La Russie et l'URSS (à paraître)
search
  • La Russie et l'URSS (à paraître)

La Russie et l'URSS

23,70 €

du milieu du XIXe siècle à 1989

Par Alexandre Sumpf et Étienne Peyrat.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout ce dont l’étudiant a besoin pour le sujet 2022 d’Histoire contemporaine du programme commun d'Histoire-Géographie du concours des ENS Lyon et Ulm. Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :      

   - Repères : le contexte historique
   - Thèmes : comprendre les enjeux du programme
   - Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un personnage, une référence.

Fiche technique

Référence
460735
ISBN
9782350307350
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
500

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27

HISTORIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

SCANSIONS TEMPORELLES, DU MILIEU DU XIXe SIÈCLE À 1989 . . . . . . . . 30

MODERNISATION(S) ET TRANSFORMATIONS

DE L’EMPIRE TSARISTE À L’URSS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

LA QUESTION “IMPÉRIALE” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

RUSSIE ET UNION SOVIÉTIQUE SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE . . . . . . . 38

REPÈRES

 

1850-1878 : DE LA GUERRE DE CRIMÉE AU TRAITÉ DE SAN STEFANO

L’IMPACT DE LA GUERRE DE CRIMÉE (1853-1856) . . . . . . . . . . . . . . . . 46

LE TEMPS DES RÉFORMES INTÉRIEURES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

INQUIÉTUDES ET RÉACTIONS CONSERVATRICES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

ÉVOLUTIONS EXTÉRIEURES ET CONSOLIDATION IMPÉRIALE . . . . . . . . . . . 52

1878-1904 : CONSERVATISME ET OUVERTURES

LA RÉACTION CONSERVATRICE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

LES NOUVELLES VOIES DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE . . . . . . . . . . . 57

LES DÉBATS POLITIQUES DES ANNÉES 1890-1900 . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

UNE AUTOCRATIE DÉSTABILISÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

1904-1921 : LE TEMPS DES RÉVOLUTIONS

LE TRAUMATISME DE LA GUERRE RUSSO-JAPONAISE . . . . . . . . . . . . . . . . 63

LA RÉVOLUTION DE 1905, UN ESPOIR VITE DÉÇU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

L’EMPIRE DES ROMANOV, VICTIME DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE . 68

DES RÉVOLUTIONS DE 1917 À LA GUERRE CIVILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

1921-1956 : LA FORMATION DU SYSTÈME SOVIÉTIQUE

LA MISE EN PLACE DU SYSTÈME SOVIÉTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75

INDUSTRIALISATION, COLLECTIVISATION ET STALINISATION . . . . . . . . . . . 78

LA GRANDE TERREUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

L’UNION SOVIÉTIQUE DANS LA SECONDE GUERRE MONDIALE . . . . . . . . 82

1956-1991 : UNE GRANDE PUISSANCE FRAGILE

LE “DÉGEL” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

TENSIONS ET RUPTURES AU SEIN DU MONDE COMMUNISTE . . . . . . . . . . . 89

LES ANNÉES BREJNEV, “STAGNATION” ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91

CRISE(S) ET RÉFORME(S) DU SYSTÈME SOVIÉTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . 94

DE L’EMPIRE AU FÉDÉRALISME

QUESTION POLONAISE ET RUSSIFICATION DANS L’EMPIRE TSARISTE . . . 103

LA RÉVOLUTION DE 1917 ET LA QUESTION DES NATIONALITÉS . . . . . . . 106

FÉDÉRALISME SOVIÉTIQUE ET NATIONALITÉS :

PROMOTION ET RÉPRESSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

LE NATIONALISME ENTRE RÉPRESSION ET VIOLENCE . . . . . . . . . . . . . . . 110

NATIONALISMES ET POLITIQUES NATIONALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

LES MOYENS DE LA PUISSANCE :

LES DÉFIS DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

L’EMPIRE, SOMME DE SES PARTIES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120

IMPORTANCE CRUCIALE DE L’APPORT ÉTRANGER . . . . . . . . . . . . . . . . . 122

VAINCRE L’IMMENSITÉ, CONTRÔLER LE TERRITOIRE . . . . . . . . . . . . . . . 127

LES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DU CENTRE AUX PÉRIPHÉRIES . . . . . . . . . . 130

LE GOULAG, ACTEUR DE LA COLONISATION

ET DE L’EXPLOITATION DES RESSOURCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

LA COLONISATION NUCLÉAIRE DE L’URSS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134

L’INFLUENCE ET LA PUISSANCE.

