Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
search
  • Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac

18,01 €

Par Clémence Caritté et Joël July.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Traitant de l’œuvre du siècle romantique au programme des agrégations externes et internes de Lettres classiques et de Lettres modernes, l’ouvrage propose tous les éléments nécessaires à la réussite du candidat.

Comme tous les clefs-concours de Lettres modernes, l’ouvrage est structuré en quatre parties :

-Repères : le contexte historique et littéraire; -Problématiques : comprendre les enjeux de l'œuvre; -Le travail du texte : questions de langue, de stylistique et de grammaire; -Outils : pour retrouver rapidement une définition ou une référence.

Fiche technique

Référence
460756
ISBN
9782350307565
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
300
Reliure :
broché

SOMMAIRE
INTRODUCTION
REPÈRES
EDMOND ROSTAND, INCONNU OU MÉCONNU ?
Être un auteur ou rien
Le Douteur magnifique
Le “miracle” Cyrano
À LA TABLE DU POÈTE
L’inspirateur
La douce marraine bonne fée penchée sur le berceau littéraire
L’interprète
LE DERNIER DES ROMANTIQUES ?
Cyrano de Bergerac, comédie héroïque en cinq actes en vers
Une œuvre inclassable
Un coup de cothurne dans les planches pourries
du théâtre fin de siècle
FEU LE CHEF-DŒUVRE DU PROPHÈTE
Le poète maudit
Le divorce entre public et critique
Cyrano éternel
PROBLÉMATIQUES
DE CAPE ET DE PIQUES :
QUAND LE XIXe SIÈCLE CROISE LE FER AVEC LE XVIIe SIÈCLE
HISTOIRE ET HISTORICITÉ
Le siècle Louis XIII, siècle de cape et d’épée
Une pièce documentée
ÉLÉMENTS SPECTACULAIRES
Décors
Paysage humain
Accessoires
• La cape
 • L’épée
LE HÉROS
Le courageux aventurier qui ne s’arrête jamais
Le Gascon
Le mousquetaire
• Athos : montagne ou Tranche-Montagne ?
• Aramis, cadet de Gascogne “par intérim”
• D’Artagnan, miroir de Cyrano
UNE PIÈCE DU DEUX
DUELS ET DUOS
Labilité des duels
“Les mains dans les mains, restons face à face”
MIROIR, MON BEAU MIROIR, DIS-MOI QUI EST LE PLUS BEAU
Pile ou face : reflets inversés et déformés
Images-repoussoirs
“JE EST UN AUTRE
Double-je(u)
“Le Chevalier double”
UN DRAME OBSCUR
“MÉLANCOLIQUE, VOUS ?” (V, 5, V. 2409)
L’atrabilaire amoureux
La “maladie du bleu” [MONTANDON, 2011, p. 106]
La souffrance comme point d’ancrage
UNE AMBIGUÏTÉ GÉNÉRIQUE PRODUCTRICE DOBSCURITÉ
La comédie héroïque ou le héros bloqué
La “tragédie du nez” [ELNÉCAVÉ, 1999, p. 203]
PESSIMISME FIN DE SIÈCLE
Miroirs et doubles
Pied de nez au névrotique fin de siècle
De l’autre côté du miroir
L’IDÉAL SERAIT QUADVIENNE LE RÊVE
L’IDÉALISTE
L’âme-étalon
Le goût du chevaleresque
Le donquichottisme
LE PANACHE
Gaieté et grâce
Énergie et enthousiasme
Foi dans le combat
UNE PIÈCE DANS LE SILLAGE DE LIDÉALISME FIN DE SIÈCLE
La quête d’absolu
La place du symbole
Un théâtre de poète
LE TRAVAIL DU TEXTE
À PROPOS DES ÉPREUVES :
PRESENTATION, CONSIGNES ET CONSEILS
ACTE I, SCÈNE 2, VERS 87 À 118
LEXIQUE
Nasigère
Hétéroclite
• De la lexicologie à la stylistique
Panache
• Extrait comparatif : Acte I, scène 4, vers 366 à 383
• De la lexicologie à l’explication de texte
SYNTAXE
La comparaison et le degré
Les superlatifs
Les comparatifs
• La corrélation dans les inégalités  
• Graduer le comparatif  
• Les comparatifs d’égalité
Les comparaisons similatives
• En amont de la subordonnée comparative similative
• En aval de la subordonnée comparative similative
Deux derniers cas du corpus
STYLISTIQUE
Construction et effets d’attente
• Une scène où la conversation naturelle oriente le spectateur
vers le centre d’intérêt de l’acte
• La versification au service du naturel de la conversation
• L’enjeu prospectif de la scène
Portrait in absentia : un éloge teinté d’ironie
• Un portrait en écho
• De l’in absentia à la confusion
• Éloge ou satire ?
Le comique
• Comique de situation
• Comique de caractère
• Comique de mot
• Comique de geste
ACTE II, SCÈNE 10, VERS 1113 À 1147
LEXIQUE
Désillusionner
• Morphologie lexicale : un mot construit
• Sémantique : un mot polysémique  
• Versification : un mot codé
• Vers l’interprétation littéraire
Bontés
SYNTAXE
Les emplois du subjonctif
• Morphologie
• Des tiroirs paradoxaux
• Subjonctif dans la principale et conditionnel passé 2e forme
• Subjonctif en subordonnée objet
• Subjonctif en subordonnée circonstancielle
• Subjonctif en subordonnée relative déterminative
• Subjonctif en incidente
STYLISTIQUE
Versification
En guise d’introduction
• La mise en place d’une complicité
• Persuader de l’inacceptable
• Une scène doublement méta-dramatique
POUR CONCLURE SUR CETTE SCÈNE
ACTE III, SCÈNE 7, VERS 1456 À 1481
LEXIQUE
Tremblement
Bonheur
• Vers la stylistique
SYNTAXE
Faire toutes remarques utiles :
“Cette ivresse, c’est moi, moi, qui l’ai su causer !” (v. 1480)
STYLISTIQUE
LE DÉSORDRE DU DISCOURS
OU LEXPRESSION DUNE SINCÉRITÉ FIÉVREUSE
Versification
Énallage de personne
Répétitions et insistances
L’hyperbole, figure dominante du texte
• Exclamations, phrases courtes
• Mots intensifs
• Au point de quasiment se trahir
Une pragmatique efficace :
la pédagogie du don de soi amoureux
• Questions rhétoriques
• Certification du discours
• Propagation verticale de la déclaration
ÉPIGRAPHE
BIBLIOGRAPHIE

