Tristan Corbière, Les Amours jaunes Agrandir

Tristan Corbière, Les Amours jaunes

Benoît Houzé et Armelle Hérisson

Plus de détails

460627

9782350306278

18,01 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Traitant de l'oeuvre du XIXe siècle au programme des agrégations externes et internes de Lettres classiques et de Lettres modernes ainsi qu'au concours spécial de l'agrégation, l'ouvrage propose tous les éléments nécessaires à la réussite du candidat. 

Comme tous les Clefs Concours de Lettres, l'ouvrage est structuré en quatre parties :

- Repères : le contexte historique et littéraire

- Problématiques : comprendre les enjeux du programme

- Le travail du texte : lexicologie, morphosyntaxe, stylistique

- Outils : pour retrouver rapidement une définition, une idée ou une référence

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 432
  • Reliure : broché
  • Format : poche

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15

REPÈRES

BIOGRAPHIE ET POETIQUE MELEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21

LE SECOND DU PÈRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21

Édouard Corbière, le “surmâle” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22

Querelles critiques pour caractériser une filiation . . . . . . . . . . . . .25

Édouard-Joachim, être de papier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27

Quelques caractéristiques des romans du père . . . . . . . . . . . . . . .29

Échos de l’oeuvre du père dans celle du fils . . . . . . . . . . . . . . . . .30

Troubles dans la filiation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33

UN POÈTE MAUDIT TRÈS SOCIABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36

Le cercle familial : une bourgeoisie provinciale cultivée . . . . . . .37

Les amitiés artistiques : petits maîtres et écrivains mineurs . . . . .40

Poésie et socialité amoureuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42

Politiques de Corbière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45

L’homme anecdotique : quelques performances d’écrivain . . . . . .49

LA RICHe sITUATION D’UN mARgINAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53

D’UNE SOLITUDE RELATIONNELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53

UN RAPPORT COMPLExE AU ROMANTISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

SOUS LE PATRONAGE DE BAUDELAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61

UN LECTEUR MÉCONNU DU PARNASSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63

LE POÈME DE LA BOHêME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65

COmme UN AUTRe ART, COmme UN AUTRe geNRe, LA POésIe . . . . . . .71

DE LA MUSIQUE POPULAIRE à L’OPÉRA-COMIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . .72

UN MAUvAIS LIEU : LE THÉâTRE

(ET exCursus vERS LA DÉCLAMATION ET LE ROMANESQUE) . . . . . . . . .76

DE L’ALBUM LOUIS NOIR AUx Amours jAunes,

UNE RECONFIGURATION DU PICTURAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81

CorbiereMEP9 22/10/2019 15:07 Page6

PROBLÉMATIQUES

CHANTeR : DéCHANTeR. UN LyRIsme De CRIse . . . . . . . . . . . . . . . . . .91

LE MONDE DU MALENTENDU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91

La crise post-romantique du lyrisme : éléments de contexte . . . . .91

Corbière à la lumière de Baudelaire :

malentendu et crise de l’adresse lyrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94

Auto-généalogies de la dissonance :

paradis naïf et enfer sentimental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97

LE POÈME ET SES SOURDS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102

Le texte et son dehors . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102

L’apostrophe ironique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .104

Surdité du lecteur ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106

CRISE DU LyRISME ET AvENTURE DE L’ÉNONCIATION . . . . . . . . . . . . .108

La crise du cri : “Sérénade des sérénades” . . . . . . . . . . . . . . . . .108

Stabilités du gouffre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .120

RECONFIGURATIONS DU LyRISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .124

La voix et le désir de présence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .124

Faire événement : une remotivation du lyrisme ? . . . . . . . . . . . .130

Le mort vous parle : “Rondels pour après” . . . . . . . . . . . . . . . . .135

LA BReTAgNe AU CORPs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155

LE TRIST. EN BRETAGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155

à FLEUR D’ARMORIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .157

LANGUE BRETONNE ET LANGUE DU POÈME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159

L’ART MORT RIT QU’UN FINI SE TERRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161

COmPOseR, DéCOmPOseR :

sTRUCTURes eT COUPs De RACCROCs DANs Les Amours jAunes . . . .165

L’ORCHESTRATION DU DÉSORDRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .165

L’édition originale : quatre curiosités structurantes . . . . . . . . . . .165

Le raccroc, ou le coup de la rime . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .174

Le texte rond . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177

Réinventer la narrativité poétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181

Le pied et la chaîne : éléments d’une situation métrique . . . . . . .185

HyPOTHÈSE SUR L’AGENCEMENT DU RECUEIL . . . . . . . . . . . . . . . . . .192

CorbiereMEP9 22/10/2019 15:07 Page7

TRAvAIL DU TExTE

éTRANgeTé LexICALe eT sIgNIfICATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .205

