Lorca, Poeta en Nueva York
search
  • Lorca, Poeta en Nueva York

Lorca, Poeta en Nueva York

18,01 €

Nuria Rodríguez Lázaro et Gilles Del Vecchio

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

LA référence pour l’agrégation d’Espagnol

Fiche technique

Référence
460699
ISBN
9782350306995
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
384
Reliure :
broché

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

REPÈRES

Analyse de L’oeuvre : Poeta en Nueva York . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

APPROCHE CONTEXTUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
Les avant-gardes en Espagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
Contexte en Espagne et aux États-Unis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Federico García Lorca à New York . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

LE CORPUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
Les péripéties du manuscrit : de la genèse à la publication . . . . . . 54
La structure : trente-cinq poèmes et dix parties . . . . . . . . . . . . . . . 56
• Structure de Poeta en Nueva York : les jalons d’un journal de voyage . . 56
• Circonstances du voyage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
• Section I. “Poemas de la soledad en Columbia University” . . . . . . . . . . 57
• Section II. “Los negros” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
• Section III. “Calles y sueños” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
• Section IV. “Poemas del lago Eden Mills” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
• Section V. “En la cabaña del farmer (Campo de Newburg)” . . . . . . . . . . 63
• Section VI. “Introducción a la muerte.
(Poemas de la soledad en Vermont)” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
• Section VII. “Vuelta a la ciudad” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
• Section VIII. “Dos odas” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
• Section Ix. “huida de Nueva York (Dos valses hacia la civilización)” . . 68
• Section x. “El poeta llega a la habana” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
Une poésie déshumanisée ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Un changement drastique dans la poétique lorquienne ? . . . . . . . . 72
La voix poétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
La métrique et la rhétorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
• Principales notions de métrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
• Principales figures rhétoriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

PROBLÉMATIQUES

LA VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
Une morphologie urbaine oppressante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
Une foule qui anéantit l’individu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
Un système social déshumanisé et impitoyable . . . . . . . . . . . . . . 150
Un déterminisme social qui condamne à la marginalité . . . . . . . . 154

L’AMOUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
Un passé douloureux qu’il faut bannir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
Le non-dit, le masque, le dédoublement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .172
Des signes qui disent l’absence et la douleur :
solitude, vide, douleur physique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
L’avènement de la vérité ou l’aveu final . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
“Amantes asesinados por una perdiz” : un cas à part . . . . . . . . . . 217

LA MORT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
Une présence insidieuse qui s’infiltre
tout au long du texte poétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224
Une voix lyrique imprégnée d’images mortuaires . . . . . . . . . . . . 228
La mort : une habitante de la ville à part entière . . . . . . . . . . . . . . 231
Une fuite stérile et désespérée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233

LA RELIGION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249
Écrire sur Dieu en Espagne dans la première moitié du xxe siècle :
les exemples de Miguel hernández et de Dámaso Alonso . . . . . . 250
La religion dans l’oeuvre lorquienne antérieure à
Poeta en Nueva York . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257
Des signes religieux disséminés dans le recueil :
de l’absence de Dieu à la configuration d’une ville christique . . . 262
• Ciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262
• Anges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
• Le démon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268
• La résurrection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
• Personnages bibliques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270
• Signes christiques : croix, épines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272
La croix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273
Les épines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274
L’abandon des hommes par l’Église et l’avènement du Christ . . . 275
“Nacimiento de Cristo” :
un enfant du peuple voué à la souffrance et à la mort . . . . . . . . . 280

AUTRES MOTIFS RÉCURRENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291
La lune dans Poeta en Nueva York . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291
L’eau dans Poeta en Nueva York . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298
Le bestiaire de Poeta en Nueva York . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
En guise de conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317

OUTILS

Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331
LA DISSERTATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331
LA LEÇON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336
L’EXPLICATION DE TEXTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339
Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 347
EXTRAIT DU MANIFESTE DU SURRÉALISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 347
DESSINS ET PHOTOS : VERS UNE POÉSIE PLASTIQUE ? . . . . . . . . . . . . . 352
SCÉNARIO DE VIAJE A LA LUNA (1929) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 368

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 375

Nuria Rodríguez Lázaro est agrégée d'espagnol. Elle dirige actuellement le département d'Études ibériques et ibéro-américaines de l'université Bordeaux Montaigne.

Gilles Del Vecchio, agrégé d'espagnol, est professeur à l'université Jean Monnet (Saint-Étienne).

   Des signes qui disent l’absence et la douleur :
solitude, vide, douleur physique

   Notifiée dans le titre ou sous-titre de deux sections : I. “Poemas de la
soledad en Columbia University” et VI. “Introducción a la muerte
(Poemas de la soledad en Vermont)”, la solitude est un motif explicite et
implicite qui envahit aussi bien les poèmes de Poeta en Nueva York que
les lettres que le poète écrit à ses amis pendant son séjour américain.
En effet, bien qu’il soit entouré par des amis – Fernando de los Ríos,
Federico de Onís, Ángel del Río, Gabriel García Maroto, Leon Felipe,
Ángel Flores, parmi bien d’autres –, Lorca partage le sentiment de
solitude qu’il pressent dans la population new-yorkaise et se sent comme
écrasé par la masse qu’il voit circuler, cette foule qui l’impressionne tant
et qui paradoxalement rend plus criant l’abandon dans lequel est laissé,
seul, l’individu.
   La solitude est mentionnée explicitement très tôt dans le recueil,
dès les premiers vers de “Tu infancia en Mentón” (p. 170-171) où elle est
associée au masque et surtout à la différence – “de otro signo” – et se
rapporte de façon limpide au moi, dédoublé par le “tú” :

   Tu soledad esquiva en los hoteles
   y tu máscara pura de otro signo. (v. 3-4, p. 170)

   Dans d’autres textes la solitude, semble être la caractéristique presque
essentielle de tout un ensemble d’êtres inanimés, dans une sorte d’allégorie
ou du moins de métaphore qui en réalité ne fait qu’exprimer la
solitude du sujet qui semble découler à nouveau d’un problème d’identité.
Ainsi, dans “Danza de la muerte” (p. 193-196), le “mascarón” – ou figure
de proue –, personnifié, danse seul parce qu’il n’appartient à aucun des
deux mondes, ni à celui fait de sable ni à celui fait de soleil, et se trouve
comme la voix poétique, toujours dans un entre-deux :

   En la marchita soledad sin honda
   el abollado mascarón danzaba.
   Medio lado del mundo era de arena.
   Mercurio y sol dormido el otro medio. (v. 15-18, p. 193)

   La solitude de ce “mascarón”, dont la charge étymologique et paronymique
liée au masque n’échappe à personne, découle donc directement de
son sentiment de non-appartenance et de l’impossibilité d’intégrer
pleinement le monde, un monde où les autres éléments semblent avoir
trouvé de façon naturelle leur place.