PROPAGANDE ET DIPLOMATIE CULTURELLE RUSSE ET SOVIÉTIQUE

LA PROPAGANDE ET LA DIPLOMATIE CULTURELLE

COMME FACTEURS DE LA PUISSANCE RUSSE ET SOVIÉTIQUE . . . . . . . . . 137

L’IDÉOLOGIE DE L’EMPIRE RUSSE ET LES USAGES LIMITÉS

DE LA PROPAGANDE ET DE LA DIPLOMATIE CULTURELLE AVANT 1917 . . 140

LA “DOUBLE POLITIQUE” EXTÉRIEURE DE L’UNION SOVIÉTIQUE

ET LA CONSTRUCTION D’UNE DIPLOMATIE D’INFLUENCE,

EN DYNAMIQUE AVEC LA PROPAGANDE INTÉRIEURE . . . . . . . . . . . . . . . 145

CULTURES POLITIQUES ET PROPAGANDE D’ÉTAT

PROPAGANDE IMPÉRIALE,

DYNASTIQUE ET RELIGIEUSE (1853-1917) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162

GUERRES ET RÉVOLUTIONS,

CREUSET DE L’ÉTAT-PROPAGANDE (1904-1921) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167

Guerre à l’Autre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167

L’opinion comme champ de bataille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171

L’avènement de l’universalisme progressiste . . . . . . . . . . . . . . . . . 175

UN ÉTAT, UNE SOCIÉTÉ, UN PARTI (1917-1991) . . . . . . . . . . . . . . . . . 177

La révolution des repères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177

Citoyens de l’URSS, unissez-vous ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184

Une discrimination positive ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195

OCCUPANTS ET OCCUPÉS.

LES EXPÉRIENCES D’OCCUPATION RUSSES ET SOVIÉTIQUES

AU-DELÀ DU “GRAND JEU” (1853-1914) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204

De la guerre de Crimée au traité de Berlin :

les confins russo-ottomans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204

L’expansion asiatique de l’Empire russe :

occupation et colonisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207

LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

ET LA TRANSFORMATION DES PRATIQUES D’OCCUPATION . . . . . . . . . . . . 209

Entre tradition et radicalisation, les pratiques d’occupation russe . . 209

• Galicie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209

• Le front caucasien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212

Les occupations allemandes et austro-hongroises . . . . . . . . . . . . . 215

Occupations étrangères, révolutions et guerres civiles . . . . . . . . . . 217

LA SECONDE GUERRE MONDIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223

Les occupations de 1939-1941 : l’Europe germano-soviétique . . . 223

L’occupation nazie en URSS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225

Les occupations soviétiques

et la construction d’un nouvel ordre international . . . . . . . . . . . . . 234

LA FIN DES OCCUPATIONS ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241

 

ACTEURS ET CATÉGORIES SOCIALES

QUI GOUVERNE ?

L’AUTOCRATIE ENTRE AUTORITARISME ET RÉFORME . . . . . . . . . . . . . . 248

Nicolas Ier, l’autocrate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248

Alexandre II, le réformateur assassiné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250

Alexandre III et la contre-réforme conservatrice . . . . . . . . . . . . . . 252

Nicolas II, tsar malgré lui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254

DE LA DICTATURE DU PROLÉTARIAT À LA DICTATURE DU PARTI . . . . . . . 256

Kerenski, le Bonaparte qui ne devint pas Napoléon . . . . . . . . . . . 256

Lénine, une vie pour la révolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257

Staline ou la solitude du dictateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261

Khrouchtchev : comment gouverner après Staline ? . . . . . . . . . . . 265

Brejnev le gérontocrate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267

Gorbatchev, le dernier utopiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270

L’ÉTAT, L’ÉGLISE ORTHODOXE RUSSE

ET LES RELIGIONS NON ORTHODOXES

ÉPOQUE IMPÉRIALE-ÉPOQUE SYNODALE :

L’ÉGLISE ORTHODOXE RUSSE “PREMIÈRE ET DOMINANTE” ? . . . . . . . . . 276

DE LÉNINE À KHROUCHTCHEV : LES RELIGIONS EN SURVIE . . . . . . . . . 284

FIN DE L’ÉPOQUE COMMUNISTE :

