search

Vikings et Normands : du milieu du IXe siècle à 1066

18,86 €

Sous la direction d'Arnaud Lestremau et Marie-Luce Septsault

Quantité

  Livraison en lettre suivie

3€ en France métropolitaine et à l'international, 8€ dans les DOM-TOM

Tout ce dont l’étudiant a besoin pour le sujet 2023 d’Histoire médiévale de la spécialité Histoire du concours de l’ENS Lyon et de la banque commune attachée.

Comme tous les Clefs-concours, l’ouvrage est structuré en trois parties :
- Repères : le contexte historique
- Thèmes : comprendre les enjeux du programme
- Outils : pour retrouver rapidement une définition, une date, un personnage, une référence

Fiche technique

Référence
460838
ISBN
9782350308388
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
334
Reliure :
broché

INTRODUCTION
LA QUESTION ET SON INTÉRÊT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Les errances du mythe viking . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
• La terreur viking et la figure du barbare . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
• Le Viking à Épinal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
• Le Viking idéalisé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Une histoire en mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
• Une historiographie renouvelée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
• Une approche du métier d’historien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
LE PROGRAMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Les bornes chronologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
• Les débuts de l’âge viking . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
• Le milieu du IXe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
• Finir en 1066 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
Les termes du sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
• Le sens du mot Viking . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
• Du Viking au viking . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
• Qu’est-ce qu’un Normand ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
L’HISTORIOGRAPHIE ET SES DÉBATS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
Le paradigme ethniciste : invasion, violence, influence . . . . . . . . . . 28
• Des nations en guerre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
• La destruction de l’Église . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
• Une influence culturelle multiforme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
• La menace d’une multitude barbare . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Le changement de paradigme des années 1970 . . . . . . . . . . . . . . . . 31
• Peter Sawyer et la destruction de l’ancien paradigme . . . . . . . . . . . . . . . 31
• La déconstruction des sources et la thèse du gentil viking . . . . . . . . . . . . 32
L’émergence d’un nouveau paradigme dans les années 2000 . . . . . 33
• L’accommodation politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
• Des sociétés multiculturelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
DES SOURCES EN BIAIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Sources écrites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
• Les problèmes qu’elles posent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
• Les sources écrites utiles dans le cadre des limites du programme . . . . . 38
• Des sources centrées sur les Scandinaves ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
Les sources matérielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
• Les sources épigraphiques et iconographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
• Les ressources de l’archéologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
CCH Vikings2 index.qxp.qxp.qxp_maq cc 24/10/2022 13:07 Page 7
REPÈRES
L’EUROPE CAROLINGIENNE ET SES MUTATIONS
L’HÉRITAGE CAROLINGIEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
La place de l’Église et de la culture lettrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
Un gouvernement par l’écrit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
Un pouvoir royal centralisé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
L’association des aristocrates . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
Un Empire prospère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
La “Renaissance carolingienne” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
LA FIN DE L’EMPIRE CAROLINGIEN: CHRONIQUE D’UNE MORT ANNONCÉE ? . . 61
Les divisions successives au sein de l’Empire . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
Le déclin de la dignité impériale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
EN GAULE : LE ROYAUME DES FRANCS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Le déclin des Carolingiens et la montée des Robertiens . . . . . . . . . 63
L’affirmation des principautés territoriales et la féodalité . . . . . . . . 65
Le pouvoir royal face aux incursions vikings . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
EN GERMANIE : LA RÉCUPÉRATION DE L’HÉRITAGE IMPÉRIAL . . . . . . . . . 72
L’extinction des Carolingiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
La reconstruction ottonienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Le maintien d’une forte autorité impériale
sous les successeurs d’Otton le Grand . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
Une nouvelle dynastie et la fragilisation de l’Empire . . . . . . . . . . . 74
La frontière nordique et le monde scandinave . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
L’ANGLETERRE ANGLO-SAXONNE ET LES ÎLES BRITANNIQUES
LA FIN DE L’HEPTARCHIE ET LA MONTÉE EN PUISSANCE DU WESSEX . . . 79
Migration et conversion des Anglo-Saxons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
L’essor du royaume de Wessex . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
Le retour des vikings . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
LE RÈGNE D’ALFRED LE GRAND (871-899) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
Repousser les vikings . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
Aux racines de la monarchie anglaise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
La renaissance alfrédienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
LE Xe SIÈCLE :
RENFORCEMENT ET AFFIRMATION DE LA MONARCHIE ANGLAISE . . . . . . . 84
La succession d’Alfred . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
La conquête du Nord et de l’Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
Le rêve impérial anglais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
La réforme de l’Église . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
CCH Vikings2 index.qxp.qxp.qxp_maq cc 24/10/2022 13:07 Page 8
LE RETOUR DES VIKINGS AUTOUR DE L’AN MIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
Une transition difficile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
Les opérations royales danoises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
Le règne de Cnut (1016-1035) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
L’héritage difficile de Cnut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
LE XIe SIÈCLE : LA CROISSANCE DE L’INFLUENCE NORMANDE . . . . . . . . . 92
L’alliance normande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
Le difficile règne d’Edward le Confesseur (1042-1066) . . . . . . . . . 93
LES MARGES CELTOPHONES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
L’Irlande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Le pays de Galles et la Cornouailles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
