La Chine du traité de Nankin à la proclamation de la RPC (1842-1949)
search
  • La Chine du traité de Nankin à la proclamation de la RPC (1842-1949)

La Chine du traité de Nankin à la proclamation de la RPC (1842-1949)

18,01 €

Par Diane Hequet, Laurent Galy et Clarisse Gemely

S'adressant à tous les candidats aux concours, notamment ceux des ENS, Clefs concours offre une synthèse par sujet.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout sur le sujet 2020 d'Histoire contemporaine du tronc commun de l'ENS. 

Comme tous les clefs-concours, l'ouvrage est structuré en trois parties :

- Repères : le contexte historique

- Thèmes : comprendre les enjeux du programme

- Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un personnage, une référence. 

Fiche technique

Référence
460596
ISBN
9782350305967
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
288
Reliure :
broché
Format :
poche

Introduction.15

Débats sur la périodisation historique.16

Les sources.17

Le point de vue occidental de l’histoire mondiale. . . . . . . . . . . . . . . . . . .17

Les sources chinoises. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18

REPÈRES

La Chine des Qing avant 1840.23

La recherche de la légitimité du pouvoir par les Qing.23

La conquête mandchoue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23

La mise en place d’un Empire sino-mandchou. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25

L’expansion réussie de l’Empire en Asie centrale. . . . . . . . . . . . . . . . . . .28

Le rôle du confucianisme impérial. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29

La conjoncture de la crise.30

Les facteurs internes du déclin de l’Empire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30

• La faiblesse de l’autorité de l’État. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30

• Les révoltes intérieures. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31

Révolte du Lotus blanc (1796?1804).31

Révolte à la frontière du Turkestan (1826?1835).33

L’accentuation de la pression extérieure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34

• Le système du commerce extérieur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34

• Le commerce de l’opium. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35

Ouverture forcée et révoltes intérieures (1840?1860).39

L’intrusion de l’Occident : les guerres de l’Opium.39

La première guerre de l’Opium (1839-1842). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39

La seconde guerre de l’Opium (1856-1860). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .43

Les mouvements insurrectionnels du milieu du xixe siècle.45

La grande révolte des Taiping (1851?1864). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45

• Les origines et les caractéristiques du mouvement. . . . . . . . . . . . . . . . . . .45

• L’échec du Royaume céleste de la Grande Paix. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48

MEP Chine6.indd 6 30/12/2019 17:00

 

Les autres foyers de révolte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50

• L’insurrection des Nian. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50

• Les rébellions musulmanes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52

• Les soulèvements mineurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

Le rétablissement de l’ordre impérial (1860?1885).53

La restauration du pouvoir central. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54

La répression des insurrections. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55

La reconstruction des années 1860?1870. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

La modernisation inachevée (1860?1895).59

La politique de modernisation.59

Le mouvement du “renforcement” (ziqiang). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59

Le fuqiang, volet économique du mouvement de “renforcement”. . . . . . .62

La fin du système tributaire.63

Le Vietnam et la guerre franco-chinoise (1884?1885). . . . . . . . . . . . . . . .63

La Corée et le déclenchement du conflit sino-japonais. . . . . . . . . . . . . . .65

La première guerre sino-japonaise (1894?1895). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67

La transformation de lordre ancien (1895?1911).69

Réforme et insurrection (1895?1901).69

La réponse des élites : le mouvement réformiste. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70

Les “Cent-Jours” de réforme (1898). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71

Réactions populaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .73

• Les Boxeurs (1899-1901). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .73

• Développement de mouvements contestataires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75

Les Nouvelles politiques (1901?1911).76

L’influence japonaise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76

La réforme éducative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77

La réforme militaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78

La réforme administrative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79

La réforme politique, la voie du constitutionnalisme. . . . . . . . . . . . . . . . .80

La révolution de 1911 : la fin du régime impérial.81

Les événements de Wuchang. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82

• Le mouvement de protection des voies ferrées (bao ludao dong). . . . . . .82

• Le soulèvement de Wuchang et l’insurrection générale. . . . . . . . . . . . . . .82

Proclamation de la République. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86

Les débuts de la République chinoise (1912-1937).87

De la république à la dictature (1912?1916).87

L’année cruciale de 1912. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87

La dictature de Yuan Shikai (1913?1916). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88

La Chine dans la Première Guerre mondiale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90

La chute de Yuan Shikai. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90

MEP Chine6.indd 7 30/12/2019 17:00

 

L’ère des seigneurs de la guerre (1916?1928).91

Les seigneurs de la guerre et leur politique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91

La question du nationalisme et le Mouvement du 4 Mai. . . . . . . . . . . . . .95

L’essor du Guomindang. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97

• Les théories politiques de Sun Yat?sen. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97

