search

Histoire de l'Autriche

23,70 €

1918 - 1938

 

Par Jean-Numa Ducange et Hélène Leclerc

 

 

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout ce dont l’étudiant a besoin pour le sujet 2022-2023 d'histoire du tronc commun de l'agrégation d'Allemand. Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :

   -  Repères : le contexte historique

   - Thèmes : comprendre les enjeux du programme

   - Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un personnage, une référence.

Fiche technique

Référence
460785
ISBN
9782350307855
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
288
Reliure :
broché

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13

HIISORIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15

L’ÉTUDE DE L’AUTRICHE RÉPUBLICAINE EN FRANCE . . . . . . . . . . . . . . .16

ÉCRIRE L’HISTOIRE DE LA PREMIERE RÉPUBLIQUE

SOUS LA DEUXIME RÉPUBLIQUE EN AUTRICHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18

LE CAS SPÉCIFIQUE DU STANDESTAAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20

 

REPERES

 

REPUBLIQUE ET “REVOLUTION” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25

LA QUESTION NATIONALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27

LE TRAITÉ DE SAINT-GERMAIN-EN-LAYE

ET L’AUTRICHE NOUVELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29

L’ANNÉE 1920 ET LA CONSTITUTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31

 

FORCES POLITIQUES, APPRENTISSAGE ET CRISE DE LA DEMOCRATIE . . .33

LE PERSONNEL POLITIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37

DES DÉBUTS SOCIAUX ET ÉCONOMIQUES CHAOTIQUES . . . . . . . . . . . . . .39

LES ACCORDS DE GENEVE, L’ASSAINISSEMENT FINANCIER . . . . . . . . . . .39

LE 15 JUILLET 1927, SYMBOLE DE LA FRACTURE POLITIQUE . . . . . . . . .42

LA CRISE MONDIALE ET SES CONSÉQUENCES EN AUTRICHE . . . . . . . . . .45

LE CHEMIN VERS LA DICTATURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47

 

LE STÄNDESTAAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49

FÉVRIER 1934 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49

L’IDÉOLOGIE DU STANDESTAAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51

LE STANDESTAAT, STRUCTURES ET ACTIVITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52

LA RÉSISTANCE AU STANDESTAAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

L’ILLUSION DU “DEUXIEME ÉTAT ALLEMAND” ET SA FIN . . . . . . . . . . . .57

NATION AUTRICHIENNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60

 

THEMES

 

INTEGRATION Et DESINTEGRATION :

CLASSES SOCIALES ET CAMPS SOCIO-POLITIQUES DE 1918 à 1938 . . . .65

LE CADRE DÉMOGRAPHIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66

Données d’ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66

Foyer et famille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67

RÉPARTITION PAR PROFESSIONS ;

POSITIONS DANS LE MONDE DU TRAVAIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68

LA FORMATION DE CLASSE

DANS L’AGRICULTURE ET LA SYLVICULTURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69

Domestiques et ouvriers agricoles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72

LA QUESTION DE LA FORMATION DE LA CLASSE “BOURGEOISE” . . . . . . .72

LA CLASSE OUVRIERE ET LE TRAVAIL DANS L’INDUSTRIE . . . . . . . . . . . .76

LES CAUSES DE L’ÉCHEC DE L’INTÉGRATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80

L’absence de cadre national dans la société autrichienne . . . . . . . .80

Le chômage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81

Classes et camps. La place de l’idéologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83

 

LES ASSOCIATIONS Et LE KULTURKAMPF EN AUTRICHE

DE 1918 à 1938 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89

LE DÉVELOPPEMENT DE LA PRATIQUE DE LA CRÉMATION . . . . . . . . . . . .94

LES LIBRES PENSEURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .96

DIVORCE ET AVORTEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98

LES ASSOCIATIONS ENCADRANT LES ENFANTS ET LA JEUNESSE . . . . . . .100

NATURE, SPORT ET VIE CULTURELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102

 

L’AUSTROFASCISME, LE MYTHE DE DOLLFUß

ET LEUR PLACE DANS L’HISTORIOGRAPHIE AUTRICHIENNE . . . . . . . . . .107

LE RÉGIME DOLLFUß/SCHUSCHNIGG

DANS L’HISTORIOGRAPHIE AUTRICHIENNE DEPUIS 1945 . . . . . . . . . . . .108

“SEULEMENT” UNE DICTATURE OU ÉGALEMENT UN FASCISME ? . . . . . .109

La recherche d’un monopole sociétal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109