DE LA RECHERCHE DU “PRÊTRE SOVIÉTIQUE”

À LA NOUVELLE LOI SUR LA “LIBERTÉ DE CONSCIENCE” . . . . . . . . . . . . 293

DE LA COUR À LA COUR DE L’USINE RENAULT

LA NOBLESSE RUSSE, DES ORIGINES À L’ÂGE D’OR . . . . . . . . . . . . . . . .299

DES GRANDES RÉFORMES À LA RÉVOLUTION DE 1917 . . . . . . . . . . . . . 304

LE DÉCLASSEMENT ET LA RECONVERSION DE LA NOBLESSE

EN URSS ET EN ÉMIGRATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311

Les “gens d’autrefois” restés en URSS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311

Les trajectoires des nobles émigrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317

LES RELÉGUÉS

UN GOULAG, DEUX SYSTÈMES : CAMPS VERSUS “VILLAGES SPÉCIAUX” . . 323

LA PUNITION PAR LE DÉRACINEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 325

LA MATRICE DES “PEUPLEMENTS SPÉCIAUX” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327

LA BANALISATION DES DÉPORTATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328

RATIONALISER LA VIOLENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331

UNE RÉPRESSION À GÉOMÉTRIE VARIABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 332

LIBÉRATIONS AVEC OU SANS RETOUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 334

LE LOURD HÉRITAGE DES DÉPORTATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336

LA PAYSANNERIE

UN “ÉTAT” DOMINÉ POLITIQUEMENT ET ÉCONOMIQUEMENT . . . . . . . . . 342

DE L’ABOLITION DU SERVAGE À CELLE DES GRANDS DOMAINES . . . . . . 344

FAMINES, TERREUR ET ÉMANCIPATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 347

LA PAYSANNERIE DANS LA “GRANDE GUERRE PATRIOTIQUE” . . . . . . . . 352

LA PAYSANNERIE DANS UNE RUSSIE DEVENUE

MAJORITAIREMENT URBAINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 354

LES SPORTIFS, AGENTS DU RAYONNEMENT SOVIÉTIQUE

DIFFUSION PANSOVIÉTIQUE

ET INTERNATIONALISMES SPORTIFS CONCURRENTS . . . . . . . . . . . . . . . . 360

LES CONDITIONS SOCIALES ET POLITIQUES

DE L’ÉMERGENCE DE L’ÉLITE SPORTIVE EN UNION SOVIÉTIQUE . . . . . . . 365

MORALES DES CORPS EN ACTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 368

POLÉMIQUES AUTOUR DU SPORT D’ÉLITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371

L’ARMÉE RUSSE, INSTRUMENT ET CADRE

DE LA PUISSANCE IMPÉRIALE ET SOVIÉTIQUE

LA PEAU DE CHAGRIN : UNE ARMÉE IRRÉFORMABLE, 1853-1913 . . . . . 376

L’ordalie de la guerre de Crimée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 376

Réformes de Milioutine et aboutissements coloniaux . . . . . . . . . . 378

La guerre russo-japonaise et l’épreuve de la guerre moderne . . . . 380

LES ILLUSIONS PERDUES :

UNE DOULOUREUSE RÉINVENTION MILITAIRE, 1914-1941 . . . . . . . . . . . 382

La Russie dans la Grande Guerre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 382

La Guerre civile et la naissance de l’Armée rouge . . . . . . . . . . . . 384

SPLENDEURS ET MISÈRES DE L’ARMÉE ROUGE, 1941-1991 . . . . . . . . . 388

La Seconde Guerre mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 388

L’armée soviétique, acteur global de la Guerre froide . . . . . . . . . . 391

Le bourbier afghan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 394

ESPACES

RÉGIONS

L’UKRAINE, LA POLOGNE ET LES RÉGIONS OCCIDENTALES . . . . . . . . . .399

Les marges occidentales de l’Empire russe . . . . . . . . . . . . . . . . . . 399

Entre guerres, indépendance et révolution (1914-1922) . . . . . . . . 403

Les vitrines de l’Union soviétique (1922-1939) . . . . . . . . . . . . . . . 405

Une longue Seconde Guerre mondiale (1939-1947) . . . . . . . . . . . 407

Nouvelle soviétisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 410

• Déplacer les populations pour asseoir les nouvelles frontières . . . . . . . . 410

