Les États-Unis d'Amérique (à paraître)
search
  • Les États-Unis d'Amérique (à paraître)

Les États-Unis d'Amérique

23,70 €

Dirigé par Éloïse Libourel et Matthieu Schorung.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout ce dont le candidat a besoin pour le sujet 2022 de Géographie du concours de l’ENS Lyon et de la banque commune attachée. Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en sept parties :

-Repères

-Organisation du territoire

-Portraits régionaux

-Dynamiques et fragilités internes

-Le territoire américain et ses villes

-Systèmes productifs dans la mondialisation

-Approches géopolitiques.

L’ouvrage, qui comprend de nombreuses cartes, schémas et tableaux, est complété par des zooms et un glossaire.

Fiche technique

Référence
460739
ISBN
9782350307398
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
864
Reliure :
broché

INTRODUCTION GÉNÉRALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37

REPÈRES

LES ÉTATS-UNIS :

IMMENSITÉ, DIVERSITÉ ET RESSOURCES DU TERRITOIRE

LE TERRITOIRE AMÉRICAIN : UNE IMMENSITÉ À MAÎTRISER . . . . . . . . . . . . . . 44

Un “pays-continent” caractérisé d’abord par son immensité . . . . . . . . 44

Une immensité à la fois facteur de puissance et espace à maîtriser . . . 45

UN TERRITOIRE CARACTÉRISÉ PAR UNE VARIÉTÉ DE MILIEUX . . . . . . . . . . . . 47

De grands ensembles structuraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

Une mosaïque de climats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

UN TERRITOIRE RICHE EN RESSOURCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

Une ressource en eau très inégalement répartie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

Les ressources du sol et du sous-sol,

au fondement de la mise en valeur du territoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

• Les ressources du sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

• Les ressources du sous-sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

La mer : un espace de ressources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

Des ressources halieutiques d’importance relative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

La mer, support d’activités touristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

DÉCOUPAGES ET GOUVERNEMENT

DU TERRITOIRE AMÉRICAIN

ORGANISATION DU SYSTÈME POLITIQUE

(PRINCIPES, FÉDÉRALISME, INSTITUTIONS) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

L’échelon fédéral et la nature du fédéralisme américain . . . . . . . . . . . . 58

La place de l’échelon fédéré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

GRANDS CADRES DU DÉCOUPAGE DU TERRITOIRE :

LA PRIMAUTÉ AU LOCAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

Le parcellaire originel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

Les comtés : second étage du découpage du territoire . . . . . . . . . . . . . . 66

Towns, townships, municipalités :

une multiplicité de gouvernements locaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

Les districts spécialisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

D’autres découpages spécialisés :

le cas des districts de vote et des régions du recensement . . . . . . . . . . 69

Les grands principes du découpage de l’espace américain . . . . . . . . . . 70

DÉBATS RELATIFS À L’ÉMERGENCE DE NOUVEAUX ÉCHELONS

DE GOUVERNEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

La question sous-jacente : la fragmentation institutionnelle . . . . . . . . . 71

La pensée régionaliste :

renforcement d’une nouvelle échelle de gouvernance . . . . . . . . . . . . . . 72

Méga-régions : une nouvelle échelle fonctionnelle ? . . . . . . . . . . . . . . . . 75

LES CRISES DE LA DÉMOCRATIE ET DU SYSTÈME POLITIQUE AMÉRICAIN . . . 76

Une démocratie en crise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

Une polarisation extrême de la vie politique américaine . . . . . . . . . . . . 77

Une opinion publique de plus en plus clivée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

LA PUISSANCE AMÉRICAINE : FONDEMENTS ET ENJEUX

LE “POUVOIR DE…” : QUELLES FORCES ET POTENTIALITÉS INTERNES ? . . . . 83

Le pouvoir de produire, de (se) financer et de commercer…

vu à travers la filière agricole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

De multiples fondements et ressources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

LE “POUVOIR SUR…” :

QUELLES CAPACITÉS D’INFLUENCE ET DE CONTRAINTES ? . . . . . . . . . . . . . . . 89

S’imposer et contraindre : quel hard power ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89

Rayonner et attirer : quel soft power ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90

LE “POUVOIR LIMITÉ PAR…” :

QUELLES LIMITES À SES FORCES ET SES CAPACITÉS ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

Des limites internes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

De nouvelles puissances ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94

POPULATION ET PEUPLEMENT AUX ÉTATS-UNIS

DES DYNAMIQUES DÉMOGRAPHIQUES CONTRASTÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

L’évolution de la démographie et du peuplement des États-Unis . . . . 97

La composition du peuplement aux États-Unis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

Un pays d’urbains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

UNE POPULATION MÉLANGÉE “POST-ETHNIQUE” ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

Une nation d’immigrants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

Les États-Unis aujourd’hui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102

LA POPULATION ACTIVE ET LE MARCHÉ DU TRAVAIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

Un marché du travail dual . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

Un marché du travail “dur avec les faibles” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104

Des politiques sociales limitées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

AMERICAN WAY OF LIFE : MYTHES, RÉALITÉS

ET LIMITES DE L’AMERICAN DREAM

DES PRATIQUES SPATIALES SPÉCIFIQUES : UN HABITER AMÉRICAIN ? . . . . 110

La logique pionnière

comme ligne directrice de l’habiter américain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110

