search

Eglise, société et pouvoir dans la chrétienté latine (910-1274)

25,59 €

par Wallerich François, Bosseman Gaelle et Lacomme Thomas.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout ce dont l’étudiant a besoin pour le sujet 2024/2025 d’Histoire de l'agrégation et au CAPES  d'Histoire. Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :

   - Repères : le contexte historique;

   - Thèmes : comprendre les enjeux du programme;

   - Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un personnage,
une référence.

Fiche technique

Référence
460930
ISBN
9782350309309
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
560

INTRODUCTION

REPÈRES

RECOMPOSITIONS POLITIQUES, RÉFORMES MONASTIQUES ET NOUVELLES ATTENTES SPIRITUELLES (910-1049)
FAIBLESSE DES POUVOIRS CENTRAUX ET ESSOR DES PRINCIPAUTÉS
UN TEMPS DE DIFFICULTÉS ET DE RENOUVEAU POUR LE CLERGÉ
LE DÉVELOPPEMENT DE NOUVELLES ATTENTES SPIRITUELLES
RÉFORME DE L’ÉGLISE ET QUERELLE DES INVESTITURES (1049-1122)
AFFIRMATION DE LA PRIMAUTÉ PONTIFICALE ET TENSION VERS LA THÉOCRATIE AU SERVICE DE LA RÉFORME
“CRISE GRÉGORIENNE” ET QUERELLE DES INVESTITURES
LA PROGRESSIVE ET LABORIEUSE AFFIRMATION DES “VICAIRES DU CHRIST” (1122-1215)
DE CALIXTE II À INNOCENT III : RENFORCEMENT DU POUVOIR ET DE L’AUTORITÉ DES PAPES 
LE DÉVELOPPEMENT DES DISCOURS POLÉMIQUES ET DES MOUVEMENTS DISSIDENTS
ÉVOLUTIONS DE LA VIE RELIGIEUSE COMMUNAUTAIRE (XIIE-DÉBUT XIIIe SIÈCLE)
L’EXPANSION DE LA CHRÉTIENTÉ
“THÉOCRATIE PONTIFICALE” ET “TOURNANT PASTORAL” (1215-1274)
L’APOGÉE DE LA PAPAUTÉ MÉDIÉVALE ?
PAPES, EMPEREURS ET ROIS DE FRANCE


THÈMES


L’ÉGLISE ET LES POUVOIRS SÉCULIERS
LA COMPÉTITION POUR LE DOMINIUM UNIVERSEL
LE CONTRÔLE PAR LES GRANDS DES ÉGLISES ET DU CLERGÉ
L’ÉGLISE ET LA SOCIÉTÉ CHRÉTIENNE
LES LAÏCS DANS L’ÉGLISE GRÉGORIENNE
EMPRISE TERRITORIALE DE L’ÉGLISE ET LOGIQUES DE PEUPLEMENT
L’ENCADREMENT PASTORAL DES POPULATIONS 
L’ENCADREMENT DE LA SEXUALITÉ
L’ENCADREMENT DES SAVOIRS
L’ENCADREMENT DE LA MORT
L’ENCADREMENT DE L’ÉCONOMIE
L’ENCADREMENT DE LA CHARITÉ : PAUVRETÉ, ASSISTANCE ET HOSPITALITÉ
BÂTIR ET ORNER UNE ÉGLISE : ASPECTS ARCHITECTURAUX, THÉOLOGIQUES ET SOCIAUX
L’ÉGLISE ET LES AUTRES
L’ÉGLISE LATINE ET L’ISLAM
L’ÉGLISE LATINE ET LES GRECS
L’ÉGLISE ET LES JUIFS
L’ÉGLISE ET LES HÉRÉSIES


OUTILS


CARTES
PERSONNAGES
BÉRENGER DE TOURS († 1088)
JACQUES DE VITRY (1165/70 OU 75/80 ? -1240)
PIERRE LE CHANTRE (1127/1147-1197)
MATHILDE DE NIPHIN/VON NEUFFEN ? († VERS 1150)
PÉTRONILLE DE CHEMILLÉ († 1149)  
PHILIPPE DE HARVENG (VERS 1100-11, 12 OU 13 AVRIL 1183) 
CHRONOLOGIE
BIBLIOGRAPHIE   
GLOSSAIRE
INDEX   

Wallerich François est un ancien élève de l’École normale supérieure de Lyon, agrégé d’Histoire, docteur en histoire du Moyen Âge de l’Université Paris Nanterre et membre de l’École française de Rome (jusqu’au 31 août 2023).

Bosseman Gaelle est post doctorante à l’Université de Namur.

Lacomme Thomas est un ancien élève de l’École normale supérieure de Lyon, professeur agrégé d’histoire et docteur en histoire médiévale de PSL-Ecole Pratique des Hautes Etudes.

Le choix d’étudier les rapports entre l’Église, la société et les pouvoirs dans l’Occident latin de 910 à 1274 en plaçant au cœur de la réflexion la réforme* dite grégorienne –terme que nous emploierons sans guillemets, tout en ayant bien conscience des difficultés qu’il pose– se place dans la continuité de profonds renouvellements historiographiques et de débats académiques qui marquent les études médiévales actuelles. Le programme entend en effet interroger la vision classique de la réforme grégorienne. Une telle notion est ancienne, puisque François Guizot notait déjà dans son Cours d’histoire moderne de 1828 que Grégoire VII (1073-1085, pape duquel dérive l’adjectif “grégorien”) “a voulu réformer l’Église, et par l’Église la société civile” [cité dans M IRAMON , 2019]. L’expression “réforme grégorienne” apparaît quant à elle en 1873 sous la plume du juriste Charles Giraud. Mais c’est surtout le monument d’Augustin Fliche intitulé La réforme grégorienne, paru en trois volumes dans l’entre-deux-guerres, qui a fixé les grands traités de la notion dans l’historiographie traditionnelle [F LICHE , 1924, 1925, 1937]. Les trois axes structurants du mouvement grégorien y trouvaient leur expression classique : lutte contre la simonie* (trafic des spiritualia, en particulier les charges ecclésiastiques) ; combat contre le nicolaïsme* (incontinence des prêtres) ; défense de la liberté de l’Église (libertas ecclesiae).