search

Khâgnes 2024

18,86 €

par Franck Bessonnat, Eléonore Brouillaud, Nassif Farhat, Audrey Milet, Flavie Fouchard, Corentin Zurlo-Truche.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Traitant du sujet de composition de Lettres du concours des ENS pour la session 2023-2024, cet ouvrage réunit des spécialistes des différentes œuvres au programme et des enseignants des classes concernées pour offrir un ouvrage extrêmement pratique et intelligent dans une collection plébiscitée par les élèves et leurs professeurs.

L'originalité de cet ouvrage est de croiser œuvres et thèmes au programme. Tous les titres sont organisés autour d'une structure commune :

  • -  des Repères situent les œuvres;

  • -  des Problématiques en proposent des approches analytiques;

  • -  des Études thématiques relient celles-ci aux axes du programme;

  • -  des Outils pour définir (lexique), approfondir (bibliographie commentée) et élargir (florilège de citations d'autres œuvres).

Fiche technique

Référence
460889
ISBN
9782350308890
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
360p
Reliure :
broché

INTRODUCTION

LA DISSERTATION DE LITTÉRATURE AU CONCOURS DENTRÉE DES ENS

CORNEILLE, LE CID

REPÈRES

BIOGRAPHIE DE PIERRE CORNEILLE 

Jeunesse et éducation

Une longue carrière théâtrale

• Les premières pièces et l’ascension

• Les œuvres de la maturité : 1636-1651

• Retraite et retour au théâtre

Les dernières années de Corneille

QUELQUES REPÈRES HISTORIQUES

De Henri IV à Louis XIII

Richelieu

Mazarin et Louis XIV

Louis XIV après Mazarin

PROBLÉMATIQUES

HISTOIRE ET LÉGENDE DUN TITRE

Le Cid, de l’histoire au mythe

Les Enfances du Cid

ITINÉRAIRE DRAMATIQUE, ITINÉRAIRE AMOUREUX :
LES LIGNES DE FORCE DE LA PROGRESSION DRAMATIQUE

Chimène et Rodrigue

L’Infante et Don Sanche

UN ACCUEIL AGITÉ : LA QUERELLE DU CID

Le théâtre sous Richelieu .

Le déclenchement de la querelle 

Les reproches de Scudéry

La riposte : Corneille théoricien

QUELQUES RÉFLEXIONS SUR LE LANGAGE THÉÂTRAL DANS LE CID

Remarques liminaires sur la versification des passions

La vivacité des échanges

Les monologues

• Les monologues, jalons de l’action

• L’expression de la crise

• L’exaltation des valeurs héroïques

Les récits

TUDE THÉMATIQUE

LE THÉÂTRE 

Tragédie, comédie, tragi-comédie

Qu’est-ce que Le Cid ?

Le Cid : une tragédie à fin heureuse ?

LITTÉRATURE ET MORALE 

Honneur et abnégation

La contestation de valeurs ancestrales Conclusion : “une morale ouverte”

LA REPRÉSENTATION LITTÉRAIRE 

Vérité et vraisemblance

Corneille et la représentation de l’histoire

Corneille et la représentation de son temps

MARIVAUX, LA DOUBLE INCONSTANCE ET LA DISPUTE

PARTIE ANALYTIQUE

REPÈRES 

Marivaux et la vie littéraire de son temps

• Biographie

• Position dans la querelle des Anciens et des Modernes

• Un dramaturge des Lumières ?

