État, pouvoirs et contestations - monarchies française et britannique et leurs colonies américaines Agrandir

État, pouvoirs et contestations - monarchies française et britannique et leurs colonies américaines

Stéphane Haffemayer et Pascal Brioist

Plus de détails

460519

23,70 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Traitant du sujet 2019 et 2020 d’Histoire moderne des agrégations d’Histoire et de Géographie ainsi que du Capes, cet ouvrage croise les histoires française, britannique et américaine.
Comme tous les clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :
- Repères : le contexte historique
- Thèmes : comprendre les enjeux du programme
- Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un personnage, une référence

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 384
  • Reliure : broché

SOMMAIRE

Introduction 15

Jalons historiographiques           19

Repères

L’Angleterre en révolution (1637-1649)

Quelques vues d’ensemble

sur la monarchie britannique     25

Un cadre britannique        25

Les grandes phases politiques  26

Les structures du pouvoir 26

Centralisation et autonomie       30

Idées politiques dominantes ou alternatives           32

Enjeux politiques autour des questions religieuses            34

Contestations et révoltes 36

Question des colonies      37

Enjeux historiographiques           39

La crise des Trois Royaumes (1637-1642)          44

La révolte des Écossais (1637)

et le National Covenant (1638)    44

Le Long Parliament et l’année révolutionnaire (1641)          45

• Les mesures immédiates contre la “tyrannie” (novembre 1640) 45

• Le Parlement face à l’émergence d’un protestantisme radical :

l’antiépiscopalisme populaire, la Root and Branch Petition (10 décembre 1640) et le Protestation Oath (3 mai 1641)  47

•Le “meurtre judiciaire” de Strafford (12 mai 1641)   50

• Les aspirations réformatrices des intellectuels puritains :

le projet “positif” de la révolution        51

•L’insurrection irlandaise (octobre 1641)         53

•La “Grande Remontrance”, expression du populisme puritain (22 novembre 1641)   56

Prise d’armes sous les ordres du Parlement de Londres (1642)     57

 

 

 

 

 

La guerre civile (1642-1646)          58

Le radicalisme politique, fruit de la guerre civile     59

• Les Nineteen Propositions,

premier acte de la négociation constitutionnelle (juin 1642)        60

•L’étendard levé à Nottingham (22 août 1642)

et la violence des affrontements           61

Le Solemn League and Covenant (août 1643)  63

La New Model Army (1645)           65

•Naseby et la fin de la guerre civile (14 juin 1645)    66

•Le roi prisonnier des Écossais (5 mai 1646),

vendu au Parlement anglais (février 1647)      67

•Le coût de la première guerre civile (1646)    68

La Révolution (1646-1649) 69

La voix émergente des Niveleurs

et l’Agreement of the People (1647-1649)         69

•Le combat des radicaux londoniens pour la liberté           69

•La politisation des soldats (1647)       70

•Le roi prisonnier de l’armée (2 juin 1647)

et les Heads of Proposals (juillet 1647)           71

•La pression de l’armée et la défaite du presbytérianisme politique    72

•Le radicalisme des soldats :

les débats de Putney (28 octobre – 2 novembre 1647)           72

Les négociations de la dernière chance :

des quatre bills au Vote of No Adresses (3 janvier 1648)     75

La seconde guerre civile et l’impasse des armes (1648)      76

•L’échec des insurrections royalistes (mars-juin 1648)        76

•La défaite des Engagers écossais (juillet-août 1648)         77

•Les impasses politiques

d’une ultime négociation royale

(novembre-décembre 1648)         78

•La purge de Pride (6 décembre 1648)

 et l’effacement du Parlement    79

Le procès de Charles Ier (janvier 1649)  81

Les Frondes et la dispersion des pouvoirs (1648-1653)

Origines de la Fronde       83

La Fronde du Parlement de Paris (1648-1649)  86

Prémices de la Fronde, l’opposition à la fiscalité de guerre (années 1640)       86

