La France et l’Afrique 1830-1962 Agrandir

La France et l’Afrique 1830-1962

Dirigé par Isabelle Surun.

Plus de détails

460668

9782350306681

18,01 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

  • Sciences humaines 2018-2020

    Sciences...


    Benedict Anderson, L'imaginaire national...

  • La présidence Obama 2009-2017

    La...


    Elisabeth Fauquert (dir.) Contributions de...

  • La politique, le droit

    La...


    Sous la direction de Silvia Manonellas et de...

Avec la collaboration de Julie d'Andurain, Emmanuelle Sibeud et Sylvie Thénault.

Avec la contribution de R. Achi, E. Arnould, L. Arzel, C. Atlan, N. Benga, V. Bollenot, M. Charpy, C. Courreye, X. Daumalin, A. Dramé, B. Fall, D. Foliard, J. Glasmann, O. Goerg, C.-E. Harang, A. Hugon, S. Imber-Vier, C. Labrune-Dadiane, T. Leyris, N. M. Ndzesop, T. Martel, M. Mourre, C. Mussard, A. Plarier, T. Quémeneur, I. Rezgui, A. Ruscio, S. F. Sanchez, B. Touchelay, N. Znaien, C. Zytnicki.

LA référence pour le sujet d’histoire contemporaine des khâgnes

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 400
  • Reliure : broché

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19

HISTORIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23
  Les renouvellements de l’histoire de la colonisation française . . . .24
    • Premiers travaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24
    • Histoire coloniale et “aires culturelles” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . .25
    • Des politiques coloniales à l’ordre colonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . .25
  Les fondements historiographiques des études coloniales . . . . . . . .27
    • Les Subaltern Studies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28
    • Apports et limites des
Postcolonial Studies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29
    • De la “situation coloniale” aux sociétés coloniales . . . . . . . . . . . . . .   . . . .32
  Histoire impériale versus histoire coloniale . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34
    • La “nouvelle histoire impériale” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34
    • Un postcolonialisme à la française ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35

REPÈRES

D’UN EMPIRE LAUTRE, LIMPÉRIALISME INFORMEL . . . . . . 41
  La fin du “vieux système colonial” . . . . . . . . . 42
  La lutte contre la traite clandestine . . . . . . . . . . 44
  Réseaux négociants et empire informel . . . . . .46
   
• Les activités des maisons de négoce marseillaises en Méditerranée . . . .47
    • Sur les côtes d’Afrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47

CONQUÊTE ET ARGUMENTAIRE COLONIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51
  La conquête de l’Afrique du Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51
  De la colonie au protectorat : l’invention d’un vocabulaire colonial .53
  Le
Scramble for Africa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
  Des générations successives de conquérants . . . . . . . . . . . . . . . . . .56
L
A PREMIÈRE GUERRE MONDIALE ET LAPPEL À L’AFRIQUE . . . . . . . . . .61
  Un principe de “force noire” fondé sur un postulat de “races guerrières” . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62
  Engagements et désillusions, hivernages et réquisitions forcées . . .64
  Une sortie de guerre impossible ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67
L
A RÉCESSION DES ANNÉES TRENTE ET LE REPLI SUR L’EMPIRE . . . . . . .71
  L’onde de choc du krach boursier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72
  Une nouvelle politique économique impériale . . . . . . . . . . . . . . . . .74
  L’industrialisation des colonies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76
L
A FRANCE ET SON EMPIRE AFRICAIN DANS LA SECONDE GUERRE MONDIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79
  1940-1941. Compromissions vichystes avant quelques victoires dans le désert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80
  1942-1943. Combats décisifs, intrigues franco-françaises à Alger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82
  1944. Le débarquement de Provence et de nouveaux enjeux politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84
L’
EMPIRE COLONIAL TARDIF ET LA DÉCOLONISATION . . . . . . . . . . . . . . .87
  Fins d’Empire au Maghreb . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87
   
• Des processus comparables ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87
    • La trajectoire historique algérienne, une spécificité dans l’ensemble maghrébin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91
 
