Un camp d'internement en plein Paris : les Tourelles Agrandir

Un camp d'internement en plein Paris : les Tourelles

1940-1945

Louis Poulhès

Plus de détails

460569

9782350305691

18,01 €

Le roman vrai d'un camp. Qui coupçonne que la "piscine", le siège de la DGSE mis à l'écran par le Burau des Légendes, fut un camp d'internement au même titre que Drancy mais en plein Paris ?

Pour qu'il ne soit pas une "zone de vide et d'oubli", des récits à transmettre.

  • Hauteur : 21 cm
  • Largeur : 15 cm
  • Nombre de pages : 312
  • Couleur : noir et blanc
  • Reliure : broché

SOMMAIRE

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9

DES DÉBUTS À AOÛT 1942 : DES INTERNÉS DIVERS,

UNE COMPOSANTE JUIVE CROISSANTE

LES DÉBUTS D’UN CAMP : 1940 ET 1941 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17

Une caserne dans Paris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17

Un centre d’hébergement pour réfugiés étrangers . . . . . . . . . . . . . . . . .20

L’internement administratif : un instrument d’exclusion . . . . . . . . . . .24

La IIIe République et l’invention de l’internement : les étrangers . . . . . . . . . . .25

La IIIe République et l’invention de l’internement :

communistes et repris de justice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26

Vichy et le renouveau de l’internement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28

L’ouverture du camp d’internement des Tourelles . . . . . . . . . . . . . . . . .30

Les étrangers indésirables à la fin de 1940 et au début de 1941 . . . . . . . . . . . .31

L’aggravation des persécutions antisémites au printemps et à l’été 1941 . . . . .33

Les “indésirables” non-juifs et leur devenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39

LA DIVERSIFICATION DES INTERNÉS 1940-1941 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47

L’internement des communistes : 1940-1941 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47

Les Tourelles et l’internement des communistes de la Seine

lors de la première année d’occupation : un rôle marginal . . . . . . . . . . . . . . . .47

Juillet 1941 : la création d’une section pour les communistes aux Tourelles . .51

Un camp pour les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58

Un internement tardif des femmes françaises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58

La création d’une nouvelle section pour les femmes aux Tourelles . . . . . . . . .60

L’ANNÉE TERRIBLE : 1942 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65

Un camp pour les femmes juives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65

La part décroissante des internés juifs parmi les hommes “indésirables” . . . .65

Le départ des hommes “indésirables” non-juifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69

L’aggravation des mesures antisémites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70

Les “Amies des Juifs” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .73

Les femmes juives : une croissance brutale des entrées . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76

Les femmes communistes françaises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80

L’internement des communistes hommes : un fort ralentissement . . . . . . . . .96

La vie aux Tourelles au début de 1942 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100

Les Tourelles, antichambre des camps de la mort . . . . . . . . . . . . . . . .105

Les débuts de la déportation, entre représailles et persécution . . . . . . . . . . . .105

Les Tourelles et les débuts de la déportation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107

La déportation des femmes juives du 22 juin 1942 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112

Le convoi du 19 juillet 1942 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126

Le convoi du 27 juillet 1942 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130

Les préparatifs de la réduction du camp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .132

Tourelles-10e:Tourelles-7 version 3 4/03/19 18:30 Page 7

D’AOÛT 1942 À LA LIBÉRATION : LE RENOUVELLEMENT DES INTERNÉS

UN CAMP RÉAMÉNAGÉ,

DE NOUVEAUX INTERNÉS : FIN 1942-1943 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

Le réaménagement du camp et la fin de 1942 . . . . . . . . . . . . . . . . . . .143

La réorganisation des lieux : deux institutions, une prison et un camp . . . . .143

La fin de l’année 1942 : vue d’ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .148

La grande rafle des communistes de la Seine : 24 septembre 1942 . . . . . . . .151

L’année 1943 : une nouvelle catégorie d’internés . . . . . . . . . . . . . . . . .157

Un nouveau directeur au camp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .157

Les indésirables en 1943 :

réfractaires et déserteurs du STO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159

