Géographies du politique (à paraître)
search
  • Géographies du politique (à paraître)

Géographies du politique

23,70 €

Sous la direction de Fabrice Argounes.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout ce dont l’étudiant a besoin pour le sujet 2022-2023 de Géographie thématique de l'agrégation de Géographie. Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :

   - Repères : le substrat conceptuel;

   - Thèmes : comprendre les enjeux du programme;

   - Outils : cartes, graphiques, images, chronologie et glossaire.

Fiche technique

Référence
460738
ISBN
9782350307381
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
17,8 cm
Nombre de pages :
512
Reliure :
broché

INTRODUCTION AUX GÉOGRAPHIES DU POLITIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

PORTER UN REGARD EPISTÉMOLOGIQUE

SUR LES GÉOGRAPHIES DU POLITIQUE

GÉOGRAPHIE ET POLITIQUE : DES LIENS ANCIENS ET PROBLÉMATIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

LA “GÉOGRAPHIE POLITIQUE” FRANCAISE : SENS ET (RÉ)INCARNATIONS DISCIPLINAIRES (1800-1945). . . .  . . . . . . . . . . . . 51

GÉOGRAPHIE, GÉOGRAPHIE POLITIQUE ET FONDEMENTS THÉORIQUES DE L’ANARCHISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

D’AUTRES GÉOGRAPHIES DU POLITIQUE ? LE DÉVELOPPEMENT DE LA GÉOPOLITIQUE AU QUÉBEC . . . . . . . .  . . . . . . . . . 73

LA GÉOGRAPHIE CRITIQUE ET RADICALE.

SPÉCIFICITÉS ET GENESE D’UN CHAMP SINGULIER DE LA GÉOGRAPHIE FRANCAISE . . . . . . .  . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . . . 77

LA GÉOPOLITIQUE DU SAVOIR GÉOGRAPHIQUE : à LA RECHERCHE DES ESTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

DÉCOLONISER LA GÉOGRAPHIE, ET DÉCOUVRIR DES TRADITIONS GÉOGRAPHIQUES ALTERNATIVES . . . . . . . . . . . . . . . . 99

GÉOGRAPHIES POSTCOLONIALES ET DÉCOLONIALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105

 

JEUX DE POUVOIRS ET D’ÉCHELLES :

QUELLES GÉOPOLITIQUES CONTEMPORAINES ?

 

LE PROJET CHINOIS DES NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE :

UN RELAI GÉOPOLITIQUE SUR LE CONTINENT AFRICAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

GÉOPOLITIQUE ET GÉOÉCONOMIE DES RIVALITÉS ÉCONOMIQUES

ET DES NÉGOCIATIONS COMMERCIALES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

GÉOGRAPHIE ET GÉOPOLITIQUE DU TERRORISME. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137

GÉOPOLITIQUE DU CYBERESPACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145

GÉOPOLITIQUE ET GÉOGRAPHIE POLITIQUE DE L’EAU :

DES “GUERRES DE L’EAU” à “L’HYDRODIPLOMATIE”, UNE DISCIPLINE EN PLEIN RENOUVEAU. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  155

GÉOGRAPHIE POLITIQUE ET GÉOPOLITIQUE DES OCÉANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163

GOUVERNANCE ENVIRONNEMENTALE PLANÉTAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175

 

APPROCHES MULTISCALAIRES DU POLITIQUE :

GÉOPOLITIQUE ET GÉOGRAPHIE POLITIQUE DU GLOBAL AU LOCAL

 

LE POLITIQUE ET LES LIMITES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187

GÉOGRAPHIE POLITIQUE DES MIGRATIONS :

LES MIGRATIONS INTERNATIONALES, UNE QUESTION GÉOPOLITIQUE GLOBALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195

GÉOGRAPHIE POLITIQUE DES TERRITOIRES MULTISITUÉS : L’ESPACE LOCAL

AU PRISME DES DÉCOUPAGES ET DES MIGRATIONS INTERNATIONALES AU MALI ET AU SÉNÉGAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199

LES MISSIONS DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES :

LA MATÉRIALISATION D’UN ORDRE MONDIAL ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209

TERRE ET CIEL COMME ESPACES NORMÉS : GÉOGRAPHIE POLITIQUE

DU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS COMME CADRE, ENJEU ET THÉATRE DE LA PUISSANCE. . . . . . . .. . . . . . . .. . . . . 221

