Les Complaintes de Jules Laforgue
search
  • Les Complaintes de Jules Laforgue

Les Complaintes de Jules Laforgue

18,01 €


Ont contribué Henri Scepi et Jean-Phillipe Saint-Gérand

Quantité

  Livraison en lettre suivie

3€ en France métropolitaine et à l'international, 8€ dans les DOM-TOM

Clefs-concours
S'adressant à tous les candidats aux concours, en particulier Agrégation et CAPES, Clefs-concours offre une synhtèse par sujet. Conçu comme un repère par rapport aux monographies et aux cours et comme un outil de révision, chaque ouvrage est articulé autour de fiches thématiques permettant de faire le point sur les acquis de la recherche.
Synthèse des travaux les plus récents, Clefs-concours permet de s'orienter dans la bibliographie et de mettre en perspective l'évolution des savoirs.
 
Clefs concours Lettres
Tous les titres sont organisés autour d’une structure commune :
- des repères : un rappel du contexte historique et littéraire.
- les grandes “problématiques”, indispensables à la compréhension des enjeux de l'œuvre.
- le “travail du texte” consacré aux questions de langue, de stylistique et de grammaire.
- des outils méthodologiques, notamment bibliographiques.
- un système de circulation entre les fiches et les références bibliographiques.

Fiche technique

Référence
453221
ISBN
9782912232212
Hauteur :
17,8
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
192

INTRODUCTION

REPÈRES

Chronologie
LIttérature et décadence
Modèle et contexte
Genèse et réception des complaintes

PROBLÉMATIQUES

Le genre de la complainte
Typologie
Pour une éthique du refus
Un nouvel ordre poétique

LE TRAVAIL DU TEXTE

L'explication du texte
L'étude littéraire et la leçon
Eléments de mise de mise en perspective grammaticale et stylistique

ANNEXES

BIBLIOGRAPHIE

Scepi (Henri), maître de conférences à l’université de Poitiers.

Saint-Gérand (Jean-Philippe), professeur à l’université de Clermont-Ferrand.

“Je rêve de la poésie qui ne dise rien, écrit Laforgue en juillet 1882, mais soit des bouts de rêverie sans suite. Quand on veut dire, exposer, démontrer quelque chose, il y a la prose” [O.C., 1, p. 792]. C’est donc contre la prosification du poétique – à laquelle le Parnasse et le naturalisme ont réduit tout le champ de la littérature – que Laforgue retourne les vertus de l’originalité ; il suggère par là même les implications fécondes d’un discours refondé qui entend faire valoir coûte que coûte ses formes et ses figures, en un mot l’intégrité de sa spécificité langagière.