Influence de l’Italie fasciste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110

Un fascisme assumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111

Idéologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112

Répression et activation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112

Antisémitisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113

quel type de fascisme ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113

Un régime anti-nazi ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114

UN CULTE DU CHEF AUX CONSÉQUENCES DURABLES . . . . . . . . . . . . . .116

Dollfuß, architecte de son propre mythe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .116

Le culte posthume . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118

Le mythe de Dollfuß et la place de l’austrofascisme

dans la mémoire autrichienne de la Seconde République . . . . . . .119

 

DEFIS ET ECHECS DE LA PREMIERE REPUBLIQUE D’AUTRICHE . . . . . .121

LE DÉFI DE LA VIABILITÉ ÉCONOMIQUE DE L’AUTRICHE . . . . . . . . . . . .122

LE DÉFI DÉMOCRATIQUE ET RÉPUBLICAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126

LE DÉFI NATIONAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .132

 

LA MONTEE DE L’ANTISEMITISME ET SES REPERCUSSIONS

SUR LA POPULATION ET LES INTELLECTUELS JUIFS . . . . . . . . . . . . . . . .137

UN ANTISÉMITISME VIRULENT

ET RÉPANDU DANS TOUTES LES COUCHES DE LA SOCIÉTÉ . . . . . . . . . . .138

LE PROCESSUS DE RADICALISATION DE L’ANTISÉMITISME . . . . . . . . . . .142

TROIS PERSONNALITÉS JUIVES

FACE à LA MONTÉE DE L’ANTISÉMITISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .148

 

LES ECRIVAINS FACE A L’HISTOIRE DE L’AUTRICHE DE 1918 à 1938 :

ESSAI DE CARTOGRAPHIE DU CHAMP LITTERAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . .151

LES ÉCRIVAINS FACE à LA FIN DE L’EMPIRE AUSTRO-HONGROIS :

ENTRE NOSTALGIE DU PASSÉ HABSBOURGEOIS

ET FIN DE LA MONARCHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .152

LES ÉCRIVAINS FACE à LA PREMIERE RÉPUBLIQUE :

ENTRE TENTATION DE L’ANSCHLUSS, DÉFENSE

ET SATIRE DE LA RÉPUBLIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .156

LES ÉCRIVAINS FACE à L’AUSTROFASCISME

ET à LA MONTÉE EN PUISSANCE DU NATIONAL-SOCIALISME :

ENTRE ADAPTATION ET OPPOSITION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .163

 

L’AUTRICHE SOCIALE-DEMOCRATE :

L’“AUSTROMARXISME” Et “VIENNE LA ROUGE” . . . . . . . . . . . . . . . . .169

L’“AUSTROMARXISME”

ET LE PARTI SOCIAL-DÉMOCRATE D’AUTRICHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .170

Des théories novatrices et singulières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .170

Des pratiques militantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .172

“VIENNE LA ROUGE” : IDÉES ET RÉALISATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . .173

Une politique du logement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .174

L’encadrement de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .175

Soutiens et inspirations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177

L’opposition à la “création juive” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .179

La chute de Vienne la Rouge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .179

LA MÉMOIRE COLLECTIVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181

 

LE STATUT DE LA FEMME EN AURICHE DE 1918 à 1938 . . . . . . . . . . .183

DES “FEMMES NOUVELLES” ?

LE PASSAGE DE LA MONARCHIE à LA RÉPUBLIQUE . . . . . . . . . . . . . . . .185

DES CITOYENNES à PART ENTIERE ?

CONSTELLATIONS POLITIQUES AVANT LA CÉSURE DE 1933-1934 . . . . .190

UNE ÉMANCIPATION MISE à MAL ET PROGRESSIVEMENT EFFACÉE . . . . .196

REPLACER LES ÉVOLUTIONS DANS LA LONGUE PÉRIODE . . . . . . . . . . . .199

 

LE FESTIVAL DE SALZBOURG ENTRE 1920 Et 1937 :

