search

"Race" et citoyenneté dans les Andes

23,70 €

Bolivie-Équateur-Pérou 1880-1925

Par Françoise Martinez, Emmanuelle Sinardet et Lissel Quiroz.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Traitant d’un des sujets 2022 et 2023 de l’agrégation externe d’Espagnol, cet ouvrage propose tout ce dont le candidat a besoin pour passer les épreuves et disserter sur la modernisation des nations dans les Andes.

Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :

-Repères : le contexte historique ;
-Problématiques : comprendre les enjeux du programme;
-Outils : pour retrouver rapidement une définition, une idée ou une référence.

Fiche technique

Référence
460770
ISBN
9782350307701
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
300
Reliure :
broché

INTRODUCTION

LE SUJET ET LES PARTIES “REPÈRES” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15

LES REGARDS CROISÉS ET THÈMES ABORDÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18

OUTILS ET DOCUMENTS COMMENTÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19

 

REPÈRES

 

LA BOLIVIE DES OLIGARCHIES MINIÈRES ET DE LA RÉGÉNÉRATION

(1880-1925)

UN PAYS PRIVÉ DE SON LITTORAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28

Guerristas versus Pacifistas et la naissance du bipartisme . . . . . . .29

La Convention Nationale et la formation des partis politiques . . . .31

De l’oligarchie de l’argent à l’oligarchie de l’étain à l’ouest ;

et l’exploitation de la quina et du caucho à l’est . . . . . . . . . . . . . . .35

LA GUERRE “FÉDÉRALE” DE 1898 ET SES CONSÉQUENCES . . . . . . . . . . .38

Guerre fédérale et “péril indien” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41

La nation malade et sa nécessaire régénération… éducative . . . . . .43

LES RÉFORMES LIBÉRALES RÉGÉNÉRATIONNISTES (1900-1920) . . . . . . .44

Frontières, territoire et modernisation nationale . . . . . . . . . . . . . . . .45

Régénérer en acculturant… et en déculturant . . . . . . . . . . . . . . . . . .48

Assimilation ou différenciation ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51

LA BOLIVIE ENTRE FIN DU LIBÉRALISME AU POUVOIR ET CÉLÉBRATIONS

DU PREMIER CENTENAIRE DE L’INDÉPENDANCE (1920-1925) . . . . . . . . .53

Bilan et limites de la modernité libérale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53

Le coup d’État de 1920 et le gouvernement de Saavedra :

entre protection sociale et violence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

Les célébrations du premier Centenaire de 1925

et la mise en scène d’une Bolivie moderne et blanchie . . . . . . . . . .59

L’ÉQUATEUR : MODERNISATION ET “INCORPORATION” À LA NATION

(1880-1925)

INTRODUCTION : RACE ET CITOYENNETÉ, PREMIERS REPÈRES . . . . . . . . .61

LE PROJET MODERNISATEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66

L’essor cacaoyer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66

Moderniser la nation : un projet partagé par les élites

au-delà des divergences idéologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69

La conquête libérale du pouvoir (1895) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71

La neutralité de l’Équateur durant la guerre du Pacifique . . . . . . . .73

CITOYENNETÉ ET RACE : LA NOUVELLE DONNE LIBÉRALE . . . . . . . . . . . .75

Les ambitions de la Révolution libérale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75

Caractérisation du “problème de l’Indien” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77

Incorporer à la nation :

la priorité aux populations autochtones de la Sierra . . . . . . . . . . . . .80

L’INCORPORATION DES INDIENS :

UNE INCLUSION SUBORDONNÉE ET LIMITÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84

Vers un État protecteur des Indiens (1895-1906) . . . . . . . . . . . . . . .84

Faire de l’Indien un travailleur libre :

la suppression du concertaje (1915-1918) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87

Consolider l’autorité de l’État, priorité des gouvernements libéraux .90

Malgré une inclusion subordonnée et limitée,

quelques avancées émancipatrices ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94

Crise et chute du gouvernement libéral (1925) . . . . . . . . . . . . . . . .96

LE PÉROU : OLIGARCHIES ET COLONIALITÉ DU POUVOIR (1880-1930)

