search

Pratiques et croyances religieuses des Grecs à l’époque classique : Ve-IVe siècle av. J.-C.

18,86 €

par Kevin Bouillot

Quantité

  Livraison 3€

En lettre suivie

Tout ce dont l’étudiant a besoin pour le sujet 2023 d’Histoire ancienne de la spécialité Histoire du concours de l’ENS Lyon et de la banque commune attachée.

Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :
- Repères : le contexte historique
- Thèmes : comprendre les enjeux du programme
- Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un personnage, une référence

Fiche technique

Référence
460837
ISBN
9782350308371
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
264
Reliure :
broché

INTRODUCTION
UNE APPROCHE CONCEPTUELLE
LA RELIGION, LES PRATIQUES
ET LES CROYANCES RELIGIEUSES DES GRECS :
DÉFINIR ET CONCEPTUALISER DES NOTIONS COMPLEXES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
LES GRECS ET LEUR MONDE À L’ÉPOQUE CLASSIQUE :
CONTEXTES ET CONTEXTUALISATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
PLAN ET ANNEXES : L’ORGANISATION DE L’OUVRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18


LES SOURCES : QUELLES DOCUMENTATIONS ?
LA LITTÉRATURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
Les auteurs archaïques et classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
• Les poètes archaïques : Homère et Hésiode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
• Les historiens : Hérodote et Thucydide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
• Le théâtre classique : tragédies et comédies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
• La rhétorique classique : discours et logographes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
• La philosophie classique : Platon, Aristote, etc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
Les auteurs postérieurs : époques hellénistique et romaine . . . . . . . . . . . 26
• Le pseudo-Apollodore et la littérature mythographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
• Strabon et la littérature géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
• Plutarque et autres auteurs inclassables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
• Pausanias, un auteur particulièrement précieux pour l’historien . . . . . . . . . . 29
LES REALIA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
L’épigraphie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
• Les inscriptions publiques :
décrets civiques, règlements religieux, etc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
• Les inscriptions privées : dédicaces et épitaphes* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
• Les inscriptions d’auto-illustration :
décrets honorifiques, liturgies, etc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
L’archéologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
• Archéologie du bâti : sanctuaires, temples et autels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
• Archéologie du rituel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
• Iconographie : vases et autres représentations figurées/reliefs
(entre scènes rituelles et scènes mythologiques) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
La numismatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

REPÈRES
UNE RELIGION DE RITES : COMMENT HONORER LES DIEUX ?
LA CENTRALITÉ DU RITE ET DE QUELQUES NOTIONS ASSOCIÉES :
PIÉTÉ (EUSÉBÉIA) ET “COMMERCE DES DIEUX” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
LE SACRIFICE :
L’OFFRANDE BRÛLÉE ET LE COEUR DES PRATIQUES GRECQUES . . . . . . . . . . . . . . 42
Le sacrifice sanglant de type alimentaire (thusia) :
“nourrir les dieux” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
Holocaustes, omophagie et sacrifices non sanglants :
d’autres façons de sacrifier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
LIBATIONS ET EX-VOTO :
D’AUTRES OFFRANDES INCONTOURNABLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
La libation (spondè) : des offrandes liquides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
L’ex-voto (ou anathêma) : des offrandes très diverses . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
PRIÈRES, VOEUX, MUSIQUES ET ODEURS :
S’ADRESSER AUX DIEUX ET AUX SENS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
La prière et ses variantes (voeux, serment, malédiction) :
s’adresser aux dieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
Chants, musique et odeurs :
réjouir les sens des dieux et des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50


UNE QUESTION DE LIEUX : OÙ RENCONTRER LES DIEUX ?
DES DIEUX OMNIPRÉSENTS :
IMMANENCE, ÉPIPHANIES ET INTERVENTIONS DIVINES… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Immanence (contre transcendance) :
la place des dieux dans le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
Épiphanies et intervention : l’action des dieux sur le monde . . . . . . . . . 55
MAIS DES LIEUX SPÉCIFIQUES AMÉNAGÉS POUR LES DIEUX :
LE SANCTUAIRE (HIÉRON OU TÉMÉNOS) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
Définition et délimitation de l’espace sacré :
bornes et interdits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
L’autel et la statue de culte :
le double coeur cultuel du sanctuaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
Le temple (naos) : la maison du dieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
D’autres constructions remarquables :
trésors, théâtres, stades, etc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
L’univers sensoriel du sanctuaire grec :
entendre, voir et sentir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
UN EXEMPLE DE SANCTUAIRE :
LE CAS DE L’ACROPOLE D’ATHÈNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
Une brève histoire du sanctuaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
Un parcours architectural et rituel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