GÉOPOLITIQUE DU DÉVELOPPEMENT PORTUAIRE EN BALTIQUE ORIENTALE : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  DE LA CENTRALISATION MONOPOLISTIQUE à LA CONCURRENCE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

 

GÉOGRAPHIES DE LA POLITIQUE ET DES POLITIQUES :

DE MULTIPLES ENJEUX POLITIQUES ET SOCIAUX

LES GÉOGRAPHIES ÉLECTORALES FRANCAISES AU COEUR DU DÉBAT PUBLIC NATIONAL . .. . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . . . . 239

DES ÉTATS CONFRONTÉS à DES RECOMPOSITIONS GÉOPOLITIQUES INTERNES :

LE CAS DU ROYAUME-UNI. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245

GÉOGRAPHIE POLITIQUE DES SERVICES PUBLICS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259

GÉOGRAPHIE POLITIQUE ET CULTURE :

LA CULTURE COMME INSTRUMENT DE L’ACTION PUBLIQUE DANS LES TERRITOIRES POSTINDUSTRIELS . . . . . . . . . . . . 273

LA VILLE AU COEUR DES GÉOGRAPHIES DU POLITIQUE : GÉOGRAPHIES POLITIQUES DE L’URBAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . 279

POUR QUI PRODUIT-ON LES ESPACES PUBLICS CONTEMPORAINS ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 289

GÉOPOLITIQUE DE LA LOI SRU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

PLANIFICATION URBAINE, AUTORITARISME ET CAPITALISME :

UNE PERSPECTIVE à PARTIR DU SUD GLOBAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305

GÉOGRAPHIES CUBANO-AMÉRICAINES DU POUVOIR :

LES BANLIEUES COMME TERRITOIRE POLITIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315

GÉOPOLITIQUE ET RECOMPOSITIONS INTERCOMMUNALES :

L’IMPACT DES ÉMOTIONS DANS LA CONSTRUCTION DU TERRITOIRE HAVRAIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327

LES RELATIONS QUOTIDIENNES DE POUVOIR DANS LES ESPACES PUBLICS :

PERSPECTIVES VIETNAMIENNES ET RYTHMANALYSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 341

 

DES TERRAINS NOVATEURS ET DE “NOUVEAUX” ENJEUX

POUR LES GÉOGRAPHIES DU POLITIQUE

 

GÉOGRAPHIE POLITIQUE DU BIG DATA. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 349

GÉOGRAPHIE POLITIQUE DES ANIMAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 353

GÉOGRAPHIE POLITIQUE DES COMMÉMORATIONS :

MUSÉES-MÉMORIAUX DES MÉMOIRES DE LA SHOAH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 357

GÉOGRAPHIE POLITIQUE DES “BEAUX PAYSAGES” SUR LE TEMPS LONG :

L’ART, LES POUVOIRS ET LES ESPACES NATURELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 367

GÉOGRAPHIE POLITIQUE DES JEUX D’ARGENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 377

QUELQUES RÉFLEXIONS GÉOPOLITIQUES ET GÉOGRAPHIQUES SUR LA COVID-19. . . . . . . .  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 387

 

GÉOGRAPHIES ET GÉOGRAPHES ENGAGÉS

 

LES GÉOGRAPHES UNIVERSITAIRES FRANCAIS AU PRISME DE LEURS ENGAGEMENTS

(FIN XIXe SIECLE - FIN XXe SIECLE) : AU SERVICE DE L’ACTION ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 395

POLITIQUE DES GÉOGRAPHES, ÉPISTÉMOLOGIE DE L’ENGAGEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 405

CONCILIER RIGUEUR SCIENTIFIQUE ET ENGAGEMENT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 417

RECHERCHES GÉOGRAPHIQUES EN TERRAINS MILITANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 423

CE QUE LE FÉMINISME FAIT AUX GÉOGRAPHIES DU POLITIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 429

ENTRETIENS “ÉGOGÉOGRAPHIQUES” AUTOUR DE L’ENGAGEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 433

 

ÉGOGÉOGRAPHIES POLITIQUES, DES ENGAGEMENTS ET LEURS ORIGINES :

RÉCITS DE GÉOGRAPHES ENGAGÉS

 