LE PÉROU DES PREMIÈRES DÉCENNIES POST-INDÉPENDANCE . . . . . . . . .101

DU PREMIER CIVILISME À LA RÉPUBLIQUE ARISTOCRATIQUE

(1872-1919) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .104

LE ONCENIO DE LEGUÍA (1919-1930) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106

De l’économie coloniale au modèle agro-exportateur . . . . . . . . . .110

Race et colonialité au Pérou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115

THÈMES

TROIS PAYS, DES FRONTIÈRES : GÉOGRAPHIE DES PAYS ANDINS

DES TERRITOIRES FRAGMENTÉS : LE POUVOIR DES RÉGIONS . . . . . . . . .124

La vigueur du fait régional . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .124

Les divisions physiques accentuent la fragmentation territoriale . .125

Sous l’effet des migrations,

les hiérarchies régionales se renforcent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127

LES DIFFICILES VOIES DE L’INTÉGRATION TERRITORIALE . . . . . . . . . . . .129

Un territoire malmené, des frontières incertaines . . . . . . . . . . . . . .129

Tisser des liens sur le territoire :

la construction des infrastructures physiques . . . . . . . . . . . . . . . . .132

Intégrer les marges orientales pour fermer le territoire à l’Est

et “blanchir” le pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133

Extraversion et intégration territoriale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135

 

LA CONSTRUCTION DE TROIS ÉTATS-NATIONS :

UN PROCESSUS LENT ET DIFFICILE

DES FRONTIÈRES INCERTAINES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .139

LA LENTE CONSTRUCTION DE L’ESPACE NATIONAL . . . . . . . . . . . . . . . .141

LA CONSOLIDATION DE L’ÉTAT-NATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .143

LA GUERRE DU PACIFIQUE ET SES CONSÉQUENCES

LES ÉTAPES DE LA GUERRE

ET LE TRAUMATISME DE L’AMPUTATION TERRITORIALE . . . . . . . . . . . . .147

UNE RESTRUCTURATION ÉCONOMIQUE DÉFAVORABLE AUX INDIGÈNES . .149

LES SOUBRESAUTS POLITIQUES ET SOCIAUX DE LA DÉFAITE . . . . . . . . .150

LE DÉBAT SUR LA PARTICIPATION DES SECTEURS SUBALTERNES . . . . . . .152

LA MODERNISATION MILITAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .154

L’ÉQUATEUR,

DES CONSÉQUENCES INDIRECTES SUR LA MODERNISATION DE LA NATION 155

 

RACE ET CITOYENNETÉ EN AMÉRIQUE ANDINE DANS LE LONG XIXe SIÈCLE

LE SOUBASSEMENT COLONIAL DES CATÉGORIES RACIALES . . . . . . . . . .160

RACE ET CITOYENNETÉ APRÈS LES INDÉPENDANCES . . . . . . . . . . . . . . .166

LE(S) LIBÉRALISME(S) AU POUVOIR

INFLUENCES… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .173

… ET SPÉCIFICITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .175

L’ORIGINALITÉ DU LIBÉRALISME POLITIQUE ANDIN AU POUVOIR . . . . . .179

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .183

LE(S) POSITIVISME(S) EN QUESTION

LES INFLUENCES DE COMTE ET DE SPENCER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .185

POSITIVISME ET LIBÉRALISME : CONSOLIDER L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT . .187

POSITIVISME ET DARWINISME SOCIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .190

DU DARWINISME SOCIAL À L’EUGÉNISME :

LES INFLUENCES SUR LES BIOPOLITIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .192

LES PROJETS DE RÉGÉNÉRATION

LE REGENERACIONISMO ESPAGNOL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .195

DANS LES TROIS PAYS, UN CORPS MALADE

OU LA BIOLOGISATION DES CORPS SOCIAUX… . . . . . . . . . . . . . . . . . . .196

… MAIS DES ORIENTATIONS DIFFÉRENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .199

UNE “RÉGÉNÉRATION ÉDUCATIVE” EN BOLIVIE . . . . . . . . . . . . . . . . . .201

“INCORPORER” POUR RÉGÉNÉRER EN ÉQUATEUR . . . . . . . . . . . . . . . . .203

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .205

RACE, RACIALISATION ET RACISME

LA RACE NAÎT EN 1492 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .208

LA RACE DANS LES ANDES APRÈS LES INDÉPENDANCES . . . . . . ..210

INDIEN, INDIGÈNE, ORIGINAIRE OU AUTOCHTONE : QUI SONT LES INDIENS ?