DIEUX, DÉMONS ET HÉROS : QUELS INTERLOCUTEURS DIVINS ?
DU DIEU AU HÉROS : UNE TYPOLOGIE DES PUISSANCES DIVINES . . . . . . . . . . . 71
Les dieux : puissances immortelles et bienheureuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Les démons (daîmones) :
puissances indéterminées (et indéfinissables ?) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
Les héros : puissances locales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
LE(S) PANTHÉON(S) GREC(S) :
PENSER, QUALIFIER ET ORGANISER LE DIVIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
Du polythéisme aux panthéons :
construire et déconstruire une notion majeure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
L’épiclèse : qualifier les dieux et organiser leurs puissances . . . . . . . . . 81
Les divinités étrangères :
des panthéons sans cesse renouvelés et enrichis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
Un exemple de panthéon civique :
la cité d’Argos et ses dieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
SPÉCULER SUR LES DIEUX :
QUELQUES EXEMPLES ENTRE PHILOSOPHIES
ET COURANTS RELIGIEUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
L’orphisme : les hommes entre dieux et titans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
Le pythagorisme :
des dieux, une divinité suprême et des communautés . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
Platon et le platonisme : approcher la perfection du divin . . . . . . . . . . . . 91


MYTHES ET MYTHOLOGIES :
COMMENT FONDER LE DIVIN ET LES RITES ?
DU MYTHE À LA MYTHOLOGIE :
DÉFINIR ET ÉTUDIER LES CONSTRUCTIONS MYTHIQUES GRECQUES . . . . . . . . . 95
Approche, définition
et documentation du mythe grec (muthos) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
Des usages du mythe en Grèce ancienne :
étiologie, rituel, politique, etc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
Des mythes à la mythologie :
construction, interprétations et études d’une pensée mythique . . . . . 101
TROIS EXEMPLES DE MYTHES MAJEURS :
INTERPRÉTER LA MYTHOLOGIE GRECQUE ET SON UNIVERS MENTAL . . . . . . 105
Le mythe des cinq espèces humaines :
choisir ou rejeter l’hubris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
Partager un boeuf, et partager le monde :
fonder le sacrifice et l’ordre cosmique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
Dionysos :
dieu des transformations, des transgressions et du désordre . . . . . . . . 111

THÈMES
LA RELIGION CIVIQUE : LES DIEUX DE LA CITÉ
DÉFINITION ET ENJEUX DE LA POLIS RELIGION :
ENTRE PIÉTÉ ET POLITIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
Rendre un culte collectif aux dieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
Encadrer et financer la religion civique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
ACTEURS ET ÉCHELLES DE LA POLIS RELIGION :
LE PEUPLE, SES MAGISTRATS ET SES PRÊTRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Le peuple, ses magistrats et ses subdivisions
au coeur de la religion civique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Les prêtres et prêtresses, auxiliaires et techniciens des cultes . . . . . . 124
DEUX EXEMPLES DE FÊTES ET DE RELIGION CIVIQUES :
LES GRANDES PANATHÉNÉES ET LES THESMOPHORIES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
Les grandes Panathénées :
la grande fête civique athénienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
Les Thesmophories :
la fertilité et les femmes au coeur de la cité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
ATHÉISME, IMPIÉTÉ, TOLÉRANCE ET RÉPRESSION RELIGIEUSE :
UNE QUESTION DE POLITIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
De la tolérance religieuse et de la répression politique :
quelques exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
La question de l’athéisme :
attestations et limites d’une notion philosophique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133


RELIGION ET GRANDE POLITIQUE :
LES DIEUX ET LES CITÉS DES GRECS
DES DIEUX ET DES SANCTUAIRES EN COMMUN :
LA RELIGION COMME ÉLÉMENT DE L’UNITÉ GRECQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
Des dieux et des lieux reconnus par tous les Grecs :
le sanctuaire comme espace commun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
Trêves sacrées, panégyries, concours
et sanctuaires panhelléniques : des cultes communs . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
Un exemple de sanctuaire et de concours panhelléniques :
Olympie et ses jeux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
DE LA COMPÉTITION À LA GUERRE :
LA PIÉTÉ COMME MODALITÉ D’AFFRONTEMENTS ENTRE CITÉS . . . . . . . . . . . 141
Rivaliser de piété : des enjeux géopolitiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
Faire la guerre avec l’aide des dieux :
entre piété et diplomatie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
Un exemple de sanctuaire
au coeur des relations et conflits entre cités :
Delphes et son oracle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145

