Le crime organisé à la ville et à l'écran Agrandir

Le crime organisé à la ville et à l'écran

1929 - 1951

Plus de détails

463230

19,00 €

Clefs concours
S'adressant à tous les candidats aux concours, en particulier Agrégation et CAPES, Clefs concours offre une synthèse par sujets. Conçu comme un repère par rapport aux monographies et aux cours et comme un outil de révision, chaque ouvrage est articulé autour de fiches thématiques permettant de faire le point sur les acquis de la recherche.

Synthèse des travaux les plus récents, Clefs concours permet de s'orienter dans la bibliographie et de mettre en perspective l'évolution des savoirs.

Clefs concours Anglais - Civilisation
Tous les titres sont organisés autour d’une structure commune :
- des repères : un rappel du contexte historique et littéraire ;
- les grandes thématiques, indipensables à la compréhension des enjeux de la question ;
- des outils méthodologiques : chronologie, glossaire, bibliographie ;
- un système de circulation pratique entre les fiches et les références bibliographiques.


  • Hauteur : 17,8
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 256

Romain Huret est agrégé d'Histoire, spécialiste des États-Unis et critique de cinéma. Il enseigne à l'université d'Arras.

INTRODUCTION

HISTORIOGRAPHIE

REPÈRES

Le crime organisé dans les villes américaines
Le crime organisé à l'écran

THÉMATIQUES

Le gangster
Un monde violent
Les innocents
Les corrompus
Les incorruptibles

LIEUX ET FIGURES DU CRIME

Géographie du crime
Lieux mythiques
Figures de criminels et visages de la justice à la ville
Figures du crime à l'écran
Filmographie

CHRONOLOGIE

BIBLIOGRAPHIE

GLOSSAIRE

INDEX

"Dans les années vingt, deux frères, William et Samuel Seabury, entament une fervente croisade contre le développement de la criminalité aux États-Unis. Ces dexu juristes appartiennent à l'une des grandes familles protestantes du pays : leur aïeul n'est autre que Samuel Seabury, l'une des grandes figures ecclésiastiques de la jeune République américaine au XVIIIe siècle. Unis dans leur combat, ils s'attaquent à deux facettes de la criminalité organisée qui connaît un succès depuis la mise en place de la Prohibition en 1919. Ancien avocat de la profession cinématographique, William Seabury pourfend la représentation du crime à l'écran dont il juge l'influence néfaste et pernicieuse pour la jeunesse du pays. En 1926, son ouvrage, The Public and The Motion Picture Industry, souligne le développement et la prégnance de cette nouvelle industrie de la culture de masse [JOWETT, JARVIE et FULLER, 1996]. L'année suivante, il collabore à la création d'un comité de surveillance de la production cinématographique, le National Committee for the Study of Social Values in Motion Pictures. Son frère, Samuel Seabury, délaisse ce volet culturel pour s'attaquer à la réalité de la criminalité organisée dans le New York des lendemains de la Première Guerre mondiale. En 1930, il prend la tête de trois commissions d'enquête qui démontrent l'ampleur de la corruption qui sévit dans la métropole. Ces enquêtes conduisent à la démission de nombreuses personnalités politiques, judiciaires et policières dans la ville [BLOCK, 1983]."