COMMENT S’ENGAGER EN GÉOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 445

LA GÉOGRAPHIE COMME SCIENCE GÉOPOLITIQUE IMPLIQUÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 449

MES ENGAGEMENTS ET LEURS ORIGINES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 453

 

LES GÉOGRAPHIES DU POLITIQUE

à L’ÉPREUVE DE LA GÉOGRAPHIE SCOLAIRE

 

QUELLE PLACE POUR LE POLITIQUE DANS LES PROGRAMMES SCOLAIRES ?. . . . .  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 461

 

OUTILS

 

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 471

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 505

Pierre AGERON est docteur en géographie, professeur agrégé de géographie en classes préparatoires au lycée Fustel de Coulanges de Strasbourg et spécialiste des mobilités, auteur d’une thèse sur l’intermodalité et ses enjeux pour les aéroports.

Fabrice ARGOUNÈS est géographe et géohistorien à l’université de Rouen-Normandie (Inspé).

Xavier AURÉGAN, géographe spécialisé en géopolitique, maître de conférences à l’université catholique de Lille et chercheur associé à l’IFG Lab, au CQEG et à l’IFRAE, il travaille sur la géopolitique africaine, les jeux d’acteurs et rivalités de pouvoirs. Ses recherches portent également sur les relations extérieures du continent, en particulier avec les puissances et présences émergentes, et les enjeux induits par ces reconfigurations spatiales, économiques et géopolitiques.

Mark BAILONI est géographe et maître de conférences à l’université de Lorraine et membre du laboratoire LOTERR, où il travaille sur les enjeux géopolitiques des politiques de renouveau des vieux territoires industriels dans le nord de l’Angleterre.

Laurent BEAUGUITTE est chargé de recherche CNRS à l’UMR Géographie-cités. Ses travaux portent sur la dimension spatiale du politique, de l’échelle Monde (ONU) à l’échelle intra-urbaine (Nuit debout). Il a récemment étudié les scènes musicales d’extrême droite et les zones à défendre (cf. son carnet de recherche Espaces et radicalités). Il est par ailleurs spécialisé dans les démarches d’analyse de réseaux.

David BLANCHON est professeur à l’université Paris Nanterre au sein du département de géographie et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Il a notamment travaillé sur la gestion de l’eau ainsi que sur le Soudan, l’Afrique du Sud et l’Arizona.

Sylvie BRUNEL est professeur des universités en géographie à l’université Paris-Sorbonne, écrivain et ancienne présidente d’Action contre la Faim. Ses derniers ouvrages parus en 2021 s’intitulent Pourquoi les paysans vont sauver le monde (Harper Collins) et Manuel de guérison à l’usage des femmes (Albin Michel).

Yann CALBÉRAC est maître de conférences en géographie à l’université de Reims Champagne-Ardenne, membre du CRIMEL et membre junior de l’Institut universitaire de France, et spécialiste d’histoire et d’épistémologie de la géographie et des sciences sociales.

Dominique CHEVALIER est maître de conférences HDR en géographie à l’Université Lyon 1 Claude Bernard – Inspé. Elle travaille sur les questions de mémoire et d’histoire, principalement de la Shoah et sur la “spatialisation des mémoires douloureuses” (essentiellement dans les espaces urbains).

Thibault COURCELLE est maître de conférences en géographie-aménagement à l’Institut national universitaire J.-F. Champollion d’Albi, membre de l’axe de recherche Politiques publiques, environnement et sociétés (PPES) et du Laboratoire interdisciplinaire sciences sociétés territoires (LISST) CNRS (UMR 5193), Centre interdisciplinaire d’études urbaines (CIEU).

Hugo CUPRI prépare actuellement une thèse de doctorat de géographie sur “Les géographes et l’épithète politique (1880-2000)” à l’université Panthéon-Sorbonne et au sein de l’équipe de recherche E. H. GO (Épistémologie et Histoire de la Géographie) de l’UMR 8504 Géographies cités. Ce travail s’inscrit dans les champs de la sémantique historique, de la sociolinguistique et de l’histoire conceptuelle.

Daniel DORY est maître de conférences HDR en géographie et géopolitique à l’université de La Rochelle.

Martine DROZDZ est chargée de recherche au CNRS au Laboratoire technique territoires et sociétés (LATTS) et enseignante à l’École d’urbanisme de Paris et à Sciences-Po.