Afrique subsaharienne : de la rénovation impériale au désengagement . . . . . . . . . . . . 95
    • Un colonialisme de développement . . . . . . . . . 96
    • Les réformes politiques de l’après-guerre . . . . .97
    • Les forces du changement . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
    • Désengagement impérial . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
    • Un bilan contrasté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100

THÈMES

LES FORMES DE LA DOMINATION COLONIALE
ADMINISTRER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .105
  Divergence avec la métropole et différentiation . . . . . . . . . . . . . . .106
  L’art du commandement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .108
  Une administration en noir et blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110
E
XPLOITER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113
  Le drainage des ressources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113
   
• Le drainage au cœur de l’entreprise coloniale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113
    • Modalités : spoliation, économie de traite et cultures d’exportation . . .114
    • Du pillage à la mise en valeur des territoires : la politique coloniale . . .116

  Le travail forcé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119
   
• Le temps du travail forcé comme moyen de “civiliser” les indigènes (1887-1930) . .119
    • Les cinq formes du travail forcé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121
    • Vers la suppression du travail forcé (1930-1946) . . . . . . . . . . . . . . . . . .122
 
L’impôt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123   
   
• L’impôt : un attribut de la souveraineté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123
    • Imposer la “loi du travail” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .124
    • La marque de l’assujettissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .124
    • Les résistances à l’impôt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126

CONTRÔLER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126
Droit et justice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127
   • Complexité de la justice et du droit en situation coloniale . . . . . . . . . . .127
   • En matière civile et en matière pénale : des logiques différenciées . . . .128
   • En matière de nationalité et de citoyenneté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .129
   • Le pluralisme juridique, une caractéristique forte . . . . . . . . . . . . . . . . . .130
   • Des subalternes passifs ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .132
Le régime pénal de l’indigénat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133

   • Les limites de la judiciarisation . . . . . . . . . . . 133
   • Un usage fluctuant : évolution et exemptions . . . . . . . . . 134
   • Du rapport entre droit et violences . . . . . . . . 135
Police et maintien de l’ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136
   • Un maintien de l’ordre sans consentement . . 136
   • Une police partiellement étatisée . . . . . . . . . 137
   • L’articulation avec des structures locales . . . 138
   • Entre police et armée : une frontière poreuse . . . 139
RÉPRIMER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
Des violences extrêmes . . . . . . . . . . . 140
Une historiographie riche en débats . . . 141
   • Massacres coloniaux et génocide . . . . . . . . . 141
   • Des violences spécifiques ? . . . . . . . . . . . . . . 142
   • De la violence dans les deux camps ? . . . . . 143
Thiaroye, 1944 . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
L’insurrection de 1947 à Madagascar . . . . . 146
   • Les prémices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
   • L’insurrection du 29 mars 1947 . . . . . . . . . . . 148
   • La répression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

