Sciences Humaines 2020-2023
search
  • Sciences Humaines 2020-2023

Sciences humaines 2020-2023

18,01 €

Par Lise Forment, Valentine Langlais et Pierre-Elie Pichot.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Traitant de trois des six oeuvres au programme de l'oral de l'ENS Lyon pour les années 2020, 2021, 2022 et 2023, l'ouvrage fait la lecture de trois textes aux méthodes novatrices en Sciences Humaines. 

L'ouvrage est divisé en trois parties qui correspondent aux trois oeuvres nouvelles au programme et permet aux étudiants de comprendre les enjeux de chacune d'entre elles. S'agissant d'une préparation à un examen oral, il offre des pistes de réflexion et de débat, l'objectif étant que les étudiants puissent rendre compte des oeuvres de façon argumentée et personnelle. 

Chacune des parties de l'ouvrage est composé :

- de repères : une présentation de l'oeuvre et de son contexte ;

- de grandes problématiques articulées autour des spécificités méthodologiques de l'auteur ;

- d'outils : chronologie, résumé, références de l'auteur, réception de l'oeuvre, postérité, mots-clés et bibliographie. 

Fiche technique

Référence
460600
ISBN
9782350306001
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
192
Couleur :
noir et blanc
Reliure :
broché
Format :
poche

ERWIN PANOFSKY, LA RENAISSANCE

ET SES AVANT-COURRIERS DANS L’ART D’OCCIDENT

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15

REPÈRES

BIOGRAPHIE D’ERWIN PANOFSKY . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17

L’OEUVRE PAR RAPPORT À L’AUTEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19

LE TITRE ET L’INSCRIPTION DE L’OEUVRE

DANS SON GENRE ET SON DOMAINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23

L’OEUVRE DANS SON CONTEXTE HISTORIQUE ET CULTUREL . . . . . . . . . . .25

PROBLÉMATIQUES

LA RENAISSANCE : PRISE DE CONSCIENCE D’UNE “MÉGAPÉRIODE” . . . . .27

question méthodologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27

Les différences structurelles entre les renaissances médiévales

et la Renaissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28

• La périodisation de la Renaissance par ses propres acteurs . . . . . . . . . . .28

• La Renaissance, un phénomène global et durable :

le rôle fondamental de l’humanisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32

LES AVANT-COURRIERS DE LA RENAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35

Les renouveaux médiévaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35

Un recul médiéval dans la peinture ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39

DES TÉNÈBRES À LA LUMIÈRE,

LA RÉSURRECTION DE L’ART DE LA PEINTURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41

Giotto et le retour à la nature dans l’art de la peinture . . . . . . . . . . .42

La perspective : vers une nouvelle définition du tableau . . . . . . . . .44

Le retour à l’antique dans l’art de la peinture . . . . . . . . . . . . . . . . .47

• Le retour à l’antique dans la peinture du trecento . . . . . . . . . . . . . . . . . .47

• Le klassischer Idealstil et l’influence de l’humanisme

dans la peinture italienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50

• Botticelli : un exemple d’analyse iconologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53

L’ARCHITECTURE ET LA SCULPTURE,

DEUX ARTS MAJEURS PEU TRAITÉS PAR PANOFSKY . . . . . . . . . . . . . . . . .55

LA RENAISSANCE DANS LES PAYS DU NORD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .57

OUTILS

CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61

RÉSUMÉ DE L’OEUVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62

Chapitre I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62

Chapitre II : La Renaissance et les renaissances . . . . . . . . . . . . . . .63

Chapitre III : Le trecento . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64

Chapitre IV : Le Quattrocento . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65

RÉFÉRENCES ET SOURCES DE L’AUTEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66

Remerciements de l'auteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66

Inspirations revendiquées et sources de l’auteur . . . . . . . . . . . . . . .66

Sources de l’auteur ayant servi sa réflexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67

POSTERITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68

MOTS-CLEFS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72

PAUL BÉNICHOU, MORALES DU GRAND SIÈCLE

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75

REPÈRES

BIOGRAPHIE DE PAUL BÉNICHOU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77

L’OEUVRE PAR RAPPORT À L’AUTEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79

LE TITRE ET

L’INSCRIPTION DE L’OEUVRE DANS SON GENRE ET SON DOMAINE . . . . . . .84

L’OEUVRE DANS SON CONTEXTE HISTORIQUE ET CULTUREL . . . . . . . . . . .86

PROBLÉMATIQUES

ÉTUDIER LES RAPPORTS ENTRE LITTÉRATURE, MORALE ET SOCIÉTÉ . . . .89

Une certaine idée de la littérature... à idées . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89

La question épineuse du déterminisme social en littérature . . . . . . .91

METTRE EN OEUVRE ET EN QUESTION

LES “MÉTHODES” DE LA SOCIOLOGIE HISTORIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . .93