La liberté : une nation aux mobilités nombreuses et spécifiques . . . . 111

La recherche du bonheur… dans un pavillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111

UN AMERICAN DREAM QUI ATTIRE TOUJOURS :

UN OU DES AMERICAN WAY(S) OF LIFE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

Un mode de vie de plus en plus hybridé sur le plan culturel . . . . . . 113

Un American way of life repensé par les nouveaux immigrés ? . . . . . 114

UNE SOCIÉTÉ DES LOISIRS :

L’AMERICAN WAY OF LIFE OU LE LEISURE WAY OF LIFE ? . . . . . . . . . . . . . . . . 115

Une société à l’origine de la fabrique

d’une diversité d’espaces de loisirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

Les malls : un espace de loisirs

devenu emblématique de l’American way of life . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116

L’American way of life ou la pratique du sport :

pour une géographie du sport aux États-Unis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

UNE SOCIÉTÉ MALADE DE SON HYPERCONSOMMATION

ET DE SON AMERICAN WAY OF LIFE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118

Entre pollution et gaspillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118

Une population américaine en mauvaise santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120

Un American Way of Life lui-même provocateur de crise :

l’exemple du commerce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

LES ÉTATS-UNIS VUS À TRAVERS HOLLYWOOD

ET LES SÉRIES TV : UNE LECTURE FANTASMÉE ?

UNE AMÉRIQUE DES MÉTROPOLES À L’ÉCRAN :

QUAND L’AMÉRIQUE URBAINE PREND LE PREMIER RÔLE . . . . . . . . . . . . . . . 129

New York ou la mise en scène de la ville globale . . . . . . . . . . . . . . . . . 129

Los Angeles ou la ville tentaculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

Miami ou l’image de la ville subversive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132

Baltimore ou la ville de l’antimonde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132

UNE AMÉRIQUE SUBURBAINE :

UN AMERICAN WAY OF LIFE FANTASMÉ ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133

Les dynamiques socio-spatiales à travers la caméra . . . . . . . . . . . . . . . 133

Filmer l’Amérique ordinaire : le cinéma et les séries

comme étude sociologique de l’Amérique suburbaine ? . . . . . . . . . . 134

UNE AMÉRIQUE RURALE : ENTRE MYTHES ET RÉALITÉS ? . . . . . . . . . . . . . . 136

Les États-Unis des grands espaces :

le cinéma des voyages initiatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136

L’Amérique rurale : entre déclassement social

et spéculation de grands groupes industriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137

ORGANISATION DU TERRITOIRE

LES SYSTÈMES PRODUCTIFS AMÉRICAINS

AGRICULTURE ET INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE :

UNE PUISSANCE GLOBALE MAIS CONTESTÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141

Une agriculture puissante, diversifiée et globalisée . . . . . . . . . . . . . . . 141

Une géographie agricole au-delà des belts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144

Une agriculture au cœur d’un puissant système

agroalimentaire et agro-industriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146

Les évolutions et les fragilités de l’agriculture américaine . . . . . . . . 147

L’INDUSTRIE AUX ÉTATS-UNIS ENTRE DÉCLIN ET RENOUVEAU . . . . . . . . . 150

Une industrialisation précoce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150

Une désindustrialisation

ou une mutation profonde des territoires industriels ? . . . . . . . . . . . . . 151

Les recompositions sectorielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152

Une spécialisation vers les hautes technologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154

UNE ÉCONOMIE DE SERVICES PUISSANTE ET GLOBALISÉE . . . . . . . . . . . . . . 156

Une tertiarisation globale de l’économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156

Un rayonnement globalisé à partir du tertiaire supérieur . . . . . . . . . . 157

Un secteur particulier de l’économie tertiaire : le tourisme . . . . . . . . 158

• Les États-Unis une puissance touristique globale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158

• Les types de tourisme aux États-Unis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

• La géographie touristique américaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162

TRANSPORTS ET INFRASTRUCTURES :

MAÎTRISER L’IMMENSITÉ

LES TRANSPORTS MARITIMES ET FLUVIAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166

La voie d’eau intérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166

La géographie portuaire américaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167

La transformation des espaces portuaires et maritimes . . . . . . . . . . . . 170

LES TRANSPORTS TERRESTRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172

Le transport ferroviaire pour le fret : un acteur majeur . . . . . . . . . . . . 172

Le transport ferroviaire de passagers :

le parent pauvre du système de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174

Le transport routier et autoroutier :

colonne vertébrale du système de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177

Le transport par conduites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

LES TRANSPORTS AÉRIENS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180

Le développement du transport aérien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180

La géographie aéroportuaire américaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182

LES TERRITOIRES DE LA MONDIALISATION

AUX ÉTATS-UNIS

PRODUIRE ET RECEVOIR LES MOBILITÉS ET FLUX :

LES TERRITOIRES RELAIS DE LA MONDIALISATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186

Des espaces productifs spécialisés au cœur de la mondialisation . . . 186

Des “têtes de réseau” et des interfaces

qui connectent les États-Unis au reste du monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

POLARISER LA MONDIALISATION :

