Silves grecques 2022-2023 (à paraître)
search
  • Silves grecques 2022-2023 (à paraître)

Silves grecques 2022-2023

18,01 €

Pindare, Olympiques, I, II, III, VI, VII, IX, X, XI, XIII, XIV

Platon, La République, II-III

Par Michel Briand et Vivien Longhi.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Traitant des nouveaux éléments du programme de grec des agrégations externe et interne de Lettres classiques, l’ouvrage propose tous les éléments nécessaires à la réussite du candidat. Comme tous les clefs-concours Lettres classiques, l’ouvrage est composé de deux parties consacrées à chacune des deux nouvelles œuvres au programme, elles-mêmes subdivisées en Repères, Problématiques et Boîte à outils.

Fiche technique

Référence
460750
ISBN
9782350307503
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
238
Reliure :
broché

Pindare,

Olympiques, I, II, III, VI, VII,

IX, X, XI, XIII, XIV

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

PINDARE AU XXIe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

LES OLYMPIQUES : UNE POÉSIE RITUELLE ET ARTISTIQUE . . . . . . . . . . . . 16

 

REPÈRES

 

LES JEUX OLYMPIQUES : DES PRATIQUES À L’IDÉOLOGIE . . . . . . . . . . . . 21

Rites panhelléniques et épichoriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

Le site olympique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

Fondation, organisation, épreuves, couronnement, aggelia . . . . . . 24

L’yρετά et la χάρις . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

LE GENRE DE L’ÉPINICIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

Le Je poétique, “lyrique”, mélique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

Poétique et rhétorique de l’éloge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

Les composantes mythologique, gnomique, métapoétique . . . . . . . 32

Étude de cas: la neuvième Olympique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

LES OLYMPIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

Un effet recueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

Les poèmes: présentation synthétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

RÉCEPTIONS ANTIQUES ET MODERNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

De la Grèce classique à Alexandrie et Rome . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

De la première Modernité à nos jours:

poésie, philosophie, philologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

PROBLÉMATIQUES

PINDARE “POÈTE ET PROPHÈTE” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

Les Vies et le Canon lyrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

Jeux de polyphonie : l’artisan et le penseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

Étude de cas: la deuxième Olympique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

ESTHÉTIQUE ET SENSORIALITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

Les sensations visuelles, sonores, kinesthésiques et la synesthésie :

}νάργεια et ποικιλία . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

L’épinicie comme ekphrasis: arts de la parole et du spectacle / arts

plastiques et visuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

Étude de cas: la sixième Olympique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

 

BOÎTE À OUTILS

 

ASPECTS LINGUISTIQUES ET STYLISTIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

Traits dialectaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

Créativité lexicale, syntaxique, sémantique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

Énonciation et pragmatique : le cas de la dixième Olympique . . . . 77

Traduire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81

ASPECTS MÉTRIQUES ET RYTHMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

Métrique “éolienne” et dactylo-épitrite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

Côla et vers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

Enjambements et triades . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

Deux cas: la première et la troisième Olympiques . . . . . . . . . . . . . 87

ASPECTS HISTORIQUES, GÉOGRAPHIQUES ET SOCIAUX . . . . . . . . . . . . . . 89

Thèbes et Athènes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90

Un prestigieux rituel de réintégration communautaire . . . . . . . . . . 92

Les “odes siciliennes” et “éginètes” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

Généalogies mythologiques et colonisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

Repères chronologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

Carte des cités grecques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

 

Platon,

La République, II-III

 

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111

UNE DÉCONCERTANTE UTOPIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111

REPÈRES BIOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

Platon politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

Platon éducateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116

 

REPÈRES

 

LES DIALOGUES PLATONICIENS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

Le genre du dialogue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

La République, un dialogue de la maturité . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125

• Évolution de la figure de Socrate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125

• Recherche sur la nature de l’âme

et les conditions d’accès au savoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

• L’usage du mythe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

LA RÉPUBLIQUE :

SCÈNE DU DIALOGUE ET CONTENU PHILOSOPHIQUE . . . . . . . . . . . . . . . 129

Composition et date dramatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129

La société du dialogue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

• Adimante et Glaucon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132

• Socrate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133

Narration et argumentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135

• Le dispositif narratif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135

• Une progression non linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136

• Fils conducteurs du dialogue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137

Place et fonction des livres II et III . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139

RÉSUMÉ ANALYTIQUE DES DEUX LIVRES AU PROGRAMME . . . . . . . . . . 141

1/ Le discours des deux frères et le défi à Socrate (357 a-367 e) . . . 141

2/ La création d’une cité par le dialogue (368 a-374 e) . . . . . . . . 143

3/ Les gardiens et leur éducation (374 e-412 b) . . . . . . . . . . . . . . 144

• Le choix des gardiens: leur naturel (374 e-376 c) . . . . . . . . . . . . . . . . .144