• Juger la collaboration, écraser les dernières résistances . . . . . . . . . . . . . 410

Après Staline : reconstruction et difficultés . . . . . . . . . . . . . . . . . . 412

LES PAYS BALTES : UN OCCIDENT QUI “SE DÉROBE” . . . . . . . . . . . . . . 414

Naissance d’un espace géopolitique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 414

Deux espaces socio-culturels bien distincts . . . . . . . . . . . . . . . . . . 414

Les renaissances nationales baltes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 416

Décollage économique et mutations urbaines . . . . . . . . . . . . . . . . 418

Une autonomie lituanienne freinée par la russification . . . . . . . . . 420

Intégrer la Baltique orientale dans l’Empire russe ? . . . . . . . . . . . 421

Une société bloquée : la révolution de 1905 . . . . . . . . . . . . . . . . . 423

L’effondrement de l’Empire

et les indépendances “inattendues” (1914-1920) . . . . . . . . . . . . . . 425

L’européanisation de la Baltique orientale : vivre sans l’Empire . . 429

“Terres de Sang” : les pays baltes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 432

Les nouvelles Républiques soviétiques baltes :

une genèse difficile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 434

Des Républiques “normalisées” : “Notre Occident soviétique” . . . 436

Stagnation et dissidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 438

Retour à l’indépendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 441

ASIE CENTRALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 443

Terrain de la revanche contre l’Occident . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 443

Les étapes de la conquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 446

Le Turkestan, colonie russe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 448

La question musulmane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 451

Un tiers-monde soviétique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 452

SIBÉRIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 457

La Sibérie dans l’économie impériale (1822-1900) . . . . . . . . . . . . 459

Les dernières conquêtes sur le Pacifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 462

1891-1945 : la Sibérie, tête de pont de l’impérialisme russe ? . . . . 464

La Sibérie en révolutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 466

L’Extrême-Orient au sein de l’Union soviétique . . . . . . . . . . . . . . 470

Peuplement et répression dans la zone-frontière (années 1930) . . 473

Les héritages de la guerre (1945-1991) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 474

CAUCASE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 477

Une conquête en cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 479

Transformations socio-économiques et révolutions . . . . . . . . . . . . 480

Des indépendances à l’ordre soviétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 482

De la Terreur stalinienne à la guerre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 484

Le Caucase dans les dernières décennies soviétiques . . . . . . . . . . 487

ZONES SENSIBLES

LES TERRITOIRES JUIFS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 491

La “Zone de résidence”,

un archaïsme hérité de la fin du XVIIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . 492

Les communautés juives à l’épreuve de l’urbanisation

et de l’industrialisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 495

Kolkhozes et territoire autonome juifs en URSS . . . . . . . . . . . . . . 499

LA NATURE SACRIFIÉE POUR LA PUISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 504

Construction d’Empire et conquête des steppes . . . . . . . . . . . . . . . 505

De la guerre totale à la “reconstruction socialiste” de la nature . . 509

Guerre froide et grande accélération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 512

LES ESPACES MARITIMES RUSSES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 515

Odessa, Sébastopol et la mer Noire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 517

• Le contrôle des détroits : un “grand dessein” russe . . . . . . . . . . . . . . . . 517

• Odessa, la Bessarabie, et le commerce de la mer Noire . . . . . . . . . . . . . 519

• Sébastopol et la Crimée : un littoral sous pression . . . . . . . . . . . . . . . . . 522

Les littoraux baltique et arctique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 526

• Une “fenêtre sur l’Europe” âprement défendue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 526

• L’industrialisation de l’économie maritime . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 532

Extrême-Orient, Sakhaline, côte Pacifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 535

• 1850-1904 : le rêve déçu d’un Empire russe transpacifique, et le choix de

l’expansion vers l’Asie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 535

• 1904-1932 : la recherche d’un équilibre entre impérialisme et sécurité . 538

• 1932-1991 : la forteresse assiégée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 541

VILLES

LES DEUX CAPITALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 547

Saint-Pétersbourg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 547

• Saint-Pétersbourg (1712-1914), capitale impériale . . . . . . . . . . . . . . . . . 547

• Petrograd (1914-1924), creuset de la révolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 548

