Le monde romain 70 av. J.-C - 73 ap. J.-C. Agrandir

Le monde romain 70 av. J.-C - 73 ap. J.-C.

Dirigé par Catherine Wolff

Ont contribué Marie-Odile Charles-Laforge, Marie-Claire Ferriès, Agnès Groslambert,
Eric Guerber.

Plus de détails

460272

9782350302720

23,70 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Clefs-concours
S'adressant à tous les candidats aux concours, en particulier Agrégation et CAPES, Clefs-concours offre une synhtèse par sujet. Conçu comme un repère par rapport aux monographies et aux cours et comme un outil de révision, chaque ouvrage est articulé autour de fiches thématiques permettant de faire le point sur les acquis de la recherche.
Synthèse des travaux les plus récents, Clefs-concours permet de s'orienter dans la bibliographie et de mettre en perspective l'évolution des savoirs.
 
Clefs concours Histoire
Tous les titres sont organisés autour d’une structure commune :
- des “repères” : un rappel des faits qui constituent la trame événementielle de la question.
- des synthèses sur les personnages et lieux qui jalonnent le sujet.
- les grandes “thématiques”, indispensables à la compréhension des enjeux de la question.
- des outils méthodologiques : chronologie, glossaire, bibliographie.
- un système de circulation entre les fiches et les références bibliographiques qui complètent l’index.

  • Hauteur : 17,8
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 576

INTRODUCTION
D’une censure à l’autre
Un changement de nature géographique
Un changement de nature politique
Les autres changements

SOURCES
Sources littéraires
Les sources de la guerre civile
Les autres sources
Sources épigraphiques
Sources papyrologiques
Sources numismatiques
Sources archéologiques

REPÈRES

Le monde romain en 70 av. J.-C.

Rome et l’Italie
Le reste du monde romain

Les guerres civiles

Le traumatisme de la première guerre civile  (Marianistes contre Syllaniens)

Les guerres civiles de 49 à 30
La compétition entre Pompée et César
La rupture et la guerre civile
Les ennemis de César après la mort de Pompée
Les ides de mars
Les conséquences de l’assassinat de César
La fin des Républicains (mai 43 - octobre 42) 
La guerre de Perusia (Pérouse) (41-40)
La fin des Pompéiens (été 39 - septembre 36)
La lutte pour la suprématie (36-30)
Bilan

La guerre des quatre empereurs (68-70)
La montée de la contestation (66-68)
Les soulèvements provinciaux et la mort de Néron
L’échec de Galba (janvier 69)
L’intermède d’Othon (15 janvier - 15 avril 69) et la proclamation de Vitellius
Vitellius à Rome et la proclamation de Vespasien
La reconquête de l’Empire : les Flaviens
Épilogue : la fin des opérations militaires (71-74)
Conclusion : le secret de l’Empire

L’armée romaine

L’époque républicaine
Les troupes auxiliaires
Les légions

Les réformes d’Auguste
Les corps de troupes
L’organisation de l’armée

Les conquêtes

L’impérialisme romain

En Occident
La Gaule et les Alpes
Le secteur rhéno-danubien
L’Afrique
La péninsule Ibérique
La Bretagne 

En Orient 
La Macédoine, l’Achaïe et la Thrace
L’Asie Mineure et Chypre
Les Parthes et la question arménienne
Le Proche-Orient
La Cyrénaïque et l’Égypte

Le monde romain en 73 apr. J.-C.

De la Res publica au princeps 
L’administration du monde romain
Le monde romain, Rome et l’Italie

THÈMES

Le régime impérial

Le principat
La mise en place du principat
Le problème de la succession
L’évolution du régime impérial et le consensus autour du prince

L’administration centrale
Les finances de l’Empire
Les bureaux et les grandes préfectures
Le prince, le Sénat et le “conseil du Prince”

Rome, capitale de l’Empire
Situation privilégiée de Rome
Une ville unique
L’administration de Rome

L’administration des provinces : héritage républicain et modifications
Les provinces : l’héritage républicain
Les provinces : les modifications avec l’Empire
Les tâches des gouverneurs
Les assemblées provinciales (concilia)

La vie municipale en Occident

Les cités et leur administration
Le statut des cités
Les institutions municipales

La direction des cités et ses difficultés
Les élites municipales
Les difficultés des cités

L’urbanisme 
Les monuments publics
Maisons, palais, villas et tombeaux

L’exemple de Carthage

La vie dans les cités de l’Orient romain

Les cités de l’Orient romain : cadres géographiques et chronologiques
L’étendue de l’Orient romain de 70 av. J.-C. à 73 ap. J.-C.
La souffrance des cités grecques de 70 av. J.-C. jusqu’à la Paix romaine
Le bénéfice de la Paix romaine

L’empreinte romaine sur la vie municipale
Les nouvelles cités et la modification des institutions civiques
La fondation de colonies en Orient de César à Vespasien
Les cités libres
Les cités grecques soumises à la juridiction provinciale 
Les ambassades poliades auprès des autorités romaines et de l’empereur
La place et le rôle des Romains dans les cités grecques et l’accès à la citoyenneté romaine
La place du culte impérial dans les cités grecques

L’émergence de nouveaux notables est-elle perceptible ?
Le rôle des notables
Les nouveaux notables

Le gouvernement des cités grecques
La composition et le rôle du Conseil (boulè)
L’Assemblée populaire (ecclésia)
Magistrats, liturges et évergètes
Le vocabulaire de l’évergétisme constitue-t-il le “langage civique” de la cité grecque ?

