Sciences humaines 2016-2018
search
  • Sciences humaines 2016-2018

Sciences humaines 2016-2018

18,01 €

Michèle Duchet , Anthropologie et histoire au siècle des Lumières

Henri Lefebvre, Le droit à la ville

Nicole Loraux, Les enfants d'Athéna

Par Arthur Caillé, Florence Perrin, Jean-Michel Consil

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Clefs concours Khâgnes - Sciences Humaines

Tous les titres sont organisés autour d’une structure commune :
- des Repères : pour comprendre les enjeux de l'oeuvre dans son contexte.
- des Problématiques posent des jalons pour une critique personnelle.
- des Outils définissent les mots et donnent les références indispensables à la lecture.

Fiche technique

Référence
460351
ISBN
9782350303512
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
192
Reliure :
broché
Format :
poche

INTRODUCTION

Henri Lefebvre, Le droit à la ville

Introduction
Repères
Problématiques
Outils

Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières

Introduction
Repères
Problématiques
Outils

Nicole Loraux, Les enfants d'Athéna

Introduction
Repères
Problématiques
Outils

Arthur Caillé est agrégé de Philosophie.

Florence Perrin est professeur agrégée et docteur en Philosophie.

Jean-Michel Consil est professeur agrégé à l'université d'Evry-Val-d'Essonne.

(Début de la partie sur Anthropologie et histoire au siècle des Lumières)

L’anthropologie est, au sens contemporain, l’étude de l’homme sous ses aspects physiques et culturels. Elle constitue une discipline à vocation scientifique dotée de protocoles méthodologiques qui lui permettent de prétendre à une certaine objectivité dans ses résultats. Néanmoins, aucune science ne surgit ex nihilo, et sa naissance répond souvent à des impératifs, tant spéculatifs que pratiques, qui en disent long sur le rôle qu’elle sera amenée à jouer. L’anthropologie, initialement dévolue à l’observation des sociétés sauvages, n’échappe pas à cette règle. Aussi M. Duchet se propose-t-elle d’éclaircir les conditions de son émergence dans la seconde moitié du xviiie siècle. Dans ce but, il faut garder à l’esprit “qu’en dépit d’une objectivité apparente, il n’y a pas de source “neutre”, parce qu’il y a une “impossibilité de décrire l’homme sauvage comme une espèce animale quelconque, en faisant abstraction de tout ce qui le lie et l’oppose à l’homme civilisé, dans l’ordre de la nature et dans celui de l’histoire”