CULTURES COLONIALES ET IMPÉRIALES
“CIVILISER” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .151
Médecine et santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .151
   • La place de la médecine dans le système colonial . . . . . 151
   • Spécificités de la médecine coloniale . . . . . . . . . . 152
   • Structures et encadrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
   • Les personnels autochtones . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
   • La réception de la médecine coloniale . . . . . . . . . 155
Missions et missionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .156
   • Extension du domaine du christianisme : le moment français . . . . . . . .156
   • Colonisation et mission, des rapports ambigus (années 1870 - années 1930) . . .156
   • Tintin aux colonies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .158
   • Préparer une nouvelle Afrique après 1945 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159
Éducation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .160
   • Éducations, religions et colonisations au XIXe siècle . . . . . . . . . . . . . . . .160
   • Mise en place et développement de l’enseignement public colonial (1880-1945) . . . . .161
   • Une scolarisation qui s’accélère (1945-1960) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .163
CONNAÎTRE POUR DOMINER . . . . . 164
Une trame savante irrégulière . . . 165
Sciences en situation coloniale . . . 167
Scientisme et savoirs critiques . . 168
LA VITRINE COLONIALE . . . . . . . .
Photographie et imagerie coloniale
   • Enregistrer l’Afrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .170
   • Circulations en métropole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .172
   • Ambiguïtés et contradictions photographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .173
Les expositions coloniales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .173
   • De la rue du Caire à “la plus grande France” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .174
   • Les mécomptes de l’éducation coloniale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .176
RELIGIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
L’islam en Afrique du Nord à la période coloniale . . 177
L’islam en Afrique subsaharienne . . . . . . . . . . . . . . 179
   • Le moment de la conquête : le laboratoire algérien au Sénégal . . . . . . .180
   • Les Mourides face à l’administration coloniale française . . . . . . . . . . . .180
   • L’islam entre surveillance et accommodation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181
Religions traditionnelles et syncrétismes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .183
   • Le poids des représentations occidentales . . . 184
   • Les ressources de l’invisibilité . . . . . . . . . . . 185
   • Prophètes et syncrétismes . . . . . . . . . . . . . . . 187
Laïcité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .189
   • Une transposition limitée de la laïcité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .189
   • La laïcité, une cause anticoloniale ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .190
PRATIQUES CULTURELLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .191
Alcool . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .191
   • Consommation de nouveaux alcools . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .191
   • Régulations et prohibitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .193
Vêtement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .194
Objets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .198
Le cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .201
   • Un loisir au succès immédiat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .201
   • Hiérarchie des publics, hiérarchie des salles et diversité des expériences cinématographiques . .202
   • Des westerns aux films égyptiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .202
   • Culture coloniale, cinéphilie et indépendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .203
La radio . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .204
Le tourisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .206
   • Au Maghreb . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207
   • En Afrique subsaharienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207
   • Les différentes formes du tourisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207
   • Exemple de mise en tourisme : le Sahara . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .208
Les organisations de jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .209
   • L’implantation des mouvements de jeunesse français dans les colonies 209
   • Les jeunes : l’élite de demain ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .210

CONTESTER L’EMPIRE
RÉVOLTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .213
Des révoltes au nationalisme ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .214
   • Les insurrections, des embrasements soudains . . . . . . . . . . . . .214
   • Une histoire de la conscience nationale ? . . . . . . . . . . . . . . . . .214
La révolte des populations du Bani-Volta (1915-1917) . . 215
RÉSISTANCES DU QUOTIDIEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217
Une attention nouvelle pour les sociétés rurales . . . 218
   • L’“histoire par le bas” : une approche féconde . . . . 218
   • Quelle spécificité de la situation coloniale ? . . . . . . 219
   • Des réactions plus que des résistances ? . . . . . . . . . 219
Le banditisme rural : une criminalité sociale ? . . . . . . . . . . . . . . .220
   • La construction du banditisme rural comme problème public . . . . . . . .220
   • Le banditisme comme symptôme d’une société dépossédée . . . 221
MOBILISATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
Mouvements nationalistes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
   • Le rôle des élites intellectuelles . . . . . . . . . . 222
   • L’avènement des partis . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
   • Un nationalisme à géométrie variable . . . . . . 225
Syndicalismes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .226
   • Les syndicalismes au Maghreb . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .226
   • Les syndicalismes en Afrique subsaharienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .228
LUTTES ARMÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229
La guerre du Rif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230
La guerre d’indépendance algérienne . . . . . . . 233
   • Les forces en présence . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
   • Le déroulement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234
   • Les déchirures internes . . . . . . . . . . . . . . . . . 236
   • Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237
Luttes armées à Madagascar et au Cameroun . . . . . . .238

L’EMPIRE EN MÉTROPOLE
LES FRANÇAIS ET LA GUERRE D’INDÉPENDANCE ALGÉRIENNE . . . . 241
Les Français et la question coloniale . . . . . . . . . . . . . . . 241
Une lente prise de conscience de la guerre . . . . . . . . . . . 243
Débats moraux sur la guerre . . . . . 244
D’une République l’autre . . . . . . . 245
Les déchirures (1960-1962) . . . . . 246
L’ANTICOLONIALISME EN MÉTROPOLE . . . . 249
La Ligue des droits de l’homme . . 249
   • La “tutrice des droits des indigènes” (1906) . . . . . . . . . . . . . . . . . .251
   • Des bons offices à la dénonciation de la torture en Algérie . . . . . . .252
Les communistes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .253
Contre l’exposition coloniale, mobilisation générale . . . . . . .256
MIGRATIONS COLONIALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .258
De la métropole vers les colonies et retour . . . . . . . . . . . . . . . . . .259
   • “Faire du colon” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .259
   • “Rapatriements” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .262
Des colonies vers la métropole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .264
   • Le tournant de la Première Guerre mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .264
   • Contrôler, encadrer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .265
   • L’expérience migratoire : les “âges” de l’émigration algérienne . . . . . .266