ENJEUX ARTISTIQUES, ECONOMIQUES ET IDEOLOGIQUES . . . . . . . . . . .201

ÉRIGER “UN ARC DE TRIOMPHE DE L’ART AUTRICHIEN” . . . . . . . . . . . .202

MUSIQUE OU THÉATRE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .204

LE FESTSPIELHAUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207

L’ART CONFRONTÉ à L’ANTISÉMITISME ENDÉMIQUE . . . . . . . . . . . . . . .209

LE FESTIVAL DE SALZBOURG, SYMBOLE CULTUREL

DE LA RÉSISTANCE AU NATIONAL-SOCIALISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . .211

 

LES RELATIONS ENTRE L’AUTRICHE Et LA TCHECOSLOVAQUIE

DE 1918 à 1938 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .215

DES DÉBUTS DIFFICILES ET DE NOMBREUX MOTIFS DE TENSIONS . . . . .216

Aspects territoriaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .217

Aspects politiques et culturels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .219

Aspects économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .220

Le traité de Saint-Germain-en-Laye . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .220

DES LIENS ÉTROITS PERSISTANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .221

L’amorce d’un rapprochement : le traité de Lana/Lány . . . . . . . . .223

La Tchécoslovaquie au cœur des décisions internationales

au sujet de l’Autriche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .224

CRISPATIONS ET CRISES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .225

DU RÉGIME CORPORATISTE à L’ANSCHLUSS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .227

 

OUTILS

 

CARTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .230

COMMENTAIRES DE TEXTE

TEXTE 1

GUSTAV STOLPER ET LE PROGRAMME D’ASSAINISSEMENT DE GENEVE

(19 SEPTEMBRE 1922) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .233

Commentaire du texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .235

• Première partie(“Der Rest ist Genf […] auf sich zu nehmen.”) . . . . . . .236

• Deuxième partie(“Denn da dieser Kredit […]

von dem Objekt seiner Begierde abzulenken.”) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .236

• Troisième partie(“Deutschösterreich […] Wien.”) . . . . . . . . . . . . . . . . .237

TEXTE 2

LE PROGRAMME DU PARTI CHRÉTIEN-SOCIAL

(29 NOVEMBRE 1926) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .238

Présentation du texte et pistes d’analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .241

TEXTE 3

LE DISCOURS DE LA TRABRENNPLATZ DE DOLLFUß

(11 SEPTEMBRE 1933) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .244

Commentaire du texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .247

• Ancrage historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .248

• Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249

• La “nouvelle Autriche” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .250

• Une Autriche allemande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .253

• quel “nous” ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .254

CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .255

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .259

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .275

INDEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .281

Antony Burlaud, ancien élève de l’ENS Ulm, est politiste. Dans la partie Outils du présent ouvrage, il est l’auteur de la bibliographie et du glossaire.

Ernst Bruckmüller est historien, professeur émérite de l’Institut d’histoire économique et sociale de l’Université de Vienne. Il a rédigé, en allemand, le chapitre intitulé “Intégration et désintégration : classes sociales et camps socio-politiques de 1918 à 1938”. Il a publié de nombreux ouvrages dont une Histoire sociale de l’Autriche (Paris, FMSH, 2003).

Jean-François Candoni est professeur des Universités en Études germaniques à l’Université de Rennes 2. Il est l’auteur du chapitre consacré au festival de Salzbourg entre 1920 et 1937. Il est notamment l’auteur de Penser la musique au siècle du romantisme. Discours esthétiques dans l’Allemagne et l’Autriche du xixe siècle (Paris, Sorbonne, 2012).

Lucile Dreidemy est agrégée d’Allemand, maîtresse de conférences en Études germaniques à l’Université Toulouse-Jean Jaurès, actuellement post-doctorante à l’Institut für Zeitgeschichte à Vienne. Elle a rédigé le chapitre “L’austrofascisme, le mythe de Dollfuß et leur place dans l’historiographie autrichienne” ainsi que le commentaire de texte no 3 : “Le discours de la Trabennplatz de Dollfuß”. Elle est l’auteur de Der Dollfuss-Mythos. Eine Biographie des Posthumen (Vienne, Böhlau, 2014).

Jean-Numa Ducange est professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Rouen Normandie et membre junior de l’Institut universitaire de France. En collaboration avec Hélène Leclerc avec laquelle il a également dirigé le présent ouvrage, il a rédigé l’introduction, la chronologie et l’index. Il est également l’auteur du chapitre sur l’Autriche sociale-démocrate et, avec Paul Pasteur, de la partie historiographique et des Repères. Il a publié Quand la gauche pensait la nation. Nationalités et socialismes à la Belle époque (Paris, Fayard, 2021) et il est co-rédacteur en chef d’Austriaca. Cahiers universitaires d’information sur l’Autriche.

