Dossier espagnol 2020-2021 Agrandir

Dossier espagnol 2020-2021

José Garcia-Romeu, Joséphine Marie, Christian Boyer, Myriam Mayer, Hélène Roy, Magali Kabous, Pascale Thibaudeau

Plus de détails

460619

9782350306193

23,70 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Traitant d'un des sujets 2020 et 2021 du Capes d'Espagnol, cet ouvrage propose tout ce dont le candidat a besoin pour passer les épreuves.

Comme tous les Clefs-concours, l'ouvrage est structuré en trois parties :

- Repères : le contexte historique et littéraire

- Problématiques : comprendre les enjeux du programme

- Outils : pour retrouver rapidement une définition, une idée ou une référence

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 768
  • Reliure : broché
  • Format : poche

Introduction    15
Rayuela de Julio Cortázar
Introduction    19

Repères
Biographie
Une enfance inquiète    25
Les années de formation    26
Les premiers pas du créateur    27
L’affirmation d’un talent    27
La consécration et l’engagement    28
La dernière décennie    29
Écriture
Récapitulatif des œuvres    31
Poésie    31
Théâtre    34
Nouvelles    36
Romans    39
Caprices    41
Esthétique cortazarienne du récit    44
Le renouveau des formes    44
Les causes de ce renouveau    47
Cortázar : de la théorie à la pratique    49
Trois lignes de tension dans l’écriture cortazarienne    56
Tension une : réalité et surréalité    56
Tension deux : roman et nouvelle    63
Tension trois : engagement et esthétique    69

Rayuela : L’Œuvre
Sujet de Rayuela    76
Réception et public    79
Le récit    80
Un récit combinatoire    82
Roman A et Roman B    88
Les Parisiens et les Portènes typiques    158
Les femmes    159
Le Club du Serpent    164
Les amis portènes    164
Les figures amoureuses    166
Les fous    167
Le lecteur et l’écrivain    169
L’espace    172
Marelle, mandala et labyrinthe    172
Acá, allá et otros lados    176
Le temps    180
Quelques éléments récurrents    184
Frontières de la langue    184
Jeux et expérimentations    188
Symétries et répétitions diégétiques    192
Conclusion    194

Axes du programme
Langages    197
À l’échelle du mot :
l’ineffable et la déconstruction des “perras palabras”     200
Démonter les langages pour révéler la face cachée de la réalité :
autres jeux et parodies    203
L’œuvre polyglotte et ses expérimentations : décoloniser le castillan    207
Les empreintes des langages artistiques au-delà des mots :
l’exemple de la musique    212
Prolongements    214
Fictions et réalités    216
Les influences de la “réalité” redéfinie dans Rayuela    218
Au-delà de la fiction : une esthétique de l’antiroman    222
Modalités d’accès aux “entrevisiones”    223
Prolongements    225
Échanges et transmissions    226
L’art du dialogue : débats, refus des conventions sociales
et renouveau de la forme romanesque    228
Jeux transtextuels et échanges d’un art à l’autre dans Rayuela : dialogues d’écritures, héritages, échos     231
Échanges et transmissions autour de Rayuela : intratextualité, cinéma    236
Migrations et nomadisme entre l’Europe et l’Amérique latine : cosmopolitisme, utopies et questionnement sur les modèles    238
Prolongements    241
Altérité et convivencia    242
“Il faut tenter de vivre” : les formes de l’existentialisme dans Rayuela    246
“Je est un autre”…    247
…et tous les autres : doubles et alter ego    248
La vie en société : marginaux et exilés    249
L’amour, l’amitié et autres espaces de la convivencia    252
Prolongements    254
La création et le rapport aux arts    256
Réception et théorie de la création dans Rayuela :
littérature, arts, jeux d’inventions    257
Dans la praxis : un texte visuel et sonore    260
Plasticité de l’écriture et arts visuels : les “figures” de Rayuela    261
Rythmes de l’écriture et espaces musicaux de la liberté    266
Prolongements    267

Bibliographie    271
Glossaires    285
Argentinismes    289
LA TRIBUNA DE EMILIA PARDO BAZÁN
Introduction    303