• Entre Théâtre-Italien et Théâtre-Français

• Singularité des comédies de Marivaux au sein du théâtre comique de son temps

• Une unité de style, “le marivaudage”

PROBLÉMATIQUES 

Des spectacles spéculaires de l’inconstance amoureuse

• Spectaculaire inconstance des cœurs

• Inconstance féminine, inconstance masculine en question

• L’inconstance au prisme des dispositifs spéculaires internes

“Je ne gouvernerais pas deux cœurs de cette espèce-là” ? (I, 6 DI)

• Emprise du pouvoir : force, persuasion, attraction

• Amour-propre et malléabilité des êtres

• Surprenants ingénus

Paradoxes du désir de nature

• Séduction de la nature, charme du naturel

• S’approprier la nature au risque de la “falsifie[r]”

• La nature comme idée et idéal

Comédies équivoques

• “La cruauté de Marivaux”

• Une dramaturgie de la gaîté

• “Voilà qui [n’]est [jamais] fini”

TUDE THÉMATIQUE

LE THÉÂTRE

France - Italie : un partout

Vers une hybridation des genres

Du théâtre dans le théâtre

L’humaine comédie : theatrum mundi et théâtre social

L’“interprétation” théâtrale : un paradigme herméneutique

LA REPRÉSENTATION LITTÉRAIRE 

“Comme partagé en deux miroirs.” Il y a représentation et représentation

L’ordre du fantasme. Représentation et imagination

“Point de clarté.” Représentation et expression

“Je ne sais quoi” : hors scène et hors langage

Des copies plus vraies que nature. Représentation et mimesis

LITTÉRATURE ET MORALE
Une morale naturelle ?
Des masques et des visages : une anthropologie morale

Moraliste sans moraline

Une économie des valeurs

Le don, la dette et le devoir. Morale de la littérature

THÉOPHILE GAUTIER, LE CAPITAINE FRACASSE

PARTIE ANALYTIQUE

REPÈRES 

Enfance et formation

La période romantique

Prise d’indépendance, achèvement d’une carrière

Genèse du roman

• Le titre

• Étapes du projet et de sa publication

PROBLÉMATIQUES 

Le temps et l’histoire .

• Retrouver une époque

• ... par le pouvoir de l’imagination

Pastiche langagier et recul parodique

Grotesque et romantisme

• Gautier et le grotesque

• Fantastique et merveilleux

• La place du picaresque

• Un “anti-roman” ?

Romanesque, amour et chevalerie

• Un roman de cape et d’épée : aventure et héroïsme

• Un roman d’amour

• Une filiation courtoise ?

La place de l’idéal

• Une aspiration au rêve

 Entre espoir et mélancolie

Au sujet de la structure

PARTIE THÉMATIQUE

LE THÉÂTRE 

Des vies d’acteurs

• Vue sur les coulisses

• Des péripéties typiques du genre

Theatrum mundi

• “Un chariot comique contient tout un monde”

• L’enjeu du masque

Faire jouer une pièce dans un roman

LA REPRÉSENTATION LITTÉRAIRE

Un livre d’images structurées

L’épanouissement du rêve

• La place de la mimésis

• Le paysage état d’âme

Peindre le cœur des hommes

• Des portraits symboliques

• Les ravages de la passion : représentation et sublime

LITTÉRATURE ET MORALE

Un refus de la morale

• L’art pour l’art ?

• Des valeurs anti-bourgeoises

Un récit édifiant ?

COLETTE, LA VAGABONDE

INTRODUCTION : ÉCRIRE À LA “BELLE-ÉPOQUE

REPÈRES

Qui est Colette Willy : femme de, actrice, mime, lesbienne, ex-femme de, écrivaine ?

PROBLÉMATIQUES

Aux origines du roman : les hésitations génériques

• La Vagabonde et la presse

• La Vagabonde : le titre d’un renouveau

Un roman de 1910

• L’appropriation des héritages balzacien et naturaliste

• Le monologue intérieur de la danseuse

L’amour

• L’idéalisation de l’amour

• L’ouverture vers l’imaginaire : la figure mythique de Diane

Les techniques romanesques

• L’espace du théâtre

• Alter ego et contrastes

• Le dialogue : entre théâtre et roman

• La forme épistolaire

La Vagabonde : la conquête d’une écriture

• Le style de Colette

• Un roman sur l’écriture : reconquérir les mots pour se reconquérir soi

TUDE THÉMATIQUE

LE THÉÂTRE 

Un nouveau roman des comédiens : les vagabonds

• La solitude

• Renouvellement de soi

• Être ou paraître ?

