Toni Morrison, Song of Solomon Agrandir

Toni Morrison, Song of Solomon

Emmanuelle Andres

Plus de détails

460606

18,01 €

Traitant d'un des sujets 2020 et 2021 de l'oral de l'agrégation externe d'Anglais, cet ouvrage propose tout ce dont le candidat a besoin pour passer les épreuves. 

Comme tous les clefs-concours de littérature anglophone, l'ouvrage est structuré en quatre parties :

- Repères : le contexte historique et littéraire

- Thématiques : comprendre les enjeux du programme

- Ouvertures : pistes de réflexion personnelle

- Outils : pour retrouver rapidement une définition, une idée ou une référence. 

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 256
  • Reliure : broché
  • Format : poche

 

Introduction

Le “Signifyin(g)” africain américain et le trope du livre parlant : henry gates jr. 22

Repères

L’époque et l’œuvre

Contexte historique    27

Militantisme africain américain       27

Repères historiques jalonnant le roman      28

Song of Solomon et les grandes périodes de l’histoire politique nationale       30

Héritage littéraire : des récits d’esclaves au black arts movement           34

Toni Morrison 37

Enfance (1931-1949) 37

Études universitaires (1949-1955)   40

Carrières         41

Consécration  43

Song of Solomon (1977)

L’œuvre de toni morrison      45

Song of Solomon : sources d’inspiration et réception de l’œuvre  51

Structure de Song of solomon          55

L’œuvre de toni morrison au prisme de sa pensée littéraire militante     56

Playing in the Dark (1992) : identité raciale et imagination littéraire       57

The Origin of Others : altérité et écriture    59

Analyse thématique

L’initiation de milkman dead

L’odyssée des pères   63

Milkman Dead, l’étoffe d’un héros ?           65

Canard boiteux           68

Milkman, un anti-héros ?      71

L’initiation de Milkman Dead           73

Partir   74

Vaincre la peur          75

De Danville à Shalimar : le parcours initiatique de Milkman         76

L’art de comprendre : le chant de Salomon 80

Pilate, la pilote          82

La leçon de Pilate, ou comment réussir le parfait œuf mollet      83

Le paon, le serpent et les clefs du foyer : héritages dans Song of Solomon

Comme la roue du paon : le monde selon Macon Dead     86

Cette femme est un serpent : le monde selon Pilate         90

Transfert et pont musical     92

Un retour au foyer : de la pastorale dans Song of Solomon          96

Bousculer les clichés : contes et mythes dans Song of Solomon

Un miroir déformant : les contes européens          103

Autour du mythe        107

Ceux qui savaient voler…       109

Icare    110

Robert Smith : avatar de Solomon ?            111

Milkman, l’héritier légitime de Solomon     112

Circé    113

Aspects du mythe      113

Circé ou la maison aux esprits          115

Subversions du monomythe  117

Ces histoires, ces voix qu’on entend : l’empreinte du folklore dans Song of Solomon

Un roman parcouru par le folklore   124

La légende de l’Africain volant         125

Folklore et croyances : Pragmatisme et enchantement     131

Croire aux fantômes  133

Song of Solomon: Autour du sacré

Bible et Christianisme           141

Le sacré ou l’expérience vive 147

Sacrifice et miséricorde        150

Le paradis sur terre : Lincoln’s Heaven        155

Esprit, es-tu là ? Au nom du père     157

Des femmes dans Song of Solomon

Femmes sacrificielles?         160

First Corinthians et Lena, ou l’enfance confisquée 160

Ruth, une “petite femme”    161

Des pétales de rose d’un rouge-sang : First Corinthians ou la contagion de l’impur    165

Hagar, l’amour anaconda et la mort souriante       167

Pilate, la mére terre qui savait voler           171

Song of Solomon, le roman d’une femme   176

Sweet, ou l’instrumentalisation féminine   176

Where do you get the right to decide our lives? La révolte de Léna         177

Entre perspective féminine et féminisme   179

“C’est comme tuer une biche. Un homme ne devrait pas”            181

Perspectives

Voix politiques, voix communautaires dans Song of Solomon

A slow walk of trees et Song of Solomon    187

Guitar, la mort et les blancs 190

“the cards are stacked against us” (p. 87)   192

Conscience noire        196

“The only thing to do is balance it” : l’organisation des Seven Days         199

Dénoncer l’oppression : écriture et politique, politique de l’écriture        203

First Corinthians, ou la double oppression des femmes noires     203

Réécriture et politique : Aunt Jemima         206

Entre ciel et terre : Song of Solomon, ou l’écriture de la médiation

Les enjeux de la narration : premières pages de Song of Solomon           209

Origines : comme un train qui accélère…    218

Dans les méandres d’une histoire racontée 221

Au-delà du réel : une Écriture du passage   224

Lire Toni Morrison

Lire Toni Morrison : philosophie et pratique de l’écriture  228

La présence africaine américaine comme épicentre de l’œuvre de Toni Morrison       228

Qu’est-ce que la littérature noire ?  231

Le socle de l’imagination créatrice : histoire, mémoire et dévoilement          232

la fabrique et le nettoyage du langage        235

Des textes qui parlent : horizontalité, médiation et dialogisme    237

Des racines et des ailes        240

Bibliographie sélective          243

Emmanuelle Andrès est maître de conférences à l'université de La Rochelle. 

Publié en 1977, Song of Solomon, troisième roman de l’Africaine Américaine Toni Morrison, appartient à la première partie de sa carrière. Tout aussi profondément ancré dans la culture africaine américaine que ses romans précédents (The Bluest Eye et Sula), il s’en démarque pourtant, tant par son déplacement géographique (d’abord psychique, par les histoires racontées, puis physique) vers le Sud que par le choix d’un héros pour la première fois masculin. Ce déplacement du Nord vers le Sud, à l’inverse de la Grande Migration de la population africaine américaine pendant les années 1920 et 1930, inscrit la quête initiatique du héros dans un mouvement de retour qui induit une exploration de ses racines familiales et communautaires cruciale pour Toni Morrison, dont les deux parents, originaires du Sud, portaient en eux la culture orale et un rapport unique à la terre, aux ancêtres et à la communauté.

C’est par le prisme de la légende de l’Africain volant que Toni Morrison choisit de raconter la quête identitaire de Milkman Dead. Encadré par deux envols, déterminé par celui de l’ancêtre africain, Solomon, des champs de coton du Sud vers le continent africain, le roman ancre la quête du héros dans le double sens du mot flight en anglais : l’envol vers la liberté, et le pendant de cette liberté, la fuite, l’abandon des femmes et des enfants (Solomon quitta sa femme Ryna et ses enfants pour s’envoler vers l’Afrique). Si la perception populaire de la légende penche le plus souvent vers la première interprétation, Toni Morrison porte son attention sur le caractère ambigu de cette appropriation, par les airs, de la liberté, et sur ses répercussions sur les femmes africaines américaines. Appropriation et dépossession, fuite et abandon, individualisme et altruisme, sont autant de diapasons au prisme desquels l’envol de Solomon et l’apprentissage de Milkman Dead peuvent être perçus.