• Le contenu de l’éducation des gardiens:

poésie et musique (376 c-403 c) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144

• L’éducation des gardiens:

la gymnastique, la diète, la médecine (403 c-412 c) . . . . . . . . . . . . . . . . 148

4/ Retour à la question du choix des gardiens

dans la cité en construction (412 c-417 b) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150

LA RÉPUBLIQUE DE PLATON CONTRE LA CITÉ D’ATHÈNES . . . . . . . . . . 151

La crise politique athénienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

• Stasis et comportements tyranniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152

• Les vices originels du régime démocratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153

La réforme de l’éducation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156

• Refus d’une éducation “facile” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156

• Critique de l’innovation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157

• Purification de la musique et de la poésie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160

PROBLÉMATIQUES

MYTHES ET POÉSIE DANS LA RÉPUBLIQUE II-III . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

La matrice poétique des discours de Glaucon et Adimante . . . . . 166

Soumettre le μˆθος au λ„γος . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171

• S’ériger en juge des poètes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171

• Théologie et poésie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172

• Mécanismes de la censure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173

• Pourquoi citer autant les poètes ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174

Chasser les imitateurs ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178

Des mythes philosophiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180

À LA RECHERCHE DE LA JUSTICE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183

La disparition initiale de la justice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184

Les premières figures du juste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187

À la découverte du concept de justice : les deux cités . . . . . . . . . . 190

• Cité des hommes simples contre cité des hommes polymorphes . . . . . 191

• Cité saine contre cité malade . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193

DES PHILOSOPHES EN ACTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194

L’exercice des facultés philosophiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194

• Le sens critique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195

• La vision et l’intuition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196

• La recherche des causes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199

Des philosophes qui légifèrent: condamnation et prescription . . . 200

• Emporter l’adhésion, susciter le rejet: l’éloge et le blâme . . . . . . . . . . 200

• Le dialogue comme loi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202

DIALOGUER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204

L’élan du dialogue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205

Règles du jeu et aiguillon socratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208

• Les règles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209

• L’aiguillon socratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210

Le rire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212

• Moquerie et ironie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213

• Se moquer pour condamner: rire du grotesque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214

• Rire des provocations de Socrate ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215

BOÎTE À OUTILS

QUELQUES PROCÉDÉS DE PERSUASION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219

QUELQUES MOTS RÉCURRENTS DU DIALOGUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223

SUJETS DE LEÇONS ET D’ÉTUDES LITTÉRAIRES ENVISAGEABLES . . . . . . 226

QUELQUES TEXTES EN REGARD (SUR LA JUSTICE ET LA POÉSIE) . . . . . 227

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

Michel Briand est professeur émérite de langue et littérature grecques à l’université de Poitiers (laboratoire UR3816 FoReLLIS) et mène des recherches sur la poésie archaïque et classique, la fiction d’époque impériale (roman, Lucien), l’histoire du corps et de la danse dans l’Antiquité et dans les références modernes à la culture classique. Il a rédigé l’article sur Pindare.

Vivien Longhi, ancien élève de l'ENS de Lyon et agrégé de lettres classiques, est maître de conférences en grec ancien à l'université de Lille. Spécialiste de textes en prose dont Platon, il donne régulièrement des cours de préparation à l'agrégation. Il a rédigé l’article sur Platon.

"Fondation, organisation, épreuves, couronnement, aggelia

La fondation des Jeux est un thème important pour Pindare, dans des micro-récits mythologiques à visée étiologique, par exemple Ol.I, sur Pélops [NAGY, 1986], et Ol.X, v. 25-77, dans un récit quasi épique sur Héraclès, qui aurait apporté les oliviers sacrés du pays des Hyperboréens et institué les Jeux, après l’épisode des écuries d’Augias qu’il aurait nettoyées en dérivant l’Alphée : le poème donne un catalogue des vainqueurs de la première Olympiade (64-72). Les versions connues de cet événement présentent des variantes importantes, chez des histo[1]riens comme Strabon, Pausanias ou Phlégon. Une tradition locale reprise par Pausanias (V.4) évoque aussi le roi d’Élide Iphitos, qui aurait rétabli les Jeux tombés en désuétude, longtemps après Héraclès. La date traditionnelle de 776 n’est pas assurée, mais l’occupation du site par des édifices religieux est ancienne. On peut rapprocher les épinicies d’autres textes décrivant, de manière développée, l’institution de jeux sportifs, en l’honneur d’un héros, à caractère funéraire ou du moins rituel, comme au chant XXIII de l’Iliade, pour Patrocle.