Hadrien DUBUCS, géographe, est maître de conférences à Sorbonne Université, membre du laboratoire Médiations – Sciences des lieux, sciences des liens, et affilié à l’Institut Convergences Migrations. Il travaille sur les migrations internationales très qualifiées et leurs enjeux urbains, en France et aux Émirats arabes unis.

Jean ESTEBANEZ est maître de conférences en géographie à l’université Paris-Est Créteil (UPEC). Il est membre du Lab’Urba et co-anime le groupe de travail “Natures Urbaines” du Labex Futurs Urbains. Il s’intéresse aux relations entre les humains et les animaux, notamment à travers une analyse des rapports de travail et des questions de mise à mort.

Grégoire FAUCONNIER est agrégé et docteur en géographie, il a soutenu en 2019 une thèse sur la mise en œuvre de l’article 55 de la loi SRU dans les Yvelines. Ce travail a été adapté dans un livre paru en 2020 aux éditions Omniscience : Loi SRU et mixité sociale, le vivre ensemble en échec ? Ses recherches portent sur les effets de la loi SRU en matière de réalisation de logements sociaux, de mixité et de ségrégation urbaine.

Gabriel FAUVEAUD est professeur adjoint au sein du Département de géographie de l’université de Montréal et membre du Centre d’études asiatiques.

Federico FERRETTI est professeur titulaire de géographie à l’université de Bologne au sein du département des sciences de l’éducation.

Ygal FIJALKOW est professeur des universités en sociologie, à l’Institut national universitaire J.-F. Champollion d’Albi, membre de l’axe de recherche Politiques publiques, environnement et sociétés (PPES) et du Centre d’études et de recherches travail organisation pouvoir (CERTOP) CNRS (UMR 5044).

Antoine FLEURY est géographe, chargé de recherche au CNRS - UMR 8504 Géographie-cités. Ses recherches portent sur les espaces publics, appréhendés sous différents angles allant de l’aménagement et de la gestion aux usages et à leur régulation, ainsi qu’au commerce urbain, abordé conjointement sous l’angle des structures commerciales, des pratiques des commerçants et des politiques publiques. Soucieux d’analyser ces objets en relation avec le changement urbain au sens large, il a aussi travaillé sur la gentrification et les inégalités socio-spatiales, sur les modes d’habiter périurbains et sur les articulations entre espaces urbains et mobilités.

Michel FOUCHER est géographe et ambassadeur, essayiste et grand voyageur. Son dernier ouvrage paru, Arpenter le monde. Mémoires d’un géographe politique est publié chez Robert Laffont en février 2021.

Muriel FROMENT-MEURICE est géographe, maîtresse de conférences à l’université Paris Nanterre - UMR LAVUE (Laboratoire d’architecture, ville, urbanisme et environnement), GT JEDI (Justice Espace Discriminations Inégalités). Elle travaille sur les politiques d’espaces publics et les mesures de gestion des groupes définis comme “indésirables”. Sa thèse porte sur la gestion du mobilier urbain, le système d’accréditation des musiciens du métro et les patrouilles de correspondants de nuit à Paris.

Jean-Christophe GAY est professeur des universités à l’IAE Nice, au sein d’Université Côte d’Azur, et directeur scientifique de l’Institut du tourisme Côte d’Azur.

Sylvain GENEVOIS est maître de conférences en géographie à l’université de La Réunion. Ses travaux de recherche portent sur la didactique et l’épistémologie de la géographie, les pratiques professionnelles et le curriculum de formation ainsi que sur l’usage des technologies numériques en contexte d’éducation et de formation.

Marie GIBERT-FLUTRE est maîtresse de conférences à l’université de Paris et membre de l’UMR CESSMA (Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains, et asiatiques). Ses travaux portent sur les recompositions contemporaines de l’urbain au Vietnam et en Asie orientale et sur la production des espaces publics en contextes métropolitains autoritaires.

Cécile GINTRAC est géographe, enseignante en classes préparatoires littéraires. Elle a codirigé avec Mathieu Giroud Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain (Paris, Amsterdam, 2014). Elle est membre du Comité de vigilance JOP 2024 Saint-Denis.