Laure Gallouët est ancienne élève de l’ENS LSH, agrégée d’Allemand et maîtresse de conférences en Études germaniques à l’Université Paris Est-Créteil. Elle a soutenu une thèse en 2020 sur le sujet “Une politique de la neutralité ? Les stratégies de sécurité et de défense de la Seconde République d’Autriche de 1955 à nos jours”. Elle a rédigé le chapitre intitulé “Défis et échecs de la Première République d’Autriche”.

Marc Lacheny est professeur des Universités en Études germaniques à l’université de Lorraine et il est l’auteur, dans le présent ouvrage, de la section consacrée aux écrivains face à l’histoire de l’Autriche. Il a dirigé le numéro de la revue Austriaca (n° 82, 2016) sur “Le retour sur le passé à l’époque de la Seconde République autrichienne”).

Hélène Leclerc est ancienne élève de l’ENS LSH, agrégée d’Allemand et maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches en Études germaniques à l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Avec Jean-Numa Ducange, elle a dirigé l’ouvrage et rédigé l’introduction, la chronologie et l’index. Elle a également traduit de l’allemand la contribution de M. Bruckmüller et est elle-même par ailleurs l’auteure du chapitre sur les relations entre l’Autriche et la Tchécoslovaquie, ainsi que des deux premiers commentaires de texte. Elle a notamment dirigé le numéro de la revue Austriaca (n° 88-89, 2019) dédié aux rapports austro-tchèques (“Vienne-Prague”).

Jacques Le Rider est historien et germaniste, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (section des Sciences historiques et philologiques) et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Il a rédigé le chapitre sur la montée de l’antisémitisme et ses répercus[1]sions sur la population et les intellectuels juifs. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire et la culture autrichienne, dont Karl Kraus. Phare et brûlot de la modernité viennoise (Paris, Le Seuil, 2018).

Herta Luise Ott est professeure des Universités en Études germaniques à l’Université de Picardie - Jules Verne. Elle co-dirige le Centre d’Études des relations et contacts linguistiques et littéraires (CERCLL). Membre du comité de rédaction de la revue Austriaca, elle est l’auteure de nombreux articles sur la littérature et l’histoire culturelle, sociale et politique autrichiennes (“Perceptions et réception européennes du congrès de Vienne”, Austriaca 79 et 84/85 ; 2015 et 2018). Dans cet ouvrage, elle a rédigé le chapitre consacré au statut de la femme en Autriche de 1918 à 1938.

Paul Pasteur est professeur émérite de l’Université de Rouen Normandie. Outre l’historiographie et la partie Repères, qu’il a co-écrits avec Jean Numa Ducange, il est l’auteur du chapitre sur les associations et le Kulturkampf en Autriche. Il a notamment publié Histoire de l’Autriche : de l’empire multinational à la nation autrichienne xviii e -xxe siècles (Paris, Armand Colin, 2011). 

"ECRIRE L’HISTOIRE DE LA PREMIERE REPUBLIQUE SOUS LA DEUXIEME REPUBLIQUE EN AUTRICHE  

 

L’ère Kreisky fut particulièrement riche en contributions sur l’histoire autrichienne. Les années 1960-1970 – et le phénomène se manifeste encore au début des années 1980 – sont notamment caractérisées par la dynamique de l’histoire sociale et ouvrière, influencée par l’oral history très présente dans l’histoire de la Résistance autrichienne, dont le DÖW (Dokumentationsarchiv des österreichischen Widerstandes) fut le moteur, et par la publication de nombreuses études consacrées à l’histoire de la social-démocratie. Les sensibilités s’exprimant à ce propos sont diverses, allant d’une histoire quasi officielle correspondant à l’agenda politique de Kreisky à des études plus critiques insistant notamment sur le manque de combativité de la direction sociale-démocrate au moment des événements de février 1934. La ville de Linz – emblématique du mouvement ouvrier organisé de la Première République, où s’était tenu un congrès important de la social-démocratie en 1926 – voit se tenir chaque année depuis 1964 une Conférence internationale (ITH) réunissant des historiens du mouvement ouvrier de l’Ouest et de l’Est, avec un fort écho international, confortant ainsi l’Autriche dans sa vocation de pont entre les deux blocs.