DES PÔLES MAJEURS DE COMMANDEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191

Au sein des métropoles : des lieux éclatants de la mondialisation . . . 191

Métropoles et mégalopoles américaines font la mondialisation . . . 193

UNE MONDIALISATION QUI DYNAMISE

ET RECONFIGURE DES TERRITOIRES DIFFÉREMMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195

D’anciens moteurs en panne ou déstabilisés

par le capitalisme mondial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195

De nouveaux moteurs en boom économique

autour de l’économie de l’innovation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196

LES TERRITOIRES EN CRISE

DES TERRITOIRES INADAPTÉS AUX CONDITIONS DE LA MONDIALISATION

SUR L’ESPACE AMÉRICAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200

Des espaces industriels productifs périphériques :

longtemps intégrés, aujourd’hui en crise

au gré des reconversions nécessaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200

Des espaces urbains marqués par les crises financières

et capitalistiques : shrinking cities et subprimes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202

Des territoires de la précarité touchés de plein fouet

par les accidents ou catastrophes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204

DES CRISES PRODUITES PAR UN SYSTÈME SOCIAL

ET TERRITORIAL INÉGALITAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206

Héritages du ghetto dans les espaces urbains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206

Des périphéries rurales marginalisées

mais instrumentalisées politiquement, et placées au cœur

des problématiques sociales de la société américaine . . . . . . . . . . . . . 207

Informel et illégal :

des spatialités révélatrices des crises américaines ? . . . . . . . . . . . . . . . 209

LES ESPACES RURAUX AUX ÉTATS-UNIS

DES ESPACES RURAUX CARACTÉRISTIQUES D’UN PAYS NEUF . . . . . . . . . . . 214

Une appropriation homogène de l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214

Qui cache une certaine diversité paysagère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216

DES RECOMPOSITIONS À L’ŒUVRE

SOUVENT TRÈS LOIN DES REPRÉSENTATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217

Le basculement démographique (turnaround) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217

La diversité des ruraux américains d’aujourd’hui . . . . . . . . . . . . . . . . . 219

DES ESPACES RURAUX À PLUSIEURS VITESSES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221

Le dynamisme des espaces ruraux périurbains

(rural metropolitan) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221

Les formes de la “revitalisation rurale” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222

Le rural profond toujours en perte de vitesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223

PORTRAITS RÉGIONAUX

LE NORD-EST DES ÉTATS-UNIS :

LES RECOMPOSITIONS TERRITORIALES D’UN ESPACE MOTEUR

AUX PRISES AVEC LES ENJEUX DE LA MONDIALISATION

LE NORD-EST ATLANTIQUE : L’AMÉRIQUE DE TOUS LES CONTRASTES . . . 228

La Megalopolis, interface urbaine et maritime majeure . . . . . . . . . . . 228

Baltimore à la croisée des destins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230

LES APPALACHES SEPTENTRIONALES, BASTION DE LA RUST BELT . . . . . . 231

De vieux centres industriels en crise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

Un dense réseau de métropoles en quête d’un second souffle . . . . . 233

L’influence de la Main Street America,

mégalopole transnationale en expansion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234

MARGES ET TERRITOIRES PÉRIPHÉRIQUES SOUS INFLUENCE . . . . . . . . . . . . 235

Le Maine, une marge forestière et rurale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235

Des territoires périphériques,

réserves de nature à proximité de la Megalopolis . . . . . . . . . . . . . . . . . 237

LE MIDWEST : UNE ANCIENNE RÉGION INDUSTRIELLE

ET URBAINE EN MUTATION, POLARISÉE PAR CHICAGO

MILIEUX, TERRITOIRES ET PEUPLEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240

Des ensembles différents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240

Le poids de l’urbanisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240

L’IMPORTANCE DE L’AGRICULTURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242

Une agriculture diversifiée et puissante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242

Technicisée et mondialisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243

Et fortement liée à l’industrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244

L’INDUSTRIE DU MIDWEST ET SES MUTATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244

De la Manufacturing Belt… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244

… à la Rust Belt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245

Surmonter les crises ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245

CHICAGO, CAPITALE DU MIDWEST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246

GRANDES PLAINES ET ROCHEUSES : LES ÉTATS-UNIS

DES FAIBLES DENSITÉS MAIS AUX NOMBREUSES ACTIVITÉS

LES GRANDES PLAINES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249

Un milieu plat et aride… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250

… mis en valeur par l’agriculture de façon ancienne… . . . . . . . . . . . 250

… mais également urbain et industriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251

LES ROCHEUSES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253

Des montagnes riches en ressources… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253

… peu peuplées mais très touristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254

Un environnement montagnard à protéger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255

LA FRONT RANGE : UNE MÉGA-RÉGION AU CŒUR DES ÉTATS-UNIS . . . . . 256

LA CALIFORNIE OU LE RÊVE AMÉRICAIN

HOLLYWOOD, DISNEY ET LE SURF,

OU LES RESSORTS DU MYTHE CALIFORNIEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259

LA CALIFORNIE, RÉGION MOTRICE POUR LES ÉTATS-UNIS . . . . . . . . . . . . . 261

Mesurer la puissance californienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261