REPÈRES

Le réalisme et le naturalisme. Le mouvement naturaliste en Espagne
Le réalisme    310
Les idées de Zola    312
Le rejet suscité par l’exploration des bas-fonds    315
Les choix du romancier…    317
La réception du naturalisme en Espagne
avant la cuestión palpitante    319
Le naturalisme espagnol    326
L’auteur et son œuvre. Emilia Pardo Baz Bazán : éléments bio-bibliographiques
Enfance et premiers pas dans le monde des lettres    332
L’année 1868 et la découverte de la vie madrilène,
le voyage en Europe    335
Une formation culturelle exigeante    338
Quand le naturalisme devient une question palpitante…    345
L’histoire d’une incompréhension    346
Le texte…    349
Et la polémique…    356
La revolución y la novela en Rusia :
découverte, plagiat et lecture personnelle    364
Une activité littéraire intense, emilia Pardo Bazán polygraphe (1885-1921)    371
En quelques dates…    377
Repères historiques : le sexennat démocratique
La Révolution de Septembre    381
La Constitution de 1869    383
Amédée Ier, le “Roi éphémère…”    384
La Première République    387
Le Sexennat en Galice, El Pacto Galaico-Asturiano    390
Chronologie du sexennat démocratique [1868-1874]    392
Pacto federal galaico- asturiano     395

PROBLÉMATIQUES
Préambules : préface(s) ; souvenir et hypotexte
Le lieu et le moment…    401
“No quise hacer sátira política”    403
“Pintar el pueblo con crudeza naturalista”    405
“La cigarrera” :
“Mal hace la cigarrera en aspirar a cambios políticos”    410
Le roman et l’Histoire
Les faits historiques et la fiction    419
Le rôle de la presse dans La Tribuna    440
Valencianos con honra :
lorsque le théâtre incarne l’idéal républicain…    446
La question religieuse    449
L’espace urbain : de l’étude du milieu à la valeur symbolique de la description
De Marineda à La Corogne    457
Le monde des cigarières : de “La Granera” à “La Palloza”…    463
Du lieu au milieu :
analyse de l’espace dans les premiers chapitres du roman    470
Symboliques de l’espace : stratifications, marginalisations, complicités du paysage    483
Les personnages : du collectif à l’individu
Amparo, une “héroïne problématique”    499
Hérédité, innéité, éducation    500
Lectora, oradora, Tribuna…    503
Amparo se berce d’illusions    506
Une femme “complexe”    509
Baltasar Sobrado    512
La jeunesse dorée…    512
De la consommation à la prédation…    514
Baltasar Sobrado et Enrique Borrén…    517
Chinto    520
Le personnage entre scission et opposition    524
De la cigarière tentatrice à la sainte : les amies d’Amparo    524
Dolores et Lola…    530
Baltasar Sobrado et l’officier protecteur…    531

Axes du programme
Langages    535
“Restaurar el habla castellana”    536
Langages et personnages    537
Une héroïne porte-parole : les rhétoriques de la presse et des discours politiques    538
À la recherche d’un nouveau langage : langage et esthétiques réalistes et naturalistes    538
La création et les rapports aux arts    540
Ruptures et continuités    541
Le dialogue entre les arts    542
Création et intention : l’artiste et son message    543
De la production à la réception : les discours sur l’œuvre    544
Fictions et réalités     545
La “fabrique du réel”    546
De l’observation à la création : le travail, les espaces    546
La recréation de l’Histoire    547
Du réel aux réels de la fiction, l’artifice    548
Fiction, illusions et utopies    549
échanges et transmissions    550
Les échanges économiques et le tissu social    551
Amparo, de “lectora” à “Tribuna”, la force de la transmission    552
Polyphonies et échanges d’idées…    553
Sortir de la sphère du logis : l’apparition d’une femme “nouvelle”    554
Emilia Pardo Bazán et le naturalisme : l’intérêt pour les lettres européennes    554
Altérité et convivencia    555
Altérités sociales et impossibles convivencias    556
Le collectif des cigarières entre confraternidad et opposition    557
De l’altérité au conflit : l’image d’une Espagne fracturée    558
Les relations hommes / femmes dans le roman : altérité et assignation des rôles    559

Bibliographie    561
Index des personnages    571
NAUFRAGIOS DE ÁLVAR NÚÑEZ CABEZA DE VACA
Introduction


Contextualisation de l’œuvre
Cadre spatio-temporel    579
Genèse de l’œuvre    582
Le contexte d’écriture    582
Un récit entre histoire et fiction    585
L’intention de l’auteur : entre information et autoglorification    590
La réception de l’œuvre    595