L’INDIEN COLONISÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .217

INDIENS OU INDIGÈNES ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .219

AUTOCHTONES OU PEUPLES ORIGINAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .222

L’ÉTUDE DE LA DIVERSITÉ HUMAINE :

DISCOURS SAVANT, PRATIQUES DE RECHERCHE

L’INDIEN COMME OBJET DE SCIENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .226

Une science coloniale pour les Andes ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .226

Dispositifs d’acquisition du savoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .228

LA QUESTION DE LA DIVERSITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .230

Les catégories analytiques des observateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . .230

Les études monographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .232

LE MÉTISSAGE : ENTRE REJET ET VALORISATION

BLANCHIR POUR MODERNISER LA NATION : L’ÉCHEC DES POLITIQUES

MIGRATOIRES DANS LES PAYS ANDINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .237

VERS L’IDÉOLOGIE DU MÉTISSAGE : DES NATIONS DÉSINDIANISÉES,

MAIS BLANCHES-MÉTISSES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .240

POPULATIONS AFRO-DESCENDANTES : RACE ET DISCRIMINATION . . . . .245

LES DÉBATS INTELLECTUELS AU PÉROU AU LENDEMAIN DE LA DÉFAITE :

LA PLACE DE L’INDIEN

COMPLEXITÉ DES SITUATIONS DU NORD AU SUD . . . . . . . . . . . . . . . . . .256

LES PREMIERS ESSAIS RADICAUX DE MANUEL GONZÁLEZ PRADA . . . .259

CLORINDA MATTO DE TURNER, AUTEURE INDIGÉNISTE . . . . . . . . . . . .263

PLACE DE L’INDIEN ET QUESTION RACIALE

DANS LA PRODUCTION LITTÉRAIRE ANDINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .267

ARCHÉOLOGIE ET CONSTRUCTION NATIONALE :

L’EFFACEMENT DES INDIGÈNES CONTEMPORAINS. LE CAS ÉQUATORIEN

L’ARCHÉOLOGIE EN TANT QUE REPRÉSENTATION DU PROGRÈS SCIENTIFIQUE 279

L’ARCHÉOLOGIE COMME QUÊTE D’UNE IDENTITÉ NATIONALE . . . . . . . .281

L’ARCHÉOLOGIE :

ENTRE IDÉAL DU PASSÉ ET EFFACEMENT DES PEUPLES CONTEMPORAINS .284

LE CHEMIN DE FER DANS LES ANDES : DÉFIS ET ENJEUX

LE DÉVELOPPEMENT DES CHEMINS DE FER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .287

DES DIFFICULTÉS MAJEURES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .291

LA FONCTION DES CHEMINS DE FER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .293

LES CÉLÉBRATIONS DES PREMIERS CENTENAIRES DES INDÉPENDANCES

CÉLÉBRER LA MODERNITÉ DES NATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .300

RAFFERMIR L’ORGUEIL PATRIOTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .301

AFFICHER DES NATIONS MODERNES ET BLANCHIES, SUR UN PIED D’ÉGALITÉ

AVEC LES NATIONS OCCIDENTALES ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .303

OUTILS

CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .391

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .401

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .423

Françoise Martinez est agrégée d’espagnol, professeure des Universités en Histoire et civilisation de l’Amérique latine à Sorbonne Université et spécialiste de la Bolivie.

Lissell Quiroz est agrégée d’espagnol, professeure des Universités en Études latino-américaines à CY Cergy Paris Université et spécialiste du Pérou.