La combinaison de deux modèles d’explication socio-historiques . . . .94

Sur quelques problèmes théoriques et méthodologiques

dans Morales du grand siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .96

RÉÉVALUER LA LITTÉRATURE DU XVIIe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97

Un nouveau XVIIe siècle dysharmonique :

des Classiques en conflit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97

L’horizon humaniste de Bénichou :

à la recherche de l’unité perdue ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100

OUTILS

CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .103

RÉSUMÉ DE L’OEUVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .104

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .105

Le héros cornélien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106

Le drame politique dans Corneille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107

La métaphysique du jansénisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .108

La démolition du héros . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110

Le parti janséniste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111

Racine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111

Molière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112

Réflexions sur l’humanisme classique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114

RÉFÉRENCES ET SOURCES DE L’AUTEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114

Principaux auteurs et textes du XVIIe siècle cités par Bénichou . . .115

• Autour de Corneille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115

1. Oeuvres de Corneille : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115

2. Commentaires sur Corneille au XVIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . .116

3. Autres textes du XVIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117

• Autour du jansénisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118

1. Oeuvres de Pascal et La Rochefoucauld . . . . . . . . . . . . . . . . . .118

2. Autres textes du XVIIe siècle (sélection d’auteurs et de titres) . .119

• Autour de Racine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119

1. Oeuvres de Racine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119

2. Commentaires sur Racine au XVIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . .120

3. Autres auteurs du XVIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .120

• Autour de Molière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121

1. Oeuvres de Molière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121

2. Autres textes du XVIIe siècle (sélection d’auteurs et de titres) .122

Principaux ouvrages critiques cités par Bénichou . . . . . . . . . . . . .123

RÉCEPTION DE L’OEUVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126

POSTÉRITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127

MOTS-CLEFS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .129

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136

quelques éditions modernes de référence pour les oeuvres

du XVIIe siècle commentées dans Morales du grand siècle . . . . . .136

Autres ouvrages ou chapitres d’ouvrages de Paul Bénichou . . . . .137

Biographies, comptes rendus et commentaires divers

sur les travaux de Bénichou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137

FRANÇOISE HÉRITIER, MASCULIN/FÉMININ I.

LA PENSÉE DE LA DIFFÉRENCE

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141

REPÈRES

BIOGRAPHIE DE FRANCOISE HÉRITIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145

L’OEUVRE PAR RAPPORT À L’AUTEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .147

LE TITRE ET

L’INSCRIPTION DE L’OEUVRE DANS SON GENRE SON DOMAINE . . . . . . . .148

L’OEUVRE DANS SON CONTEXTE HISTORIQUE ET CULTUREL . . . . . . . . . .150

PROBLÉMATIQUES

L'ANTHROPOLOGIE STRUCTURALE

APPLIQUÉE AUX RAPPORTS MASCULIN/FÉMININ . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153

La méthode structuraliste et le modèle de la linguistique . . . . . . .153

Le structuralisme est un comparatisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155

Déduction ou induction ?

Généralisation anthropologique et pensée de la différence . . . . . .156

Comment peut-on être structuraliste dans les études de genre ? . .158

LE CORPS AU CENTRE DE LA VALENCE DIFFÉRENTIELLE DES SEXES

DANS LA PENSÉE SYMBOLIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159

Pensée symbolique, pensée préscientifique, pensée de la différence :

quel est l’objet d’étude de Masculin/Féminin I ? . . . . . . . . . . . . . .159

Les humeurs du corps et la valence différentielle des sexes . . . . .161

Matérialisme n’est pas déterminisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162

À QUI S’ADRESSE MASCULIN/FÉMININ I ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .163

Trois publics volontairement mêlés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .163

quel usage de Masculin/Féminin I ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .165

OUTILS

CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167

RÉSUMÉ DE L’OEUVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .168

Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .168

Chapitre I : La valence différentielle des sexes

au fondement de la société ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .168

Chapitre II : Les logiques du social.

Systématiques de parenté et représentations symboliques . . . . . . .169

Chapitre III : Fécondité et stérilité.

Au coeur de la toile idéologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .171

Chapitre IV : Stérilité, aridité, sécheresse.

quelques invariants de la pensée symbolique . . . . . . . . . . . . . . . .171

Chapitre V : Le sperme et le sang.

De quelques théories anciennes sur leur genèse et leurs rapports .172

Chapitre VI : La mauvaise odeur l’a saisi.

De l’influence du sperme et du sang sur le lait nourricier . . . . . . .173

Chapitre VII : Moitiés d’hommes, pieds déchaussés

et sauteurs à cloche-pied. Figures archaïques de la masculinité . .173

Chapitre VIII : D’Aristote aux Inuit.

La construction raisonnée du genre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .174

Chapitre IX : Le sang du guerrier et le sang des femmes.

Contrôle et appropriation de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .175

Chapitre X : Figures du célibat. Choix, sacrifice, perversité . . . . .176

Chapitre XI : La cuisse de Jupiter.