Littérature et représentation

• La vraisemblance

• Le hasard

• Écrire : interroger l’influence des représentations sur les comportements

Littérature et morale

• Les mœurs ou la morale ?

• Les dangers de la littérature

• Colette moraliste ?

OUTILS

BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE

CORNEILLE 

MARIVAUX 

GAUTIER 

COLETTE

GLOSSAIRE

FLORILÈGE DE CITATIONS

CORNEILLE

MARIVAUX 

GAUTIER

COLETTE

Directrice de l'ouvrage : Laure Himy-Pierri

Franck Bessonnat est ancien élève de l’ENS et professeur agrégé de Lettres classiques. Il est ici l’auteur des pages sur Corneille.

Éléonore Brouillaud est élève à l’ENS et agrégée de Lettres modernes. Elle a corédigé les pages du présent volume consacrées à Marivaux.

Nassif Farhat est agrégé de Lettres modernes et doctorant à l’ENS. Il a corédigé les pages du présent volume consacrées à Marivaux.

Audrey Milet est agrégée de Lettres modernes et chargée de cours à l’Université de Caen Normandie. Elle a ici rédigé les pages sur Le Capitaine Fracasse.

Flavie Fouchard enseigne à l’Université de Séville. Elle a ici corédigé les pages sur La Vagabonde.

Corentin Zurlo-Truche est docteur ès-Lettres et enseignant de Lettres modernes. Il a ici corédigé les pages sur La Vagabonde.

L’ouverture vers l’imaginaire: la figure mythique de Diane

À la manière d’autres romanciers contemporains comme Giraudoux, Colette semble se refuser à nous présenter une intrigue solide. C’est parce que la narratrice décide d’elle-même de sortir des schémas habituels du roman sentimental: “Personne ne m’attend, moi, sur une route qui ne mène ni à la gloire, ni à la richesse, ni à l’amour.” (p. 77). Le récit s’oriente alors vers une structure mythique qui permet d’appréhender symboliquement ce qui se joue dans les relations amoureuses et dans la reconquête de soi et du monde: “Le destin, désormais ménager de mes forces, semble écarter de moi ces amoureux obstinés, ces chasseurs qui traquent une femme jusqu’au bat-l’ eau inclusivement...” (p. 77). L’omniprésence du lexique de la chasse et les métaphores filées sont autant d’indices disséminés dans tout le texte et qui lui donnent une coloration menaçante et inquiétante en plaçant la crise d’identité sous le signe d’une menace physique. À partir du moment où Dufferein-Chautel fait irruption dans sa loge, comme Actéon lors du bain de Diane, nous pouvons voir comment la narratrice entreprend tout pour passer du statut de proie à celui de déesse de la chasse qui retrouve possession de son Royaume. Nous pouvons en effet tisser de nombreux parallèles entre celle-ci et la figure mythique de Diane qui, au cours de ses nombreuses reprises, affiche parfois des traits de lubricité: tout en étant “chaste et séduisante, vierge et sauvage, bénéfique et maléfique, elle semble incarner tous les aspects d’une féminité redoutée et adorée” [Mathieu- Castellani dans BRUNEL, 2002, p. 536]. L’identification entre sa figure et celle de Renée est frappante et tissée subtilement tout au long du texte

Cela est tout à fait visible quand Renée s’irrite de la visite de Dufferein-Chautel le premier soir et lui demande de partir. L’insistance de l’homme et sa réticence à quitter les lieux, contre toute politesse et contre tout respect de la volonté de la danseuse, montrent son aveuglement sur son propre désir et la violence qu’il exerce autant sur lui que sur elle (p. 75). À partir de ce moment, tout le récit consiste pour celle-ci à éviter les multiples embûches que Maxime et les autres personnages tendent sur son passage et à éviter le “piège” du mariage et la traque de l’homme: “Les jours passent. Il n’y a rien de nouveau dans ma vie, qu’un homme patient qui me guette.” (p. 111). Est-ce cette rencontre qui comblera ses aspirations