et interne d’Anglais, cet ouvrage propose tout ce dont le candidat a besoin pour passer les épreuves.
Comme tous les Clefs-concours de littérature anglophone, l’ouvrage est structuré en quatre parties :
  • -  Repères : le contexte historique et littéraire;
  • -  Thématiques : comprendre les enjeux du programme;
  • -  Perspectives : ouvertures pour des pistes de réflexion;
  • -  Outils : pour retrouver rapidement une définition, une idée ou une référence.

Fiche technique

Référence
460855
ISBN
9782350308555
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
240
Reliure :
broché

REPÈRES
“MY SHAKESPEARE, RISE!” (BEN JONSON)
IL ÉTAIT UNE FOIS UN FILS DE GANTIER… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15
“THOU HAST THY WILL” (SONNET 135) :
CHACUN CHERCHE SON SHAKESPEARE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
HAMLET EN SON TEMPS
LA DATE ET LES DIFFÉRENTES VERSIONS DU TEXTE . . . . . . . . . . . . . . . .21
“WHAT PLAYERS ARE THEY?” (2.2.303) :
LA REPRÉSENTATION THÉÂTRALE À L’ÉPOQUE ÉLISABÉTHAINE . . . . . . . .22
HAMLET DANS L’OEUVRE DE SHAKESPEARE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26
“WHAT DO YOU CALL THE PLAY?” (3.2.215) :
QUELQUES ÉLÉMENTS DE PRÉSENTATION
LA TRAGÉDIE DE VENGEANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29
LA PLACE DES MONOLOGUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30
VERS ET PROSE : LE MÉLANGE DES GENRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32
SOURCES ET ÉLÉMENTS DE CONTEXTE
D’AMLETH À HAMLET . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
D’HAMNET À HAMLET . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37
LA MÉLANCOLIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39
LA CRISE DE LA SUCCESSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40
ANALYSES
“THINGS RANK AND GROSS” (1.2.136) : UN MONDE EN PERDITION
LA SCÈNE D’OUVERTURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45
“FAMILLES, JE VOUS HAIS !” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49
L’isolement de Hamlet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49
Décomposition d’une famille recomposée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52
“SOMETHING IS ROTTEN IN THE STATE OF DENMARK” (1.4.90) :
LE DÉGOÛT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54
Pourriture et contamination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54
La tentation du suicide :
du premier monologue à “to be, or not to be” . . . . . . . . . . . . . . . . .58
“FRAILTY, THY NAME IS WOMAN” (1.2.146) : LE DÉGOÛT, ENCORE . . . .61
Gertrude ou le désir au féminin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61
Ophélie, vierge ou putain ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64
“Strumpet Fortune” (2.2.451) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67
“REMEMBER ME” (1.5.91) : MÉMOIRE, TRANSMISSION, HÉRITAGE
“THE TIME IS OUT OF JOINT” (1.5.189) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69
Les cérémonies malmenées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69
Le fantôme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .73
La Chute . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77
“BEGGAR THAT I AM” (2.2.259) : LA PERTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79
La mort : du fantôme au crâne de Yorick . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79
“The king is a thing […] of nothing” (4.2.26-28) . . . . . . . . . . . . . .83
“MUST I REMEMBER?” (1.2.143) :
LE CONFLIT ENTRE PASSÉ ET PRÉSENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86
La mémoire paralysante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86
La vengeance comme rite réparateur ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89
ET APRÈS ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .96
La Providence et le pardon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .96
Le récit et les rites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97
“MAD NORTH-NORTH-WEST” (2.2.347) : LA FOLIE
“MAD IN CRAFT” (3.4.189) : LA FOLIE FEINTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99
La folie comme déguisement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99
Le prince-bouffon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101
Le grotesque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .105
“INDEED DISTRACT” (4.5.2) : LA FOLIE RÉELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . .107
“The poison of deep grief” (4.5.74) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107
“Pray you mark” (4.5.28) : écouter Ophélie . . . . . . . . . . . . . . . . . .108
“DIVIDED FROM HERSELF” (4.5.84) : FOLIE ET (NON-)ÊTRE . . . . . . . . .113
Passion et patience . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113
L’insurrection intérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .116
“Nothing sure” (4.5.13) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119
Hamlet.qxp_maq cc 17/10/2022 17:30 Page7
“I KNOW NOT SEEMS” (1.2.76) : ILLUSION ET FAUX-SEMBLANTS
“TOO FREE-FOOTED” (3.3.26) : SURVEILLANCE ET SECRET . . . . . . . . . .123
Huis-clos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123
Surveiller les autres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125
Se surveiller et manipuler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127
“THE PLAY’S THE THING” (2.2.557) : LE THÉÂTRE ET LE JEU . . . . . . . .130
Elseneur, un monde d’artifices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130
La souricière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134
“EXTRAVAGANT AND ERRING” (1.1.154) : L’INSTABLE . . . . . . . . . . . . .142
“Of the chameleon’s dish” (3.2.83) : qui est Hamlet ? . . . . . . . . . .142
“Windlasses and […] assays of bias” (2.1.63) . . . . . . . . . . . . . . . .145
LA POSTÉRITÉ DE HAMLET
SUR SCÈNE
L’ÉVOLUTION DU DÉCOR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .151
L’ÉVOLUTION DES PERSONNAGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153
VERS UNE LECTURE POLITIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .157
À L’ÉCRAN
CLÉMENT MAURICE ET SARAH BERNHARDT (1900) . . . . . . . . . . . . . .159
LAURENCE OLIVIER (1948) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159
FRANCO ZEFFIRELLI (1990) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162
KENNETH BRANAGH (1996) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .163
THE ANIMATED TALES (1992) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .166
HOMMAGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167
Ophélia, de Claude Chabrol (1962) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167
Hamlet Goes Business, d’Aki Kaurismäki (1987) . . . . . . . . . . . . .169
In the Bleak Midwinter, de Kenneth Branagh (1995) . . . . . . . . . .171
DANSE, OPÉRA, ARTS VISUELS
DANSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .173
Sir Robert Helpmann, Hamlet (1942) (musique : Tchaïkovski) . . .173
Stephen Mills, Hamlet (2000) (musique : Philip Glass) . . . . . . . .174
John Neumeier, Hamlet 21 (2021) (musique : Michael Tippett) . .175
OPÉRA : AMBROISE THOMAS (1868) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .176
PEINTURE : LE MYTHE D’OPHÉLIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .176
BD : MARCIAWILLIAMS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177

