Luchino Visconti, Mort à Venise Agrandir

Luchino Visconti, Mort à Venise

Par Marie-Laure Guétin et Olivier Maillart

Plus de détails

460539

9782350305394

18,01 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

  • Simone de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée

    Simone de...


    Laetitia Hanin et Laure Himy-Pieri

  • Silves latines 2018-2019

    Silves...


    Térence, Heautontimoroumenos Salluste, La...

  • Corneille

    Corneille


    Cinna Polyeucte Tiphaine Karsenti et...

Traitant du programme de Cinéma des agrégations interne de Lettres classiques et de Lettres modernes, l’ouvrage propose tous les éléments nécessaires à la réussite du candidat.
Comme tous les clefs-concours Cinéma, l’ouvrage est structuré en trois parties :
Repères et analyses : le contexte historique et artistique de l'œuvre.
Grandes thématiques : comprendre les enjeux du programme.
Outils : les éléments factuels et techniques indispensables.

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 288

Sommaire

INTRODUCTION
REPÈRES
Luchino visconti
Le monde perdu    23
Du “gentilhomme milanais” au cinéaste antifasciste    24
Visconti politique    27
De l’histoire au mythe    29
Un premier jalon : Le Guépard    29
Un second jalon : Sandra    31
La “trilogie allemande”    35
La fin    38
Le cinéma italien des années 1960 et 1970
Les origines du cinéma italien    41
La “révolution” néoréaliste    42
Les grandes années du cinéma italien    43
La fin d’une époque faste    45
Genèse et réception
Visconti et l’adaptation    47
Du sujet au tournage    50
La réception    52
PROBLÉMATIQUES
L’adaptation : récit de crise et crise du récit
“Un drame du corps et de l’esprit”    57
Approche génétique – la nouvelle    57
• “Rien n’est inventé”    57
• Mahler et Goethe    59
• Le problème Aschenbach    60
Approche génétique – le film    62
• Mann-Visconti    62
• Aschenbach musicien    63
• Un film proustien ?    64
• August von Platen    65
Un récit d’initiation tragique    67
Une lecture politique du récit    69
Économie narrative    72
Une adaptation exemplaire    72
L’ouverture    74
Expansions et retranchements    77
Point de vue et polyphonie    82
Une subjectivité contrariée    82
Dialogisme et intertextualité    84
Métamorphose des personnages    86
Aschenbach et ses doubles    86
Tadzio    90
Les messagers de la mort    91
La société : “une époque où tout le monde ment”    92
Dramaturgies de la passion
Une histoire d’amour ?    95
Du mythe à l’amour-passion    95
La rencontre et autres topoï amoureux    98
Ambivalence d’éros    102
L’amant et l’aimé    102
Éros et Thanatos    106
S’abîmer    110
Le symbolisme de la chute    110
Mise en scène d’une Passion    113
Mise en scène : le proche et le lointain
La représentation distanciée    117
La reconstitution : un cinéma académique ?    117
Une esthétique des contraires    120
Le zoom ou l’aventure du regard    123
Mouvance du champ visuel    123
De la démesure : fonctions du zoom    124
L’effet-tableau ou l’art de la pose    129
Parcours chromatiques    133
Scènes et scénicité : aspects de la théâtralité viscontienne    135
Les grandes scènes    135
Le drame de l’intervalle    137
Un théâtre de la perdition : la seconde filature    139
Poétique de venise
Un imaginaire viscontien    143
Venise dans Senso    143
Le refus du pittoresque    145

Le voisinage des pierres et de l’eau    148
Entrer dans Venise    148
Le symbolisme de l’eau    152
Le “syndrome vénitien”    154
Une ville-palimpseste    154
La figure du labyrinthe    158
Un film musical
Les états de la musique    161
Un film que l’on écoute    161
Les musiques d’écran    164
La crise de la musique    169
Mahler : introspection et fragmentation    173
Une musique apatride    173
L’adagietto ou la cyclicité de la plainte    175
La 3e Symphonie ou l’idée de sublime    177
L’art entre malédiction et aspiration
La fatalité de l’artiste    181
La problématique du génie    181
La mort d’Aschenbach    184
L’art et le temps    188
Les figures du temps    188
Le beau : une question inactuelle ?    192
OUTILS
Séquencier commenté
I. Prélude : le voyage à venise    200
• [1] 0’10 La traversée en bateau vapeur    200
• [2] 8’39 La gondole    201
• [3] 13’15 Arrivée à l’hôtel    201
• [4] 17’22 Premier flash-back    202
II. Le grand hôtel des Bains : la crise artistique    203
La première soirée : la rencontre avec Tadzio    203
• [5] 19’58 Dans la chambre d’Aschenbach    203
• [6] 21’21 La rencontre    204
• [7] 29’04 Le dîner    205
• [8] 31’41 Déambulation et deuxième flash-back    205
Le lendemain : fixation et aggravation de la crise    206
• [9] 35’49 Le petit-déjeuner    206
• [10] 38’41 Première séquence de plage    206
• [11] 47’41 L’ascenseur    207
• [12] 49’18 Retour dans la chambre et troisième flash-back    207