La Silicon Valley, territoire des GAFAM,

pôle d’innovation mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262

UN DYNAMISME INÉGAL : DES ESPACES ET POPULATIONS

PLUS OU MOINS CONCERNÉS PAR LA CROISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263

Centres, périphéries et marges californiennes :

un espace régional hiérarchisé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263

LA CALIFORNIE FACE AUX RISQUES ET À L’URGENCE CLIMATIQUE . . . . . 264

Sécheresse et méga-feux, une menace grandissante . . . . . . . . . . . . . . . 264

Du Golden au Green state . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265

LOS ANGELES, LABORATOIRE DE LA CRISE URBAINE AUX ÉTATS-UNIS . . . . 266

Los Angeles, une figure emblématique de l’urban sprawl . . . . . . . . 267

Fragmented metropolis” [FOGELSON, 1967],

City of quartz” [DAVIS, 1990] : Los Angeles, ville émiettée . . . . . . 268

Repenser le modèle de la ville étalée et fragmentée :

“60 banlieues à la recherche d’une ville” [GHORRA-GOBIN, 1990] . . . 270

“Gangland city” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271

LE NORD-OUEST DES ÉTATS-UNIS :

UNE STRUCTURATION AUTOUR DE LA RÉGION DES CASCADES

QUELQUES ÉLÉMENTS DE GÉOGRAPHIE GÉNÉRALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274

Une géographie physique singulière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274

Une économie de plus en plus diversifiée

et tournée vers le tertiaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274

LA MÉGA-REGION DES CASCADES (OU CASCADIA) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276

La Cascadia : l’une des dix méga-régions américaines . . . . . . . . . . . . 276

L’identité de la région des Cascades :

une volonté intégratrice et une stratégie de marketing territorial . . . . 277

Seattle et le Puget Sound : moteur de la région des Cascades . . . . . 279

Portland : métropole intermédiaire à l’ombre de Seattle . . . . . . . . . . . 282

PROGRESSISME ET DÉVELOPPEMENT DURABLE :

DEUX MARQUEURS DU NORD-OUEST PACIFIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283

Des bastions progressistes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283

Une région très tôt tournée vers la protection de l’environnement

et le développement durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 284

DU SUD-EST ATLANTIQUE

À LA MÉGA-RÉGION PIEDMONT ATLANTIC

LES AMÉNITÉS D’UNE AIRE GÉOGRAPHIQUE BIEN MARQUÉE . . . . . . . . . . . . 288

DES AXES STRUCTURANTS

QUI JOUENT LE RÔLE DE CORRIDORS INDUSTRIELS ET URBAINS . . . . . . . . . 289

L’autoroute fédérale interstate 85 et l’émergence de la Metrolina . . . 290

• Les facteurs anciens de localisation industrielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290

• Le Sud-Est atlantique à l’heure de la high-tech . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291

• Un chapelet de villes formant une future mégalopole ? . . . . . . . . . . . . . . . 291

L’autoroute fédérale interstate 95

et la mise en tourisme du littoral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292

UN PÔLE RÉGIONAL DOMINANT :

ATLANTA, MÉTROPOLE RELAIS OU VILLE MONDIALE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . 294

Les forces de la plus grande métropole du “Vieux Sud” . . . . . . . . . . 294

Une expansion spatiale et des recompositions internes

typiques d’une ville nord-américaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 296

NOUVEAUX ET VIEUX SUDS

LE DEEP SOUTH : LE SUD HISTORIQUE EN CRISE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300

Une région géographique et historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300

Une économie entre crises et renouveau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301

Une société entre identité et fragmentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 303

Une armature urbaine dominée par la Nouvelle-Orléans . . . . . . . . . . 304

LE SUD-OUEST AMÉRICAIN (NOUVEAU-MEXIQUE, ARIZONA, NEVADA)

ET LE GÉANT TEXAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306

Le Texas, un pôle majeur de la Sun Belt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306

• Une identité texane affirmée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306

• Les phases du développement économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307

• La puissance dans ses espaces : le Triangle texan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309

Les petits États dynamiques du Sud-Ouest . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311

• Quelques caractères généraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311

• Des États différenciés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312

LA FLORIDE : UN PARADIS ÉCONOMIQUE ET TOURISTIQUE ? . . . . . . . . . . . . 315

Éléments de géographie physique floridienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315

Le Sunshine State : un phénomène démographique,

une population largement littoralisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 316

L’économie floridienne : la machine touristique américaine . . . . . . . 318

Miami : émergence d’une métropole mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 320

LES CONFINS DES ÉTATS-UNIS :

L’ARCHIPEL D’HAWAÏ ET L’ALASKA

L’ARCHIPEL DES HAWAÏ : CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES . . . . . . . . . . . . . 326

Les particularités de l’insularité hawaïenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326

L’économie hawaïenne :

de l’image du paradis tropical au tourisme de masse . . . . . . . . . . . . . . 328

Les contrastes de la société métissée hawaïenne

et de l’organisation du territoire archipélagique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331

La projection de la puissance américaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 334

L’ALASKA :

UNE PÉRIPHÉRIE NORDIQUE CONTRASTÉE

ET RICHE EN RESSOURCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335

Les particularités du territoire alaskien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335

Un territoire très riche en ressources et donc très convoité . . . . . . . . 337

L’Alaska, une “dernière frontière” ?