ACTEURS ET CATÉGORIES SOCIALES

LE LOBBY COLONIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .271
Le modèle anglo-saxon . . . . . . . . . . . . . . . . 272
Le réseau colonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .274
Des coloniaux au service du lobby colonial. . . 276
Un “parti colonial” fondu dans un ministère des Colonies d’essence sarrautiste . . 277
ASSIMILÉS, “ÉVOLUÉS” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278
La racialisation de l’assimilation (1848-1870) 280
De l’assimilation aux “évolués” après 1870 . . 282
Logiques de recrutement et d’adhésion . . . . . 283
D’entreprenants passeurs . . . . . . . . . . . . . . . . 286
FEMMES, GENRE ET SEXUALITÉS EN CONTEXTE COLONIAL . . 288
La colonisation, un entre-soi masculin ? 289
Des épouses pour “civiliser” . . . . . . . . . . 290
Européennes au travail . . . . . . . . . . . . . . 291
Des sources sur les femmes africaines . . 291
Femmes africaines et scolarisation . . . . . 292
Violences faites aux femmes “indigènes” 294
Femmes et sexualité . . . . . . . . . . . . . . . . 294
INSTITUTEURS ET INSTITUTRICES . . . . . . . . .296
Des instituteurs et institutrices européens au service de “l’œuvre coloniale” . . . 296
Entre deux mondes : les instituteurs et institutrices africaines . . . .298
   • Se former... à l’école normale de garçons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .298
   • ... à l’école normale de jeunes filles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .299
   • Des figures majeures de la vie politique et intellectuelle dans les colonies et les États africains indépendants . . . . .299
SOLDATS COLONIAUX . . . . . . . . . . . . . . .300
Administrer l’armée . . . . . . . . . . . . . . .301
La Première Guerre mondiale et ses transformations politiques . .302
La Seconde Guerre mondiale et le début de la fin de l’Empire . . .303
Décolonisation et nouvelles dynamiques militaires . . . . . . . . . . . .304

ESPACES

TERRITOIRES
UNE COLONIE DE PEUPLEMENT : L’ALGÉRIE . . . . . . . 307
La conquête et l’installation des premiers colons . . 307
Du “royaume arabe” à la République pied-noire . . 309
Une société discriminante . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311
Vers la rupture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
DEUX PROTECTORATS : TUNISIE ET MAROC . . . . . . . 315
La modernisation de l’État, enjeu du protectorat ? . . 316
   • La “co-souveraineté” tunisienne . . . . . . . . . . . . . . . . 316
   • Un Maroc conservateur ? . . . . . . . . . . . . . . . 316
Des sociétés durablement marquées . . . . . . . . . .317
   • Quelle présence française ? . . . . . . . . . . . . . . .317
   • Élites et mouvement nationaliste . . . . . . . . . . . . . . .318
   • Entre république et monarchie . . . . . . . . . . . . . . .319
   • En guise de bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .320
DEUX FÉDÉRATIONS : AOF ET AEF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .321
L’Afrique occidentale française (AOF) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .321
   • Gouverneurs, commandants et chefs autochtones : quels “rois de la brousse” ? . . . . . . .322
   • Des sociétés paysannes aux prises avec les exigences du pouvoir colonial. . . .324
   • Le mouvement social et politique après 1945 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .327
L’Afrique équatoriale française (AEF) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .329
   • Les débuts compliqués d’une fédération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .329
   • Exploitation et travail forcé : le scandale du Congo-Océan . . . . . . . . . .330
   • La “Cendrillon de l’Empire” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .331
   • “La France libre fut africaine” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .332
   • Le temps des indépendances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .332
MADAGASCAR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 333
Les comptoirs français de Madagascar : Sainte-Marie, Nosy Be, Mayotte (1818-1885) . . . . . . . . . . . 334
Du protectorat à la conquête française.L’impérialisme franco-réunionnais dans l’océan Indien . . . 335
Fondation de la “colonie de Madagascar et dépendances” . . . 337
Structures administratives de la colonie de Madagascar et dépendances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 337
Premier conflit mondial et développement des mouvements d’émancipation . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339
Second conflit mondial et transformations socio-politiques . . 340
La Grande Île après la révolte de mars 1947 . . . . . . . . . . . . 341
LES TERRITOIRES SOUS MANDAT : CAMEROUN ET TOGO (1919–1960) . . . . . . 342
Un cadre juridique spécifique : mandat de la SDN et tutelle de l’ONU . . . . . 342
Le Togo, de la Première Guerre mondiale à l’indépendance négociée . . . . . . 345
Le Cameroun, de la Première Guerre mondiale à la guerre d’indépendance . . . 347
LA CÔTE FRANÇAISE DES SOMALIS . . . . . 352
Un espace stratégique . . 352
Économie et travailleurs . . . 353
Les Djiboutiens . . . . . . . 354
Évolutions politiques . . 355