La sécurité judiciaire, matérielle et frumentaire des cités 
La sécurité judiciaire dans les cités : le bon fonctionnement de la justice poliade
La sécurité des biens et des personnes
Limiter famines et disettes : la régulation imparfaite

Paysage urbain, parure monumentale et constructions édilitaires : la permanence d’un idéal civique
Les interventions des Hérodiens, du pouvoir impérial et la question des influences romaines 
Typologie des monuments et identité des commanditaires en Asie et en Bithynie
L’engagement des évergètes dans l’ornement de leur patrie d’origine  

La vie économique

Les caractères généraux de l’économie
Le rôle de l’État
La banque

L’agriculture au ier siècle
L’appropriation du sol par Rome
Les systèmes d’exploitation des terres
Les productions et leur répartition régionale

L’artisanat et les produits manufacturés
Céramique
Les mines et les carrières
L’artisanat
L’organisation des “métiers” : les collèges

Le commerce
Marchands et commerçants
Routes, voies fluviales et maritimes, ports
Les produits échangés

La vie religieuse dans le monde romain

La religion à Rome
Une religion dans la cité
Les rites
La religion domestique

Le culte impérial
Les fondements du culte impérial
Mise en place et évolution du culte impérial
Le culte impérial dans les provinces et les cités

Religion et provinces : interpretatio Romana, syncrétisme, cohabitation et persistance des cultes locaux

Des religions venues de loin
Cybèle, Isis, Mithra et les autres
Judaïsme et christianisme

Outils

Cartes

Guerre et diplomatie en Italie
Les campagnes de César
L’Orient romain
La conquête de la Germanie
La conquête de la Bretagne
La guerre des Juifs
Le monde romain entre 27 av. et 68 ap. J.-C
L’Asie Mineure en 27 av. J.-C
L’Asie Mineure en 14 ap. J.-C
L’Asie Mineure en 43 ap. J.-C
L’Asie Mineure en 79 ap. J.-C
L’année des quatre empereurs

Chronologie

Consuls et dynasties impériales
Les Julio-Claudiens
Tableau chronologique

Bibliographie

Figures

Autres personnages cités

Glossaire

Index

 

Catherine Wolff est professeur à l'université d'Avignon.

Marie-Odile Charles-Laforge est maître de conférences à l'université d'Artois.

Marie-Claire Ferriès est maître de conférences à l'université de Grenoble.

Agnès Groslambert est maître de conférences à l'université Lyon III.

Eric Guerber est professeur à l'université de Nantes.

"L’expression “monde romain” peut avoir plusieurs significations. C’est l’ensemble des territoires qui sont sous la domination plus ou moins directe de Rome. Ce n’est pas un monde où tous les habitants ont la même civilisation, les mêmes habitudes, les mêmes institutions. La domination romaine n’en a pas moins entraîné des changements qui ont touché les provinces, mais aussi Rome, parce que les influences ne se sont pas exercées à sens unique. C’est là qu’intervient ce qui a pendant longtemps reçu le nom de “romanisation”, un mot né dans la première moitié du xixe siècle pour désigner ce qui était alors considéré comme la mission civilisatrice de Rome et rendre compte du fait qu’il y a des ressemblances incontestables dans l’ensemble des territoires soumis à Rome. Le terme a été critiqué, en particulier par les Anglo-Saxons, parce qu’il rappelle les expériences coloniales contemporaines, qu’il ne prend pas assez en considération les peuples soumis à Rome et qu’il pose en principe la supériorité de la civilisation romaine. Il suppose enfin une volonté délibérée de Rome d’imposer un modèle, alors qu’à l’exception du domaine politique Rome n’a pas eu cette volonté. Il y a eu certes des changements, les élites ont copié le modèle romain pour les institutions de leur cité ou pour leur mode de vie, le culte impérial se retrouve partout. Mais cela ne touche pas tous les domaines, et l’influence et/ou la copie n’impliquent pas la disparition totale de ce qui existait avant. Le résultat de toutes ces influences, car si Rome exerce une influence sur les provinces, les provinces en exercent aussi une sur elle et entre elles, aboutit à un monde romain dans lequel “on pouvait devenir romain sous tant de formes variées que le devenir ne signifiait pas être assimilé à un idéal type, mais plutôt acquérir une position dans une structure complexe de traits distinctifs par lesquels s’exprimait le pouvoir romain” [Woolf, 1998]. Y. Le Bohec [2009] propose de remplacer “romanisation” par “romanité”, qui est plus neutre et n’implique pas d’intervention volontariste des autorités romaines."