Réflexions sur les nouveaux modes de procréation . . . . . . . . . . . .176

Chapitre XII : L’individu, le biologique et le social.

La question de la reproduction et du droit à l’enfant . . . . . . . . . . .177

Conclusion : Du Pouvoir improbable des femmes . . . . . . . . . . . . .178

RÉFÉRENCES ET SOURCES DE L’AUTEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .178

RÉCEPTION DE L’OEUVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180

POSTÉRITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181

MOTS-CLEFS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .184

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .188

Lise Forment est ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de Lettres

modernes, et maîtresse de conférences à l’université de Pau et des Pays de

l’Adour, où elle enseigne la littérature du XVIIe siècle. Ses travaux portent

sur les polémiques liées à la notion de “classicisme”, qu’elle a notamment

abordées dans sa thèse, L’invention du post-classicisme de Barthes à Racine.

L’idée de littérature dans les querelles entre Anciens et Modernes (Sorbonne

Nouvelle, 2015). Elle est membre du “mouvement Transitions”, dont elle a

dirigé le séminaire et le site-revue de 2016 à 2019. Elle a rédigé le chapitre

sur Morales du grand siècle.

Valentine Langlais est docteure en Histoire de l’art moderne, diplômée

de l’université Paul-valéry de Montpellier et de l’UNIGE (Université de

Genève). Elle a soutenu une thèse intitulée Peindre l’Eucharistie : l’iconographie

de la Cène dans la peinture flamande et hollandaise (1560-1660).

Ses recherchent portent sur l’iconographie religieuse à la période moderne

et dans la peinture septentrionale. Elle a rédigé le chapitre sur La Renaissance

et ses avant-courriers dans l’art d’Occident.

Pierre-Élie Pichot est ancien élève de l’ENS de Lyon et agrégé de Lettres

modernes. Il achève un doctorat de littérature française et néo-latine du

XVIe siècle en tant qu’ATER à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

Il enseigne les études de genre appliquées à la période du XVIe siècle et il a

vulgarisé les travaux de la Société Internationale pour l’Étude des Femmes

d’Ancien Régime (SIEFAR) dans des communications intra- et extraacadémiques

autour de femmes de lettres de l’époque moderne. Il a rédigé

le chapitre sur Masculin/Féminin I.

L’introduction de Morales du grand siècle permet d’en circonscrire

rapidement les enjeux principaux (v. Résumé). Trois ensembles de questions

et de positions se dessinent, quoique toutes demeurent étroitement

liées les unes aux autres. Se dégage d’abord un parti-pris théorique,

énoncé d’emblée par Bénichou : “le présent essai a eu pour origine le

désir de retrouver quelques-uns des rapports qui ont pu unir, au cours

d’un siècle fameux, les conditions sociales de la vie et ses conditions

morales” (p. 9). Une telle ambition implique une certaine définition de la

littérature et le choix d’une approche conjuguant la distance du regard

sociologique et l’engagement d’une réflexion idéologique. Aussi les

outils de la sociologie historique ne semblent-ils pas suffire à définir la

“méthode” de Paul Bénichou dans Morales du grand siècle, dont la visée

– (ré)évaluer le XVIIe siècle, sa vision de l’homme et les valeurs alors

débattues – échappe largement aux principes et aux limites que se fixe

une telle discipline.

ÉTUDIER LES RAPPORTS

ENTRE LITTÉRATURE, MORALE ET SOCIÉTÉ

Une certaine idée de la littérature… à idées

La littérature, selon Paul Bénichou, n’est pas un objet clos sur luimême.

Elle apparaît doublement liée au monde, non seulement par les

idées que les textes émettent sur l’homme et sa condition, mais aussi par

la dépendance de ces mêmes idées ou valeurs à l’égard des circonstances

historiques qui les ont vues naître ou triompher. Le questionnement et la

démonstration de Morales du grand siècle se situent donc sur les plans de

la représentation et de l’interprétation (quels conflits de valeurs reflète

l’évolution littéraire du XVIIe siècle, ou plus ponctuellement telle ou telle

oeuvre ?), autant que sur les plans de la genèse intellectuelle et de l’histoire

des mentalités – quelles conditions sociales, quelles inflexions de la

psychologie collective déterminent pour un auteur la possibilité de

prononcer tel ou tel jugement sur la nature humaine ? Dans tous les cas,

comme Bénichou l’écrira lui-même dans l’avant-propos du Sacre de

l’écrivain, la littérature “est considérée principalement comme porteuse

d’idées” (SE, p. 18) – ou comme il le formule déjà dans l’introduction de

Morales du grand siècle : “nous avons négligé délibérément les discussions

purement esthétiques ou littéraires qui se sont engagées au cours du

XVIIe siècle, et ce qui dans les oeuvres classiques pouvait se rapporter à ces

discussions, pour n’envisager les créations des écrivains que sous leur

aspect éthique” (p. 13).