Nicolas GINSBURGER est normalien, docteur en histoire contemporaine et chercheur associé à l’équipe de recherche E. H. GO (Épistémologie et histoire de la géographie) de l’UMR Géographie-cités (CNRS, Paris). Après une thèse sur les géographes universitaires français, allemands et états-uniens pendant la Première Guerre mondiale, il a consacré de nombreuses publications à des figures françaises et européennes de géographes engagés au cours du xxe siècle. Il a récemment codirigé l’ouvrage collectif Géographes français en Seconde Guerre mondiale (éditions de la Sorbonne, 2021).

Sylvain GUYOT est professeur des universités à l’université de Bordeaux Montaigne, membre de l’UMR 5319 CNRS Passages, membre junior de l’Institut universitaire de France. Spécialiste des fronts écologiques, il travaille sur la mise en art des espaces naturels dans des contextes territoriaux périphériques, d’abord en Afrique du Sud puis actuellement en Europe du Sud (Grèce, Italie, Espagne et France). Il est le co-animateur du dispositif art et sciences géographiques EXARMAS (Expo ARtistique MAison des Suds) localisé au cœur du campus bordelais.

Claire HANCOCK est professeure des universités en géographie à l’Université Paris-Est Créteil (UPEC). Géographe de formation et de conviction, ses travaux portent notamment sur le genre et les approches intersectionnelles de la production et des pratiques de l’espace, sur la justice spatiale et les enjeux de la différence et sur les méthodologies et épistémologies féministes.

Irène HIRT est professeur associée au département de géographie et environnement à l’université de Genève, en Suisse. Ses recherches portent sur les processus de réappropriation du territoire par les peuples autochtones dans les deux Amériques, la cartographie en contexte autochtone et les approches post et décoloniales en géographie. Elle a codirigé avec

Bernard Debarbieux l’ouvrage Politiques de la carte (ISTE Éditions) qui paraîtra à l’automne 2021.

Violaine JOLIVET est professeure agrégée de géographie à l’université de Montréal. Elle s’intéresse aux liens entre mobilités transnationales et production urbaine dans une approche comparative entre Amérique du Nord et du Sud.

Francisco KLAUSER est professeur ordinaire de géographie politique à l’université de Neuchâtel. Ses travaux portent sur les origines et effets socio spatiaux des technologies numériques qui sous-tendent notre quotidien, avec une attention particulière portée à la problématique de la surveillance et de la gestion des risques. Ses sujets de recherche incluent notamment la vidéosurveillance, la sécurité aux grands évènements sportifs et les problé[1]matiques de la ville intelligente et de l’agriculture numérique.

Frédéric LASSERRE est titulaire d’une maîtrise de Commerce (ESC Lyon), d’un MBA (York University, Toronto), d’un DEA de géopolitique (université Paris VIII) et d’un doctorat de géographie (université de Saint-Étienne). Il a travaillé comme consultant à l’Observatoire européen de géopolitique (Lyon), comme conseiller en affaires internationales au ministère québécois de l’Industrie et du Commerce, puis au sein d’Investissement Québec. Il est professeur depuis 2001 au département de géographie de l’université Laval (Québec) et dirige le Conseil québécois d’Études géopolitiques (CQEG). Il a mené de nombreuses recherches dans le domaine de la gestion de l’eau, au sujet de l’Arctique, en géopolitique des transports, sur les différends frontaliers maritimes en Asie et sur les politiques de la Chine. Il a été directeur de projet au sein du réseau de recherche international Arc[1]ticNet de 2010 à 2015. Avec son ouvrage L’éveil du dragon. Les défis du développement de la Chine au XXi e siècle (Presses de l’université du Québec), il a remporté le Prix du Meilleur livre d’Affaires HEC en 2006.

Boris LEBEAU est maître de conférences à l’université Sorbonne Paris Nord et membre de l’équipe pluridisciplinaire Pléiade (ER-7338).

Stéphanie LIMA est maîtresse de conférences en géographie à l’INU Champollion à Albi et membre du LISST (CNRS UMR 5193) de l’université de Toulouse 2 Jean Jaurès. Après avoir réalisé un doctorat (2003) et un post-doctorat (2009) au Mali, elle a réalisé un séjour de recherche d’une année au Sénégal en 2017-2018. Ses recherches portent sur les migrations internationales en Afrique de l’Ouest, plus particulièrement sur les recompositions des territoires locaux et sur les enjeux de la citoyenneté au sein des diasporas malienne et sénégalaise.