LA RELIGION PRIVÉE : LES DIEUX AU PLUS PRÈS DES INDIVIDUS
LA RELIGION DE CHACUN :
RELATIONS INDIVIDUELLES ET FAMILIALES AVEC LES DIEUX . . . . . . . . . . . . . . 149
Le foyer et ses dieux : la religion du quotidien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
Les grandes étapes de la vie : religion et rites de passage . . . . . . . . . . . 152
RELIGION ET STATUTS SOCIAUX :
DIEUX ET PRATIQUES DES GROUPES “MINORITAIRES” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
Les femmes et la question du genre :
l’exemple des Adonies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
Les esclaves et leur vie religieuse :
l’exemple des Cronia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
Les étrangers et leurs cultes : l’exemple de Sabazios . . . . . . . . . . . . . . . . 157
LES PRATIQUES MAGIQUES :
D’AUTRES FORMES DE RECOURS (PRIVÉS) AUX DIEUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
Défixions (katadesmoi), statuettes, philtres et amulettes :
des pratiques diverses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
Condamnations et marginalité (?) :
des pratiques déconsidérées mais répandues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
ENTRE CADRE PUBLIC ET PRATIQUES INDIVIDUELLES :
ASSOCIATIONS, SANCTUAIRES ET CULTES PARTICULIERS
LES ASSOCIATIONS CULTUELLES : UN AUTRE ÉCHELON RELIGIEUX . . . . . . . 164
Des noms et des formes diverses :
phratries, thiases, orgéons, etc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
Des rôles et des fonctionnements analogues :
cultes et sociabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
DIVINATION ET SANCTUAIRES ORACULAIRES :
LE CONSEIL DES DIEUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
Définition et importance de la divination :
des pratiques omniprésentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
Sanctuaires oraculaires, devins, chresmologoi :
les acteurs multiples de la divination grecque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
Un exemple de sanctuaire oraculaire :
le sanctuaire de Zeus à Dodone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
CULTES ET SANCTUAIRES THÉRAPEUTIQUES : RITES ET GUÉRISON . . . . . . . . 174
Des sanctuaires et des rites pour les malades : l’incubation . . . . . . . . 174
Un exemple de sanctuaire thérapeutique :
le sanctuaire d’Asclépios à Épidaure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
SANCTUAIRES ET CULTES À MYSTÈRES : RITES ET INITIATION . . . . . . . . . . . . . 179
Définition et description des cultes à mystères
à l’époque classique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
Un exemple de culte à mystères :
le sanctuaire et les mystères d’Éleusis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181

LES GRECS, LES DIEUX ET LA MORT :
PRATIQUES FUNÉRAIRES ET CROYANCES EN L’AU-DELÀ
DES RITES POUR LES MORTS :
PRATIQUES FUNÉRAIRES ET CULTE DES MORTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
Du décès à la mise en terre :
accompagner le mort et le séparer des vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
Après la mise en terre :
purifier les vivants et vouer un culte aux morts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
LE MONDE DES MORTS :
UN AU-DELÀ ENTRE CROYANCES ET SPÉCULATIONS PHILOSOPHIQUES . . . . 190
L’Hadès homérique : un même au-delà pour toutes les âmes . . . . . . . 190
Spéculations philosophiques,
évolution et différenciation de l’au-delà : l’exemple de Platon . . . . . 192
FANTÔMES, REVENANTS ET NÉCROMANCIE :
QUAND LES MORTS REVIENNENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
Fantômes et revenants : une croyance largement répandue . . . . . . . . . . 194
Nécromancie et communication avec les morts :
des pratiques réprouvées mais bien attestées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195


OUTILS


CARTES ET PLANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .200
DOCUMENTS ICONOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .213
DOCUMENTS COMPLÉMENTAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .219
LE COMMENTAIRE DE DOCUMENT : MÉTHODE ET EXEMPLE . . . . . . . . . . . . . .223
AUTEURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .237
GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .251
BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .258
INDEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .262

Kevin Bouillot est docteur en Histoire et anthropologie des religions (École Pratique des Hautes Études) et en histoire de l’Antiquité (université de Montréal). Il est également professeur agrégé d’Histoire et chargé de cours à l’université de Reims Champagne-Ardenne.

La tragédie classique – représentée notamment par les trois grands auteurs athéniens que furent successivement Eschyle, Sophocle et Euripide – traite principalement de thématiques mythiques, rejouant et réinterprétant sans cesse les grands mythes et mettant en scène des héros et hommes illustres aux prises avec leur destin. L’Orestie d’Eschyle, une trilogie tragique représentée pour la première fois en 458, rejoue ainsi trois séquences suivant la Guerre de Troie. Rentré victorieux à Argos dans l’Agamemnon, première des trois pièces, le roi grec éponyme y est assassiné par son épouse Clytemnestre, qui lui reproche d’avoir sacrifié leur fille Iphigénie pour obtenir des vents favorables à sa flotte. Oreste, fils d’Agamemnon et de Clytemnestre, venge son père dans la deuxième pièce (les Choéphores) en assassinant à son tour sa mère, avec l’aide de sa soeur Électre et sur ordre de l’oracle de Delphes. Enfin, la troisième pièce (les Euménides) s’ouvre sur la fuite d’Oreste, poursuivi par les Érinyes, des divinités vengeresses pourchassant les criminels, et qui le poussent jusqu’à Athènes, où les dieux eux-mêmes organisent le procès du matricide, en présence d’Athéna et Apollon. Oreste est finalement acquitté et les Érinyes se transforment en divinités bienveillantes (euménis) pour lui et pour Athènes. Ces pièces témoignent, à des degrés très divers, des croyances partagées par les Grecs, même si les tragiques jouaient à remanier ces mythes et à les actualiser en y projetant les interrogations de leur temps. Elles illustrent aussi directement certaines pratiques religieuses, comme dans le cas des Bacchantes d’Euripide, tragédie qui représente la naissance sanglante du culte de Dionysos, dans une cité de Thèbes entre mythe et histoire, et elles livrent ainsi de précieuses informations en la matière. Dans l’Ion, le même Euripide représente l’histoire d’un orphelin devenu esclave au sanctuaire oraculaire de Delphes dont le fonctionnement rituel est ainsi décrit de manière indirecte.