• L’alliance avec le Komintern et le premier Front uni. . . . . . . . . . . . . . . . .98

• La mort de Sun Yat?sen et les divisions internes au GMD. . . . . . . . . . . .100

• Le mouvement du 30 mai 1925. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100

L’expédition du Nord. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101

• La défaite de Wu Peifu. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101

• Le massacre des communistes et la rupture du Front uni. . . . . . . . . . . . .102

• L’unification achevée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .104

La décennie de Nankin (1928?1937).105

Un pouvoir contrarié. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106

• L’influence des seigneurs de la guerre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106

• Dissensions idéologiques sur la question des institutions. . . . . . . . . . . . .106

L’agression japonaise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107

L’oeuvre du Guomindang. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110

• Les changements politiques après l’invasion de la Mandchourie. . . . . . .110

• L’oeuvre de construction nationale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111

• Une position de force sur l’échiquier politique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112

Les débuts de la guerre civile. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113

• La rupture du premier Front uni et ses conséquences pour le Parti communiste chinois. . . . . . . . . . . . . . .113

• La marginalisation réussie du PCC. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115

• La Longue Marche (1934?1935). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .116

Vers la guerre sino-japonaise : un second Front uni ?. . . . . . . . . . . . . . . .117

La guerre sino-japonaise et la guerre civile (1937-1949).119

La guerre de résistance contre le Japon (1937?1945).119

Offensives et premières victoires japonaises. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119

• Vers la déclaration de guerre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119

• Premières victoires japonaises. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120

• L’aide soviétique et le second Front uni. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121

• L’avancée japonaise le long du fleuve Bleu (Yangzi). . . . . . . . . . . . . . . .122

• La perspective d’une guerre longue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123

Un nouveau rapport de force entre le PCC et le GMD. . . . . . . . . . . . . . .122

• La menace de rupture du second Front uni. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123

• L’affaiblissement de l’État-Guomindang. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .124

• Le PCC, une nouvelle force. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125

• Mao Zedong et Chiang Kai?shek, deux leaders en puissance. . . . . . . . . .127

• La Chine occupée et les gouvernements collaborateurs. . . . . . . . . . . . . .127

MEP Chine6.indd 8 30/12/2019 17:00

 

L’aide américaine et la victoire chinoise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .128

• De l’offensive Ichigo à la capitulation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .128

• Le bilan de la guerre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .129

La reprise de la guerre civile (1945?1949).130

L’espoir de la paix. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130

• Avantages du Guomindang après-guerre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

• La sortie de guerre : 1945?1946. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .131

Le rôle de l’URSS et des États-Unis.131

L’échec de la mission Marshall.131

Nouveau conflit armé et défaite du Guomindang. . . . . . . . . . . . . . . . . . .133

• Les offensives du Guomindang. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133

• L’inversion du rapport de force entre le GMD et le PCC. . . . . . . . . . . . .133

• Les faiblesses du Guomindang. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134

• La politique du PCC. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135

• L’introuvable alternative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136

Le repli du GMD à Taïwan et l’avènement de la RPC. . . . . . . . . . . . . . .136

• L’installation difficile des nationalistes à Taïwan. . . . . . . . . . . . . . . . . . .136

• La proclamation de la République populaire de Chine. . . . . . . . . . . . . . .138

THÈMES

L’unité chinoise.141

De grandes disparités au sein du monde chinois.141

Un territoire immense et varié. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .142

De nombreuses minorités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .142

L’histoire de la géographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .143

Construction d’une unité politique.145

La langue écrite. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145

L’identité chinoise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .147

La question du régionalisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .149

Économie et société.151

Économie et société de la Chine avant l’Ouverture.153

Le régime agraire classique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153

Le développement du commerce. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .154

L’impact de l’Ouverture dans la deuxième moitié du xixe siècle.157

Augmentation du commerce extérieur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .158

La “révolution commerciale”. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161

Les premières usines modernes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161

MEP Chine6.indd 9 30/12/2019 17:00

 

L’évolution au cours de la première moitié du xxe siècle.163

Les débuts de l’industrialisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .163

Les mutations sociales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .166

La société urbaine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167

La société rurale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .168

Le siècle des traités.173

L’ancien système des tributs.174

Les conséquences de l’ouverture forcée.176

Les concessions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177

Les douanes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .178

Approfondissement de la présence étrangère en Chine. . . . . . . . . . . . . .179

Les missionnaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .179

Entre conciliation et résistance.180

Le triomphe de la conciliation avec les étrangers. . . . . . . . . . . . . . . . . . .180

L’influence croissante du Zongli Yamen. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181

Résistances chinoises et occidentales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .182

Le partage de la Chine.183

L’avancée de la Russie en Asie Centrale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .183