L’audacieux programme réformateur

des Articles de la Chambre Saint-Louis (juillet 1648)           87

Les barricades parisiennes d’août 1648           88

La déclaration royale du 24 octobre 1648

et la mise sous contrôle du pouvoir royal       88

La fuite de la famille royale à Saint-Germain

et le siège de Paris (janvier-mars 1649)           89

La Fronde aristocratique (1649-1651)     91

Luttes de pouvoir en province (1649)     91

L’arrestation de Condé, Conti, Longueville et le coup d’envoi

de la Fronde des princes (janvier 1650)            92

La déliquescence du pouvoir royal dans la capitale :

l’union de la vieille Fronde et du parti des princes (1650)  93

L’exil de Mazarin et le roi “prisonnier” de Paris (1651)        95

La Fronde condéenne (1651-1653)          97

Les assemblées de noblesse

et les projets de réformation de l’État : une troisième Fronde      97

Condé, maître de l’État, et les rivalités aristocratiques       98

La majorité du roi (7 septembre 1651)

et l’entrée en guerre de Condé   99

La dictature condéenne à Paris (avril-octobre 1652)  100

La reconstitution du pouvoir monarchique

à Pontoise (juillet-octobre 1652)            101

L’Ormée et les influences anglaises     104

La contestation féminine : les “amazones” de la Fronde    107

Pouvoirs et contestations

durant le Commonwealth et le Protectorat (1649-1660)

La courte expérience du Commonwealth (1649-1653)            109

Un nouveau régime,

sous contrôle d’un “parlement croupion” conservateur       109

La répression des Niveleurs (1649)        110

Répression et colonisation en Irlande 111

La défaite et l’incorporation de l’Écosse (1650-1652)            113

L’expansion maritime

et la lutte contre les Provinces-Unies   113

Le coup d’État du 20 avril 1653

et le petit Parlement Barebones (juillet-décembre 1653)    114

Le Protectorat (1653-1660) 117

L’“Instrument de gouvernement”,

première constitution de l’histoire politique anglaise (1653)       117

L’opposition d’un Parlement conservateur (1654-1655)        118

Les enjeux internationaux du Protectorat        119

L’échec des contestations royalistes    121

Un régime en quête d’identité   122

Bilan de l’expérience cromwellienne   123

 

 

Les conflits dans l’Angleterre de la Restauration (1660-1689)

Indemnity and Oblivion Act :

oublier et pardonner

 les actes de la “Grande Rébellion” (1660)      125

Contestations autour de la pratique monarchique :

du favori (Clarendon), au cabinet ministériel (la Cabal), puis au retour de l’absolutisme    127

Les contestations autour de l’uniformité religieuse

et du philocatholicisme royal     129

L’Habeas corpus (1679)     131

La crise de l’Exclusion (1679-1681)         132

La Glorieuse Révolution et la fin des Stuarts (1689-1714)

Le rejet de la politique religieuse de Jacques II       135

L’appel à Guillaume d’Orange    137

Débats historiographiques

autour d’une révolution “glorieuse”     138

La Révolution de 1689

dans les colonies américaines  141

Les Sacheverell Riots

 et la contre-révolution jacobite (1710-1714)   143

Contestations et échecs réformateurs

dans la France du xviiie siècle

Les ruptures de la Régence (1715-1723)            147

La restitution du droit de remontrance aux Parlements (1715)       147

L’impopularité du pouvoir politique et financier (1720)      148

L’échec de la polysynodie

l’évolution autoritaire de la Régence (1718-1723)     150

L’alliance franco-anglaise (1716-1740)

et les révoltes aristocratiques (1718-1720)      150

Les guerres extérieures (1733-1763)       152

La guerre de succession de Pologne (1733-1738)        152

La guerre de succession d’Autriche (1740-1748)          153

La guerre de Sept ans (1756-1763)          155

Le réveil des contestations parlementaires (années 1730-1760)   157

L’opposition du Parlement de Paris dans la crise janséniste        158

L’émergence d’un “constitutionnalisme” parlementaire

face à la fiscalité royale   159

•L’impopularité de la Ferme générale 159

•Les oppositions au vingtième à la veille de la Guerre de Sept Ans       160

•Le Paige et une théorie de la résistance parlementaire ?            161

•Le refus des édits de Silhouette

 sur les signes extérieurs de richesse (1759)  162

•Les refus d’une fiscalité moderne       163

Le virage absolutiste

de la fin du règne de Louis XV (1765-1774)       164

L’affaire La Chalotais (1765-1775)

et la montée en puissance de l’opinion publique    164

La séance de la flagellation (3 mars 1766),

rappel à l’ordre absolutiste        165

Les réformes Maupeou :

réformer la justice et faire taire les parlements (1771)       166

 

Les blocages du système monarchique

sous le règne de Louis XVI           167

Turgot face aux contestations anti-libérales (1774-1776)    167

Les enjeux de la guerre américaine (1778-1783)         170

L’impossible révolution fiscale, de Necker à Calonne         171

L’Angleterre des Hanovres (1714-1783)

