Les femmes en France dans la société d'Ancien Régime (à paraître)
search
  • Les femmes en France dans la société d'Ancien Régime (à paraître)

Les femmes en France dans la société d'Ancien Régime

23,70 €

Par Emmanuelle Berthiaud, Sylvie Le Clech et Charlotte Fuchs.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout ce dont l’étudiant a besoin pour le sujet 2022 d’Histoire moderne de la spécialité Histoire-Géographie du concours de l’ENS Lyon et de la banque commune attachée.

Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :

   - Repères : le contexte historique;

   - Thèmes : comprendre les enjeux du programme;

   - Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un personnage, une référence.

Fiche technique

Référence
460734
ISBN
9782350307343
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
300
Reliure :
broché

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13

TENIR COMPTE DES ACQUIS DE LHISTORIOGRAPHIE

DE LHISTOIRE DES FEMMES DEPUIS 50 ANS

ET TRAITER LE SUJET DE LHISTOIRE DES FEMMES

SELON LAPPROCHE DUNE HISTOIRE MIXTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13

TRAITER LHISTOIRE DES FEMMES SUR LE TEMPS LONG,

DE LA FIN DU XVe SIÈCLE À 1789 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16

METTRE EN VALEUR CERTAINES PERSONNALITÉS

DE LA SCÈNE POLITIQUE OU CULTURELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19

IDENTIFIER DES FIGURES”,

QUI SONT AUTANT DE PORTRAITS COLLECTIFS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20

METTRE LES FEMMES EN SITUATION : LES LIEUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21

TRAITER, EN ABORDANT LES DIFFÉRENTES THÉMATIQUES,

DE LA QUESTION DE LEXISTENCE

ET DE LEXPLOITATION DES SOURCES ET DE LEUR VOCABULAIRE . . . . . .22

ANNEXE PRATIQUE : CHRONOLOGIE CUMULATIVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24

HISTORIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25

UNE DISCIPLINE NÉE AVEC LES MOUVEMENTS FÉMINISTES . . . . . . . . . . . . .25

L’OUVERTURE DE LA DISCIPLINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26

L’INTRODUCTION DU CONCEPT DE GENRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31

ACTUALITÉS DE LA RECHERCHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36

UN EXEMPLE DE TRAITEMENT DE LHISTOIRE DES FEMMES,

LA RENAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41

ANGLES MÉTHODOLOGIQUES ET SOURCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41

HISTORIENNES DES FEMMES À LA RENAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45

CADRE CHRONOLOGIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49

XVIe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49

Droit et société : dialectiques et paradoxes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50

Des femmes magnifiées dans l’art et la littérature . . . . . . . . . . . . . . . . . .51

Des dirigeantes politiques visibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54

Une marque durable de la Renaissance :

l’engagement spirituel des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

Travail des femmes : une situation disparate et ambigüe . . . . . . . . . . . .57

XVIIe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58

XVIIIe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64

THÉMATIQUES

STATUTS JURIDIQUES DES FEMMES (XVIe SIÈCLE) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75

 CONTROVERSES SUR LES FEMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81

REPRÉSENTATIONS DES FEMMES DANS LES ARTS VISUELS. . . . . . . . . . . . .87

AU XVIe SIÈCLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87

Une tradition médiévale religieuse ou courtoise . . . . . . . . . . . . .87

La sexualisation du corps de la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89

Les portraits individuels ou collectifs à la cour :

bienséance, psychologie, divertissements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93

Les portraits de famille :

l’idéal vertueux de la France chrétienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94

AUX XVIIe ET XVIIIe SIÈCLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95

Le corps féminin exposé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95

Les femmes de pouvoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97

Les femmes : scènes de genre et portraits . . . . . . . . . . . . .99

POPULATION FÉMININE ET DÉMOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .103

LES ÂGES DE LA VIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109

CORPS ET SANTÉ DES FEMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115

COUPLE ET SEXUALITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119

MATERNITÉ ET ENFANTEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125

LES APPARENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135

LA BEAUTÉ FÉMININE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135

SE VÊTIR AU FÉMININ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136

COSMÉTIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141

FÉMININE ET DÉMOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .103

LES ÂGES DE LA VIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109

CORPS ET SANTÉ DES FEMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115

COUPLE ET SEXUALITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119

MATERNITÉ ET ENFANTEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125

LES APPARENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135

LA BEAUTÉ FÉMININE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135

SE VÊTIR AU FÉMININ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136

COSMÉTIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141

ÉDUCATION FÉMININE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145

FEMMES ET RÉLIGION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153

LA RELIGION DES FEMMES EN TROIS TEMPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .154

