search

Sociologie des âges de la vie

23,70 €

Par Marion Clerc, Élie Dougé, Manon Faivre, Saskia Meroueh, Mathieu Sadourny.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout ce dont le candidat a besoin pour le sujet 2022-2025 de Sociologie de l'agrégation externe de Sciences économiques et sociales. Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :

   - Repères : un rappel des concepts et de leur histoire;

   - Thèmes : comprendre les enjeux du programme;

   - Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, une référence.

Fiche technique

Référence
460741
ISBN
9782350307411
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
384
Reliure :
broché

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17

 

REPÈRES

 

LA SOCIOLOGIE DES ÂGES DE LA VIE EN PERSPECTIVE HISTORIQUE

DE LA SOCIOLOGIE DES GÉNÉRATIONS

À LA SOCIOLOGIE DES ÂGES DE LA VIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

La première génération de la sociologie des générations . . . . . . . . . . . 26

LA SOCIOLOGIE DES ÂGES, “CE DOMAINE QUI SE CHERCHE” . . . . . . . . . . . . . 36

Âge, cohorte, génération: quelques distinctions conceptuelles . . . . . 36

L’approche en termes d’âges de la vie,

ou le découpage en âges successifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

Des parcours de plus en plus individualisés ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

ÂGES ET ÂGE: DE QUOI PARLE-T-ON ?

L’ÂGE, OBJET SOCIOLOGIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

Déconstruire l’évidence de l’âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

Replacer l’âge dans une perspective intersectionnelle . . . . . . . . . . . . . . 60

LES USAGES SOCIAUX DE L’ÂGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

Catégories statistiques et administratives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

Catégories médiatiques et politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

POLICE ET POLITIQUE DES ÂGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

L’âge est-il un rapport social comme les autres ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

Histoire de l’âgisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

L’institutionnalisation de la lutte anti-âgiste en France . . . . . . . . . . . . . 72

Les discriminations au travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

 

THÈMES

 

ENFANCE ET ADOLESCENCE

ENJEUX THÉORIQUES

DES APPROCHES SOCIOLOGIQUES DE L’ENFANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78

Approches psychologiques et sociologiques de l’enfance :

genèse et critique de la notion de “développement” . . . . . . . . . . . . . . . . 78

LES SPÉCIFICITÉS CONTEMPORAINES DE L’ENFANCE

ET DE L’ADOLESCENCE : APPROCHES SOCIOHISTORIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . 94

Les reconfigurations de la vie familiale

et la “découverte” de l’enfance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94

La sacralisation de l’enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98

La scolarisation croissante de l’enfance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

LA DIFFÉRENCIATION SOCIALE DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

Socialisations familiales et inégalités scolaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

Perceptions enfantines et inégalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

LES ADOLESCENTS ENTRE AUTONOMIE ET CONTRAINTES . . . . . . . . . . . . . . . 120

L’individualisation des adolescents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

L’apprentissage des normes de la “bonne” féminité

et les conditions sociales d’entrée

dans la sexualité adolescente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

 

JEUNESSE ET ÂGE ADULTE

UN NOUVEL ÂGE DE LA VIE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142

L’âge de la jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

Construction historique de la jeunesse en France . . . . . . . . . . . . . . . . . 145

Une catégorie définie par les politiques publiques . . . . . . . . . . . . . . . . 147

Une culture juvénile ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152

Les jeunes et la politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

DEVENIR ADULTE : UN PROCESSUS QUI S’ALLONGE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167

Désinstitutionnalisation et désynchronisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167

Sexualités et conjugalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173

Devenir adulte en Europe, des temps différents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176

Être adulte ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185

VIVRE SA JEUNESSE :

EXPÉRIENCES ET TRAJECTOIRES DIFFÉRENCIÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191

Jeunesses populaires, jeunesses bourgeoises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192

Jeunes filles, jeunes garçons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207

Des amours de classe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214

VIEILLESSE ET VIEILLISSEMENT

QU’EST-CE QU’ÊTRE VIEUX ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225

Les représentations de la vieillesse et du vieillissement . . . . . . . . . . . 226

La question de l’âgisme en sociologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

L’âgisme comme rapport de domination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232

La construction sociale contemporaine de la vieillesse . . . . . . . . . . . . 234

QUI EST VIEUX AUJOURD’HUI ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245

Le vieillissement démographique :

un problème public contemporain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245

COMMENT DEVIENT-ON VIEUX ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268

Les expériences contemporaines du vieillissement . . . . . . . . . . . . . . . . 268

Penser le vieillissement comme processus social et individuel . . . . 280

LIENS INTERGÉNÉRATIONNELS, SOLIDARITÉS

ET POLITIQUES PUBLIQUES

DU FOSSÉ DES GÉNÉRATIONS

À LA FRACTURE GÉNÉRATIONNELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291

Des générations sacrifiées ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291

Représentation politique :

les retraités, faiseurs de politiques publiques,

au détriment des jeunes ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 296

LES SOLIDARITÉS FAMILIALES

À L’ÉPREUVE DES TRANSFORMATIONS DE LA FAMILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

Les solidarités familiales: de quoi parle-t-on? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

