Henry James, The Wings of the Dove Agrandir

Henry James, The Wings of the Dove

Richard Anker, Xavier Kalck et David Reckford

Plus de détails

460694

9782350306940

18,01 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

  • Howards End

    Howards End


    Dirigé par Elsa CavaliéContributions de...

  • La représentation

    La...


    Philippe Choulet 

  • Le parti libéral

    Le parti...


    1906 - 1924 Par Françoise Orazi et Philippe...

LA référence pour l’agrégation d’Anglais

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 228
  • Reliure : broché

AVANT-PROPOS .................................................9

REPÈRES

HENRY JAMES, THE STYLIST: THE WINGS OF THE DOVE AS THE WORK OF A WRITER ON THE CUSP OF THE MODERN LITERARY WORLD. ............................13

IN A DEMOCRATIC, AND INCREASINGLY POPULIST, AGE, THE WRITER, FOLLOWING THE PAINTERS, AND OTHERS CULTURAL FIGURES, BECOMES A STYLIST .......................................13

THE STORY ITSELF DOES NOT MATTER ..........................20

WAYS OF SIDE-STEPPING THE STORY ITSELF ...
THROUGH CHARACTERIZATION ................................23

BREAKING OUT OF STORY BY WAY OF THE LINGUISTIC TEXTURE ...
AND DISCURSIVE REGISTERS .................................27

WHAT CONSTITUTES AN EVENT” IN A WORK OF FICTION? ..........31

SO MUCH CAN OCCUR AT THE LEVEL OF THE SENTENCE ............35

LITERARY IMPRESSIONISM ..................................38

TYPES OF PLOT ..........................................43

THE ANTI-PLOTABOUT NOTHING AT ALL ........................45

THE NOVELLA, WASHINGTON SQUARE, AS A ROUGH DRAFT OF THE WINGS OF THE DOVE ................................47

PORTRAIT OF A WRITER SUBSUMED BY HIS WORK: HENRY JAMES . . . . 53

THE MASTER OF FICTION AS POET .............................53

ART AS LIFE .............................................58

PROFESSIONALISM ........................................62

CONCLUSION: THE AESTHETE ................................66

THÈMES

RÉCEPTION : UNE BRÈVE ESQUISSE HISTORIOGRAPHIQUE . . . . . . . . . . . 73

UN ROMAN VULGAIRE ? .....................................81

RICHESSE ET PAUVRETÉ UN PROSAÏSME DE HAUT EN BAS ..........82

DU CORPS À LA PAROLE UNE IMPOSSIBLE MISE À NU ..............85

RAFFINEMENTS ET EMBELLISSEMENTS INACHEVÉS .................87

SAVOIR ET CONNAISSANCE ...................................91

LES IRONIES DU SAVOIR INTÉRESSÉ ............................93

CORRUPTION ET AVEUGLEMENT ..............................96

DE LIGNORANCE AU SECRET LA CONNAISSANCE COMME EXPÉRIENCE ........................99

L’IMPATIENCE : UN TEMPS DE L’INACCOMPLI ....................103

DÉSIR ET SUJÉTION .......................................104

D’UNE ATTENTE IMPOSSIBLE À UNE ATTENTE COUPABLE . . . . . . . . . . . 107

LES REGRETS ...........................................109

LA CONSCIENCE, OBJET DU RÉCIT ET STRATÉGIE NARRATIVE . . . . . . . 111

FORMES DE LA CONSCIENCE ................................113

DU REFLET INTERSUBJECTIF À LA SENSATION SECRÈTE ............116

INTIMITÉ EXHIBÉE .......................................118

TABLEAUX ET VISIONS D’UN MONDE-SCÈNE .....................121

INTERPRÉTER SANS VOIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123

L’ART DU SPECTACLE .....................................125

VANITÉ DE LINSTINCT ESTHÉTIQUE ..........................127

L’IDÉAL .................................................131

DES IDÉALISMES SANS IDÉAUX ..............................134

AU SERVICE DE LIDÉE ....................................137

L’IDÉAL COMME VIBRATION ET COMME INTENSITÉ ...............140

PERSPECTIVES

THE DIFFICULTY OF THE WINGS OF THE DOVE ..................145

FREE INDIRECT DISCOURSE ................................145

FIGURAL LANGUAGE .....................................148