Plus largement, un Institut d’histoire contemporaine (institut für Zeitgeschichte) fondé à l’Université de Vienne en 1966, avec à sa tête Erika Weinzierl, contribue à alimenter une riche historiographie, notamment sur l’histoire de la Première République, comprenant également un volet sur l’histoire du national-socialisme qui sera repris par la génération née après la guerre. Néanmoins, cette historiographie qualifiée aujourd’hui de Koalitionsgeschichtsschreibung (“historio[1]graphie de coalition”) évite d’aborder de front des pans entiers de l’his[1]toire récente. Parallèlement, l’histoire de l’Empire austro-hongrois connaît un regain d’intérêt manifeste, en lien avec l’affirmation d’une identité autrichienne patiemment construite par les responsables du pays. Une vaste entreprise réunissant des historiens de différentes nationalités autour d’Adam Wandruszka et de Peter Urbanitsch donne lieu à une gigantesque histoire de la monarchie des Habsbourg.

Au milieu des années 1980, un tournant s’opère avec “l’affaire Waldheim”, qui oblige les citoyens et les historiens à revenir sur la part sombre de l’histoire autrichienne, à savoir le niveau d’implication des Autrichiens dans le nazisme. Élu président de la République autrichienne en 1986, Waldheim s’était présenté jusqu’alors en victime du nazisme. Mais son passé au service de la Wehrmacht ressurgit, provoquant un scandale à l’échelle nationale, voire internationale ; Waldheim avait été en effet auparavant secrétaire général des Nations unies de 1972 à 1981. Jusqu’alors régnait un assez fort consensus sur l’idée d’une Autriche “victime” du régime allemand, minimisant l’implication d’Autrichiens à tous les niveaux dans la machine de guerre nazie. Kreisky lui-même avait appuyé largement cette thèse largement consensuelle. Ces deux hommes (que l’on ne peut évidemment pas mettre au même niveau, Kreisky ayant subi la dictature), en lesquels on peut voir des symboles de “l’Autriche heureuse” dans ses facettes multiples et contradictoires, incarnent la confrontation des deux histoires, l’histoire allemande et l’histoire des républiques autrichiennes. Désormais, l’histoire du national-socialisme devient un champ à part entière, dont l’historien Gerhard Botz est un des représentants majeurs. Ces recherches sur le national-socialisme en Autriche vont être au centre de l’activité de la Historiker-Kommission de 1998 à 2003, avec 47 projets qui ont mobilisé 160 chercheurs et chercheuses. Longtemps ignorée, la période national socialiste en Autriche est maintenant l’une des plus explorée.

A l’image des développements de l’historiographie en Europe occidentale, on assiste à une grande influence des thématiques “culturelles” et, de manière générale, à une forte importance de thématiques en provenance du monde anglo-saxon dans les années 1990-2000. L’histoire des femmes, avec le soutien de Johanna Dohnal, ministre du Droit des femmes [HAUCH, 2009], mais aussi du sport et d’autres thématiques jusqu’alors relativement négligées, sont davantage prises en compte par les historiennes et historiens autrichiens. quant à l’histoire de la Première République en elle-même, les analyses qui occupaient le devant de la scène dans les années 1970 (notamment ce qui concerne l’histoire du mouvement ouvrier) déclinent, sans disparaître totalement. Les anniversaires de 1998 et 2008 sont l’occasion de retours sur la naissance de la Première République.

En 2018, pour le centenaire de la République, la publication de nombreux travaux doit être soulignée. On observe un regain d’intérêt pour le moment fondateur de 1918 et les raisons de l’effondrement en 1934 [PELINKA, 2017], ou encore pour “Vienne la rouge” (v. Thèmes/L’Autriche sociale-démocrate) à propos de laquelle existe une historiographie internationale variée sur les différents aspects de l’expérience (culture, éducation, architecture, sport, histoire des représentations…). Cet anniversaire est l’occasion de retours plus ou moins apaisés et pluralistes sur l’histoire nationale, dont témoigne la création de la Haus der Geschichte Österreich, élaborée entre autres par une figure marquante de l’écriture de l’histoire de l’Autriche du xxe siècle, Oliver RATHKOLB [2016]."