Lilian LOUBET est géographe, maître de conférences en aménagement et urbanisme à l’université du Havre, chercheur à l’UMR CNRS 6266 IDEES. Ses thèmes de recherche actuels sont centrés sur trois axes principaux : les recompositions territoriales, la gouvernance et la géopolitique locale (notamment à l’échelle intercommunale) et la gouvernance urbano-portuaire.

Florian LOUIS, agrégé et docteur en histoire, enseigne l’histoire en classes préparatoires littéraires au lycée Michelet de Vanves. Auteur d’une thèse sur la naissance de la géopolitique et les débats qui l’ont accompagnée (EHESS, 2019), il a notamment publié Les grands théoriciens de la géopolitique (4e édition, Belin, 2020).

Michel LUSSAULT est géographe, professeur à l’université de Lyon (École normale supérieure de Lyon) et directeur de l’école urbaine de Lyon. Auteur de la notion d’“hyper-lieux”, entre autres, il travaille sur la théorie des spatialités.

Camille MORTELETTE est docteur en géographie et chercheuse associée à Discontinuités (université d’Artois). Actuellement en poste à la fondation I-site Lille Nord-Europe comme ingénieure de recherche pour Metro[1]forum, la chaire pour les transitions métropolitaines. Ses travaux de recherche portent sur la reconversion par la culture des territoires postindustriels et postminiers, la patrimonialisation, les questions de renouvellement d’image, d’identité territoriale et le droit à la ville. Sa thèse intitulée Reconversion d’anciens sites miniers en lieux culturels. Enjeux territoriaux et appropriation dans le Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais met en miroir le positionnement stratégique de l’action publique locale et l’appropriation habitante des projets culturels.

Éric MOTTET est maître de conférences à l’Université catholique de Lille. Ses thématiques sont la géopolitique des frontières et de la transition énergétique et environnementale en Asie du Sud-Est et de l’Est.

Martin MÜLLER est professeur au sein de l’Institut de géographie et durabilité de l’université de Lausanne. Il dirige l’équipe de recherche M3 (Matérialités/Multiplicités/Metropolis).

Julien NOCETTI est enseignant-chercheur à l’académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan et chercheur associé à l’Institut français des relations internationales (IFRI). Il est également chercheur au Centre GEODE (Géopolitique de la data sphère, université Paris 8) et titulaire de la chaire Gouvernance du risque cyber à Rennes School of Business.

Philippe PELLETIER est professeur émérite de géographie près l’université Lyon 2. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages en géographie et en politique. En géographie politique, a publié sur: les litiges frontaliers du Japon, la dénomination de la mer du Japon, le projet de déplacement de la capitale du Japon, la gouvernance environnementale mondiale (plusieurs notices dans le Dictionnaire critique de l’anthropocène); l’enjeu politique de l’environnement du climat.

Jean-Robert PITTE est professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques et président de la société de géographie.

Marie REDON est maîtresse de conférence à l’université Sorbonne Paris Nord et membre de l’équipe pluridisciplinaire Pléiade (ER-7338).

Fabrice RIPOLL est maître de conférences en géographie sociale à l’université Paris-Est Créteil (UPEC). Jean RIVIÈRE est maître de conférences en géographie à l’université de Nantes et membre du laboratoire Espaces et Sociétés (ESO) à Nantes. Ses recherches s’inscrivent dans le champ de la géographie sociale et sont centrées sur l’étude de la dimension spatiale des inégalités et des rapports de domination. Ses travaux articulent les recompositions sociologiques en cours dans les mondes urbains et périurbains avec les comportements électoraux qui s’y expriment.

Arnaud SERRY est maître de conférences à l’université Le Havre Normandie et chercheur à l’UMR CNRS 6266 IDEES. Il est spécialisé en géographie des transports maritimes. Ses thèmes de recherche actuels sont centrés sur trois axes principaux: le transport maritime en mer Baltique, des travaux sur l’axe Seine via l’angle de l’adaptation des acteurs de l’économie maritime, portuaire et logistique aux aléas de la mondialisation et des travaux plus globaux consacrés au transport maritime notamment en lien avec l’utilisation de technologies modernes dans le monde maritime (AIS, GNL) et avec des publications à vocation pédagogique (préparation à l’agrégation).