Préambule    175

La whig ascendancy (1715-1760)  176

Le Septennial Act (1716)    176

Le scandale de la South Sea Company

et les Cato’s Letters (1720)           177

L’ère Walpole (1721-1742) et ses opposants   178

Fin du règne de Georges II          180

•Pelham face aux contestations

concernant la naturalisation des Juifs (1753) 180

•William Pitt, chantre de l’opposition patriotique (1756-1761)      182

La résistance jacobite

et les insurrections de 1715 et 1745      183

Une diaspora d’élites intellectuellement engagées           183

L’insurrection jacobite de 1715 (The Fifteen)  185

L’insurrection de 1745 (The Forty-Five)  185

Les oppositions politiques

du règne de Georges III (1760-années 1780)   186

L’épuration de l’administration whig   186

L’affaire John Wilkes et l’émergence d’une opposition radicale  187

L’échec anglais

face à la révolte de ses colonies (années 1760-1783)          189

•La fiscalité, un moyen de faire contribuer les colonies

au coût de leur défense   189

•L’échec du Stamp Act (1766)       190

•Le monopole du thé et le resserrement du contrôle douanier    191

 

Thématiques

Les contestations théoriques du pouvoir

L’élaboration française de la théorie du droit royal absolu et son succès en Angleterre au milieu du XVIIe siècle      195

Des maximes du droit romain

à l’origine du dogme absolutiste          195

L’origine pontificale du droit divin        196

L’importation anglaise des idées françaises du xvie siècle           198

La publicité du débat par l’imprimé      199

Expressions cérémonielles du pouvoir 199

La raison d’État en France et en Angleterre     201

L’influence des théories monarchomaques

sur la pensée politique anglaise          203

Les lois fondamentales

et l’impossible pouvoir absolu  205

Les échos du régicide de Charles Ier     206

L’image du martyr   207

L’image du tyran     209

La justification du régicide :

Milton et la diffusion de l’idée républicaine 210

Charles Ier dans la culture politique française         212

Les Niveleurs, la souveraineté populaire

et la question de la propriété    217

Les Niveleurs et la souveraineté populaire    217

•William Walwyn (1600-1681)     218

•Richard Overton (c. 1600 ou 1615 ? 1663)         219

•John Lilburne (1615 ? 1657), “free-born John”            221

Les Diggers et la propriété          222

Les leçons de la guerre civile

et les reformulations de la théorie absolutiste

(Hobbes, Bossuet, Locke) 224

Hobbes, du De Cive (1642) au Léviathan (1651)           224

Bossuet et l’idée de la perfection

du modèle absolutiste (1709)     226

John Locke, pionnier de la théorie

de la monarchie constitutionnelle

et de la séparation des pouvoirs (1690)           227

 

 

 

 

L’influence anglaise sur la pensée politique en France     228

Forte présence de l’actualité anglaise

en France (années 1640-1650)     228

L’irruption brutale de la Glorieuse Révolution

dans la presse française  229

Le voyage anglais et l’anglomanie des élites            230

Le Club de l’Entresol (1724-1731)            231

L’Encyclopédie et l’Angleterre     232

Mably, les Droits et les devoirs du citoyen

et la pensée républicaine (1758)           233

L’accélération de la diffusion du républicanisme anglais dans la France des années 1770-1780   234

