Lopez de Ayala, Rimado de Palacio
search
  • Lopez de Ayala, Rimado de Palacio
  • Lopez de Ayala, Rimado de Palacio

Lopez de Ayala, Rimado de Palacio

18,01 €

Par Sophie Hirel

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Traitant d’un des sujets 2019 et 2020 de littérature des agrégations externe et interne d’Espagnol, cet ouvrage propose tout ce dont le candidat a besoin pour réussir sur ces œuvres.

Comme tous les clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :
Repères : le contexte historique et littéraire

Problématiques : comprendre les enjeux du programme

Outils : pour retrouver rapidement une définition, une idée ou une référence

 

 

Fiche technique

Référence
460543
ISBN
9782350305431
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
320
Reliure :
broché

introduction            13

Repères

Perspectives biographiques : “una de las vidas

más controvertidas e interesantes del siglo xiv”…    17

Bibliographie sélective     17

Abondance et pertinence des données biographiques           18

Les portraits du chancelier Ayala        19

Pero López de Ayala dans le Rimado de Palacio        22

Le lignage des Ayala        26

Petite histoire des Ayala  27

Père et fils   29

La place des Ayala dans la noblesse castillane du xive siècle      32

Une noblesse de service     32

La noblesse au “palais”    34

“Un soubassement de chair et d’os” :

vie de Pero López de Ayala          37

Jeunesse de soldat aux ordres de son père       38

Maturité de diplomate      40

Sagesse d’homme politique           41

La descendance du chancelier Ayala  44

Perspectives historiques : le royaume de Castille

face à la crise politique et sociale du xive siècle        47

Bibliographie sélective     47

La tumultueuse arrivée des Trastamare en Castille 48

L’Espagne d’Ayala            48

La “guerre civile” en Castille     51

• Affrontement de deux légitimités         51

• La guerre des deux Pierre          54

Internationalisation du conflit :

bref rappel sur la guerre de Cent Ans  56

La “guerre civile” en Castille (suite et fin)     57

Propagande anti-pétriste : mort au vaincu !     59

Pero López de Ayala était-il un traître ?         59

Pero López de Ayala et la légende noire de Pierre le Cruel          64

Déception face aux premiers Trastamare         68

Le Grand Schisme d’Occident (1378-1417)         71

Bibliographie sélective     71

L’annonce d’un schisme    72

Une prophétie de l’Apocalypse  72

Pouvoir(s) temporel(s), pouvoir spirituel         73

Les papes en Avignon         74

Le déclenchement du Grand Schisme     76

“Vers le Schisme invétéré”            80

Réactions des puissances occidentales face au Schisme        80

L’enlisement du conflit (jusqu’en 1417)            81

problématiques

Considérations préliminaires. Structure, genèse

et intentionnalité du Rimado de Palacio          85

Bibliographie sélective     85

L’histoire du texte (éditions et manuscrits),

l’histoire d’une forme (le mester de clerecía) 87

Les manuscrits         88

Le texte et ses éditions       90

Autour de la cuaderna vía          92

L’unité en question : hétérogénéité et inachèvement 95

Sans prologue et sans colophon : l’inachèvement du Rimado         96

Éclatement et autonomie textuelle       99

Structure hétérogène : les éléments constitutifs du Rimado           100

Une cohérence interne ?   102

Intertextualité       103

Continuum thématique      105

Trois en un : vers la “rédaction finale” du Rimado de Palacio        106

L’armature de la confession rimée (1-728)        106

Hétérogénéité formelle du “cancionero” (732-921)  108

Homogénéité du poème sur Job (922-2122)         112

En guise de conclusion :

hypothèses sur l’intentionnalité du Rimado   114

Éléments de datation du texte     115

Une “somme”, pour quoi faire ?    117

 

 

 

 

 

 

‘E de todo en todo por errado me siento” (43b).

La confession rimée dans le Rimado de Palacio (1-191)         121

Bibliographie sélective     121

La confession rimée dans l’histoire des manuels de confession       123

Naissance de la confession auriculaire : le concile de Latran IV  124

La Confession rimée de Pero López de Ayala : un élément original ?         127

Confession individuelle et absence de médiation cléricale :

un modèle pré-réformiste ?          128

Aveu pénitentiel ou récit de soi ? Portée autobiographique

et authenticité de la confession  130

La confession rimée : une anecdote du “moi” ?  131

Confession, prédication ou traité doctrinal ? 134

Structure de la confession : la (dis)continuité sérielle        138

Continuité sérielle : le cas des sept péchés capitaux  138

Une exhaustivité “sensible” :

les exempla dans le Rimado de Palacio 142

Les entorses à la continuité sérielle :