DES MOTS ÉTRANGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .206

Lexiques spécifiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .206

• Lexique technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206

• Mots étrangers et exotiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212

• Langue populaire et argot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214

• Archaïsmes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216

||| Analyse 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218

Création de mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .219

• Par dérivation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219

• Par composition : mots composés, groupes figés . . . . . . . . . . . . . . . . 221

Emplois néologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .224

JEUx DE MOTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .225

Polysémie : jeu avec les sens du mot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .225

• Une figure majeure : la syllepse de sens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225

• Une variante : l’antanaclase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229

Homonymie, paronymie : jeux fondés sur la matière phonique . .232

• Jeux avec le même (homonymie) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232

• Jeux avec le presque-le-même (paronymie) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234

||| Faire toutes les remarques 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236

Le “drôle” n’est pas toujours “drôle” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .237

• Sous le signe du paradoxe : humour noir et rire jaune . . . . . . . . . . . . 237

• Le mot “Drôle” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238

LES MOTS “RUMINÉS” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .241

La répétition du mot qui structure les discours . . . . . . . . . . . . . .241

• Figures rhétoriques classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241

• Le refrain de la chanson. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244

Mot répété, mot décliné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .245

• La réduplication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245

• Jeux de dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246

D’un poème à l’autre : les mots de l’oeuvre . . . . . . . . . . . . . . . . .248

• Quand le mot fait le lien entre les poèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248

• “Litanie du sommeil” et la répétition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248

• Un mot clef : bête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250

CorbiereMEP9 22/10/2019 15:07 Page8

mORPHOsyNTAxe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .255

L’INFINITIF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .255

Emplois verbaux : l’infinitif centre de proposition . . . . . . . . . . .255

• Centre de phrase autonome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255

• Centre de proposition subordonnée “infinitive” complétive. . . . . . . . 258

• Centre de périphrase verbale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259

Emplois nominaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .261

• Sujet (détaché) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261

• Attribut du sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261

• Compléments du verbe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262

• Complément d’un autre constituant de la phrase . . . . . . . . . . . . . . . . 263

• Compléments circonstanciels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263

• Régime du présentatif et de la phrase impersonnelle . . . . . . . . . . . . . 264

• Complément de progrédience. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 264

• Indécidable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265

||| Analyse 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265

Dérivations impropres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .266

• Infinitifs substantivés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266

• Infinitifs devenus partie d’un adverbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267

LES INDÉFINIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .267

Déterminant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .268

• Article indéfini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268

• Déterminants numéraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269

• Déterminants indéfinis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270

• Déterminants interrogatifs et exclamatifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270

Pronom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .271

• La quantité dénombrée : les pronoms numéraux . . . . . . . . . . . . . . . . 271

• La singularité indéterminée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271

• La quantité nulle : nul, pas un, personne, rien . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272

• L’indétermination pure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273

Aux frontières de la catégorie : les mots de l’indéfini . . . . . . . . .274

• Des substantifs : “chose” et “guitare” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274

• Le pronom “on” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275

• Adverbes des circonstances indéfinies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275

“ÇA” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .276

Pronom démonstratif, emploi représentant . . . . . . . . . . . . . . . . .276

• Emploi anaphorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276

• Emploi cataphorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278

Pronom démonstratif, emploi déictique . . . . . . . . . . . . . . . . . . .279

Un “autre” interjectif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .280

CorbiereMEP9 22/10/2019 15:07 Page9

“POÈTe, eN DéPIT De ses veRs” (“éPITAPHe”) . . . . . . . . . . . . . . . .281

LA COMÉDIE DES FORMES MINÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .282

Du sonnet le plus classique au sonnet renversé . . . . . . . . . . . . . .283

• Le cadre de la tradition : le sonnet isométrique

(quatrain à rimes croisées) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283

• variantes et défigurations de la composition rimique. . . . . . . . . . . . . 284

• Sonnets hétérométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 286

• Sonnet inversé/à rebours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 286

Séries de strophes isomètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .287

• Un modèle régulier : strophes égales,

mais composition rimique-surprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287

• Structures strophiques libres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290

Des vers mêlés aux vers “faux” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .292

• Hétérométrie régulière : le modèle reporté. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292

• Hétérométrie “irrégulière” : retours aléatoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . 293

• Un avatar du “vers faux” : le vers non métrique . . . . . . . . . . . . . . . . 294

||| Faire toutes les remarques 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 296

LE MÈTRE DES Amours jAunes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .298

“De vers… ou de vermisseau” : typologie des mètres . . . . . . . . .298

• Classicisme du vers long . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

• Le “vermisseau” dans la pomme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