AESTHETICS ............................................152

MILLY’S AESTHETIC EDUCATION .............................157

THE BRÜNIG PASS .......................................160

LANCASTER GATE .......................................168

MATCHAM .............................................171

THE BRONZINO ENCOUNTER ................................174

THE PARERGON ..........................................185

MILLYDOUBLE ALLEGIANCE .............................185

KATES OTHERNESS ......................................189

SIR LUKES JUDGMENT ...................................196

DENSHERAWAKENING ...................................202

THE FATHERS CRY ......................................214

OUTILS

ABÉCÉDAIRE .............................................221

HENRY JAMESS THE WINGS OF THE DOVE BY THE ALPHABET . . . . . . . 221

BIBLIOGRAPHIE ..........................................225

Les auteurs

Richard Anker est maître de conférences à l'université Clermont Auvergne. Dans le présent volume il a rédigé la partie Perspectives.

Xavier Kalck est maître de conférences en Littérature américaine à Sorbonne Université. Dans le présent volume il a rédigé la partie Thèmes.

David Reckford est l'auteur d'une thèse sur les New York Poets et professeur d'anglais à l'École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Dans le présent volume il a rédigé la partie Repères ainsi que l'Abécédaire.

UN ROMAN VULGAIRE ?

Malgré les prétentions du roman à l’idéal ou au sublime, ainsi que le vol de la colombe le suggère, notamment au travers de la portée des références bibliques qui y sont attachées (Psaumes 55 : 6 et 68 : 13), le vulgaire tient une place non moins essentielle dans l’œuvre. Parler de l’importance de l’envers du décor serait même trompeur, car cela supposerait que la place allouée au vulgaire soit somme toute cachée, quand il s’agit au contraire d’un dualisme franc, largement assumé par la narration. On pourrait donc considérer cette notion pour elle-même, et non à la manière d’une toile de fond. Bien entendu, ainsi que la préface l’annonce avec force au sujet du récit qui vient, “the last thing in the world it proposed to itself was to be the record predominantly of a collapse” (4). Si l’on résume le vulgaire à tout ce qui est bas, il serait en effet plausible de lire The Wings of the Dove comme la tentative d’y échapper et très exactement de s’élever au-dessus ou au-delà de ces questions.

Pourtant, de même que la mort, à la façon d’un terrible refrain qui bégaie, vient ternir l’éclat initial du spectacle du Bronzino aux yeux de Milly (139), ou que les perles de cette dernière au faîte de sa gloire suggèrent et cette gloire et sa chute prochaine (306-307), le domaine de tout ce qui est vil ou médiocre, inférieur et infâme se révèle inséparable de la matrice romanesque. C’est que le vulgaire possède au moins une double acception, centrale, dans le texte de The Wings of the Dove : le terme désigne aussi bien le bas, le banal, l’ordinaire et l’inférieur, que ce qui s’énonce franchement, avec une brutalité qui confine à l’inconvenance. Autrement dit, il s’agit d’un mot qui dirige le regard à la fois vers le sens exact des faits qu’il nous permet soudain d’entrevoir sans fioritures, et qui nous en détourne aussitôt car ce serait ailleurs qu’il faudrait regarder, c’est-à-dire qu’il faudrait préférer regarder. À ce premier paradoxe s’ajoute rapidement un second, car le vulgaire désigne deux choses opposées à la fois : la pauvreté aussi bien que la richesse, autrement dit une matérialité duelle qu’il importe cependant d’habiller avec tact dans un cas comme dans l’autre. On songera bien entendu au fait que le vulgaire désigne également, en plus du commerce, celui du corps, qu’il s’agisse de sexualité, de santé, de maladie ou de mortalité, et donc tout ce que le prosaïque, notion bien vaste, pourrait recouvrir.