Bonnefoy
search
  • Bonnefoy

Bonnefoy

18,01 €

Du mouvement et de l'immobilité de Douve

Un ouvrage de Patrick Née, Marie-Annick Gervais-Zaninger et Marc Durain

Quantité

  Livraison en lettre suivie

3€ en France métropolitaine et à l'international, 8€ dans les DOM-TOM

Clefs Concours
S'adressant à tous les candidats aux concours, en particulier Agrégation et CAPES, Clefs Concours offre une synthèse par sujet. Conçu comme un repère par rapport aux monographies et aux cours et comme un outil de révision, chaque ouvrage est articulé autour de fiches thématiques permettant de faire le point sur les acquis de la recherche.
Synthèse des travaux les plus récents, Clefs Concours permet de s'orienter dans la bibliographie et de mettre en perspective l'évolution des savoirs.

Clefs concours Lettres.
Tous les titres sont organisés autour d'une struture commune:-des repères : un rapppel du contexte historique et littéraire.
-des grandes "problématiques", indispensables à la compréhension des enjeux de l'oeuvre.
-le "travail du texte" consacré aux questions de langue, de stylistique et de grammaire
-des outils méthodologiques, notamment bibliographiques.
-un système de circulation entre les fiches et les références bibliographiques.

Fiche technique

Référence
460341
ISBN
9782350303413
Hauteur :
17,8
Largeur :
12
Nombre de pages :
448

INTRODUCTION

REPÈRES

Publication et réception de Du mouvement et de l'immobilité de Douve
Publications précédant ou accompagnant Douve
Historique de la conception
Affinités et influences

PROBLÉMATIQUES

Formes poétiques
Rhétorique profonde
Mythe , sacré et sacrifice
Présence du monde sensible

LE TRAVAIL DU TEXTE

Lexicologie
Morphosyntaxe
Stylistique

BIBLIOGRAPHIE

GLOSSAIRES

INDEX DES POÈMES

Patrick Née est professeur à l'université de Poitiers.

Marie-Annick Gervais-Zaninger est maître de conférences honoraires à l'université de Lorraine.

Marc Durain est professeur agrégé de Lettres modernes dans la région de Lille.

"Du mouvement et de l’immobilité de Douve compte parmi les recueils les plus éclatants de beauté et d’obscurité à la fois de la poésie française ; on devrait d’ailleurs parler à son sujet de poëme, au ingulier et selon l’orthographe traditionnelle, tant l’unité d’écriture en est frappante d’un texte à l’autre. Le lecteur qui s’y plonge pour la première fois peut à la fois ne rien y comprendre et se sentir mystérieusement pris par la force des images et la magie des rythmes : réaction qui ne doit ni le surprendre ni l’inquiéter – c’est le contraire qui ne serait pas normal !"