[MONTÈS et NÉDÉLEC, 2016] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 338

Les enjeux liés à l’environnement

et à la protection des populations autochtones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339

DYNAMIQUES ET FRAGILITÉS INTERNES :

L’HYPERPUISSANCE EN CRISE

LES ÉTATS-UNIS, NATION DU TOUT-SÉCURITAIRE

GUN NATION : LA SÉCURITÉ AUX ÉTATS-UNIS,

UNE AFFAIRE PRIVÉE AVANT TOUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 346

LA POLICE, ROUAGE ESSENTIEL

DE LA SÉCURISATION DES ESPACES PUBLICS ET PRIVÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . 349

UN SYSTÈME JUDICIAIRE ET CARCÉRAL

CENSÉ GARANTIR LA SÉCURITÉ DES CITOYENS :

JUSTICE OU INJUSTICE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 351

LES ESPACES-FRONTIÈRE, POINT DE CRISTALLISATION

DES POLITIQUES SÉCURITAIRES AMÉRICAINES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 353

L’IMMIGRATION AUX ÉTATS-UNIS

UN PAYS D’IMMIGRATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 358

Quelques repères sur l’immigration aux États-Unis . . . . . . . . . . . . . . . 358

Le mythe du Melting-Pot et l’immigration invisibilisée . . . . . . . . . . . 363

LES TERRITOIRES DE L’IMMIGRATION AUX ÉTATS-UNIS . . . . . . . . . . . . . . . . 366

Quelques États concentrent l’essentiel de l’immigration . . . . . . . . . . 366

Les métropoles et l’immigration aux États-Unis . . . . . . . . . . . . . . . . . . 367

L’IMMIGRATION HISPANIQUE, UNE PLACE À PART AUX ÉTATS-UNIS . . . . . 368

La diversité de l’immigration hispanique aux États-Unis . . . . . . . . . 368

Les territoires de l’immigration hispanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370

UNE SOCIÉTÉ FRAGMENTÉE ET INÉGALITAIRE

LES ÉTATS-UNIS : ÉPICENTRE DES INÉGALITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 373

Les inégalités sociales et ethniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 373

Les inégalités territoriales aux États-Unis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 376

La complexification territoriale des inégalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 376

La concentration des inégalités : ségrégation, séparatisme . . . . . . . . . 378

PAUVRETÉ ET EXTRÊME-PAUVRETÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 379

Une pauvreté endémique mais en recul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 379

Un système économique et social

qui ne permet pas d’éradiquer la pauvreté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 381

IMPLICATIONS TERRITORIALES DES INÉGALITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 382

Les inégalité

Marie-Fleur Albecker est agrégée de Géographie, ancienne élève de l’ENS et docteure en urbanisme de l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne. Elle enseigne l’histoire-géographie en section internationale américaine au lycée international de l’Est parisien (Noisy-le-Grand). Ses recherches portent sur les conséquences de la globalisation dans les villes mondiales. Elle a rédigé les chapitres sur les dynamiques urbaines et sur les formes urbaines aux États-Unis, et les zooms “La forme urbaine de New York”, “Métropolisation, villes globales et métropoles” et “La Silicon Valley”.

Stéphanie Baffico est agrégée de Géographie et enseignante en CPGE littéraires et BCPST au lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Sa thèse de doctorat (UMR ART-DEV de Perpignan) et ses travaux de recherche portent sur les politiques urbaines, le développement durable et la racialisation de l’espace dans les métropoles nord-américaines. Dans cet ouvrage, elle a rédigé le chapitre sur le Nord-Est des États-Unis, ainsi que les zooms sur le Maryland Biotech Corridor, Cleveland, les food deserts à Baltimore, Johns Hopkins, anchor institution au cœur de l’aménagement urbain de Baltimore et le projet du Grand Piano dans le ghetto d’East Baltimore.

 Pierric Calenge est agrégé de Géographie et enseignant-chercheur à l’université de Lorraine. Il est membre du laboratoire LOTERR. Il a co-rédigé le chapitre “L’immigration aux États-Unis” avec Maie Gérardot.

Jérôme Chauvineau-Jost est professeur d’histoire-géographie au collège Jacqueline de Romilly à Magny-le-Hongre (Seine-et-Marne). Il s’intéresse en particulier aux questions d’environnement et de développement durable. Il a rédigé les chapitres sur les États-Unis et l’environnement et sur les États-Unis face aux risques naturels, ainsi que le zoom consacré à la gestion des eaux du Colorado. Il est également co-auteur avec Eloïse Libourel des chapitres “Les États-Unis et les Amériques” et “La mer, l’espace et le ‘cyber’: les États-Unis conquérants?”

Laurent Coudrier est agrégé de Géographie et enseignant en CPGE littéraire et économique et commerciale au lycée Gambetta-Carnot (Arras). Il enseigne aussi en master professionnel le patrimoine naturel et en licence la géopolitique contemporaine à l’université d’Artois. Il participe à la préparation aux concours de l’agrégation et du Capes à l’université de Lille et de Valenciennes. Il a rédigé les chapitres sur la puissance américaine et sur les territoires de la mondialisation.

