search

L'humain et ses limites

18,86 €

par Jean-Baptiste Nanta, Jean-Philippe Pierron, Claude Birman et Ali Benmakhlouf

Quantité

  Livraison 3€

En lettre suivie

Tout ce dont le candidat a besoin pour le sujet 2023 de l'épreuve de dissertation de l'agrégation externe de Philosophie.

Comme tous les Clefs-concours Philosophie, l'ouvrage est structuré autour des notions et thèmes qui composent le sujet.

Fiche technique

Référence
460851
ISBN
9782350308517
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
172
Reliure :
broché

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
LA MERVEILLE ET LE TERRIBLE :
REPENSER L’HUMAIN, CET ÉTRANGE ANIMAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19
DE L’HOMME À L’HUMAIN : QUELS MOTS POUR LE DIRE ? . . . . . . . . . . . . . . . . .22
L’ÉNIGME DE L’HUMAIN : ENTRE PROBLÈME ET MYSTÈRE ? . . . . . . . . . . . . . . . .27
QUEL EST L’ANTHROPOS DE L’ANTHROPOCÈNE ?
UN CONFLIT DES INTERPRÉTATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
L’HUMANITÉ EN CHANTIER : LE CONCRET, L’ABSTRAIT, LE “MYSTIQUE” . .43
NON PAS MOINS PENSER L’HUMAIN, MAIS LE PENSER MIEUX :
ÉTHIQUE, ÉPISTÉMOLOGIE ET ONTOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61
L’ESPÈCE HUMAINE OU L’HUMAIN INCERTAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75
LE MONDE TECHNIQUE : RE-DÉLIMITER L’HUMAIN ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77
DE QUOI L’ORGANE EST-IL L’ORGANE ?
L’HUMAIN, ENTRE VIE ORGANIQUE ET VIE TECHNIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82
De l’organique au technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84
Le sujet de la technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90
L’INDIVIDUATION ET SES LIMITES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99
Agencement et fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101
L’humain et la machine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109
LA FIN TECHNIQUE DE L’HUMAIN ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115
Technique et déontologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .116
L’impossible délimitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123
POUR CONCLURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130
OUTILS
L’HUMAIN ET L’INHUMAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137
ANNEXE
LIMITER L’INHUMAIN : LIRE MONTAIGNE AUJOURD’HUI . . . . . . . . . . . . . . . . .145
DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE À L’EXERCICE DE LA CRUAUTÉ . . . . . . . . . .147
LES HOMMES : MOITIÉ LES UNS DES AUTRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .148
LES EFFETS INHUMAINS DE LA LÂCHETÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150
LA DILATATION DE L’ENNEMI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153
NATIONALISER L’INHUMAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153
LE DROIT DIT L’ÉCHELLE ET LA PROPORTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155
HÉGÉMONIE, DÉMESURE, CRUAUTÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .157
INSTINCT À L’INHUMANITÉ ET DEVOIR GÉNÉRAL D’HUMANITÉ . . . . . . . . . . .160
BIBLIOGRAPHIE

Jean-Baptiste Nanta est agrégé de philosophie. Il enseigne à Paris en classes de terminales, en classes préparatoires et dans le parcours pour les Sportifs de Haut Niveau à l’Institut d’Études politiques. Il est également directeur de collection aux éditions Atlande. Dans le présent ouvrage, qu’il a dirigé, il a rédigé l’Introduction et le chapitre “Le monde technique : re-délimiter l’humain ?”.
Philosophe, Jean-Philippe Pierron enseigne au département de philosophie de l’Université de Bourgogne à Dijon. Il y est responsable du master “Humanités médicales et environnementales”. Il est le directeur de la chaire Valeurs du soin et membre du conseil scientifique
du Campus de la transition (Forges). Il travaille en particulier à la dimension poétique de l’action humaine, dont l’écologie. Il a notamment publié Écologie politique de l’eau. Rationalités, usages et imaginaires (avec la collaboration de Claire Harpet, Hermann, 2017), Prendre soin de la nature et des humains. Médecine, travail et écologie (Les Belles Lettres, 2019) et Humains, animaux, nature. Quelle éthique des vertus pour le monde qui vient ? (avec Gérald Hess, et Corine Pelluchon, Hermann, 2020). Dans son dernier ouvrage, Je est un nous (Actes Sud, 2021), Jean- Philippe Pierron explore ce qu’il nomme écobiographie, à savoir notre lien intime à la nature. Dans le présent ouvrage, il a rédigé le chapitre “La merveille et le terrible : repenser l’humain, cet étrange animal”.