Discordance phrase/mètre : tradition et sage modernité, effets . .300

• L’enjambement à la fin du vers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300

• “Césure du vers long” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302

Effets de diction : élasticité du vers des Amours jaunes . . . . . . .304

• Diction des “e” muets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304

• Graphies archaïques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305

• Syncope et apocope . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306

• Le lieu de la fantaisie hérétique : les voyelles en contact . . . . . . . . . . 307

“RIME RICHE, — ET JAMAIS RIMÉE” (“ÉPITAPHE”) . . . . . . . . . . . . . . .312

Des rimes faibles ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .312

• Pour l’oreille : “à peine” rimées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312

• Pour l’oeil ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 313

• Pour le sens : rapports sémantiques éculés ou pauvres. . . . . . . . . . . . 314

Richesses de la rime . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .317

• Multiplication des échos phoniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317

• Rimes originales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318

• Les trésors sémantiques cachés de l’homonymie . . . . . . . . . . . . . . . . 319

CorbiereMEP9 22/10/2019 15:07 Page10

Brouillage de la rime . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .321

• Rime “assonancée” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 321

• Rime consonante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 321

• Rime évolutive. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 322

“IL PARLAIT :” (“DéCOURAgeUx”) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .325

“MOI” : LES “JE” DES Amours jAunes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .325

Les “je” du poète . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .325

• Des marques de la présence élocutoire authentique du poète . . . . . . . 326

• Le nom d’un poète en morceau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328

• Figures énonciatives et “rôles” du poète . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329

Autres locuteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .333

• Les locuteurs d’un poème entier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 333

• Les “je” des insertions au discours direct :

du monologue à la courte réplique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 334

||| Faire toutes les remarques 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 334

• Le dialogue et l’illusion du dialogue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336

Évanescence du “je” :

dérobades, lignes de fuite du pronom sujet . . . . . . . . . . . . . . . . .338

• Des pronoms de substitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 338

• L’ellipse du sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339

TOI : UNE POÉSIE ADRESSÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .342

Les formes de l’adresse dans Les Amours jaunes . . . . . . . . . . . .342

• Titres, sous-titres et dédicaces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 342

• L’apostrophe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343

• La deuxième personne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 345

• L’impératif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 347

Les allocutaires du discours poétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .347

• Poèmes à la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 347

• Autres allocutaires animés, identifiables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 349

• Les allocutaires inanimés et les abstractions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 349

• Le “vous” du lecteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 349

• L’interlocuteur inconnu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 350

Mobilité de l’adresse dans le poème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .350

• Poèmes à adresse multiple, glissements de l’adresse . . . . . . . . . . . . . 350

• Irruption et disparition de l’adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 352

• Systèmes énonciatifs multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 354

Éléments de brouillage énonciatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .355

• Masculin, féminin : brouillage du genre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 355

• Points de (con)fusion entre le “je” et le “tu” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 356

||| Analyse 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 357

CorbiereMEP9 22/10/2019 15:07 Page11

“Le DéPHRAsé” (A. BeRNADeT) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .361

LA LANGUE ÉCORCHÉE :

IMPROPRIÉTÉS DE L’ORTHOGRAPHE ET DE LA SyNTAxE . . . . . . . . . . . .361

Une graphie fautive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .362

• Orthographe lexicale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362

• Orthographe d’accord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 363

La négation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .363

• “Pas” et la négation des constituants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 363

• La négation verbale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 364

Constructions verbales et jeu des actants . . . . . . . . . . . . . . . . . .365

• Le sujet contraint . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 365

• Emploi personnel de verbes impersonnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 365

• Transitivité : compléments (et sujets) inadaptés. . . . . . . . . . . . . . . . . 366

• La forme pronominale : emplois néologiques et jeux de pronoms . . . 368

Autres écorchures au bien dire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .370

• Un possessif redondant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370

• Des expressions “mal” construites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370

AUx LIMITES DE LA PHRASE : ATyPIQUE, MAL RANGÉE, DÉLIÉE . . . . . .371

Phrases atypiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .371

• Phrases à la forme impersonnelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371

• Phrases à présentatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 372

• Phrases non verbales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 375

La phrase mal rangée : le désordre des mots . . . . . . . . . . . . . . . .378

• Figures énonciatives : dislocation et extraction . . . . . . . . . . . . . . . . . 378

• Mots et groupes sens dessus dessous . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 379

Modes de (dé)liaison : figures de la juxtaposition . . . . . . . . . . . .381

• L’énumération : une écriture de la liste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 381

• L’apposition : le portrait diffracté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 381