Mylène Courtial est agrégée de Géographie et enseignante en CPGE littéraires au lycée Leconte de Lisle (Saint-Denis, La Réunion). Elle a rédigé le chapitre intitulé “Les États-Unis, nation du tout sécuritaire”, celui sur la Californie ainsi que deux zooms, l’un portant sur les enjeux sécuritaires à la frontière américano-canadienne, l’autre sur l’organisation du système judiciaire américain.

Esther Cyna est docteure en civilisation américaine et en histoire de l’éducation. Elle a obtenu son doctorat en cotutelle (université Sorbonne-Nouvelle, Paris III et Columbia University) en 2021 pour une thèse portant sur le racisme dans le financement des écoles publiques en Caroline du Nord de 1964 à 1997. Agrégée d’Anglais et ancienne élève de l’ENS de Lyon, elle enseigne la civilisation américaine à l’université Sorbonne-Nouvelle.

Pierre Denmat est agrégé de Géographie, professeur d’histoire-géographie au lycée Paul Langevin (Suresnes), professeur de géographie en CPGE au lycée Victor Hugo (Paris) et doctorant à l’université Paris Nanterre (UMR LAVUE, CNRS 7218, équipe Mosaïques). Ses recherches portent sur les liens entre géographie et séries télévisées, ainsi que sur la didactique de la géographie. Ses terrains de recherche sont les États-Unis et l’Afrique du Sud, et plus particulièrement les métropoles de New York et de Johannesburg. Il a rédigé le chapitre sur l’American way of life et celui sur les États-Unis au prisme des séries TV.

Sylvestre Duroudier est agrégé de Géographie, docteur de l’université de Paris, et actuellement post-doctorant dans le cadre du projet Transdev à l’université Gustave Eiffel et au laboratoire Ville Mobilité Transport. Ancrées en géographie urbaine, ses recherches portent sur les liens entre les mobilités quotidiennes et la ségrégation socio-spatiale, plus spécifiquement dans les villes moyennes et intermédiaires en France et aux États-Unis. Ses travaux mobilisent principalement des méthodes quantitatives et géomatiques, interrogeant notamment l’apport et l’utilisation des nouvelles données pour les problématiques sociales et spatiales. Il a rédigé le chapitre sur les villes petites, moyennes et intermédiaires, ainsi que le zoom sur l’aire métropolitaine de Raleigh.

Jean-Baptiste Feller est ancien élève de l’ENS et travaille actuellement sur les questions économiques et financières dans le secteur public. Il enseigne dans le master géopolitique Paris 1-ENS. Il a rédigé les zooms “Le secteur financier aux États-Unis” et “Le dollar et les marchés financiers américains : leviers de la puissance américaine”.

Maie Gérardot est agrégée et docteure en Géographie et aménagement. Elle est professeur en CPGE au lycée Georges de la Tour (Metz). Elle a rédigé les chapitres sur le Midwest, les Grandes Plaines et Rocheuses, co-rédigé avec Pierric Calenge celui sur l’immigration et le zoom sur les étudiants étrangers.

Benjamin Laplante est agrégé de Géographie et enseignant en CPGE littéraires au lycée Edouard Herriot et en CPGE technologique au lycée La Martinière Duchère, à Lyon. Il est docteur en géographie-aménagement, sa thèse soutenue en 2010 et dirigée par Michel Lussault portait sur les valeurs spatiales engagées dans les discours habitants. Il a participé à cet ouvrage en rédigeant le chapitre sur les territoires en crise.

Eloïse Libourel est agrégée et docteure en Géographie et enseignante en CPGE littéraires au lycée Léon Blum (Créteil) et en CPGE économiques au lycée Albert Schweitzer (Le Raincy). Elle est chercheuse associée au laboratoire Ville Mobilité Transport (UMR-T 9403), où elle mène des recherches portant principalement sur les politiques de transport en Europe, sur l’aménagement des territoires et sur les stratégies d’acteurs. Elle a codirigé cet ouvrage, rédigé les chapitres sur l’immensité et les ressources du territoire américain, celui intitulé “Les États-Unis sont-ils toujours les gendarmes du monde ?”, et le zoom sur le projet Keystone XL, et a co-rédigé l’introduction et les chapitres “Nouveaux et Vieux Suds”, “Les États-Unis et les Amériques” et “La mer, l’espace et le ‘cyber’ : les États-Unis conquérants ?”.

Jean-Paul Momont est agrégé de Géographie et enseignant en CPGE littéraires au lycée Faidherbe (Lille) et doctorant à l’université de Lille (laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société). Ses recherches portent sur les liens entre les pratiques sportives et le patrimoine. Il participe à la préparation au concours de l’agrégation d’histoire[1]géographie de l’académie de Lille. Il a rédigé le chapitre sur le fait religieux, et les zooms sur la géographie du sport aux États-Unis, le marathon de New York et les mormons.