Les internés communistes hommes en 1943 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164

Les femmes internées en 1943 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .166

La situation sanitaire en 1943 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167

Quelques évasions en 1943 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .171

L’ANNÉE 1944 : LA FIN DU CAMP VICHYSTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .185

Jean Genet aux Tourelles et les débuts de 1944 . . . . . . . . . . . . . . . . . .185

L’internement de Jean Genet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .185

Genet et ses amis : l’entourage de Jean Cocteau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187

Janvier 1944 : la faim et la crainte du transfert dans un camp de province . .189

Février 1944 : l’espoir d’une sortie pour raisons médicales . . . . . . . . . . . . . . .195

Mars 1944 : la libération de Genet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .200

Les internés-otages (avril-mai 1944) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .202

Des internés parents de personnalités d’Alger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .203

Alger, “le châtiment des traîtres” et Vichy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .213

La vie quotidienne des internés otages aux Tourelles,

d’après leurs témoignages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219

L’ANNÉE 1944 : VERS LA LIBÉRATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227

Entrées et de sorties en 1944 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .227

Le camp milicien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .231

La libération du camp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .237

VUE D’ENSEMBLE SUR LE CAMP VICHYSTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249

ÉPILOGUE - LE CAMP APRÈS SA LIBÉRATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .253

ANNEXE : LES INTERNÉS LIBÉRÉS LE 17 AOÛT 1944 . . . . . . . . . . . . . . . .255

NOTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .263

Louis Poulhès est agrégé et docteur en Histoire et ancien élève de l’ENA.

 

DES DÉBUTS À AOÛT 1942 : DES INTERNÉS DIVERS, UNE COMPOSANTE JUIVE CROISSANTE (p17)

A mesure de l'aggravation des persécutions antisémites à partir du printemps 1942, le camp se fait peu à peu une spécialité de l'internement des femmes juives, tout en continuant de recevoir encore tous types d'internés. Il est vidé le 13 août 1942 de la totalité des internés juifs alors majoritaire, hommes et femmes tous transférés à Drancy, et d'une quarantaine de femmes communistes transférées au camp d'Aincourt en Seine-et-Oise. Le camp d'internement est désormais réduit à un seul bâtiment, le deuxième bâtiment jusqu'alors utilisé pour l'internement des hommes étant cinfié à l'administration pénitentiaire qui l'utilise comme une prison annexe.

Article dans l'Humanité écrit par Alain Raynal, le 23 mai 2019 : "L'historien Louis Poulhès poursuit un travail spécifique de recherche sur un lieu parisien et une période noire méconnus du grand public. Avec la publication de l'ouvrage Un camp d'internement en plein Paris : les Tourelles, on apprend que sur le site même de "la piscine", porte des Lilas, où siège avec la DGSE le contre-espionnage français, 8 000 personnes ont été internées entre Octobre 1940 et août 1944. Des hommes, des femmes, étrangers ou français "indésirables", réfugiés, communistes et politiques, juifs, réfractaires au STO... L'auteur a dépouillé et analysé scrupuleusement pendant plus d'une année les notes, rapports et documents de la préfecture de police et des Archives nationales. Il retrace période après période les différentes étapes d'internement et les outils juridiques mis au service de la répression."

Article dans La Presse nouvelle - magazine progressiste juif : "Les Tourelles, aujourd'hui siège de la DGSI, la fameuse "piscine", fut le seul camp de Paris intra-muros. Des milliers de juives, de communistes, de résistantes ou de personnes classées "indésirables" par Vichy y furent incarcérées, souvent avant d'être fusillées ou déportées. Louis Poulhès ressuscite les noms, les visages parfis, de nombre d'entre elles. L'ouvrage, très documenté, révèle un pan de l'histoire de l'Occupation jusqu'ici méconnu."

Article dans Mediace, n° 88, par Sylvain Boulouque : "[...]Une restitution passionnante et exigeante. L'ouvrage est agrémenté de dizaines de photographies qui aident à mieux comprendre cette page sombre de l'histoire."