Quelques éléments d’analyse

L’annonce du naufrage (chap. 1-4)    303
Entre illusions et désillusions (chap. 5-7)    604
Le désespoir sublimé (chap. 8-10)    607
L’errance à Malhado (chap. 11-15)    608
Esclavage et captivité (chap. 16-20)    610
Les miracles de Cabeza de Vaca (chap. 21-23)    612
Le retour à la “civilisation” (chap. 24-38)    614


Axes au programme

Langages    619
Réalités et fictions    626
Échanges et transmissions    632
Altérité et convivencia    638
Repères cartographiques    646

Bibliographie    649
Glossaire    652






En Construcción de JosÉ Luis Guerin
Approche analytique

Introducción    657
Contexto    658
La “pre-filmografía”    658
La filmografía oficial    660
En construcción (2000)     660
Las películas anteriores (1984-1996)    661
Las películas posteriores (2007-hoy)    663
En construcción      
El proceso de construcción de la película     667
Relatar lo real, cuestionar la realidad     674
Una construcción fílmica     679


Axes du programme

Fictions et réalités    697
En quoi le film En construcción peut-il nous permettre
de penser les relations entre fiction et réalité ?    698
Analyse d’une séquence    704
La création et le rapport aux arts    712
Cinéma et art    713
Petits arrangements avec le réel    715
Architectures    717
Peinture et cinéma    720
Cinéma et cinéma    729
Conclusion    735
Langages    736
Introduction    736
Des langues pour parler et se faire entendre    738
Le langage technique comme reflet d’une idée, d’une idéologie    744
Le langage écrit matérialisé à l’écran    746
Le langage cinématographique    747
Conclusions    751

Bibliographie    752
Photogrammes    759
Fiche technique    765

Christian Boyer est professeur agrégé d’Espagnol et enseigne dans les Classes Préparatoires aux Grandes Écoles. Il est également docteur en Espagnol et auteur d’une thèse intitulée La cruauté dans les récits courts d’Emilia Pardo Bazán. Il est l’auteur, dans ce volume, de l’approche analytique consacrée à La Tribuna, ainsi que de toute la partie consacrée à la mise en perspective de l’œuvre sous l’angle des cinq axes qui figurent au programme de la session 2020 du CAPES Externe.

José García-Romeu est professeur à l’Université de Toulon, docteur en Études ibériques et spécialiste de littérature hispano-américaine, notamment argentine, et également équato-guinéenne. Ses travaux s’intéressent, entre autres thèmes, aux discours autoritaires et aux identités. Il est l’auteur, dans ce volume, d’une étude analytique du roman Rayuela, de l’Argentin Julio Cortázar.

Magali Kabous est maître de conférences à l’université Lyon 2 et agrégée d’espagnol. Elle est spécialiste en études latino-américaines et consacre la plus grande partie de ses recherches aux productions culturelles cubaines. Parmi ses travaux, de nombreuses publications sont consacrées au cinéma. Elle est l’auteure, dans ce volume, de la réflexion autour de l’axe “Langages”, à l’aune de laquelle elle propose une approche de En construcción.

Joséphine Marie est maître de conférences en Études ibériques et latino-américaines à l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée et docteure en Études hispaniques et hispano-américaines. Ses travaux portent sur les représentations et les imaginaires autour des Amériques hispano-américaines et caribéennes dans une perspective postcoloniale, sur la Transtextualité, sur les représentations fictionnelles des espaces américains. Elle est l’auteure, dans ce volume, de l’approche de l’œuvre au programme, Rayuela, depuis le prisme des cinq axes au programme du CAPES externe de 2020.

Myriam Mayer est professeur agrégée d’Espagnol et docteur en Études hispaniques, et plus particulièrement en cinéma. Elle consacre une grande partie de sa recherche à l’œuvre de José Luis Guerin, dont elle est l’une des plus grandes spécialistes à l’heure actuelle. Elle est ici l’auteure de l’approche analytique du film de José Luis Guerin, ainsi que de la réflexion autour de l’axe “Fictions et réalités”, appliquée au film documentaire.

