search

L'Orient romain 66 av. n. è. – 235 de. n. è.

19,91 €

par Clément Bady, Olga Boubounelle et Alexandre Vlamos

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout sur l’un des deux sujets 2024 de spécialité Histoire du concours des ENS.

Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :

   - Repères : le contexte historique ;

   - Thèmes : comprendre les enjeux du programme ;

- Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un personnage, une référence

Fiche technique

Référence
460938
ISBN
9782350309385
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
272

INTRODUCTION

DÉFINITION DU PROGRAMME

BILAN HISTORIOGRAPHIQUE

PLAN ET ANNEXES :LORGANISATION DE LOUVRAGE

LES SOURCES

LES SOURCES LITTÉRAIRES ET JURIDIQUES

L’ÉPIGRAPHIE

L’ARCHÉOLOGIE ET LES SOURCES ICONOGRAPHIQUE

REPÈRES

LA FIN DE LA RÉPUBLIQUE (66 - 27 AV. N. .) : L’ORIENT DANS LA TOURMENTE DES GUERRES CIVILES

POMPÉE :UN PUISSANT IMPERATOR

LE PREMIER TRIUMVIRAT 

LE SECOND TRIUMVIRAT

LE MOMENT AUGUSTÉEN (27 AV. N. - 14 DE N. .)

LE RETOUR À ROME ET LA RESTAURATION DE LA RES PUBLICA

LE PARTAGE DES PROVINCES

LES POUVOIRS D’AUGUSTE

LA CRÉATION DUNE DYNASTIE

LES JULIO-CLAUDIENS (14-68) : LES PREMIERS SUCCESSEURS D’AUGUSTE ET L’ORIENT ROMAIN

TIBÈRE (14-37)

CALIGULA (37-41)

CLAUDE (41-54)

PRÉSENCES IMPÉRIALES EN ORIENT 

LES FLAVIENS (69-96)

DE LA PRISE DU POUVOIR À LA REPRISE EN MAIN DE L’ORIENT

LA POURSUITE DE LINTÉGRATION DE L’ORIENT ROMAIN : ANNEXIONS ET REDÉCOUPAGES DES PROVINCES

LES ANTONINS (96-192)

TRAJAN (98-117) ET LA REPRISE DE LEXPANSION VERS LEST

LES VOYAGES D’HADRIEN (117-138), EMPEREUR PHILHELLÈNE

ANTONIN (138-161)ET LE MAINTIEN DE LA PAIX

MARC-AURÈLE (161-180) ET LUCIUS VERUS (161-169) : LA REPRISE DES GUERRES PARTHIQUES

COMMODE (180-192) : UN RÈGNE TYRANNIQUE

LES SÉVÈRES (193-235)

SEPTIME SÉVÈRE (193-211) ET CARACALLA (211-217) : LA REPRISE DES CONQUÊTES EN ORIENT

L’ORIENT SOUS LES DERNIERS SÉVÈRES (217-235)

THÈMES

POUVOIR CENTRAL ET MONDE PROVINCIAL

L’EMPEREUR ET SA PRÉSENCE EN ORIENT

L’ADMINISTRATION DES PROVINCES

L’ARMÉE ROMAINE

LES FORMES DADMINISTRATION INDIRECTE : LES ROYAUMES-CLIENTS

RÉSISTANCES À LAUTORITÉ ROMAINE

LES CITÉS GRECQUES DE L’ORIENT

LE STATUT DES CITÉS

LE RÉGIME POLITIQUE DES CITÉS

LES RELATIONS ENTRE LES CITÉS

CITOYENNETÉ ROMAINE, CITOYENNETES LOCALES

QU"EST-CE QU'UN CITOYEN ROMAIN ?

LES ITALIENS EN ORIENT

LA DIFFUSION DE LA CITOYENNETÉ ROMAINE EN ORIENT

LA CITOYENNETÉ ROMAINE ET LA POLITIQUE LOCALE

UN ESPACE ÉCONOMIQUE UNIFIÉ

LE MONDE DES CAMPAGNES : LA TERRE ET SON EXPLOITATION

LES RICHESSES DE L’ORIENT : UN ESPACE PRODUCTIF

L’INTENSIFICATION DES ÉCHANGES ÉCONOMIQUES

LES TRANSFORMATIONS MONÉTAIRES

CULTURE ET RELIGION : UNE SOCIÉTÉ MULTICULTURELLE

UN ESPACE PLURILINGUE

UN ESPACE DE LA PAIDÉIA : CULTURE ET FORMATION DES ÉLITES

DYNAMIQUES ET MOUVEMENTS CULTURELS DE L’ORIENT ROMAIN

DIVERSITÉ ET INTERACTIONS RELIGIEUSES

OUTILS

CARTES

LES DYNASTIES IMPÉRIALES

CHRONOLOGIE

TABLEAU DES PROVINCES ORIENTALES DE L’EMPIRE

LE COMMENTAIRE DE DOCUMENT

AUTEURS

BIBLIOGRAPHIE

GLOSSAIRE

INDEX SYNTHÉTIQUE

Clément Bady est ancien élève de l'ENS Ulm, agrégé d'histoire et docteur en histoire ancienne. Il est actuellement membre scientifique de l'Ecole française de Rome, section Antiquité.

Olga Boubounelle est ancienne élève de l'ENS Ulm, agrégée de Lettres classiques et docteure en histoire ancienne. Elle est actuellement membre scientifique de l'Ecole française d'Athènes.

Alexandre Vlamos est agrégé d'histoire et docteur en histoire ancienne. Il est actuellement ATER à l'université de Lille.

En 66, la quasi-totalité de l’Orient méditerranéen est sous domination romaine, à l’exception de l’Égypte, encore gouvernée par la dynastie des Lagides, de l’intérieur de l’Anatolie et de la côte syrienne, où se situe notamment le royaume de Judée. Rome a ainsi créé successivement la province de Macédoine (en 167 av. n. è.), la province d’Achaïe (en 146 av. n. è.), la province d’Asie (en 129 av. n. è.) et la province de Cilicie (en 102 av. n. è.), après des conflits contre les dynasties héritières du royaume d’Alexandre le Grand ou contre des cités grecques.

L’ agrandissement de l’ Empire a posé un certain nombre de problèmes internes à Rome : le prestige apporté par les victoires, et les possibilités d’enrichissement offertes par les conquêtes puis par le gouvernement des provinces ont rompu l’équilibre aristocratique et ont déstabilisé les institutions de la République romaine, fondées sur le pouvoir du Sénat, la carrière des honneurs (cursus honorum*) et l’inter- action de l’aristocratie avec le peuple. Dans les années 130-120, offrir plus de pouvoir aux chevaliers contre les sénateurs et distribuer les terres de l’empire aux citoyens romains, a conduit à leur assassinat et à l’ouverture d’un siècle de guerres civiles presque ininterrompues à Rome, notamment entre deux “partis”, les populares* et les optimates. Au début du Ier siècle av. n. è., cette lutte est incarnée par l’affrontement entre Marius et Sylla, qui voit les armées romaines s’affronter entre elles, le non-respect des institutions républicaines et la réactivation de la dictature* par Sylla qui réussit à éliminer les partisans de Marius. Cependant, son abandon volontaire du pouvoir en 79 et sa mort en 78 laissent une situation contrastée.