Nora Nafaa est agrégée de Géographie et enseignante à l’université de Perpignan Via Domitia. Elle est doctorante au laboratoire ART-Dev (UMR 5281). Ses recherches portent sur l’école dans les villes améri[1]caines, et plus spécifiquement sur la place des politiques éducatives et des transformations de marchés scolaires dans la fabrique de la ville néolibérale. Elle a rédigé le chapitre sur les fragilités et inégalités d’accès aux services sociaux et au logement, et co-rédigé celui intitulé “Ségrégations, communautés et crises urbaines”. Elle propose dans cet ouvrage plusieurs zooms : “Sweet Auburn, le quartier de l’élite afro[1]américaine à Atlanta”, “Nommer les catégories ‘raciales’ et ‘ethniques’”, “Les lieux de la lutte pour les droits civiques” et “Géographie électorale des États-Unis”.

Pierre Sauge-Merle est professeur de chaire supérieure, enseignant la géographie en hypokhâgne et khâgne au lycée Albert Schweitzer de Raincy (93). Il s’intéresse à la géographie urbaine, à l’Europe centrale et orientale, et aux Balkans. Il a rédigé les chapitres sur les espaces ruraux et sur le Piémont atlantique et co-rédigé le chapitre sur les nouveaux et vieux Suds et celui sur la transformation de la ville étatsunienne. Il a également rédigé les zooms sur Hudson Yards et la Mexamérique.

Matthieu Schorung est docteur en Géographie et aménagement de l’université Paris-Est (2019) et actuellement post-doctorant de la Chaire Logistics City (université Gustave Eiffel) rattaché au laboratoire SPLOTT. Il mène des recherches portant principalement sur les politiques de transport et de mobilités aux États-Unis, sur l’aménagement des territoires et sur la coordination urbanisme-transport. Il travaille actuellement sur la logistique urbaine et la géographie des entrepôts aux États-Unis. Il est membre du comité de pilotage du réseau EUNA (Études Urbaines Nord-Américaines) qui vise à structurer un réseau de recherche des travaux francophones sur les villes nord-américaines. Il a codirigé cet ouvrage, et rédigé les chapitres sur le découpage et le gouvernement des États-Unis, sa population et son peuplement, les systèmes productifs, les transports et infrastructures, la région Nord-Ouest, les confins des États-Unis, les inégalités de la société américaine, la hiérarchie urbaine, et les transports et mobilités du quotidien. Il a aussi co-rédigé l’introduction et les chapitres sur l’American way of life, les nouveaux et vieux Suds, les mutations contemporaines de la ville américaine. Enfin, il a rédigé les zooms sur l’appropriation du territoire américain, la population amérindienne, la communauté amish, les groupes de pressions, la grande vitesse ferroviaire et la Californie, les catégories statistiques des villes, les petites villes et capitales d’État, le marketing urbain, le front d’eau de Seattle, San Francisco et les inégalités ainsi que sa gentrification, le BART, Porto Rico, les opioïdes, et la culture et le patrimoine.

"Un “pays-continent” caractérisé d’abord par son immensité

Les États-Unis comptent 329,7 millions d’habitants d’après le dernier recensement de l’US Census Bureau paru en 2020, pour une superficie de 9,16 millions de km² [MONTÈS et NÉDÉLEC, 2021], soit une densité moyenne de 35,8 hab./km². Le pays se classe ainsi au troisième rang mondial en termes de superficie, derrière la Russie (17,1 millions de km²) et le Canada (9,9 millions), mais devant la Chine (9 millions). Cette superficie peut même aller jusqu’à 10 millions de km² si l’on compte l’ensemble des outre-mers américains [LERICHE, 2016].

L’essentiel (84 %) du territoire de ce très vaste État se situe en Amérique du Nord, entre le Canada au nord et le Mexique au sud, et entre l’océan Pacifique à l’ouest et l’océan Atlantique à l’est. Il forme une entité cohérente que l’on qualifie de Mainland* (ou États-Unis contigus), comprenant 48 États fédérés ainsi que le District of Columbia, territoire de la capitale fédérale Washington DC au statut particulier. Il convient d’ajouter deux États fédérés non limitrophes que sont l’Alaska, situé au nord-ouest du Canada, et Hawaï, archipel du Pacifique Nord à environ 4000 km des côtes du Mainland (v. Carte 1). Les distances sont donc colossales : près de 4000 km entre San Francisco et Washington DC, plus de 2500 km dans la plus grande extension nord-sud du Mainland, et environ 7000 km de l’Alaska à la Floride [NÉDÉLEC et BOYRIES, 2015]. C’est cela qui justifie l’appellation de “pays-continent” [LERICHE, 2016], ces distances étant équivalentes à celles qui permettent de traverser l’Europe, par exemple. En outre, les États-Unis contigus sont découpés en 4 fuseaux horaires, auxquels il faut ajouter 2 fuseaux pour l’Alaska et les îles Hawaï, ce qui est un facteur de désynchronisation des temporalités à l’échelle nationale.

Par ailleurs, les outre-mers américains sont constitués de 14 territoires insulaires (US territories*) dans la mer des Caraïbes (Porto Rico et Îles Vierges américaines) et dans le Pacifique (Guam, Mariannes du Nord et Samoa américaines), ainsi que de 9 “îles mineures éloignées” (United States Minor Outlying Islands) (v. Carte 2). Ces outre-mers ne font pas partie, stricto sensu, du territoire américain, mais ils sont un élément important de la puissance des États-Unis car ils contribuent à faire du pays la première puissance mondiale en matière de ZEE* (Zone Économique Exclusive) avec plus de 11 millions de km² et servent de point d’appui militaire au pays (v. La mer, l’espace et le “cyber” : les États-Unis conquérants ?). Ils ont donc une grande importance économique et stratégique.