RÉÉCRITURES
JULES LAFORGUE (1887) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181
TOM STOPPARD (1967) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .182
JOHN UPDIKE (2000) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .184
HOWARD BARKER (2006) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .186
HEINER MÜLLER (1977), BERNARD-MARIE KOLTÈS (2006),
MATHIEU BÉNÉZET (2011) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187
OUTILS
VIE ET OEUVRE DE SHAKESPEARE :
CHRONOLOGIE RÉCAPITULATIVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .191
QUELQUES MISES EN SCÈNE DE HAMLET . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .195
VERSIFICATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .199
BIBLIOGRAPHIE
SOURCES PRIMAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .205
SOURCES SECONDAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .206
Sur Hamlet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .206
Sur Shakespeare et sur l’arrière-plan littéraire et culturel . . . . . . .208
Sur les questions de mise en scène et d’adaptation . . . . . . . . . . . .210
Postérité, réécritures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .212
Podcasts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .213
Ouvrages de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .213
FILMOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .214
Adaptations directes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .214
Films dérivés, hommages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .215
GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .217

Muriel Cunin est maître de conférences à l’Université de Limoges, où elle enseigne la littérature anglaise des XVIe et XVIIe siècles. Elle est l'auteur de La Misanthropie au théâtre (Atlande, 2007, avec C. Cusset, A. Duprat, A. Giboux et A.G. Weber), Shakespeare et l’architecture. Nouvelles inventions pour bien bâtir et pour bien jouer (Honoré Champion, 2008), et William Shakespeare, As You Like It (Atlande, 2016). Elle a également dirigé, avec Martine Yvernault, Monde(s) en mouvement : mutations et innovations en Europe à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance (PULIM, 2012).

Pendant ses années à Stratford, il a de multiples occasions de voir jouer des comédiens itinérants. En effet, la ville est un carrefour : Worcester, Warwick et Oxford sont proches et Londres n’est qu’à deux journées de cheval. De nombreuses troupes de théâtre célèbres y passent donc, comme celle du comte de Leicester (1573 et 1576), celle de Lord Strange (1579), celle du comte d’Essex (1584), ou celle des comédiens de la Reine (1587). En outre, Élisabeth Ie est accueillie en juillet 1575 au château voisin de Kenilworth, et de nombreux divertissements et spectacles de plein air sont offerts aux habitants des alentours, “autant d’occasions pour Shakespeare d’assimiler les éléments qui président à la magie du spectacle” [LAROQUE, 1991, 24].