Le conflit franco-chinois au Vietnam. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .183

Expansion économique des puissances impériales. . . . . . . . . . . . . . . . . .184

Les conséquences du conflit sino-japonais. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .185

Histoire intellectuelle chinoise moderne (1840?1949).189

Premières prises de position de la Chine face aux idées étrangères (milieu du xixe siècle - 1890).191

Débuts, essor et apogée du réformisme (1890?1898).192

Réformistes, révolutionnaires et “ismes” (1898?1911).197

Le Mouvement pour la nouvelle culture et le 4 Mai (1911?1920).199

Communisme et nationalisme (1919?1949).201

Notes sur les trois sagesses chinoises.205

Le confucianisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .205

Le taoïsme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207

Le bouddhisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .208

MEP Chine6.indd 10 30/12/2019 17:00

 

OUTILS

Cartes

Les provinces. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .211

La Chine (1842-1912). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .212

La révolte des Taiping (1851-1864). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .213

Le réseau ferroviaire chinois (1905). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .214

Les concessions étrangères en Chine (1912). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .215

La Chine éclatée (1926). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .216

La Longue Marche (oct. 1934 - oct. 1935). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .217

L’expansion japonaise (1937-1942). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .218

La Chine (1945-1949). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .219

Villes

Pékin (Beijing). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .220

Shanghai. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .221

Tientsin (Tianjin). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .222

Canton (Guangzhou). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .223

Nankin (Nanjing). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .224

Chongqing. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .224

Organisations

Guomindang. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .225

Parti communiste chinois. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .226

Komintern. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .229

Chronologie

Les dynasties. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .230

Les événements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .230

Bibliographie.241

Personnages

Les empereurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .251

Autres personnages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .253

Diane Hequet est diplômée de l’université Paris-VI, de Sciences Po Paris et de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Elle a étudié à Pékin et à Jingdezhen (Jiangxi), et effectué des voyages au long cours en Chine. Elle écrit et traduit du chinois au français. Ses recherches portent sur la pensée traditionnelle et moderne, l’écriture et l’esthétique chinoises. Elle a dirigé le présent ouvrage, pour lequel elle a rédigé les Repères ainsi que la majorité des Thèmes et Outils.

Laurent Galy, docteur en histoire de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et diplômé de l’Inalco, est maître de conférences à l’Inalco et membre statutaire de l’Institut français de recherches sur l’Asie de l’Est (IFRAE). Il étudie l’histoire du politique et du christianisme en Chine, l’histoire urbaine et l’histoire militaire de la Chine. Il a publié de nombreux articles et chapitres d’ouvrages, et prépare une monographie sur la société urbaine et politique en Chine pré-communiste en s’intéressant au cas de Tianjin. Dans le présent volume, il a écrit la partie “Économie et société”.

Clarisse Gemelli est titulaire d’un master de recherche en études chinoises à l’Inalco et d’une licence en chinois et grec moderne de l’université de Genève. Actuellement gestionnaire de collections en chinois à la Bibliothèque nationale de France, elle est également traductrice de plusieurs langues et travaille comme évaluatrice pour la langue italienne auprès de la Confédération suisse. Dans le présent ouvrage, elle a rédigé le Thème sur l’histoire intellec­tuelle moderne chinoise ainsi que les notices biographiques de Kang Youwei, Feng Guifen, Liang Qichao, Gong Zizhen, Yan Fu, Tan Sitong, Guo Moruo, Cai Yuanpei, Lu Xun, Mao Dun, Ba Jin et Zhang Jian.

Malgré des mutations somme toute assez profondes de la société et une certaine résilience de l’économie, la situation de la Chine semblait en 1949 celle d’une stagnation d’ensemble et d’un retard certain, du fait d’un processus d’industrialisation très lent (comparé à celui du Japon notamment). Bien des analyses en étaient alors proposées, qui imputaient ce retard, et plus largement la paupérisation de la population, soit à l’exploitation par les dizhu et les impérialistes étrangers, soit à la surpopulation. Dans un ouvrage initialement paru en 1949, Chûgoku keizai no shakai taisei (Le régime social de l’économie chinoise), un économiste japonais, Muramatsu Yûji (1912?1974), expliquait la lenteur de l’industrialisation par la trop forte concurrence de la production artisanale des millions de foyers paysans, celle?ci découlant à son tour du très faible coût d’une main-d’oeuvre surabondante [Muramatsu, 1975]. Pour cette raison même, la production artisanale avait pu résister à la concurrence des produits de l’industrie moderne étrangère (importés), alors même que la Chine était soumise depuis le milieu du xixe siècle à un régime de libre-échange intégral, et à celle des produits de l’industrie moderne de Chine.

(page 170)