LIEUX
VILLES COLONIALES . . . . . 357
Les trois chefs-lieux successifs de la Côte d’Ivoire . . . . . . . . . . . .359
Rufisque ou Dakar ? Les enjeux de construction de la ville coloniale . . . .361
Bône, une ville coloniale algérienne (1832-1962) . . . . . . . . . . . . .366
   • De la ville arabe à la ville européenne . . . . . . . . . . . . .366
   • Bône entre conflits mondiaux et crise économique . . . 367
   • La décolonisation, un facteur de l’essor urbain de Bône . . . . 368
VILLE IMPÉRIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 369
Marseille, ville impériale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 369
Marseille, port colonial ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370
Une ville au cœur des des réseaux économiques impériaux . . . . 373
VILLAGES DE COLONISATION EN ALGÉRIE . . . . . . . . . . . . . . 374
Création . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 374
Administration . . . . . . . . . . . . . 376
   Voisinages . . . . . . . . . . . . . . . . . 376
ENVIRONNEMENT ET COLONISATION . . . 377
Les forêts . . . . . . . . . . . . . . . . . . 378
   • Les forêts africaines : un émerveillement colonial intéressé . . . . . . . . .378
   • Les “mythes environnementaux” de la colonisation . . . . . . . . . . . . . . . .379
   • Une politique de reforestation ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .379
   • Les conflictualités forestières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .380
L’Afrique, terrain de chasse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .381
   • Chasse, faune africaine et conquêtes coloniales . . . . . . . . . . . . . . . . . . .381
   • L’avènement du safari . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .382
   • Destructions, contestations et protection de la faune . . . . . . . . . . . . . . .383

OUTILS

CARTES . . . . . . 386
FIGURES . . . . . . 395
CHRONOLOGIE . 401
BIBLIOGRAPHIE . . 415
GLOSSAIRE . . . . 473
LISTE DES SIGLES . . . 484
INDEX . . . . . . . . . 488

 

L’ auteur :

Isabelle Surun est professeur en histoire contemporaine à l’université de Lille. Elle a conçu et dirigé l’ouvrage et elle est l’auteur de l’intro- duction, des chapitres Historiographie, D’un empire l’autre: l’impéria- lisme informel, Migrations coloniales, L’Afrique occidentale française (AOF), et des notices L’impôt, La révolte des populations du Bani-Volta (1915-1917).

Avec la collaboration de :

Julie d’Andurain est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lorraine. Elle a participé à la conception et à la coordination de l’ouvrage et elle est l’auteur des chapitres Conquête et argumentaire colonial; La Première Guerre mondiale et l’appel à l’Afrique; Le lobby colonial.