LA RELIGION DES FEMMES ET LEUR STATUT SOCIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . .157

LA RELIGION DES FEMMES, DU NORD AU SUD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .158

COMPOSANTES COLLECTIVES ET INDIVIDUELLES

DE LA PIÉTÉ DES FEMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159

FEMMES ET POUVOIRS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .165

LES POUVOIRS DES FEMMES ET LEURS LIMITES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .165

LE POUVOIR POLITIQUE : LEMBELLIE DE LA RENAISSANCE . . . . . . . . . . .168

LES MOYENS DU POUVOIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .171

LES CONDITIONS DEXERCICE DU POUVOIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .172

LA CONTESTATION, UN CONTRE-POUVOIR DE FEMMES ? . . . . . . . . . . . . . .174

FEMMES, ÉCRITURE ET LITTÉRATURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177

LES ÉCRITURES ORDINAIRES DES FEMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .178

LES FEMMES DANS LÉVOLUTION

DE LA LITTÉRATURE À LÉPOQUE MODERNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181

À la Renaissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181

Au XVIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .185

Au XVIIIe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187

JOURNALISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .189

FEMMES ET PRATIQUES DE LECTURE ..... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .190

FEMMES ET CRÉATION ARTISTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .193

PEINTRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .194

GRAVEUSES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .199

SCULPTRICES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .200

ARCHITECTURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .200

MUSICIENNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .202

ARTS DU SPECTACLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .205

FEMMES ET SCIENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .209

UNE NATURE FÉMININE COMPATIBLE AVEC LES SCIENCES ? . . . . . . . . . . .209

ÉDUQUER LES FEMMES AUX SCIENCES ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .211

DES FEMMES DE SCIENCE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .213

TRAVAIL ET ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .217

QUE SIGNIFIE TRAVAILLER” ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .217

TRAVAUX DES VILLES, TRAVAUX DES CHAMPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .219

CONCURRENCE AVEC LES HOMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .221

TRAVAIL ET CHARITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .225

SOCIABILITÉS ET SOLIDARITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .227

HOMMES ET FEMMES EN SOCIÉTÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .227

SOCIABILITÉS FÉMININES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .229

L’EXPRESSION DES SOLIDARITÉS FÉMININES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .230

VIOLENCES DES FEMMES, VIOLENCES CONTRE LES FEMMES . . . . . . . . .233

LIEUX

L’UNIVERS DOMESTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .241

LA MAISON .... ....................................... . . . . . . . . . . . . . . .241

DES PIÈCES À SOI ? CHAMBRE, CABINET OU BOUDOIR. . . . . . . . . . . . . . .244 .

LE JARDIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .247

LES SALONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .251

LE COUVENT. . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .257

L’HÔPITAL, LES INSTITUTIONS CHARITABLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .261

 

FIGURES FÉMININES

PAYSANNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .271.

DOMESTIQUES .. ................... . . . . . . . . . . . . . . .275

MATRONES ET SAGES-FEMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .279

FEMMES SAVANTES ET PRÉCIEUSES. . . . . . . . . . . . . . .283

LA RELIGIEUSE . . . . . . . . . . . . . . . . . .287

MARGINALES . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . .293 .

CRIMINELLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . .299

SORCIÈRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .305

ÉMEUTIÈRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .311

VIRAGOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .317

Emmanuelle Berthiaud est historienne du genre, de l’enfance et de la médecine aux XVIIIe et XIXe siècles. Maîtresse de conférences en Histoire moderne à l’Université de Picardie Jules Verne, elle a notamment publié Enceinte. Une histoire de la grossesse entre art et société (La Martinière, 2013) et avec Scarlett Beauvalet, Le rose et le bleu. La fabrique du féminin et du masculin. Cinq siècles d’histoire (Belin, 2015). Elle vient de co-diriger avec Jérôme van Wijland et François Léger, Prévenir, accueillir, guérir. La médecine des enfants de l’époque moderne à nos jours (Septentrion, 2021).