Solidarité sociale et solidarité familiale :

complémentarité ou substituabilité ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312

L’ÉTAT AUX PRISES

AVEC LES SOLIDARITÉS INTERGÉNÉRATIONNELLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318

Quelle solidarité intergénérationnelle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318

Une crise des solidarités intergénérationnelles ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331

En conclusion: au-delà des solidarités intergénérationnelles,

des enjeux de justice sociale pour les politiques publiques . . . . . . . . 336

OUTILS

 

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .344

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .377

INDEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .380

Marion Clerc est diplômée de l’École Normale Supérieure de Paris et agrégée de Sciences Économiques et Sociales. Doctorante en Sociologie à l’IRISSO (université Paris-Dauphine/CNRS/INRAE), elle est chargée de cours à Sciences Po Lille et à l’École Normale Supérieure. Elle a dirigé le présent volume dont elle a rédigé l’introduction et la partie “Repères”.

Élie Dougé est diplômé de l’École Normale Supérieure de Paris-Saclay et agrégé de Sciences Économiques et Sociales. Doctorant en Sociologie au CESSP (université Paris-1/EHESS/CNRS) et au CESAER (AgroSup Dijon/INRAE), il a rédigé la partie “Vieillesse et vieillissement”.

Manon Faivre est diplômée de l’École Normale Supérieure de Paris et agrégée de Sciences Économiques et Sociales. Enseignante au lycée Xavier Marmier de Pontarlier, elle a rédigé la partie “Jeunesse et âge adulte”.

Saskia Meroueh est diplômée de l’École Normale Supérieure de Paris et agrégée de Sciences Économiques et Sociales. Doctorante en sociologie au CENS (université de Nantes/CNRS), elle a rédigé la partie “Enfance et adolescence”.

Mathieu Sadourny est diplômé de l’École Normale Supérieure de Paris-Saclay et agrégé de Sciences Économiques et Sociales. Professeur en classes préparatoires au lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, il a rédigé la partie “Liens intergénérationnels, solidarités et politiques publiques”.

"L’approche en termes d’âges de la vie, ou le découpage en âges successifs

Dans l’ouvrage de synthèse Sociologie des âges de la vie, Cécile Van de Velde définit cette approche théorique en ces termes: “La sociologie des âges de la vie se donne pour objectif de penser l’organisation sociale du temps et l’évolution des existences humaines. De la naissance à la mort, elle explore les grands enjeux et les évolutions de nos parcours: elle en dévoile les principales pulsations collectives, et la façon dont s’y construisent les inégalités.” Ou encore, la sociologie des âges de la vie s’intéresse à la “façon dont se structurent les âges et se métamorphosent nos vies” [VAN DE VELDE, 2015].

D’un point de vue méthodologique, cette perspective met l’accent non sur le contenu des itinéraires individuels, mais sur la délimitation des âges et sur les caractéristiques sociales des groupes ainsi définis. Elle repose sur l’idée d’une partition homogène, collective et structu[1]rante des existences. Le travail du sociologue est de dévoiler cette trame commune, en déterminant la durée, le nombre et la succession des âges. Le cycle de vie désigne la “façon dont une société définit et structure la succession des âges” [VAN DE VELDE, 2015], et suppose que les mêmes séquences se répète au cours des générations. L’hypothèse est faite que tous les individus traversent, au cours de leur existence, un ordre prédéfini d’étapes (familiales, professionnelles, sociales).

• D’un âge à l’autre : la notion de seuil

Les seuils marquent le passage d’une temporalité à l’autre. Cette notion porte l’héritage du concept anthropologique de “rite de passage” [VAN GENNEP, 1909].

À partir d’études de cas anthropologiques, Arnold Van Gennep cherche à caractériser les rites de passage et à en identifier les invariants. Il distingue, dans chaque rite, trois phases: la phase préliminaire ou de séparation, la phase liminaire, dite aussi phase de marge, et enfin la phase postliminaire, également appelée phase d’agrégation. Dans certains cas, la marge est assez développée pour constituer un rite autonome. Par exemple, le noviciat et les fiançailles sont des phases de marge, mais au sein desquels se retrouve le “schéma séparation, marge, agrégation” [VAN GENNEP, 1909]. En sociologie, appliqués aux sociétés contemporaines, les seuils désignent l’idée qu’il existe des scansions collectives marquant la frontière entre les âges, telles que le mariage, le premier enfant, la fin de l’activité professionnelle… Le concept de transition, quant à lui, fait implicitement référence au franchissement de plusieurs seuils, et marque l’intervalle de durée entre deux âges. La sociologie des transitions vise à étudier leur ordre et leur agencement interne. Dans les travaux anglo-saxons, la jeunesse est ainsi appelée “transition into adulthood” [VAN DE VELDE, 2015]. Il convient de se demander à quel point ces périodes de transition – adolescence, jeunesse – constituent des âges autonomes (v. Les adolescents entre autonomie et contraintes), ainsi que des périodes d’incertitude et de risque, ou encore des moments privilégiés de resocialisation."