La presse anglaise et la contestation politique

La révolution anglaise des années 1640

et les mutations de la communication politique      238

Les intelligencers

et les réseaux de l’information manuscrite    238

Le contrôle du pouvoir sur les nouvelles imprimées            239

La liberté de la presse en 1641

et les premiers périodiques politiques           241

Guerre civile et guerre de plumes         242

Les orientations de la presse sous Cromwell 245

La presse de la Restauration      247

Presse et contestations du pouvoir

 en Angleterre au XVIIIe siècle   250

1695 et la libération de la presse          250

Robert Harley et le Stamp Act (1712)      252

Walpole contre le Craftsman de Bolingbroke (1726-1735)   253

La presse jacobite jusque dans les années 1750       255

Le North Briton et l’affaire John Wilkes (1762-1775)  256

Les révoltes populaires en France et en Angleterre

aux XVIIe et XVIIIe siècles

La question de la conscience politique du peuple

face à la révolution anglaise et à la Fronde   261

La conscience politique des plunderers de Colchester (1642)        261

La résistance des Clubmen, une exigence populaire de justice    264

Le refus de l’excise en temps de paix   265

Le peuple dans la Fronde            266

Un phénomène rébellionnaire endémique

dans la France de 1660 à 1789     268

La révolte, un moyen d’expression populaire en expansion          268

Les famines émeutières et complots de famine

dans la France du xviiie siècle   270

Une “culture” des révoltes ?        272

Villes émeutières, Paris et Londres au XVIIIe siècle            274

Les îles

Diversité des îles   277

L’économie de plantation            279

La civilisation de l’esclavage      280

Pouvoir et contestations dans les colonies d’Amérique

Le temps des fondations et du développement

d’une culture politique démocratique  286

L’émergence d’une colonie esclavagiste, la Virginie            286

La Nouvelle-Angleterre et

le développement d’une culture représentative       288

La naissance de New York           290

Les colonies du Maryland, de Pennsylvanie et les Carolines         291

Le Canada et la Louisiane           293

Le temps des contestations        295

Des aires culturelles bien distinctes    295

Révoltes du xviie siècle    296

Un commerce colonial de plus en plus autonome    296

Les restrictions au développement       297

La révolte contre le Stamp Act (1765)     297

Des Townsends Acts au Tea Act (1767-1773)    298

Le temps de la guerre d’indépendance (1774-1781)  299

La fermeture du port de Boston  299

L’installation d’un congrès

à Philadelphie (1774)        300

Mise en place

des comités de sûretés et des milices 300

La Déclaration d’Indépendance (4 juillet 1776)          302

La guerre d’Indépendance (1777-1781)  302

Outils

Chronologie 307

Biographies 319

Cartes            337

Comtés et régions d’Angleterre  338

Le Parlement contre le Roi           339

La France au xviie siècle   340

Gouvernements et Parlements au xviie siècle           341

Les soulèvements paysans          342

Les Amériques vers 1773   343

La Guerre d’Indépendance          344

La formation des États-Unis        345

Les Indes Occidentales     346

Bibliographie          347

Glossaire      369

Index analytique    375

 

 

Stéphane Haffemayer est agrégé d'Histoire et professeur d’Histoire moderne à l’Université de Rouen; ses travaux portent sur l'information en France à l'époque moderne et reposent sur l'analyse quantitative et qualitative de la presse d'Ancien Régime ainsi que sur l'étude desécrits pamplétaires au XVIIème siècle. 

Avec l'autorisation de Pascal Brioist, professeur à l'université François Rabelais de Tours, pour les sections sur le Canada, la Louisiane et "les îles". 

Les années 1640 furent marquées par un mouvement de contestations européennes dont la convergence frappa les contemporains et que les historiens qualifièrent de “six contemporaneous revolutions” [Merrimann, 1938]. L’événement majeur fut l’exécution de Charles ier en 1649 qui survint au moment où, en France, les limitations apportées au pouvoir monarchique par le Parlement avaient poussé le pouvoir à quitter la capitale pour en entreprendre le siège. Par ses implications politiques, le régicide fut un événement majeur de l’histoire européenne, dont le souvenir fut réactualisé dans la France pré-révolutionnaire.

Vers 1780, les colonies anglaises d’Amérique - devenues États-Unis d’Amérique depuis 1776 - virent leur indépendance reconnue par la Grande-Bretagne, l’Espagne et la France (traité de Paris, 1783). D’une révolution à l’autre, l’histoire comparée entre la France et la monarchie britannique invite à s’interroger sur ces phénomènes de circulation, mais aussi sur les dynamiques internes, dont la comparaison éclaire les singularités respectives : l’organisation du pouvoir, la nature des oppositions et ce qu’elles disent des relations entre l’État et la société n’ont rien en commun de part et d’autre de la Manche, et si des principes communs de contestation circulent effectivement, c’est pour s’inscrire dans des réalités politiques et sociales radicalement différentes, que la pensée en miroir a contribué à révéler.

La Cliothèque, le 22 Avril 2019 : " Fidèle aux différents concours de l’enseignement d’histoire-géographie (CAPES-CAFEP et agrégations), les éditions Atlande ont sorti un très bon manuel pour la question d’histoire moderne au programme des sessions 2019-2020. (...) Cet ouvrage qui peut paraître dense, est en réalité très utile et complet pour tout candidat préparant le CAPES ou l’agrégation. Il est agréable à lire et facile d’accès en terme de compréhension."

https://clio-cr.clionautes.org/etat-pouvoirs-et-contestations-monarchies-francaise-et-britannique-et-leurs-colonies-americaines-1640-1780.html