Philosophe, Jean-Philippe Pierron enseigne au département de philosophie de l’Université de Bourgogne à Dijon. Il y est responsable du master “Humanités médicales et environnementales”. Il est le directeur de la chaire Valeurs du soin et membre du conseil scientifique du Campus de la transition (Forges). Il travaille en particulier à la dimension poétique de l’action humaine, dont l’écologie. Il a notamment publié Écologie politique de l’eau. Rationalités, usages et imaginaires (avec la collaboration de Claire Harpet, Hermann, 2017), Prendre soin de la nature et des humains. Médecine, travail et
écologie (Les Belles Lettres, 2019) et Humains, animaux, nature. Quelle éthique des vertus pour le monde qui vient ? (avec Gérald Hess, et Corine Pelluchon, Hermann, 2020). Dans son dernier ouvrage, Je est un nous (Actes Sud, 2021), Jean-Philippe Pierron explore ce qu’il nomme écobiographie, à savoir notre lien intime à la
nature. Dans le présent ouvrage, il a rédigé le chapitre “La merveille et le terrible : repenser l’humain, cet étrange animal”.
Claude Birman est ancien élève à l’ENS de la rue d’Ulm et agrégé de l’Université. Il a été professeur de Chaire supérieure de philosophie en classes préparatoires littéraires ; responsable de formation des professeurs de philosophie de l’académie de Paris ; chercheur associé à
l’Institut national de recherche pédagogique ; directeur de programme, sur le thème Bible et Philosophie au Collège international de philosophie ; membre du Centre national des lettres du ministère de la Culture ; maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris ;
professeur d’Études bibliques à l’Alliance israélite universelle. Il est actuellement professeur à l’Université populaire du judaïsme, intervenant en ligne du site internet de culture juive Akadem; et professeur associé d’éthique et de pensée politique à l’Université Paris-Saclay,
pour l’Espace Éthique de l’assistance publique. Il est coauteur du livre Caïn et Abel (Grasset, 1980). Dans le présent ouvrage, il a rédigé l’outil “L’humain et l’inhumain”.
Ali Benmakhlouf est professeur émérite de l’université de Paris-Est Créteil, membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Il est actuellement professeur à l’université Mohammed VI polytechnique, au Maroc. Ses travaux portent sur les logiciens G. Frege et B. Russell,
sur les philosophes arabes Al Farabi et Averroès. Plus récemment, ses intérêts de recherche se sont élargis à la philosophie de Montaigne et à l’éthique médicale. Il est membre de l’Académie nationale de pharmacie, après avoir été membre et vice-président du Comité consultatif
national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé. Dans le présent ouvrage, il a rédigé l’annexe “Limiter l’inhumain : lire Montaigne aujourd’hui”.

On se plaît à présenter comme inaugurale pour l’interrogation philosophique une question située entre énigme et mystère. Nous voudrions nous demander si elle est encore la nôtre. Du moins, si elle se pose, pour nous humains du XXIe siècle, malmenés par une transition socio -
écologique massive, dans les mêmes termes. Cette interrogation est la suivante : “qu’est-ce que l’homme ?” Une telle formulation, dans sa majesté et son ampleur, ne doutait pas de sa portée universelle et non contextuelle. Elle portait le souci de dire, de l’humanité, la grandeur et, sinon l’exception, au moins la différence, dans l’esprit émancipateur des Lumières. L’homme est un être qui s’illimite. Dire l’homme exige de raconter une épopée.