Charlotte Fuchs est docteure en Histoire moderne. Sa thèse, soutenue en 2018 à l’Université de Tours, porte sur “La mégère, du topos littéraire au débat de société (1540-1630)”.

Sylvie Le Clech est archiviste-paléographe, conservatrice générale du patrimoine et inspectrice générale des patrimoines (ministère de la Culture). Sa thèse d’École nationale des chartes, publiée aux Presses universitaires du Mirail en 1993, s’intitule Chancellerie et culture au XVIe siècle, les notaires et secrétaires du roi de 1515 à 1547. Elle est chargée de cours à l’université François Rabelais de Tours (Centre d’études supérieures de la Renaissance) et à la Sorbonne Nouvelle. Historienne de la Renaissance, elle contribue au réseau d’écrivaines, le Parlement des écrivaines francophones. Elle a publié une dizaine de livres et une trentaine d’articles, jusqu’à son dernier ouvrage paru chez Tallandier en août 2021 (Femmes de la Renaissance).

"Le XVIIIe siècle est marqué, comme les siècles précédents, par des évolutions contrastées qui rendent caduques l’image idéalisée des femmes des Lumières qui a longtemps prévalu. Les frères Goncourt dans La femme au XVIIIe siècle (1862) faisaient en effet des femmes les pièces maîtresses d’une vie culturelle et sociale raffinée, incarnée par les salons. Ce siècle a aussi été présenté comme emblématique d’une culture de la mixité qui aurait précocement distingué la France de ses voisins et contribué à y développer un “commerce apaisé” entre les deux sexes [OZOUF, 1995]. Ce mythe flatteur a toutefois été largement contesté et les historiennes et historiens reconnaissent aujourd’hui que si les femmes d’une certaine élite ont pu occuper une position plus visible au XVIIIe siècle dans les domaines culturel et artistique, elles sont néanmoins toujours restées au second plan. Leur rôle politique a même eu tendance à reculer au cours du siècle, les femmes étant de plus en plus assignées à la maternité et à la sphère privée. Le développement de la philosophie des Lumières et un contexte général plus favorable ont cependant permis à un certain nombre d’aspects de la condition féminine de progresser, non dans le droit, mais dans les faits.

Sur le plan institutionnel au XVIIIe siècle, les femmes sont en effet reléguées “à l’arrière-plan de la scène politique” dans la monarchie française [COSANDEY, 2000]. Cette évolution a été favorisée par les circonstances : entre la mort de Marie-Thérèse d’Autriche (1683), reine très effacée, et le mariage de Louis XV (1725), le royaume n’a en effet pas de souveraine. À la mort de Louis XIV en 1715, le trône revient à son arrière-petit-fils âgé de 5 ans et c’est Philippe d’Orléans, son oncle, qui se fait attribuer la régence jusqu’à la majorité du souverain en 1723. À l’ambiance morose et dévote de la fin du règne précédent succède une ambiance plus festive et frivole. On a longtemps beaucoup glosé sur les “petits soupers” du Régent et les mœurs dissolues de son entourage, notamment féminin (en particulier de sa fille, la duchesse de Berry, 1695- 1719), mais l’époque fut marquée par des évolutions plus significatives. S’opère par exemple un recul de la domination culturelle royale et de la cour versaillaise par rapport à la ville et en particulier à Paris (notamment autour du Palais-Royal, résidence des Orléans). Une partie des activités et de la sociabilité des aristocrates se redéploie dans la capitale et favorise une effervescence culturelle et artistique. Les femmes jouent un rôle important dans cette tendance, notamment avec le développement des salons comme celui de Mme de Lambert au début du siècle.

Suite à l’avortement d’un projet de mariage avec Marie-Anne de Bourbon, infante espagnole, Louis XV épouse à sa majorité une princesse polonaise, Marie Leszczynska, en septembre 1725 dans le but principal de mettre au monde rapidement un héritier. La nouvelle souveraine s’inscrit dans une conception traditionnelle du rôle de la reine, dans la continuité du règne de Louis XIV. Jusqu’à sa mort en 1768, Marie Leszczynska reste une reine très discrète, qui ne joue pas de rôle politique et n’est guère présente dans la vie publique de la cour (de retour à Versailles après avoir été déplacée à Paris pendant la Régence). Épuisée par ses nombreuses maternités (elle met dix enfants au monde), elle ferme sa porte au roi qui prend rapidement des maîtresses."