études des œuvres de miséricorde (175-190)      145

La confession rimée, noyau dur du Rimado ?    149

Valeur inaugurale et principe structurant     149

Justification pragmatique : “Ayala, maître de morale pratique” ? 151

Les “états du monde” ou la société castillane au prisme

du Rimado de Palacio. Étude des strophes 191-729     153

Bibliographie sélective     153

Structure de la première partie du poème         156

Les états du monde dans le Rimado        156

Enchevêtrement générique : quand Histoire et Morale s’en mêlent          159

Structure concentrique des états du monde dans le Rimado de Palacio   162

Des miroirs des princes médiévaux au Rimado de Palacio      165

Identification des sources de Pero López de Ayala    165

Au plaisir du texte : brèves considérations sur les exempla 169

L’exemple de l’échelle (658-706) : une métaphore “a lo humano”   171

“¡Mal pecado!, non miento” : Ayala face aux états de la société   177

Satire contre l’Église       177

Des chevaliers voleurs (260-271)            179

L’exemplum des juristes (316-336)           181

La satire des marchands (strophes 298-312)     183

Un morceau de bravoure : Les “faits du palais” (strophes 423-476) 186

Réflexion sur “les faits du palais”         186

Contrepoids aux “faits du palais” : “Nueve cosas para conosçer

el poder del rey” (analyse des strophes 616-654)       191

Conclusion sous forme de citation…     195

L’expression lyrique dans le Rimado de Palacio (732-921)    197

Bibliographie sélective     197

Poèmes au Seigneur et à la Vierge Marie          201

Quatre prières au Seigneur : le “moi” poétique face au Seigneur    203

Ayala et la poésie mariale          206

Deux particularités de la lyrique ayaline      210

Lyrisme et innovations métriques           210

Théorie de l’échange ou parole performative : petite réflexion

sur le statut du langage poétique         213

Job : l’obsession ayaline   217

Bibliographie sélective     217

La tradition jobienne         219

Grégoire le Grand et l’exégèse du Livre de Job          219

La tradition des Moralia in Job en Espagne     221

Ayala et le thème jobien (paternité et chronologie) 223

Job dans le Rimado de Palacio    227

Structure de la dernière partie du Rimado de Palacio :

l’éclatement d’un monolithe      228

Méthode de composition du poème ayalin        234

Job ou l’ébauche d’un méta-poème ?       241

Valeur littéraire du poème          242

“Cuatro son en fablar maneras espeçiales cuales quiero contar” (995ab)          246

La sensibilité religieuse de López de Ayala     249

Bibliographie sélective     249

Présupposés doctrinaux    250

L’histoire biblique et ecclésiastique

comme seul point de référence du poète            250

“Non lo entiendo, que fabla teología” (164b) 252

“De nouveau sur Ayala et les hiéronymites”…          255

Ayala et le monastère de San Miguel del Monte      255

“On fait parfois de bons livres avec d’exécrables sentiments

ou de médiocres idées”       258

“La nao de Sant Pedro pasa grant tormenta” (832a) :

Ayala face au Schisme      260

“Qué leyenda tienen estos cristianos” ! (évocation du Schisme

dans les strophes 191-214)           261

Le traité du Schisme (832-865)      264

 

 

outils

Commentaire 1         271

Strophes 740-752     271

• Strophes 740-743 : la confession d’un pécheur          274

• Strophes 744-750 : l’imploration d’un malheureux  276

• Strophes 751-752 : l’engagement personnel

et la mise en abyme de la réception        280

Commentaire 2         283

Strophes 1259-1270 283

• Strophes 1259-1262 : les vertus devant accompagner la charité   285

• Strophes 1263-1266 : la menace du Jugement Dernier          287

• Strophes 1267-1270 : la nécessaire réunion des vertus        290

Annexes        293

Annexe 1 : Complément à la troisième partie

sur le Grand Schisme         293

Tableau des différentes élections papales

durant la crise de l’Église (1378-1415)  293

Annexe 2 : Complément à la quatrième partie

sur les considérations préliminaires.    294

Tableau récapitulatif sur les différentes datations proposées par la critique pour les différentes compositions du Rimado de Palacio. Ce tableau est tiré de Ignacio González Àlvarez (1990, 53-54)         295

El mismo G. Orduna hace el siguiente cuadro sintético de su propuesta en: “El Rimado de Palacio, testamento político-moral y religioso del Canciller Ayala”. 296

Annexe 3 : Complément à la sixième partie : Les “états du monde” ou la société castillane au prisme du Rimado de Palacio.

Étude des strophes 191-729          297

Tableau récapitulatif de la structure de la première partie

du Rimado de Palacio        297

Bibliographie semi-commentée    299

Sophie Hirel est maître de conférences à l’Université Paris Sorbonne.

L’œuvre poétique de Pero López de Ayala est généralement connue sous le titre Rimado de Palacio, qui apparaît notamment dans l’un des manuscrits par lequel le texte nous est parvenu. Pourtant, plusieurs titres ont servi à désigner ce recueil ; il est désigné comme Libro rimado de palacio, Libro de las maneras del palacio ou Rimas del Palacio sous la plume de contemporains – ou presque – de l’auteur (respectivement, Fernán Pérez de Guzmán et le marquis de Santillane), ce à quoi s’ajoutent des suggestions faites par la critique moderne, notamment par les différents éditeurs qu’a connus le texte ayalin : Libro llamado Rimado del Palacio (Nicolás Antonio), Poesías (Kuerstenier), “Libro de poemas” o “Rimado de Palacio” (Garcia).