• Asyndète/parataxe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 384

ÉCRITURE DU “SOUFFLE COUPÉ” : RUPTURES DE LA PHRASE . . . . . . . .385

La phrase trouée : des blancs dans l’énoncé . . . . . . . . . . . . . . . .386

• Le mot “trou”. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 386

• Ellipse d’un constituant ou d’un groupe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 387

• Points de suspension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 388

• Les blancs de la page . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 392

Coupes, dé-coupes, recoupes dans le continu de langage . . . . . .395

• Ponctuation : signes de la phrase coupée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 396

• Le bris métrique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 399

• Autres outils du morcellement de la phrase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 402

CorbiereMEP9 22/10/2019 15:07 Page12

Le tiret : de la marque du discours direct au “trait” . . . . . . . . . . .403

• Fonctions énonciatives. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 403

• Le tiret ouvrant : la marque d’une impulsion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 405

• “Un trait” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 409

||| Faire toutes les remarques 4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 410

OUTILS

gLOssAIRe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .415

BIBLIOgRAPHIe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .421

ÉDITION AU PROGRAMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .421

AUTRES ÉDITIONS à CONSULTER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .421

AUTRES oeUvRES ET ÉCRITS DE TRISTAN CORBIÈRE . . . . . . . . . . . . . . .421

oeuvre poético-picturale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .421

• oeuvre poétique hors Amours jaunes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 421

• oeuvre picturale hors album ffocsor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 422

Correspondance (choix) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .422

oeUvRES D’ÉDOUARD CORBIÈRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .422

AUTRES oeUvRES LITTÉRAIRES ÉvOQUÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .423

OUvRAGES ET ARTICLES BIOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .424

BIBLIOGRAPHIE CRITIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .424

Ouvrages collectifs ou

numéros de revue consacrés à Tristan Corbière . . . . . . . . . . . . . .424

Ouvrages et articles cités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .425

• Ouvrages et articles généraux

sur Les Amours jaunes ou la poétique de Corbière . . . . . . . . . . . . . . 425

• Lectures de poèmes ou de parties des Amours jaunes . . . . . . . . . . . . 426

• Métrique des Amours jaunes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 426

• Autres aspects particuliers des Amours jaunes . . . . . . . . . . . . . . . . . . 427

• La filiation littéraire entre Corbière père et fils . . . . . . . . . . . . . . . . . 428

• Ouvrages et articles touchant à des problématiques

de l’écriture corbiérienne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 428

USUELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .429

LANGUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .429

Armelle Hérisson est docteur en Littérature française et professeur agrégée de Lettres au lycée de Clichy. 

Benoît Houzé est professeur agrégé de Lettres modernes au collège Gabriel Rosset de Lyon. 

Presque 150 ans après leur parution, Les Amours jaunes (1873) figurent pour la première fois au programme d’un concours d’enseignement. Corbière n’est pas un inconnu des manuels d’histoire littéraire, et certains de ses poèmes (en particulier “Le Crapaud” et “I Sonnet”) sont régulièrement commentés dans le secondaire et le supérieur. Cependant, cette oeuvre courte est restée relativement peu étudiée, surtout si on la compare à celles de contemporains comme Mallarmé, Verlaine, Rimbaud, Laforgue ou même Lautréamont. Elle reste donc largement à découvrir, à entendre, à réfléchir. Mais elle ne s’offre pas toujours aisément. La poésie, pour Corbière comme pour Max Jacob, se doit d’être “située”, entourée d’une “atmosphère spéciale” qui la distancie un peu du lecteur et excite le désir de lire [JACOB, 1916, 22] ; et précisément, la situation des Amours jaunes, encore bien sensible au lecteur averti lorsque Laforgue, vers 1885, rédige sur Corbière des notes particulièrement intéressantes – mais brèves et guidées par la volonté de se démarquer d’un poète auquel on l’avait sournoisement assimilé [STEINMETz, 2011, 491] –, est aujourd’hui bien plus difficile à percevoir. Il faudra donc parfois faire oeuvre d’archéologie littéraire, linguistique et sociale pour mieux comprendre le travail poétique de Corbière, tout en veillant à ne pas se défausser de notre responsabilité de lecture sur les dictionnaires (fussent-ils ceux, particulièrement utiles ici, de DELvAU, 1866 ou de LA LANDELLE, 1859) et sans donner à la contextualisation l’autorité unique et suprême d’une sorte de discours sur l’origine. Le jeu en vaut la chandelle : on rencontrera alors une oeuvre qui, de l’avis de grands lecteurs [Ezra POUND, 1913 ; T.-S. ELIOT, 1993 ; Henri THOMAS, 1972 ; Jean-Marie GLEIzE, 1983, et dans nTF et CTC1], occupe une place de premier plan dans la poésie française – et dont l’auteur eut, en outre, le mérite insigne d’avoir parfois su mal faire.