Emmanuelle Sibeud est professeur d’histoire contemporaine à l’uni- versité Paris 8. Elle a participé à la conception et à la coordination de l’ouvrage et elle est l’auteur des chapitres Administrer; Connaître pour dominer ; Religions traditionnelles ; Assimilés, “évolués”. Elle a rédigé l’introduction du chapitre Anticolonialisme en métropole et les notices Les expositions coloniales et La Ligue des droits de l’homme.

Sylvie Thénault est directrice de recherche au CNRS (CHS). Elle a participé à la conception et à la coordination de l’ouvrage et elle est l’auteur des chapitres Contrôler, Réprimer, Révoltes, Résistances du quotidien, Fins d’Empire au Maghreb, Deux protectorats: Tunisie et Maroc.

Et la contribution de :

Raberh Achi est politiste, il enseigne les sciences sociales et prépare une thèse sur la socio-histoire de l’administration de l’islam en Algérie à la période coloniale. Il a rédigé la notice Laïcité.

Etienne Arnould enseigne l’histoire-géographie; il est doctorant en histoire à l’université Paris 8. Il a rédigé la notice Syndicalismes.

Lancelot Arzel est docteur en histoire, spécialiste du Congo belge, et enseigne l’histoire-géographie. Il a rédigé les notices L’Afrique équato- riale française (AEF) et L’Afrique, terrain de chasse.

Catherine Atlan est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à Aix-Marseille Université. Elle est l’auteur des chapitres Afrique subsa- harienne: de la rénovation impériale au désengagement, et des notices Mouvements nationalistes; Luttes armées à Madagascar et au Cameroun.

Ndiouga Benga est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il a rédigé la notice Rufisque ou Dakar ? Les enjeux de construction de la ville coloniale.

Vincent Bollenot est doctorant en histoire à l’université Paris 1- Panthéon-Sorbonne. Il a rédigé la notice Contre l’exposition coloniale, mobilisation générale.

Manuel Charpy est chargé de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu (CNRS/INHA). Il a rédigé les notices Vêtement et Objets.

Charlotte Courreye est maître de conférences en études arabes à l’uni- versité Jean Moulin-Lyon 3. Elle a rédigé la notice L’islam en Afrique du Nord à la période coloniale.

Xavier Daumalin est professeur en histoire contemporaine à Aix- Marseille Université. Il a rédigé les chapitres Ville impériale; La récession des années Trente et le repli sur l’empire; il a contribué au chapitre D’un empire l’autre : l’impérialisme informel.

Amadou Dramé est docteur en histoire de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il a rédigé la notice L’islam en Afrique subsaharienne.

Babacar Fall est directeur du Centre de recherche sur les métiers et la mémoire en Afrique. Il a rédigé la notice Le travail forcé.

Daniel Foliard est maître de conférences en études britanniques à l’uni- versité Paris-Ouest Nanterre La Défense. Il a rédigé la notice Photographie et imagerie coloniale.

Joël Glasmann est professeur en études africaines à l’université de Bayreuth. Il a co-rédigé le chapitre Les territoires sous mandat: Cameroun et Togo, 1919-1960.

Odile Goerg est professeur émérite à l’université de Paris-Diderot. Elle a rédigé l’introduction du chapitre Villes coloniales, et les notices Les trois chefs-lieux successifs de la Côte d’Ivoire; Le cinéma.

Charles-Edouard Harang est docteur en histoire et enseigne l’histoire en classes préparatoires aux grandes écoles. Il est l’auteur du chapitre Missions et missionnaires et de la notice Les organisations de jeunesse.

Anne Hugon est maîtresse de conférences HDR à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne en histoire contemporaine. Elle est l’auteur des chapitres Médecine et santé et Femmes, genre et sexualité.

Simon Imber-Vier est docteur en histoire et chercheur associé à l’IMAf. Il a rédigé la notice La Côte française des Somalis.

Céline Labrune-Badiane est docteur en histoire et chercheuse associée au CRHIA, au CESSMA et à AIHP/Géode. Elle est l’auteur des chapitres Éducation ; Instituteurs et institutrices.

Thomas Leyris est doctorant en histoire contemporaine à l’université de Lille. Il a rédigé la notice La radio.