• Leningrad (1924-1991), cité assiégée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 549

Moscou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 550

• La capitale historique (1850-1918) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 550

• Moscou la rouge (1905-1931) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 552

• Capitale de l’Empire soviétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 553

KIEV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 555

RIGA, UNE CAPITALE COSMOPOLITE AUX MULTIPLES MÉTAMORPHOSES . . 557

TACHKENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 560

HARBIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 563

 

OUTILS

CARTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .569

DOCUMENTS

DOCUMENT 1 :

L’HISTORIEN FRANÇAIS ANATOLE LEROY-BEAULIEU (1842-1912)

AU SUJET DES RÉFORMES D’ALEXANDRE II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 577

DOCUMENT 2 :

LA CONQUÊTE COMME COMPENSATION

DANS LE JOURNAL DU MINISTRE DE L’INTÉRIEUR, PIOTR VALOUÏEV . . . 578

DOCUMENT 3 :

EXTRAIT D’UNE NOTE DU PREMIER SECRÉTAIRE DU PC ESTONIEN,

NICOLAS KAROTAMM, AU COMMISSAIRE AUX AFFAIRES ÉTRANGÈRES,

VIATCHESLAV MOLOTOV, 12 OCTOBRE 1943. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 578

DOCUMENT 4 :

UN EXEMPLE DE CONTROVERSE : OLJAS SULEIMENOV

ET LE DIT DE LA CAMPAGNE D’IGOR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 579

CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .580

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .605

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .651

LISTE DES SIGLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .674

INDEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .676

Alexandre Sumpf, maître de conférences HDR en histoire à l’université de Strasbourg depuis 2008, est agrégé en Histoire et ancien élève de l’ENS-Ulm. Il est l’auteur de plusieurs monographies, dont De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l’Union soviétique (Paris, Gallimard, 2013), La Grande Guerre oubliée. Russie, 1914-1918 (Paris, Perrin, 2014), 1917. La Russie et les Russes en révolutions (Paris, Perrin, 2017). Il a codirigé le présent volume avec Étienne Peyrat, avec lequel il a corédigé la partie Repères, et il est également l’auteur des chapitres “Cultures politiques et propagande d’État”, “Qui gouverne ?”, “La paysannerie” et “Les deux capitales”.

 Étienne Peyrat, maître de conférences à l’Institut d’Études politiques de Lille, est agrégé en Histoire et ancien élève de l’ENS-Ulm. Engagé avec Sabine Dullin dans le projet de recherche SOVFED sur le fédéralisme soviétique, il est l’auteur d’une Histoire du Caucase au XXe siècle (Fayard, 2020). Il a codirigé le présent volume avec Alexandre Sumpf, avec lequel il a corédigé la partie Repères. Il a également rédigé l’Historiographie ainsi que les chapitres “De l’empire au fédéralisme” et ceux consacrés aux villes de Harbin et Tachkent.

Elena Astafieva, chargée de recherches au CNRS depuis 2013, est membre du Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC). Spécialiste des questions religieuses sous l’empire tsariste, elle a publié plusieurs articles sur le sujet, notamment “Theology, religion, politics in Russian Empire” (Politika, 2018). Dans le présent volume, elle a rédigé avec Eugène Lyutko, chercheur à l’université Saint-Tikhon de Moscou, le chapitre sur l’Église orthodoxe.

Masha Cerovic, maîtresse de conférences à l’EHESS depuis 2017, membre du CERCEC, est agrégée en Histoire et ancienne élève de l’ENS-Ulm. Elle est l’auteur de Les enfants de Staline : la guerre des partisans soviétiques (1941-1944) (Paris, Seuil, 2018). Elle a rédigé ici le chapitre “Occupants et occupés”, traitant de l’observation en acte de la politique de puissance soviétique lors des séquences de conquête comme lors des épisodes d’occupation étrangère.

Thomas Chopard est chercheur post-doctoral du projet “Lubartworld” financé par l’European Research Council. Il est l’auteur de Le martyre de Kiev : 1919, l’Ukraine en révolution entre terreur soviétique, nationalisme et antisémitisme (Paris, Vendémiaire, 2015). Dans la section Espaces de cet ouvrage, il a traité le chapitre sur la Pologne et l’Ukraine, ainsi que le chapitre consacré à Kiev.

