search

Le corps

18,86 €

par Christine Leroy

Quantité

  Livraison en lettre suivie

3€ en France métropolitaine et à l'international, 8€ dans les DOM-TOM

Tout ce dont le candidat a besoin pour le sujet 2023 de l'épreuve de composition de l'agrégation externe de Philosophie.

Comme tous les Clefs-concours Philosophie, l'ouvrage est structuré autour des notions et thèmes qui composent le sujet.

Fiche technique

Référence
460848
ISBN
9782350308487
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
240
Reliure :
broché

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
QU’EST-CE QUI FAIT CORPS?
L’IDENTITÉ DU CORPS REPOSE-T-ELLE SUR L’AGRÉGATION SEULE ET FORTUITE
OU PRÉSIDE-T-ELLE À SA PROPRE COMPOSITION? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
La plus petite parcelle de corps : l’atome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
Réversibilité du tout et de la partie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
LE CORPS BIOLOGIQUE EST-IL OBJECTIF
OU RÉSULTE-T-IL D’UNE CONSTRUCTION DISCURSIVE ? . . . . . . . . . . . . . . 25
L’objectivité du corps :
sciences expérimentales du vivant, le normal et le pathologique . . 25
La construction discursive des normes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
Le corps : une histoire de culture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
• Anthropologie occidentale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
• Théorie critique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
CORPS ET ÂME
DISJONCTION ENTRE L’ESPRIT ET LE CORPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Dualisme platonicien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
• L’âme est dissociée du corps, mais elle occupe un certain lieu . . . . . . . . 37
• L’âme doit gouverner le corps tel un cocher, un attelage . . . . . . . . . . . . . 39
Dualisme cartésien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
• Le corps est une machine sans commune mesure avec l’âme . . . . . . . . . 40
• Il y a de la pensée dans le corps, mais elle n’est pas propre au corps,
qui n’est qu’une machine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
• Motif de la distinction fondamentale entre l’âme et le corps :
fonder la supériorité des hommes dans la raison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
• Ce qu’est le corps humain : une substance étendue, res extensa . . . . . . . . 43
• S’il existe, le corps ne saurait fonder la connaissance . . . . . . . . . . . . . . . 45
• Un dualisme épistémologique ne nie pas l’entrelacs,
de fait, du corps et de l’âme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
• La glande pinéale :
ce qui lie substance immatérielle et substance matérielle . . . . . . . . . . . . . . 47
UNITÉ DE L’ESPRIT ET DU CORPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
Les neurosciences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
• Neurobiologie, intelligence artificielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
• Sciences de l’esprit : une place paradoxale pour le corps . . . . . . . . . . . . . 52
Monisme spinozien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
CCPh Le corps.qxp_maq cc 21/10/2022 15:34 Page 6
RÉVERSIBILITÉ DE L’ESPRIT ET DU CORPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
L’inconscient, c’est le corps : l’hypothèse freudienne . . . . . . . . . . . 58
Maurice Merleau-Ponty . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
• Monisme du corps propre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
• Le corps vécu s’entrelace au monde dont il est la condition,
en même temps qu’il en est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
• Le corps mû est l’assise de la conscience intentionnelle . . . . . . . . . . . . . 64
• Le corps n’est pas seulement spatial : il est temporel . . . . . . . . . . . . . . . . 65
• La chair . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
• L’emprunt à Husserl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
• Le concept merleau-pontien de “chair” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
• L’a priori synesthésique merleau-pontien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
• La Chair du monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
Le moi-peau : un parallélisme analogique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
CECI EST MON CORPS
RESPECTER LE CORPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
Hippocrate et l’invention de la déontologie médicale . . . . . . . . . . . 78
Des devoirs que nous avons envers notre corps propre . . . . . . . . . . 81
Code civil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
MON CORPS M’APPARTIENT, PERSONNE NE PEUT SE L’APPROPRIER . . . . . 84
Le corps humain, propriété inaliénable… en droit . . . . . . . . . . . . . . 84
L’empiétement sur le corps d’autrui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
• Addictio . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
• Les châtiments corporels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
• Réparer le préjudice corporel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
“Mon corps m’appartient” : une revendication féministe . . . . . . . . . 92
• Avortement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
• Travail du sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
• Gestation pour autrui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
Questions bioéthiques universelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
• Don du sang et don d’organes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
• Cas limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
L’ILLIMITATION DU CORPS :
NÉOLIBÉRALISME ET CORPS-PRODUIT MARCHAND . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
Le corps sans fin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

