L'entreprise historiographique et juridique du roi Alphonse X (à paraître)
search
  • L'entreprise historiographique et juridique du roi Alphonse X (à paraître)

L'entreprise historiographique et juridique du roi Alphonse X

18,01 €

1252 - 1284

Par Jean-Pierre Jardin.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Traitant d’un des sujets 2022 et 2023 de l’agrégation externe d’Espagnol, cet ouvrage propose tout ce dont le candidat a besoin pour passer les épreuves. Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties et donne aux étudiants la matière pour disserter sur les questions du savoir et du pouvoir dans la Castille médiévale :

-Repères : le contexte historique et littéraire;
-Problématiques : comprendre les enjeux du programme;
-Outils : pour retrouver rapidement une définition, une idée ou une référence.

Fiche technique

Référence
460769
ISBN
9782350307695
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
300
Reliure :
broché

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

 

REPÈRES

 

LA PÉNINSULE IBÉRIQUE EN 1252 :

L’ESPAGNE DES TROIS RELIGIONS ET DES CINQ ROYAUMES . . . . . . . . . .15

CHRONOLOGIE DUNE VIE ET DUN RÈGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21

Sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21

L’infant Alphonse, héritier du trône (1221-1252) . . . . . . . . . . . . . .24

Les premiers conflits (1252-1256) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25

El fecho del Imperio (1256-1275) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29

L’activité de reconquête et le fecho de allende (1260-1266) . . . . . .35

La rébellion de la noblesse

et le début des années difficiles (1272-1276) . . . . . . . . . . . . . . . . . .37

La fin du règne et la crise successorale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39

La légende posthume : Alphonse, astrologue et blasphémateur . . . .45

 

PROBLÉMATIQUES

 

ALPHONSE X ET LIDÉAL IMPÉRIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51

Les héritages familiaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51

• L’empire hispanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51

• Les vestiges de l’empire romain d’Orient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

• L’héritage Hohenstaufen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58

• De Frédéric II à Alphonse X : continuité ou rupture ? . . . . . . . . . . . . . . .59

L’empire du savoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66

• Le rôle central du roi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67

La translatio studii . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71

• Le développement du savoir aux premiers temps du monde . . . . . . . . . .71

• La transmission du savoir en terre païenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .73

Alphonse X et la hiérarchie des savoirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78

• Les savoirs de base : les arts libéraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78

• Les arts libéraux vus par Alphonse X . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80

•Structure et hiérarchie des savoirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94

LA DIFFUSION DU SAVOIR EN CASTILLE SOUS ALPHONSE X . . . . . . . . . .97

L’université idéale : le titre XXXI de la Segunda Partida . . . . . . . .97

Les écoles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101

Les universités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .104

• Palencia, fondation royale et refondation épiscopale . . . . . . . . . . . . . . .105

• Salamanque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .108

 • Le studium generale de Séville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109

• Murcie et son studium arabicum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112

Les traductions alphonsines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115

• Les traductions scientifiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118

• Les ouvrages didactiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123

• La littérature sapientielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .124

La langue, compagne de l’empire ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .132

• “El castellano drecho” : création d’une norme linguïstique ? . . . . . . . .133

• Alphonse X et le “latin de Castille” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134

L’ŒUVRE JURIDIQUE D’ALPHONSE X . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136

• La récupération du droit civil romain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .138

• Saint Thomas d’Aquin et l’aristotélisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .140

• Les juristes alphonsins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141

Le Fuero real et le droit local en Castille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .142

L’Espéculo de las leyes ou “miroir du droit” : la loi et le roi . . . .153

Les Siete Partidas : un code pour un empire ? . . . . . . . . . . . . . . . .167

• Chronologie des diverses versions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167

• Structure de l’ouvrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .171

• Sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .174

La Segunda Partida, véritable traité de science politique . . . . . . .175

Le royaume et le roi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .182

Naturalité (naturalera) et seigneurie naturelle . . . . . . . . . . . . . . . . .184

Le Septénaire, un OVNI dans le ciel alphonsin ? . . . . . . . . . . . . . .186

L’HISTORIOGRAPHIE ALPHONSINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .192

L’historiographie péninsulaire antérieure au XIIIe siècle . . . . . . . .192

Les grandes chroniques latines péninsulaires du XIIIe siècle . . . . .199

Les deux projets alphonsins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .202

• Chronologie des œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .202

• Les éditions de l’Estoria de España . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .204

• Deux projets complémentaires ou un projet unique ? . . . . . . . . . . . . . . .206

• L’Estoria de España et le passé péninsulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .209

• La General estoria, culmination du projet culturel alphonsin ? . . . . . . .216

LE LEGS D’ALPHONSE X . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .225

 

OUTILS

 

L’HISTOIRE DU MÉDECIN BERZEBUEY :

(Calila e Dimna 1985, p. 99-102) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .231

FOR ET FAZAÑA EN CASTILLE AVANT 1254 :

DEUX EXEMPLES :Libro de los fueros . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .233

CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .234

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .238

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .253

INDEX DES NOMS DE PERSONNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .256

Jean-Pierre Jardin est professeur de Littérature et de Civilisation de l’Espagne médiévale à l’université Sorbonne Nouvelle.