Clémence Caritté est professeure agrégée de Lettres modernes certifiée Théâtre, docteure en Littératures françaises et membre associée du CELLF (Centre d’étude de la langue et des littératures françaises). Elle enseigne actuellement en lycée général. Spécialiste du théâtre fin de siècle et d’Edmond Rostand, elle est l’auteure de la première thèse en France sur Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, intitulée Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, une pièce “mythique” au cœur de l’atmosphère fin de siècle (1262 p.), et contribue à une meilleure connaissance de l’œuvre ainsi que du dramaturge grâce à de nombreuses publications et interventions. Ses domaines de recherche, qui croisent les perspectives littéraire, histo- rique et sociologique, concernent les liens entre littérature, société et politique, la paralittérature mais aussi les arts dits mineurs.

Joël July est maître de conférences en stylistique et langue françaises à la faculté d’Aix-en-Provence (Aix-Marseille Université). En 2002, il a soutenu une thèse en linguistique sur les chansons de Barbara et leur versi- fication (Les Mots de Barbara, P.U.P., 2004) et a dirigé les rééditions de L’Intégrale (L’Archipel, oct. 2012, nov. 2017). Il est aussi l’auteur d’un essai chez L’Harmattan en 2007, Esthétique de la chanson française contemporaine, qui cherche à en circonscrire les effets popularistes (prosaïsme, énonciation). Il participe à la plupart des ouvrages universitaires qui s’interrogent sur ce genre. Stylisticien, il est cofondateur de l’AIS (Association internationale de stylistique) et publie en 2020 Poétique des énoncés inconvenants et paradoxaux (PUP, “Textuelles”), actes issus du colloque de 2018. En plus de ces recherches de spécialité, il travaille donc sur la prose contemporaine et a publié plusieurs articles sur Marguerite Duras notamment. Il a participé en 2012 au volume “Clefs concours” Gide, Les Faux-Monnayeurs, en collaboration avec Aliocha Wald Lasowski.

"L’inspirateur

Il faut tout d’abord se remettre en mémoire le fait que Rostand ne tire pas son sujet de nulle part mais bien de l’Histoire, et plus exactement de la vie et de la carrière de Savinien Cyrano Hercule de Bergerac (1619- 1655), libertin intellectuel du XVIIe siècle, auteur de vers – Le Ministre d’État flambé (1649) –, de pièces de théâtre – Le Pédant joué et La Mort d’Agrippine (1654) – de l’Histoire comique des États et Empires de la Lune et du Soleil (1657), une utopie scientifique tout autant qu’une fable philosophique, de pamphlets – les Mazarinades (1649) –, de lettres satiriques et amoureuses et des Entretiens pointus (1662). Mais Savinien n’était pas qu’un auteur, il était aussi soldat et sans doute le plus brave de tous puisque surnommé par son meilleur ami Le Bret le “démon de la bravoure” [CALVIÉ, 2004, p. 53]. Il comptait en effet autant d’assauts que de jours passés au sein de son régiment, car sa réputation et son courage le faisaient préférer à tout autre comme second. Le Bret mentionne notamment le combat de la porte de Nesle dont il souligne l’aspect surhumain – cent personnes attroupées, sept blessées, deux tuées, des gens de qualité étant présents pour témoigner de la véracité du fait – ainsi que les sièges de Mouzon et d’Arras lors desquels Savinien se trouve grièvement blessé.

Mais Rostand part d’un matériau qui a déjà été maintes et maintes fois travaillé par des écrivains avant lui. Son point de départ n’est donc pas une biographie mais bel et bien une légende. Celle-ci n’a cessé de croître depuis le XVIIe siècle pour être revivifiée, précisément au moment où le dramaturge crée son Cyrano de Bergerac. Laurent Calvié, dans son ouvrage Cyrano de Bergerac dans tous ses états [ibid.], a établi les nombreuses sources auxquelles est venue s’abreuver la légende. Citons- en quelques exemples, dans l’ordre chronologique: Combat de Cyrano de Bergerac avec le singe de Brioché de Charles Dassoucy vers 1655, préface à l’Histoire comique de Monsieur de Cyrano Bergerac par Henri Le Bret en 1687, Menagiana de Gilles Ménage en 1693, Anecdotes litté- raires de l’Abbé Raynal en 1750, Bibliographie des fous de Charles Nodier en 1835, Bonaventure Desperiers et Cyrano de Bergerac du même auteur en 1841, Les Grotesques de Théophile Gautier en 1853, “Notice historique sur Cyrano de Bergerac” par Paul Lacroix en 1858, etc."