L’aller-retour à la gare    208
• [13] 52’25 La scène des faux adieux    208
• [14] 55’40 La gare    209
• [15] 59’26 Le retour    210
De la plénitude au désarroi    210
• [16] 1h01’11 Deuxième séquence de plage et quatrième flash-back    210
• [17] 1h07’50 L’aurore.    211
• [18] 1h08’30 La passerelle.    212
• [19] 1h10’40 “La Lettre à Élise” et le cinquième flash-back    212
• [20] 1h16’38 L’aveu d’amour    213
III. Venise : la déchéance physique et morale    214
Confirmation de l’épidémie    214
• [21] 1h18’27 Première filature dans Venise    214
• [22] 1h22’27 Les musiciens ambulants    214
• [23] 1h31’20 L’agence de voyage et la séquence imaginaire    215
• [24] Le couloir de l’hôtel et le sixième flash-back    216
L’abîme    217
• [25] 1h37’38 Chez le coiffeur    217
• [26] 1h42’25 La seconde filature    218
• [27] 1h49’05 Le septième flash-back et le réveil    218
IV. Mourir à venise    219
• [28] 1h52’20 La mort d’Aschenbach    219
Liste de textes
• Extraits de Tonio Kröger (1902)    221
• Extraits du Docteur Faustus (1947) : le “pacte avec le diable” (chapitre XXV)    223
• Extrait de Sur le mariage (1925)    226
August von platen    227
• Tristan (1825)    227
Marcel proust    229
• Extrait d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs (“Noms de pays : le pays”) : l’aquarium du Grand Hôtel de Balbec    229
• Extrait de La Prisonnière : la mort de Bergotte    231
• Extrait de La Prisonnière : le septuor de Vinteuil    233
Platon    235
• Extrait du Banquet (179b-180b) : le discours de Phèdre    235
• Extrait de Phèdre (250d-252b) : le discours de Socrate    236
Arthur Schopenhauer    238
Gustav Mahler / Friedrich Rückert    240
• Ich bin der Welt abhanden gekommen (Rückert-Lieder, 1902)    240
Gustav Mahler / Friedrich Nietzsche    242
• La Chanson ivre (Ainsi parlait Zarathoustra)    242
• Texte du 4e mouvement de la 3e Symphonie    243
• Entretien de Luchino Visconti avec Lino Micciché, 1971    244

Franz Lehár    245
• Extrait de La Veuve joyeuse (Die lustige Witwe) : “Lippen schweigen” / “L’Heure exquise”    245
• Extrait de La Veuve joyeuse : refrain de “L’air de Vilya”    247
Générique
Générique technique    249
Générique artistique    250
Tournage    251
Palmarès    251
Filmographie
Longs métrages    253
• 1943. Ossessione (Les Amants diaboliques)    253
• 1948. La terra trema (La terre tremble)    253
• 1951. Bellissima (Bellissima)    253
• 1954. Senso (Senso)    254
• 1957. Le Notte bianche (Les Nuits blanches)    254
• 1960. Rocco e suoi fratelli (Rocco et ses frères)    254
• 1963. Il Gattopardo (Le Guépard)    255
• 1965. Vaghe Stelle dell’orsa… (Sandra)    255
• 1967. Lo Straniero (L’Étranger)    256
• 1969. La Caduta degli Dei (Les Damnés)    256
• 1971. Morte a Venezia (Mort à Venise)    256
• 1973. Ludwig (Ludwig ou Le Crépuscule des Dieux)    256
• 1974. Gruppo di famiglia in un interno (Violence et Passion)    257
• 1976. L’Innocente (L’Innocent)    257
Participation à des films collectifs et courts-métrages    258
• 1936. Une partie de campagne    258
• 1940. La Tosca    258
• 1945. Giorni di gloria (Jours de gloire)    258
• 1951. Documento Mensile n°2, episodio Appunti su un fatto di chronaca (Notes sur un fait divers)    258
• 1953. Siamo donne, episodio Anna Magnani (Nous les femmes, épisode Anna Magnani)    258
• 1962. Boccacio ’70, episodio Il Lavoro
(Boccace 70, épisode Le Travail)    259
• 1967. Le Streghe, episodio La Strega bruciata viva (Les Sorcières, épisode La Sorcière brûlée vive)    259
Pour la télévision    259
• 1970. Alla ricerca di Tadzio (À la recherche de Tadzio)    259
Projets non réalisés au cinéma    260
• 1942    260
• 1944    260
• 1945-1946    260
• 1946-1951    260
• 1949-1951    260
• 1953    261
• 1965-1966    261
• 1967    261
• 1968-1970    261
• 1972-1973    261
Bibliographie
Édition DVD    263
Scénario de Mort à Venise    263
Sur Luchino Visconti    263
Articles et études sur Mort à Venise    265
Thomas Mann (écrits et études critiques)    266
Esthétique du cinéma, analyse de film    267
Sur l’adaptation    269
Sur le cinéma italien    270
Éléments de contexte et d’analyse culturelle    270
Document audiovisuel    273
Glossaire





Marie-Laure Guétin est maître de conférences en Etudes cinématographiques à l’Université de Poitiers. Ses recherches sont centrées sur le ciénma de Luchino Visconti et la poétique du décor. 

Olivier Maillart est professeur agrégé de Lettres modernes, docteur en Études cinématographiques et il enseigne en classes préparatoires littéraires au lycée Jean-François Millet (Cherbourg). 

Lorsque Mort à Venise est présenté au Festival de Cannes en 1971, il se murmure entre journalistes que la présence de ce film dans la compétition fausse quelque peu la donne, tant il surclasse par sa qualité le reste de la sélection. Luchino Visconti recevra finalement le Prix du 25e anniversaire du Festival pour Mort à Venise et l’ensemble de son œuvre, ce palmarès ayant sans doute permis au jury de contrebalancer les pronostics insistants. Rares sont toutefois les films auxquels on reconnaît immédiatement et quasi unanimement une telle supériorité. Si de nos jours, presque cinquante ans après sa sortie, la réception du film est sans doute plus nuancée, surtout de la part de ceux qui ne sont pas habitués à l’univers du cinéaste italien, force est de constater que ce film continue d’exercer un véritable pouvoir de sidération, tant par la maîtrise et l’ampleur du sujet que par la radicalité de l’écriture cinématographique.