"Quand on associe le nom d’Alphonse X à la notion d’empire, on pense irrésistiblement à “l’affaire de l’empire” dont nous avons parlé plus haut (v. Le fecho del imperio ), c’est-à-dire aux prétentions du roi de Castille au trône du Saint Empire romain germanique et à l’échec de ses tentatives, qui se sont heurtées à l’intransigeance pontificale. Mais les relations unissant la pensée politique d’Alphonse X à l’idéal impérial ne se limitent pas à cet espoir déçu, qui reposait non seulement sur les liens qui l’unissaient à la famille Hohenstaufen (nous allons y revenir) mais aussi aux ouvertures des ambassades italienne et allemande qui étaient venues le trouver en 1256 et 1257. Du simple fait des héritages familiaux accumulés sur sa tête, le roi Savant pouvait en fait se réclamer de trois, voire quatre, expressions différentes de l’idéal impérial.

• L’empire hispanique

Par son père, Ferdinand III, Alphonse était non seulement descendant des rois de Castille, mais aussi de la branche cadette de la famille royale qui avait fait souche, au XIIe siècle, dans le royaume de León: son arrière-grand-père Ferdinand II, puis son grand-père Alphonse IX, s’étaient succédé sur le trône léonais de 1157 à 1230. Si Alphonse IX s’était opposé à son cousin Alphonse VIII de Castille essentiellement dans le but de protéger son royaume d’une hégémonie castillane grandis- sante, surtout après la victoire de Las Navas de Tolosa, qui avait beaucoup fait pour renforcer l’autorité et le prestige d’Alphonse VIII, son père, quant à lui, avait rapidement fait face, après la mort de son frère aîné Sanche III à ce même Alphonse VIII, enfant-roi monté sur le trône de Castille à l’âge de trois ans. Les prises de position de Ferdinand II, contraires aux intérêts castillans, étaient en grande partie dues à une volonté assumée de rétablir le royaume de León dans la position dominante qui avait été la sienne jusqu’au début du XIe siècle, comme en atteste le titre de “roi des Espagnes [Hispaniarum rex]” qu’il s’attribue. Cette position dominante était certes liée à des réalités disparues (l’existence d’une dynastie propre, l’absence d’une royauté castillane, la Castille n’étant, jusqu’au XIe siècle, qu’un comté dépendant des rois de León) mais elle reposait aussi sur des fondements idéologiques qui avaient perduré et dont l’un au moins était étroitement lié à la notion d’empire.

Dès le IXe siècle, en effet, les rois de León s’étaient autoproclamés descendants directs des rois wisigoths, non seulement d’un point de vue politique mais par le sang. Cette vision quelque peu faussée de l’histoire était à l’origine de la thèse néo-gothique*, selon laquelle il appartenait aux rois de León de reprendre des mains des musulmans leur héritage perdu, le territoire entier de l’ancienne Hispanie. Mais cette thèse néo- gothique* était elle-même à l’origine de l’idée d’un “empire hispanique” à reconstituer : le mot d’ empire pour désigner l’ ancien royaume wisigoth, qui, outre la péninsule ibérique, englobait , au nord des Pyrénées, l’ancienne Septimanie romaine (aussi appelée Narbonnaise) et, au sud de la Méditerranée, la Mauritanie Tingitane, région centrée sur la ville de Tanger, s’entend aussi comme revendication d’hégémonie face aux pouvoirs chrétiens concurrents qui s’étaient eux aussi constitués dans le nord de la péninsule contre la présence musulmane.

À l’époque où se développe cette idée d’un “empire hispanique” strictement léonais, ces pouvoirs concurrents sont dans une position de faiblesse qui modère leur opposition aux prétentions léonaises: ni la Castille ni l’Aragon n’existent comme royaumes, le futur Portugal est dans les limbes, les comtes de Barcelone sont de simples vassaux des empereurs carolingiens, les rois de Pampelune règnent sur un territoire réduit et sont unis, notamment par des liens familiaux, aux gouverneurs de la marche supérieure de l’émirat de Cordoue, ce qui ne les incite guère à prendre l’ initiative d’ une quelconque “reconquête*” de l’Hispanie."