Sophie Cœuré, professeure à Paris Sorbonne (Paris-Diderot), est agrégée en Histoire et ancienne élève de l’ENS-Ulm. Elle est l’autrice de nombreux travaux de référence sur les rapports entre Russie et France au XXe siècle, dont La grande lueur à l’Est : les Français et l’Union soviétique, 1917- 1939 (Paris, CNRS Éditions, 2017). Dans cet ouvrage, elle a rédigé le chapitre “L’influence et la puissance. Propagande et diplomatie culturelle russe et soviétique”.

Marin Coudreau, docteur en Histoire et post-doctorant CNRS (“Envirohealth”), est l’auteur du chapitre “Les moyens de la puissance” de la section Thèmes et, dans la section Espaces, du chapitre intitulé “La nature sacrifiée pour la puissance”.

Sylvain Dufraisse, maître de conférences en STAPS à l’université de Nantes depuis 2018, est agrégé en Histoire. Il est l’auteur de Les héros du sport, une histoire des champions soviétiques (années 1930-années 1980) (Ceyzerieu, Champvallon, 2019). Dans le présent ouvrage, il a rédigé le chapitre consacré aux sportifs.

Julien Gueslin, directeur du musée de La Contemporaine à Nanterre, est docteur en Histoire et agrégé en Histoire. Il prépare actuellement une Histoire des Pays baltiques (Collection U, Armand Colin). Il a rédigé les chapitres “Les pays baltes” et “Riga”.

Mathilde Matras, assistante à l’université de Genève, prépare une thèse de doctorat intitulée “Les populations dites “allogènes” (inorodcy) et leurs contacts avec les exilés politiques dans l’oblast de Iakoutie à la fin du XIXe siècle : les conditions d’une contestation de l’ordre impérial ?” Elle a rédigé le chapitre sur la Sibérie.

Lorraine de Meaux, agrégée et docteure en Histoire, est enseignante au lycée Fénelon. Elle est l’autrice de plusieurs ouvrages, dont La Russie et la tentation de l’Orient (Paris, Fayard, 2010) et Une grande famille russe. Les Gunzburg (Paris, Perrin, 2018). Dans ce volume, elle a rédigé le chapitre consacré à l’Asie centrale et celui sur les territoires juifs.

Hélène Mondon, maîtresse de conférences à l’université de Lille, a soutenu en 2011 une thèse intitulée “Les premiers déplacés spéciaux de Staline et leur destinée dans le Nord européen de l’URSS”. Elle a traduit et annoté Nous autres, paysans : lettres aux Soviets (Lagrasse, Verdier, 2004). Dans la partie Acteurs de cet ouvrage, elle a rédigé le chapitre “Les relégués”.

Camille Neufville, ancienne élève de l’ENS-Ulm, est doctorante à l’université de Strasbourg (2020-2023). Son sujet de thèse s’intitule “Usages du thé dans l’Empire russe et en URSS, 1860-1935: commercialisation, contrôle étatique et consommation populaire”. Dans la section Espaces, elle a rédigé le chapitre “Les espaces maritimes russes” ; dans la partie Outils, elle a rédigé la bibliographie, la chronologie, et le glossaire et assisté les directeurs d’ouvrage dans leur travail de coordination.

Gwendal Piegais, auteur d’une thèse intitulée “De front en front… Usages diplomatiques, militaires et mémoriels des brigades russes en Macédoine durant la Grande Guerre”, en cotutelle à l’université de Bretagne-Ouest et à l’université de Strasbourg. Il est l’auteur du chapitre “L’armée russe,instrument et cadre de la puissance impériale et soviétique”.

Sofia Tchouïkina est maîtresse de conférences en civilisation russe contemporaine (section CNU 13) à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis depuis 2015. Elle est l’auteur, en russe, puis en français, de l’ouvrage Les gens d’autrefois. La noblesse russe dans la société soviétique (Paris, Belin, 2017). Elle a rédigé le chapitre sur le destin de l’aristocratie russe.