Une immensité à la fois facteur de puissance et espace à maîtriser

L’immensité pose d’abord des enjeux de maîtrise d’un territoire national non seulement étendu, mais également discontinu. Sur le plan politique, cette maîtrise passe par un maillage administratif complexe, fondé sur l’existence de 50 États fédérés aux compétences étendues, eux-mêmes subdivisés à différents échelons de compétences. Ce découpage traduit en grande partie l’appropriation de l’ensemble du territoire, d’est en ouest, à partir du XVIIIe siècle (v. Découpages et gouvernement du territoire américain).

 Sur le plan spatial, l’appropriation du territoire puis sa maîtrise passent par le développement précoce et dense des réseaux de transports. En effet, de puissants axes ferroviaires transcontinentaux voient le jour dès le XIXe siècle et accompagnent la conquête de l’Ouest et les différentes ruées vers l’or ou, plus largement, vers les matières premières. Ils sont toujours un élément indispensable pour le franchissement des grandes distances par les marchandises. Cela a également conduit à développer le recours à la voie d’eau (essentiellement dans les bassins du Mississippi et du Missouri, ainsi que dans les Grands Lacs), des routes fédérales à grand gabarit, les interstates et, au XXe siècle, un dense réseau aéroportuaire utilisé tant pour les voyageurs que pour les marchandises peu pondéreuses (v. Transports et infrastructures : maîtriser l’immensité). Il est en effet essentiel de garantir une circulation efficace des biens, des personnes et des informations sur l’ensemble du territoire national pour en assurer une appropriation complète.

Sur le plan économique, l’étendue territoriale offre des opportunités en matière de ressources (nous le verrons), mais aussi d’échanges, en multipliant les interfaces*. Les États-Unis possèdent près de 20 000 km de côtes (quoique la mesure d’un littoral soit nécessairement une approximation) ouvrant sur l’océan Atlantique (et l’Europe) à l’est, sur l’océan Pacifique (et l’Asie) à l’ouest, sur la mer des Caraïbes (et l’Amérique latine) au sud, et sur l’océan Arctique au nord, bien que cette dernière façade maritime soit peu développée. Ces littoraux sont les supports de façades portuaires* puissantes comme celle qui s’articule autour du port de New York à l’est, celle autour de Los Angeles/ Long Beach en Californie, ou encore celle qui va de Houston à Miami et qui regroupe des ports importants en matière d’hydrocarbures et de tourisme. Ils constituent aussi la ligne de base à partir de laquelle est calculée la ZEE, largement augmentée de celle qui entoure les possessions insulaires – habitées ou non – des États-Unis. Cela représente des ressources extrêmement importantes dans le domaine halieutique (pêche, aquaculture) et dans le domaine des ressources fossiles (hydrocarbures). À ces interfaces maritimes il faut ajouter les interfaces terrestres : plus de 12 000 km de frontières*, dont près de 9000 avec le Canada au nord et un peu plus de 3000 avec le Mexique au sud, peu marquées par des obstacles naturels à l’exception du Rio Grande, donc aisément franchissables. Elles représentent un enjeu économique important par les échanges qui s’y nouent. C’est particulièrement le cas à la frontière américano-mexicaine où des systèmes productifs* transfrontaliers se sont développés, tirant profit de l’effet frontière*, c’est-à-dire des écarts salariaux, juridiques, fiscaux et de formation entre les deux pays.

Sur le plan géopolitique, les limites du territoire américain constituent à la fois un facteur de puissance et de contraintes. En effet, l’importance des façades portuaires et la possession de territoires ultramarins insulaires disséminés à la surface du globe, auxquels il faut ajouter des bases militaires comme celle de Diego Garcia dans l’océan Indien (archipel britannique des Chagos), sont des éléments clés permettant aux États-Unis d’asseoir son titre de première puissance militaire mondiale sur une flotte présente sur l’ensemble des océans (v. La mer, l’espace et le “cyber” : les États-Unis conquérants ?). À l’inverse, l’étendue du territoire et la longueur des côtes et frontières supposent de mobiliser d’importants moyens de contrôle du territoire par l’armée et par des forces de police aux statuts divers. Il s’agit aussi bien de faire face à des menaces intérieures qu’à des menaces extérieures comme les attentats terroristes, devenus une préoccupation majeure depuis le 11-Septembre 2001. Si la frontière canadienne est calme dans l’ensemble, la frontière mexicaine a quant à elle fait l’objet d’une surenchère de moyens de surveillance depuis les débuts de l’érection d’un mur frontalier décidée par George W. Bush et accentuée par Donald Trump (v. Les États-Unis, nation du tout-sécuritaire). L’immensité du territoire pose ainsi la question de sa maîtrise, mais elle se traduit aussi par une grande diversité de milieux, et de ressources à mettre en valeur."

Voir la recension sur le site La Cliothèque, par Antoine Baronnet.