Hélène Roy est agrégée d’Espagnol et docteure en Études hispaniques, maître de conférences à l’université de Poitiers et spécialiste de l’Amérique coloniale, et plus particulièrement du Pérou. Sa contribution dans cet ouvrage comprend une étude analytique de l’œuvre Naufragios de Núñez Cabeza de Vaca et une approche de cette œuvre sous l’angle des axes au programme du concours du CAPES de 2020, à l’exception de “La création et le rapport aux arts”.

Pascale Thibaudeau est professeure à l’université de Paris 8, agrégée d’Espagnol et spécialiste du cinéma espagnol, thématique sur laquelle elle a publié, en France et à l’étranger, de nombreux articles et ouvrages. Ses recherches portent principalement sur les liens entre cinéma, histoire et mémoire. Elle est l’auteure, dans ce volume, de la réflexion autour de l’axe “La création et le rapport aux arts”, qu’elle applique au film de Guerin.

Chers candidats, chers lecteurs,
Le présent volume est le fruit d’un travail collectif, mené par des spécialistes reconnus des œuvres qui figurent au programme de l’épreuve de composition en langue étrangère de la session 2020 du CAPES externe d’espagnol.
Cette épreuve exige des candidats une très bonne connaissance des œuvres mais évalue également leur capacité à mettre ces connaissances au service de la définition et de la résolution d’une problématique en lien avec l’un des cinq axes des programmes de l’enseignement des langues vivantes dans les collèges et lycées qui figurent eux aussi au programme de cette session.
Les auteurs de cet ouvrage ont ainsi travaillé dans une double direction : d’une part donner les moyens aux lecteurs d’avoir accès au sens des œuvres, d’en comprendre la genèse, le contexte, les objectifs, d’être capables d’y circuler avec aisance, d’en percevoir les enjeux dans la création artistique et intellectuelle du domaine hispanique ; d’autre part, ouvrir des pistes de réflexion en lien avec chacun des axes des programmes, de manière à ce qu’ils puissent, lors des épreuves écrites, établir un dialogue entre l’une des œuvres au programme et les autres documents qui leur seront proposés dans le cadre du dossier. Il ne s’agit donc pas de considérer le contenu de cet ouvrage comme un objet clos ou exhaustif, mais plutôt d’y chercher les outils qui faciliteront aux candidats une approche personnelle et raisonnée de ce corpus.
Ce n’est qu’en ayant une connaissance pointue, fine et réfléchie des œuvres que le candidat pourra en enrichir l’étude par une réflexion didactique inspirée par les axes au programme. Une telle approche ne signifie pas qu’il faille chercher, à tout prix, à forcer l’interprétation de telle ou telle œuvre en plaquant sur elle artificiellement des connaissances ou des poncifs engrangés sur les axes, mais plutôt qu’il faut être en mesure de mettre en lumière la façon dont chacun de ces axes peut faire advenir des sens possibles, peut donner de ces œuvres une vision neuve, nuancée, dynamique. L’œuvre, à son tour, apparaîtra alors comme une voie d’accès à de nouvelles pistes d’exploitation, de réflexion et de compréhension des axes. Ce va-et-vient des œuvres aux axes et des axes aux œuvres, condition d’une préparation efficace à l’épreuve, doit occuper les réflexions du candidat lors de chacune de ses lectures.
Pour aider le candidat à atteindre ces objectifs, chaque partie de cet ouvrage suit un schéma identique : tout d’abord une approche analytique dans laquelle les auteurs distillent des éléments permettant de s’approprier non seulement les œuvres elles-mêmes, mais aussi des outils méthodologiques spécifiques à la nature de chacune pour être capable de les analyser. Dans un deuxième temps, pour chacune des œuvres, les auteurs proposent des réflexions plus spécifiquement centrées sur un ou plusieurs des axes au programme. Ces textes contiennent des clés de lecture et d’analyse et invitent à envisager les œuvres sous l’angle de tel ou tel axe, à voir comment on pourrait problématiser les œuvres dans le cadre de l’épreuve de composition, tout en offrant également des ouvertures vers d’autres textes et documents sur la culture hispanique pouvant enrichir la réflexion des candidats.
La connaissance précise du corpus et la maîtrise des outils méthodologiques sont les meilleures alliées de l’analyse approfondie et rigoureuse que l’on attend des candidats lors de l’épreuve de composition en langue étrangère. Nous espérons qu’ils trouveront dans cet ouvrage de quoi consolider leurs acquis.
Bonne lecture, bon travail !