L’Écosse, les Hébrides et les Orcades . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
AUX ORIGINES DU PHÉNOMÈNE VIKING
DES CONDITIONS NATURELLES DIFFICILES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
Une économie pauvre et agraire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
L’omniprésence de la mer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
Une lente croissance démographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
L’HONNEUR ET LA COMPÉTITION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
Une société hiérarchisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
L’essor du pouvoir royal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
Des sociétés ouvertes en tension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
LES MOYENS DE L’EXPANSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
Un armement de guerriers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
Une organisation militaire ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
Les navires vikings . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
THÈMES
LES PHASES DE L’EXPANSION VIKING
LES PRÉMISSES, DE LA FIN DU VIIIe SIÈCLE À 850 :
LE TEMPS DES EXPÉRIENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
DE 850 À 900 : LE TEMPS DES RAIDS ORGANISÉS . . . . . . . . . . . . . . . . 125
DE 900 À 980 : LE TEMPS DES IMPLANTATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
DE 980 À 1070 : LE TEMPS DES GRANDS RAIDS ROYAUX . . . . . . . . . . . 129
LA FIN DU PHÉNOMÈNE VIKING . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
UNE ÉCONOMIE DE LA PRÉDATION
PROTÈGE-NOUS, SEIGNEUR, DE LA FUREUR DES HOMMES DU NORD . . . 131
L’imprécision des sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
Paganisme et impiété . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
La violence, la cruauté et la guerre psychologique . . . . . . . . . . . . 135
CCH Vikings2 index.qxp.qxp.qxp_maq cc 24/10/2022 13:07 Page 9
UN SENS ÉPROUVÉ DE LA SITUATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
L’exploitation des divisions locales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
La rapidité et la surprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
La ruse et la traîtrise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
LES OBJECTIFS DE LA GUERRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
Le pillage et la vente d’esclaves . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
L’extorsion de tributs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
Le mercenariat et les alliances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
SE DÉFENDRE CONTRE LES VIKINGS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
S’armer intellectuellement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
L’organisation des défenses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
Les défaites des vikings . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
LES FONDATIONS SCANDINAVES
LA NORMANDIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
Les incursions vikings en Neustrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
Rollon : un chef viking hors du commun ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
Le traité de Saint-Clair-sur-Epte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
L’établissement scandinave . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
Les premiers temps du duché de Normandie . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
Guillaume le Bâtard et 1066 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
La bataille d’Hastings, 14 octobre 1066 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
Une Normandie franque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
LE DANELAW . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
La colonisation de l’Angleterre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
Les conséquences sociales et géographiques de la colonisation . . 189
Les signes de l’accommodation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
La conquête du Danelaw et le primat de l’autorité royale . . . . . . . 192
La reconnaissance du Danelaw . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
Le règne de Cnut, roi des Anglais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
LES AUTRES FONDATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
Une implantation éphémère en Frise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
L’échec des vikings en Bretagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200
L’Irlande et le royaume de Dublin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
L’Écosse et les implantations insulaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
Des îles Féroé à l’Islande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214
Groenland, Helluland, Markland, Vinland . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217
LES ÉCHANGES COMMERCIAUX ET CULTURELS
LE COMMERCE ET LA CULTURE MATÉRIELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
Routes de commerce et sites commerciaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
Les objets de l’échange commercial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
L’influence de la culture matérielle scandinave . . . . . . . . . . . . . . . 228
CCH Vikings2 index.qxp.qxp.qxp_maq cc 24/10/2022 13:07 Page 10
LA RENCONTRE AVEC LE PAÏEN ET L’ÉTRANGER . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
Les rencontres religieuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
Une culture élitaire commune . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235
La mixité au sein des groupes familiaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236
HYBRIDATIONS LINGUISTIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
La question de la langue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
L’influence scandinave sur la toponymie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240
Porter un nom scandinave ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
OUTILS
CARTES
L’Europe de l’An mil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246
Royaumes anglo-saxons et implantation scandinave . . . . . . . . . . .247
Le commerce des vikings . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .248
Le monde des vikings . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249
STEMMATA
SCANDINAVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250
EMPEREURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
ANGLO-SAXONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254
NORMANDS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256
LIEUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .259
PERSONNAGES
ROIS, EMPEREURS, JARLS ET DUCS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
Dynasties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
En Occident . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266
Au Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271
Ducs de Normandie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278
QUELQUES FIGURES DE VIKINGS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
DES FEMMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 282
DES CLERCS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283
Prêtres, évêques et archevêques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283
Abbés et moines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 286
CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .290
SOURCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .297
BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .299
GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .309
INDEX ANALYTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .318