Emmanuelle SURMONT est docteure en géographie (université Bordeaux-Montaigne/ IRD, 2021) et membre de l’UMR 5319 Passages. Ses travaux portent sur les aires marines protégées et les politiques de protection de l’environnement marin en France d’outre-mer et en Afrique du Sud. Elle enseigne actuellement l’histoire-géographie à Mayotte.

François TAULELLE est professeur des universités en géographie-aménagement, à l’Institut national universitaire J.-F. Champollion d’Albi, membre de l’axe de recherche Politiques publiques, environnement et sociétés (PPES) et du Laboratoire interdisciplinaire sciences sociétés territoires (LISST) CNRS (UMR 5193), Centre interdisciplinaire d’études urbaines (CIEU).

Clotilde TRIVIN est doctorante à l’Institut de géographie et durabilité de l’université de Lausanne et membre de l’équipe de recherche M3 (Matérialités/Multiplicités/Metropolis).

"GÉOGRAPHIE ET POLITIQUE À L’HEURE DE LA GUERRE FROIDE

Malgré les efforts d’un Demangeon ou d’un Bowman pour établir une forme de cordon sanitaire entre une “géographie politique” légitime et une “géo[1]politique” dévoyée, la distinction entre ces deux notions est toujours demeurée des plus floues. Aux États-Unis, à partir de la Seconde Guerre mondiale, le choix d’user de l’une ou de l’autre de ces étiquettes témoigne surtout des différences d’appréciation de la nature des relations internationales. Tandis que les tenants d’une vision “réaliste” et matérialiste usent volontiers du mot “géopolitique”, les adeptes d’une vision “libérale” et institutionnaliste préfèrent parler de “géographie politique”. Au demeurant, le recul des occurrences du terme “géopolitique” aux États-Unis à partir des années 1950, qui a pu faire parler d’un déclin de celle-ci, résulte surtout de l’essor académique de la discipline “relations internationales”, qui tend à absorber dans un ensemble plus vaste ce que l’on désignait auparavant sous le nom de “géopolitique”. L’étude de l’international passe ainsi progressivement des mains des géographes à celles des politistes qui se prétendent mieux armés pour l’envisager dans toute sa complexité. Toutefois, le fait que l’emploi du mot “géopolitique” décline ne signifie pas pour autant que les modèles heuristiques qu’il recouvre disparaissent. Tout au contraire, l’affrontement planétaire entre les États-Unis et l’URSS qui s’ouvre en 1947 donne lieu à l’élaboration de stratégies largement inspirées par les modèles issus de l’analyse géopolitique. Ainsi de la doctrine du containement de l’Union soviétique, destinée à empêcher l’accaparement par Moscou du potentiel de puissance, recèlerait l’“île mondiale” eurasiatique, dans laquelle il est difficile de ne pas reconnaître l’influence des préceptes de N. J. Spykman, eux-mêmes inspirés des travaux d’Halford J. Mackinder qui, pour ne jamais s’être réclamé de la géopolitique, n’en a pas moins a posteriori été considéré comme l’un de ses “pères” fondateurs. Il n’est d’ailleurs pas anodin de signaler que le principal spécialiste américain de géographie politique dans les années 1950, Richard Hartshorne (1899-1992), fait l’objet en URSS d’une campagne de diffamation assimilant ses travaux à de la “géopolitique” et donc à du “fascisme”. En bonne logique marxiste, la géopolitique est en effet accusée de longue date par les communistes de faire primer le spatial sur l’économique et, ce faisant, de justifier les inégalités en les présentant comme des fatalités géographiques à accepter plutôt que comme des injustices historiques à combattre. Le supposé déclin de la géopolitique dans les années 1950 et 1960 doit d’autant plus être relativisé que ces deux décennies sont aussi celles au cours desquelles la discipline connaît une grande vogue en Amé[1]rique latine où elle est le plus souvent pratiquée par des militaires, à l’image du lieutenant Augusto Pinochet (1915-2006) qui enseigne cette discipline à l’école militaire de Santiago du Chili et publie un manuel sur le sujet [PINOCHET UGARTE, 1968] ou du général brésilien Carlos de Meira Mattos (1913-2007)."