"La Russie, dans son actualité et son histoire, constitue depuis l’époque moderne un objet de curiosité en Europe et en France. Cette curiosité se maintient d’un siècle à l’autre et, si ses modalités changent naturellement au fil du temps, au gré de l’évolution des régimes politiques, des sociétés et des rapports de force géopolitiques, elle s’appuie aussi sur de nombreux éléments de continuité. Le “voyage en Russie” constitue ainsi un genre littéraire en soi aux XVIIIe -XIXe siècles, marqué par des figures comme Diderot – qui se rend en 1773 auprès de Catherine II –, Adolphe de Custine ou encore Alexandre Dumas, nourrissant aisément une anthologie volumineuse comme celle publiée par Claude de GRÈVE [1990]. Le choc de la révolution bolchevique de 1917, véritable début du “Short Twentieth Century” [HOBSBAWM, 1994], renforce autant qu’il transforme dans l’entre-deux-guerres la fascination pour la “grande lueur à l’Est”, aussi bien parmi les sympathisants du communisme que parmi ses adversaires [CŒURÉ, 2017a].

Le retentissement du Retour d’URSS (1936) publié par André Gide à l’issue d’un voyage dans la “patrie des Soviets” est largement dû à son inscription dans les débats qui parcourent la société française à l’époque du Front populaire et de la guerre d’Espagne. L’ouvrage paraît alors que les publications et controverses se multiplient autour de l’évolution du régime soviétique et des continuités que ce dernier manifesterait avec l’époque tsariste. C’est en effet à la même époque que d’anciens partici[1]pants de la Révolution comme Pierre Pascal, Boris Souvarine ou Victor Serge publient des analyses incisives sur le destin du communisme. Les réflexions sur la place de la violence dans la fabrique de l’histoire russe et soviétique s’appuient aussi bien sur une historiographie émigrée que sur les courants dissidents du communisme – Léon Trotski ayant pris le chemin de l’exil en 1929 –, et sont alimentées par la manifestation renouvelée des aspects les plus répressifs du régime. Au-delà de la diversité des analyses sur l’Empire tsariste et l’Union soviétique et de l’importance plus ou moins grande qu’elles accordent aux enjeux du passé, nombre d’entre elles font écho aux thèmes les plus fréquemment évoqués dans la discussion de la Russie contemporaine.

C’est d’abord au prisme de la puissance, notamment dans sa dimension militaire et internationale, que la Russie suscite l’interrogation. Son émergence comme puissance majeure sur la scène européenne au XVIIIe siècle est en filigrane des travaux historiques de Voltaire, à commencer par son Histoire de Charles XII, qui analyse l’antagonisme entre le roi de Suède et le tsar Pierre le Grand (r. 1682-1725). Cet affrontement offre en effet à la Russie la fondation de Saint-Pétersbourg (1703), une avancée vers la mer Baltique et la première revendication du titre d’imperator par Pierre en 1721. L’obsession de la puissance russe se décline, tout au long des XIXe et XXe siècles par le succès de textes apocryphes attribuant à Pierre le Grand un “testament” dessinant une stratégie secrète d’avancée vers la Méditerranée et les “mers chaudes”, qui n’a pas été sans influencer la production géopolitique contemporaine. Elle ne se limite d’ailleurs pas à une perspective européenne, d’autres pays voisins de l’Empire russe puis de l’URSS – comme la Turquie, l’Iran, la Chine ou le Japon – ayant développé des écoles historiographiques d’analyse de l’émergence de la puissance russe.

La Russie n’est cependant pas vue comme une puissance tout à fait semblable à celles qui s’affirment à la même époque, notamment les empires européens en pleine ascension. La notion de décalage apparaît ici comme un second leitmotiv de l’historiographie, qui se retrouve pleinement dans le thème proposé au concours. Cette notion de décalage s’entend dans plusieurs dimensions. Dans une dimension économique et politique, tout d’abord, elle représente un prisme désormais classique par lequel l’idée d’un “retard” de la Russie, intériorisée par les élites politico-économiques russes, serait un des moteurs de la transformation qu’elles impulsent depuis le XVIIIe siècle au pays. Si le thème du retard ou de la discordance des temps se retrouve plus largement en Europe centrale à l’époque contemporaine, c’est sa traduction dans des pratiques étatiques de modernisation qui est souvent mise en avant dans le cas russe et la contradiction qui se manifeste dans l’idée d’une “puissance pauvre” [SOKOLOFF, 1993], ne disposant pas toujours des moyens de ses ambitions. C’est enfin la dialectique entre volonté de rattrapage et affirmation d’une identité propre, irréductible, qui est au cœur de la relation entre Russie et Europe, par-delà la variation des régimes [REY, 2016]."