Les données sur l’organisation des Jeux sont plus fiables à partir du Ve siècle. Quelques mois avant le début des Jeux des hérauts dits σπονδοφόροι (“porteurs de libations”, et donc “de paix”) parcourent la Grèce pour annoncer la date initiale des Jeux et inviter les athlètes, de condition libre et sans condamnation, qui doivent s’y rendre un mois à l’avance, au début de la trêve qui dure trois mois. Les cinq jours (Ol.V.6), puis sept, que dure le festival, à l’occasion d’une pleine lune suivant le solstice d’été (Ol.III.19 et X.73), commencent par un serment solennel prononcé par les athlètes, les entraîneurs et les juges. Le troisième jour est consacré à divers rites, dont une hécatombe pour Zeus. Le cinquième jour donne lieu à une procession préalable au couronnement des athlètes et au banquet qui leur était offert, accompagnée d’autres rites et célébrations, au Prytanée, édifice où étaient hébergés les prêtres et les magistrats.

 Les épreuves sportives sont réparties sur le deuxième et le quatrième jour. Les épreuves hippiques sont les plus importantes: par ordre de prestige, les courses de quadrige (Ol.II et III), la course montée (Ol.I), et, plus rare, entre 500 et 444, la course de char attelé de mules (Ol.V). Le cavalier ou le cocher, rarement nommé (Ol.VI.22, Phintis), n’est pas le dédicataire de l’épinicie, mais le propriétaire de l’attelage ou du cheval. Les épreuves gymniques, ainsi dénommées à cause de la nudité des athlètes, sont plus nombreuses, et parfois l’entraîneur est mentionné, en particulier dans des poèmes célébrant des garçons, comme Ol.X.17, Ilas: le pentathle, qui regroupe lancer du disque et du javelot, saut en longueur, course à pied et lutte ; les courses à pied (δολιχός “course longue”, sur une distance de 24 stades; στάδιον “stade”, 192 mètres à Olympie ; δίαυλος “double stade” ; enfin, ºπλίτης δρόμος “course en armes”, sur deux stades); les épreuves de combat (πάλη “lutte” ; πύξ “pugilat”, avec les poings munis de lanières de cuir; παγκράτιον “pancrace”, qui, comme le nom l’indique, permet presque toutes les violences). Outre les épreuves des hommes adultes, certaines épreuves gymniques étaient organisées pour les garçons entre douze et dix-huit ans (stade et pugilat), et on avait des épreuves hippiques employant des poulains.

L’épinicie est une récompense suprême adressée au vainqueur, après la proclamation ou annonce de la victoire et la remise de bandelettes ou rubans et d’une couronne d’olivier, sur le site olympien, par les λλανοδίκαι (littéralement “juges des Grecs”, Ol.III.12).

Le poème peut être métaphorisé comme une couronne (v. Problématiques: Esthétique et sensorialité). La culture grecque archaïque et classique qu’expriment les épinicies repose sur des valeurs dynamiques comme l’¤γών, l’¤ρετά, la χάρις, qui se déploient au cours des Jeux, puis dans leur célébration ultérieure par le poète. Ce système éthique résulte d’une adaptation de valeurs épiques et militaires aux connotations aristocratiques, tels le courage et l’habileté, au dispositif des Jeux, pacifiques mais fondés sur l’émulation et la concurrence, puis aux cérémonies festives, associant danse et musique, dont la perfor[1]mance épinicique est une composante majeure. Le terme ¤γών peut désigner, au premier sens, un lieu de rencontre, de rassemblement et de confrontation (cf. Py.X.30, sur Persée chez les Hyperboréens), mais il s’agit d’abord des Jeux sportifs (selon la formule en grec moderne Ολυμπιακοί αγώνες): cf. au singulier, Ol.I.7, III.36, IX.90, X.24, et au pluriel Ol.VI.79, VII.84, VIII.76. Le neutre ¦εθλον désigne le prix attribué à une victoire aux Jeux (cf. Ol.VII.80 et IX.108), par exemple une couronne, et plus rarement les Jeux eux-mêmes (Ol.I.3). Le masculin ¦εθλος, plus fréquent, toujours au pluriel (Ol.I.99, II.13 et 43, III.15 et 21, IV.3, V.6, VI.69 et 79, VIII.1 et 64, XIII.15, XIV.24), désigne des épreuves sportives remportées à Olympie, ainsi que la course de char à laquelle concourt le héros Pélops, avec l’aide de Poséidon, pour obtenir Hippodamie, Ol.I.84"