Arnaud Lestremau est ancien élève de l’ENS, docteur en Histoire médiévale et maître de conférences à l’Université Paris-Nanterre. Spécialiste de l’Angleterre anglo-saxonne, il a publié Donner sens au nom de personne dans le royaume anglo-saxon (Xe-XIe siècles) : essai
d’histoire sociale.
Marie-Luce Septsault est ancienne élève de l’ENS, docteur en Histoire médiévale et professeur agrégée d’Histoire à l’ENC Blomet. Elle a notamment publié, aux éditions Atlande, Le beau XIIIe siècle (2021) et, en collaboration avec Louis Violette, La société autour de l’an mil (2019).

Dans l’imaginaire collectif, le Viking passe donc son temps, en particulier lors des combats ou des banquets, à jurer par Thor (Þórr) et par Odin (Óðinn). Certes, ces dieux sont bien, selon R. BOYER [2008], les divinités les plus populaires du panthéon scandinave. Néanmoins,
les caractéristiques qu’on leur prête traditionnellement confinent à la caricature : représentés comme des dieux belliqueux et violents, on en oublie souvent leurs autres responsabilités… Odin est à la fois le dieu fondateur, le père de toutes les autres divinités, le dieu de la victoire et non de la guerre, victoire qu’il confère par tous les moyens possibles y compris la ruse et le stratagème (ce qui a sans doute valu aux vikings leur réputation de guerriers retors), le dieu des morts qui décide de qui va périr sur le champ de bataille et être désigné par ses valkyries afin de devenir ses guerriers en vue du combat final du Ragnarök, cet accomplissement du destin des dieux et des hommes, lorsque se déchaînent “les Puissances du Désordre et du Chaos”. Mais Odin est aussi le protecteur des poètes,
les *scaldes, le dieu de la magie et du savoir, l’inventeur des runes, enfin le dieu du furor, c’est-à-dire de l’extase ou des transes. De même Thor, le grand dieu viking, est à la fois le Tonnerre, représenté par son marteau, Mjöllnir (le Fracassant) ; s’il est souvent présent dans les récits de batailles, car il défend les dieux et les hommes contre leurs ennemis, il n’est pas uniquement représentant de la fonction guerrière, car il protège à la fois la fertilité et la fécondité, ainsi que les activités intellectuelles ; il intervient également dans la consécration des inscriptions runiques (v. Les sources épigraphiques et iconographiques). Et que dire de l’épisode, rapporté par l’Edda poétique, au cours duquel Thor, pour récupérer Mjöllnir qui lui avait été volé, est contraint de se travestir et d’épouser rituellement un géant du givre, avant de reprendre son arme et de mettre fin à la noce de manière sanglante ?