Emmanuelle Sinardet est agrégée d’espagnol, professeure des Universités en Études latino-américaines à l’Université Paris Nanterre et spécialiste de l’Équateur.

"Le coup d’État de 1920 et le gouvernement de Saavedra: entre protection sociale et violence

Après deux décennies de pouvoir libéral, les tensions s’exacerbaient. Ceux qui provenaient des files conservatrices, les propriétaires terriens et les secteurs les plus cléricaux ou traditionnalistes, s’étaient constitués en une opposition qui montrait du doigt des réformes trop laïques, trop assimilatrices, trop… libérales. Mais à ces mécontentements s’ajoutaient désormais ceux d’une classe moyenne d’artisans et d’ouvriers, de mineurs et de paysans, qui n’avaient pas vu leurs conditions de vie s’améliorer. Un modèle s’épuisait. Sous la présidence modérée de José Gutiérez Guerra, l’opposition rassemblée sous la bannière de l’Union Républicaine parvint à réunir les déçus du libéralisme, les représentants des anciens conservateurs, les propriétaires terriens et les sympathisants de la classe des artisans et des ouvriers. Selon les cas, ils espéraient pouvoir continuer à défendre leurs privilèges économiques et sociaux, ou conquérir ceux qu’ils n’avaient encore jamais eux. Mais comme les libéraux, deux décennies plus tôt, les républicains considéraient qu’ils n’arriveraient jamais au pouvoir par les urnes. Ils lancèrent donc le 12 juillet 1920, un coup d’État qui put bénéficier du soutien de l’Armée, qui après avoir respecté les règles constitutionnelles pendant vingt ans, se rangea du côté de Bautista Saavedra, ancien ministre de l’Éducation du président Eliodoro Villazón, et désormais chef de l’opposition. C’est ainsi que le gouvernement de José Gutiérrez Guerra prit fin, et avec lui l’étape des libéraux au pouvoir, la plus longue phase de stabilité politique de l’histoire républicaine du pays. Les années 1920 poursuivirent l’impulsion de modernisation nationale donnée par les deux décennies libérales. Le gouvernement de Bautista Saavedra (1921-1925) accepta un prêt des États-Unis pour 33 millions de dollars, le plus élevé de l’histoire du pays. Les impôts, fonds et revenus de Bolivie, constituaient la garantie du prêt tandis que les banquiers de New York contrôlaient les douanes et la Banque Centrale. Les capitaux anglais cédèrent peu à peu la place aux investissements étatsuniens. Les liquidités disponibles permirent de solder les dettes contractées et de poursuivre la modernisation des infrastructures du pays: routes répondant à une présence croissante d’automobiles, de kilomètres supplémentaires de voies de chemin de fer, égouts et arrivée d’eau potable, rues pavées, réseau électrique…

Quant aux groupes restés en marge de ces commodités, ils commencèrent à s’organiser en associations de défense des ouvriers qui intégrèrent, ces années-là, les idées socialistes qui commençaient à se diffuser [LORINI, 1994]. Les républicains durent prendre en compte ce monde ouvrier et ses transformations et promulguer les premières lois favorables aux travailleurs. C’est ainsi que la FOT mentionnée plus haut s’organisa sur l’altiplano, regroupant les travailleurs du secteur électrique, ceux du secteur ferroviaire et de différentes corporations d’artisans, pour obtenir de meilleures conditions de travail. La lutte et les revendications s’exprimèrent en des termes sociaux plutôt qu’ethniques. Les revendications étaient celles du prolétariat et des artisans, mais en réalité les mauvaises conditions de travail se cumulaient, et les rapports de domination et d’exploitation étaient tout à la fois sociaux et ethniques. Le gouvernement de Bautista Saavedra promulgua la première législation sociale bolivienne reconnue comme telle : droit de grève, loi de protection en cas d’accident du travail, journée de huit heures… Cette série de mesures sociales et d’avancées législatives explique l’appui que Saavedra reçut de la part d’une classe moyenne métisse urbaine, d’artisans et de travailleurs qui sentirent que leurs revendications étaient davantage prises en compte que sous les gouvernements conservateurs et libéraux."