Nadine Machikou Ndzesop est professeur en sciences politiques à l’université de Yaoundé II-Soa. Elle a co-rédigé le chapitre Les terri- toires sous mandat : Cameroun et Togo, 1919-1960.

Thomas Martel est doctorant à l’École des Chartes. Il a rédigé la notice La guerre du Rif.

Martin Mourre est docteur en histoire et en anthropologie. Il a rédigé les chapitres La France et son empire africain dans la Seconde Guerre mondiale ; Soldats coloniaux et la notice Thiaroye, 1944.

Christine Mussard est maîtresse de conférences à l’Inspé/Aix- Marseille Université. Elle a co-rédigé la notice Villages de colonisation en Algérie.

Antonin Plarier est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Jean Moulin-Lyon 3. Il a rédigé la notice Le banditisme rural: une criminalité sociale? Celle sur Les forêts, ainsi que l’intro- duction du chapitre Environnement et colonisation.

Tramor Quémeneur est docteur en histoire et professeur d’hstoire- géographie. Il a rédigé la notice La guerre d’indépendance algérienne et les chapitres Les Français et la guerre d’indépendance algérienne; Une colonie de peuplement : l’Algérie.

Ibtissem Rezgui est doctorante en histoire et architecture (université Badji-Mokhtar, Annaba Algérie - université Paris I Panthéon-Sorbonne). Elle a rédigé la notice Bône, une ville coloniale algérienne (1832-1962).

Alain Ruscio est historien, chercheur indépendant. Il a rédigé la notice Les communistes.

Samuel F. Sanchez est maître de conférences en histoire à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a rédigé la notice L’insurrection de 1947 à Madagascar et le chapitre Madagascar.

Béatrice Touchelay est professeur en histoire contemporaine à l’uni- versité de Lille. Elle a rédigé la notice Le drainage des ressources.

Nessim Znaien est docteur en histoire et chercheur associé à l’IRMC. Il a rédigé la notice Alcool.

Colette Zytnicki est professeur émérite de l’université de Toulouse-Jean Jaurès. Elle est l’auteur de la notice Le tourisme et elle a co-rédigé la notice Villages de colonisation en Algérie.

Violences faites aux femmes “indigènes”

L’un des thèmes désormais bien étudiés concerne ainsi les violences spécifiques faites aux femmes, à la fois durant les épisodes militaires et pendant la colonisation elle-même. Le viol y est devenu une arme de guerre durant les épisodes de conquête, et pas uniquement durant la conquête du Tchad par la colonne Voulet-Chanoine (1898-1899), restée dans les annales pour ses violences extrêmes. Les guerres d’indépen- dance aussi voient leur cortège de violences genrées : le viol est l’un des crimes courants durant la guerre d’indépendance algérienne [BRANCHE, 2001], comme l’a mis en lumière “l’affaire Djamila Boupacha”, du nom d’une combattante du FLN arrêtée, mise au secret, torturée et violée pendant un mois. Lors de son procès (elle est accusée d’avoir déposé une bombe dans une brasserie d’Alger), elle est défendue par l’avocate Gisèle Halimi, qui forme un comité de soutien, rassemblant une bonne partie de ce qu’on appelle alors les intellectuels de gauche (notamment Simone de Beauvoir, qui a signé en juin 1960 dans Le Monde une tribune intitulée “Pour Djamila Boupacha”). Le procès de la militante est l’occasion d’informer largement sur les exactions de l’armée française durant ce conflit, et de mettre en lumière le viol de femmes algériennes par l’armée française; mais l’immense majorité des exactions de cette dernière est restée tue.

Les violences sexuelles ne sont d’ailleurs pas cantonnées aux temps de guerre. Ainsi, l’expression de “mariage à la mode du pays”, désignant l’union temporaire d’un Français (administrateur ou employé d’une compagnie privée) avec une femme de sa région d’affectation, pouvait aussi bien recouvrir un concubinage forcé qu’une stratégie matrimoniale choisie par les femmes. À Libreville au Gabon, certaines ont en effet profité de ce concubinage pour bâtir un petit capital, utile après le départ de leur conjoint provisoire [JEAN-BAPTISTE, 2014].