L’IDENTITÉ ALTÉRÉE PAR LA MALADIE
LA MALADIE ET LA BLESSURE:
RUPTURE DANS L’ÊTRE ET ADVENIR À L’ÊTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
Deuil à soi-même . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
Re-devenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
LA PLACE DU CORPS DANS LE TROUBLE PSYCHIATRIQUE,
DONT LE TROUBLE DE LA PERSONNALITÉ ET LE TROUBLE DE L’IDENTITÉ . . 106
Troubles psychosomatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
Troubles psychiatriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
• Névroses et addictions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
• Psychoses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
L’identité en temps de maladie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
Le corps soignant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
ALTÉRATION DU CORPS ET ANGOISSE DE LA MORT . . . . . . . . . . . . . . . . 116
Peur de mourir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
Mourir dans la dignité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
De la chirurgie orthopédique à la chirurgie esthétique . . . . . . . . . . 119
Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
LE PÉCHÉ ET LA GRÂCE: CORPS THÉOLOGIQUE ET CORPS MYSTIQUE
L’OBSTACLE DU CORPS DÉSIRANT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Chair pécheresse et sexualisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
• Bible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
• Le corps n’est-il que le “tombeau de l’âme” ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
• L’opprobre jeté sur le corps
par le néoplatonisme et le christianisme naissant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
• Paul de Tarse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
• Le corps chez Saint Augustin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
Les passions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
• Ce qu’on appelle une passion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
• Passions et péché de chair . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
• Réflexion a-religieuse sur les passions : Descartes et Spinoza . . . . . . . . 132
• La littérature des passions : la place du corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
• Le Roi danse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
LE SALUT ÉTHIQUE PAR LE CORPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
Le corps, véhicule de l’âme : les pratiques rituelles d’inhumation . . 135
Mystiques juive et musulmane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
• Judaïsme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
• Islam . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
Corps glorieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
La spiritualité du corps : Inde, Asie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
CULTE DU CORPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147

CORPS CONTENANT, CORPS CONTENU:
LE CORPS SOCIAL DE LA PHILOSOPHIE POLITIQUE
LE CORPS POLITIQUE : FAIRE CORPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
Corps du Christ et corps de l’Église :
fondation chrétienne de la métaphore organique du pouvoir . . . . . 149
Le corps du roi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
• Les deux corps du roi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
• Blaise Pascal (1623-1662) : le peuple, un organisme . . . . . . . . . . . . . . . 154
• Les trois corps du roi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
• Les membres et l’estomac . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
Gouvernance du corps et auto-régulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
Solidarité organique du groupe social : Émile Durkheim . . . . . . . . 160
LA RÉGULATION DES CORPS PAR LE POLITIQUE ET LA SOCIÉTÉ . . . . . . . 165
Le corps n’est pas naturel : il est pétri de culture . . . . . . . . . . . . . . 165
• Esthétisation du corps : l’élévation à la culture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
• Ce que, du corps, l’on croit naturel,
est une technique et imprégné de culture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
• Les pratiques sportives, marqueur social de distinction . . . . . . . . . . . . . 168
Mon corps ne m’appartient pas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
• Aliénation et contrainte par corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
• Le biopouvoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
• Le corps-spectacle des médias : un corps numérique, aplati et plastifié . . 186
Esthétiser le corps pour se l’approprier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
• Culture et technique de soi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
• Le dessin de soi par la danse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
• Retracer l’identité par le corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200
• Activisme corporel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202
Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
IN FINE : UNE DÉFINITION ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .205
BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207

Christine Leroy est agrégée de philosophie et titulaire d’un doctorat en esthétique. Ses travaux portent sur l’entrelacs du corps et de l’esprit et sur la dynamique motrice.

Selon Épicure, tous les corps s’assemblent de la sorte ; mais au-delà, tout est corps. Le vide, confondu avec l’air, est l’antagoniste direct des corps. Tout est corps : l’âme elle-même est composée d’atomes ou particules insécables. Leur singularité est d’être si petites qu’elles ne sont pas équivalentes à des atomes de corps ; elles en sont proprement invisibles, de poids négligeable : les particules atomiques de l’âme sont éminemment subtiles. Voilà pourquoi un corps ne s’allège pas à la mort, quoique les atomes de l’âme s’en soient dégagés dans la dernière exhalaison, pour aller se recombiner à d’autres atomes. Ce matérialisme radical ne laisse pas de poser problème, précisément dans la mesure où ses arguments introduisent une difficulté : de moniste qu’elle prétendait être, la physique atomiste semble dualiste puisque les atomes de l’âme sont incommensurables à ceux du corps – à moins de poser que les gros atomes sont eux-mêmes sécables, ce qui ne serait pas cohérent. En outre, si les atomes sont dotés de crochets qui leur valent des affinités électives, n’est-ce pas à dire que les atomes sont singularisés, et in fine bien peu commensurables et réversibles les uns aux autres ?